un brodeur

 

L’Union des Comores fait partie des 17 pays prioritaires de l’aide française. L’AFD y est présente depuis plus de 50 ans.

 

 

En savoir plus

Activité

À la une

Quand l’huile essentielle d’ylang-ylang devient durable

22/03/2017

Ressource précieuse pour les Comores, l’ylang ylang devient après distillation une huile essentielle courue. L’ ONG Initiative Développement , active depuis 20 ans dans le pays, met en œuvre depuis 2013 et grâce au soutien de l’AFD un modèle de distillation économe en bois qui oriente la filière vers le développement durable.
 

Une activité essentielle mais source de déforestation

L’huile essentielle d’ylang-ylang produite aux Comores, dont la qualité est inégalée dans le monde et prisée par les parfumeurs, représente une menace pour l’environnement et les systèmes de production agricoles.

 

© Initiative Développement

La distillation, presque toujours artisanale, est en effet très gourmande en bois : il faut ainsi une tonne de bois pour produire 3 kilos d’huile essentielle !

 

Un foyer économe en bois et innovant qui redynamise la filière 

Afin de contribuer à la durabilité de la filière, l’ONG Initiative Développement (ID) collabore avec les distillateurs comoriens depuis 4 ans : c’est le projet FY-DAFE (Filière ylang – distillation à foyer économe).

Une première phase de deux ans a été nécessaire pour comprendre leurs besoins : peser, tester, distiller avec eux a permis d’aboutir à une solution technique efficace et appropriable. De cette expérience de terrain est né un nouveau modèle de foyer de l’unité de distillation, plus économe. Baptisé UDAFE (unité de distillation à foyer économe), ce foyer est fabriqué aux Comores.

 

Une filière plus orientée développement durable

Largement diffusée depuis 2 ans avec 37 sites équipés à Anjouan et 3 à Mohéli, la technologie a fait ses preuves : une économie de bois de 50 % et une multiplication par quatre de la marge économique par distillation.

4000 acteurs de la filière sont aujourd’hui impactés par le projet, des distillateurs aux cueilleuses, grâce aux formations dispensées par l’équipe d’ID sur l’entrepreneuriat.

 

5000 arbres sauvés chaque année

Grâce aux 40 UDAFE, ce sont donc près de 5000 arbres qui seront sauvés chaque année. Les deux prochaines années du projet devraient permettre de doubler ce chiffre.

ID collabore également avec l’ONG comorienne Dahari sur le développement d’un volet gestion durable des ressources en bois, eau et fleurs.

La pertinence et l’originalité du projet FY-DAFE ainsi que ses premiers résultats ont été récompensés par un Energy Globe Award - Comores décerné en 2016 (par un jury composé de l’Organisation des Nations Unies pour le développement industriel, la Banque mondiale et l’European Renewable Energy Council). 



Une coopération franco-comorienne pour une administration des finances plus efficace

09/12/2016

Dans le cadre de la coopération entre la France et l’Union des Comores en matière de gouvernance économique et financière, un nouvel accord a été signé le 9 décembre. Objectif : accompagner les autorités comoriennes dans leurs efforts pour améliorer la gestion des finances publiques.

Renforcer les administrations financières comoriennes

L’accord franco-comorien signé le 9 décembre est destiné à financer le Programme de consolidation des administrations financières (PROCAF).

Il s’inscrit dans le cadre des accords de coopération liant les deux pays en matière de gouvernance économique et financière.

D’un montant de 800 000 euros sur une durée de trois ans, ce programme a pour ambition d’appuyer les autorités comoriennes dans leur volonté d’améliorer la gestion des finances publiques et de mettre en place une administration mieux équipée et plus efficace, s’appuyant sur des agents compétents. 

Pour cela, le programme vise notamment :

  • une amélioration de la mobilisation des ressources internes ;
  • et une meilleure gestion des fonds publics.

La cérémonie de signature s’est déroulée sous la présidence du ministre des Finances et du Budget, Said Ali Said Chayhane, en présence de l’ambassadeur de France, du directeur de l’AFD à Moroni et du chargé de projets - économiste de l’AFD à Moroni.

 


Vers une coopération renforcée avec les Comores

04/10/2016

Dans le cadre de son déplacement pour la tenue du Haut Conseil paritaire France/Comores le 4 octobre, le Président de l’Union des Comores Azali Assoumani s’est entretenu avec le directeur général de l’AFD Rémy Rioux. L’occasion de parler stratégie d’intervention et nouveaux défis de l’archipel.

Un partenariat de longue date 

Présente aux Comores depuis plus de 50 ans, l’AFD y a financé de nombreux projets de développement.

Depuis 2007, ses engagements aux Comores s’élèvent à 61,7 millions d’euros, la quasi-totalité en don. Les projets financés sont concentrés principalement sur trois secteurs :

  • la santé (19,6 millions d’euros) ;
  • l’ eau potable et l'environnement (22,1 millions d’euros) ;
  • et le secteur financier / l’appui au tissu productif (11,6 millions d’euros).

Actuellement, deux projets sont en cours d’instruction pour un total de plus de 10 millions d’euros : 

  • un projet visant à renforcer la gouvernance du secteur de l’eau (6 millions d’euros) ; 
  • un projet lié à la diversification de l’offre financière pour dynamiser le secteur productif via des microcrédits (4 millions d’euros)

La visite d’Azali Assoumani à Paris intervient quelques mois après son élection à la tête des Comores en avril dernier et la nomination de son gouvernement début juin. Lors de sa rencontre avec Rémy Rioux, le président comorien a confirmé que le nouveau gouvernement souhaitait réaliser un état des lieux des actions de l’AFD afin d’envisager des inflexions pour l’avenir.

 Rencontre entre le Président AZALI Assoumani, sa délégation et le DG de l'AFD (c AFD)

Vers une nouvelle stratégie d’intervention aux Comores

L’AFD travaille actuellement sur l’adaptation de sa stratégie d’intervention aux Comores aux priorités du gouvernement et aux nouveaux défis du développement de l’archipel. 

Cette nouvelle stratégie, tout en maintenant les secteurs de concentration actuels de l’agence, intègre de nouveaux enjeux liés à la gouvernance, au climat et à l’éducation. L’AFD entend également appuyer l’émergence d’un secteur privé générateur de croissance économique et d’emplois et soutenir les acteurs non étatiques. 

Le Président de l’Union des Comores a insisté sur la plus grande visibilité attendue de l’aide bilatérale française.



Sitti Chihabiddine parmi les « Leaders pour l'Afrique de demain » !

10/09/2016

Une chef d’entreprise comorienne à l’honneur de la première promotion du programme LeAD Campus ! À la tête d’une société spécialisée dans la vanille, Sitti Chihabiddine a suivi cette formation inédite et fait partie des vingt-trois cadres africains diplômés en septembre.

Une formation pour développer son projet…

Parmi ces profils de haut niveau reflétant la diversité socio-professionnelle et géographique du continent, une représentante comorienne a eu l’opportunité de faire partie de la première promotion du programme LeAD Campus. 

Directrice générale de l’entreprise Vaniacom , Sitti Chihabiddine fait la promotion de la vanille et des autres produits de rente de son pays sur le marché international depuis plus d’une décennie. 

Son savoir-faire a permis à la vanille comorienne biologique et équitable de pénétrer les marchés européens mais également l’Australie, le Japon et les États-Unis.

Pourquoi avoir souhaité participer au programme LeAD Campus ? Pour Sitti, la formation était l’opportunité d’affiner son approche entrepreneuriale, d’étoffer son réseau professionnel avec des homologues et des décideurs africains et de se munir d’outils managériaux et de pilotage dans un contexte de développement d’activité. 

La réussite entrepreneuriale de Sitti est à la clé, puisque les projets de sa société Vaniacom avancent à grand pas. C’est ainsi que le Comptoir des Épices, structure de commercialisation des épices et produits de rente « made in Comoros », a ouvert à Moroni le mois dernier.

 

… et pour valoriser le potentiel du continent africain

Initié par la fondation AfricaFrance avec le soutien de l’AFD, le programme de formation supérieure LeAD Campus est proposé par un consortium composé de Sciences Po, l’Institut Supérieur de Management (ISM) de Dakar au Sénégal et l’Université du Cap (UCT) en Afrique du Sud. 

Ce programme permet à des cadres dirigeants africains du secteur privé ou public - entrepreneurs, responsables de programmes économiques, cadres de multinationales, dirigeants d’institutions de microfinance ou d’entreprises sociales - de suivre pendant cinq mois une formation certifiante permettant d'acquérir des compétences entrepreneuriales et managériales. 

Objectif : devenir les « leaders économiques de l'Afrique de demain » et assurer la croissance durable du continent. 

La prochaine promotion débutera en avril 2017.

 


Rémy Rioux est nommé Directeur général de l’Agence Française de Développement en Conseil des ministres, ce 25 mai 2016

25/05/2016

Sur proposition de François Hollande au Parlement le 27 avril dernier et après un vote favorable à l’unanimité des députés et à la majorité des sénateurs, M. Rémy Rioux, 46 ans, secrétaire général adjoint du ministère des Affaires étrangères et du développement international, est nommé ce jour, en Conseil des ministres, Directeur général de l’Agence Française de Développement, Etablissement Public Industriel et Commercial, en charge du développement des pays du Sud et de l’Outre-mer. 11ème directeur général de l’AFD, Rémy Rioux prendra la tête de l’AFD, le 2 juin 2016.

Né en juin 1969 à Neuilly-sur-Seine, ancien élève de l’Ecole normale supérieure de la rue d’Ulm, de Sciences Po et de l’Ecole nationale d’administration, Rémy Rioux, historien de formation, ancien élève d’Alain Corbin et de Pierre Nora, conseiller maître à la Cour des comptes, a alterné, au cours de sa carrière, des responsabilités en France et au service du développement et de l'Afrique.


Rémy Rioux est nommé Directeur général de l'AFD © Alain Buu

A l’âge de 26 ans, Rémy Rioux découvre le continent africain à l’occasion d’un stage de l’ENA au Bénin, puis en militant pour la promotion de l’harmonisation du droit des affaires en Afrique. Passionné par ce continent, il le sillonne tout au long de sa carrière, y noue des liens forts, et y acquiert une expertise reconnue des enjeux de développement. Au Trésor de 2004 à 2007 puis de 2010 à 2012, il contribue notamment à moderniser la coopération monétaire avec les pays africains membres de la Zone franc, participe à la résolution de la crise ivoirienne et contribue à placer la question des infrastructures et du développement au cœur de l’agenda international du G20. Il est alors administrateur de l’AFD et de sa filiale PROPARCO.

Rémy Rioux a par ailleurs exercé des missions de contrôle dans les secteurs de l'énergie et de la défense à la Cour des comptes entre 1997 et 2004. Il a travaillé au ministère de l’intérieur de 2000 à 2002, au sein du cabinet du ministre Daniel Vaillant, en charge notamment du budget et du passage à l’euro. Il a également exercé des fonctions à l’Agence des participations de l’Etat, de 2007 à 2010, comme directeur de participations en charge des secteurs des transports et des médias, participant au conseil d’administration de différentes entreprises (SNCF, RATP, ADP, Renault, France Télévisions, France Médias Monde, Arte, le Grand Port Maritime du Havre).

En 2012, directeur de cabinet du ministre de l’Economie, des Finances et du Commerce extérieur, Pierre Moscovici, il participe activement à la redéfinition des relations économiques entre l'Afrique et la France et aux travaux menés par Jacques Attali sur la francophonie économique. Deux ans plus tard, Laurent Fabius, ministre des Affaires étrangères et du Développement international, le nomme secrétaire général adjoint du Quai d’Orsay, en charge notamment des questions économiques. A ses côtés, il pilote le volet financier des négociations pour la COP21.

Après l’annonce par le Président de la République, en septembre 2015, d’une relance de la politique française de développement à travers la hausse des financements de 4 milliards d’euros d’ici 2020, pour atteindre 12,5 milliards d’engagements annuels, (dont 5 milliards d’euros en faveur du climat), il est chargé d'une mission de préfiguration du rapprochement entre l'Agence Française de Développement et la Caisse des Dépôts qui doit doter la France d’un outil à même de relever les défis des Objectifs du développement durable.

Homme de dialogue et de conviction, il est très attaché au Massif central, en particulier à la Corrèze et la Lozère, où il séjourne fréquemment, avec sa femme et ses trois enfants.


Dates clefs

  • 26 juin 1969 : Naissance à Neuilly-sur-Seine, France
  • 1997 : auditeur à la Cour des comptes à sa sortie de l’ENA (promotion Marc Bloch), il y deviendra Conseiller Maître en 2013
  • 2001 et 2002 : conseiller budgétaire au cabinet de Daniel Vaillant au ministère de l’Intérieur
  • 2003 : missions de contrôle dans les secteurs de l’énergie et de la défense à la Cour des Comptes
  • 2004 : direction du Trésor, Chef du bureau de la coopération monétaire et du développement avec les pays d’Afrique, des Caraïbes, du Pacifique et de la zone franc
  • 2007 : sous-directeur des transports et de l’audiovisuel de l’Agence des participations de l’Etat
  • 2010 : sous-directeur des affaires financières internationales et développement à la direction générale du Trésor
  • 2012 à 2014 : directeur du cabinet de M. Pierre Moscovici au ministère de l’Economie et des Finances
  • 2014 : secrétaire général adjoint du ministère des Affaires étrangères et du Développement international, chargé notamment des affaires économiques
  • 2015 : responsable des questions financières au sein de l’équipe française de négociation pour la COP21.
  • Juin 2016 : nommé 11ème Directeur général de l’Agence Française de Développement.


L’AFD renouvelle son appui à l’accompagnement des administrations publiques des Comores

13/05/2016

L’Etat comorien a obtenu de l’AFD un fonds permettant de réaliser des études de faisabilité préparant des projets de développement liés à l’eau, à la santé et au secteur financier.

 

Améliorer la gouvernance du secteur de l’eau

L’AFD poursuit son accompagnement des administrations publiques de l’Union des Comores en termes de développement de compétences et de renforcement de capacités. Une subvention de 420 000 euros a été consentie pour la constitution d’un 4ème Fonds d’études et de renforcement de capacités (FERC). 

Ce fonds va permettre de financer prioritairement :

  • l’étude de faisabilité d’un projet de gouvernance du secteur de l’eau ayant pour but de :
    • développer les compétences et la capacité d’action des structures techniques de l’Etat (la Direction générale et les Directions régionales de l’eau) dans l’exercice de tutelle du secteur ;
    • de consolider les compétences des acteurs locaux du secteur (communes, associations d’usagers, gestionnaires, etc.) ;
  • et les études pour la réalisation de projets d’adaptation au changement climatique, en lien avec les objectifs indiqués dans le document de la contribution de l’Union des Comores à la COP21.

Il pourra aussi servir à financer des études pour des projets dans le secteur de la santé et d’appui à la gouvernance, notamment pour le renforcement des établissements financiers de l’Union des Comores.

Ce 4ème fonds d’études, conjugué avec les trois premiers consentis respectivement en 2006 (750 000 euros), 2014 (300 000 euros) et 2015 (500 000 euros), porte le total d’engagement pour cet outil de financement à 1 970 000 euros. 

La gestion du fonds a été confiée au ministère des Finances des Comores.

La cérémonie de signature de la convention de financement s’est déroulée le vendredi 13 mai 2016 en présence de la ministre des Finances de l’Union des Comores, de l’Ambassadeur de France aux Comores et du Directeur de l’agence AFD de Moroni.

 

 

 



 
 
1 
2  3  4  5   ... 
 
 
Archives

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l’installation de cookies sur votre poste, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. En savoir plus