• Au sud-ouest de l’Océan Indien, Madagascar est une des plus grandes îles au monde avec 22 millions d’habitants. C’est également un des pays les plus pauvres avec un PIB de 463$ par habitant (FMI, 2013) et plus de 90% de la population vivant avec moins de 2$ par jour. Madagascar ne pourra atteindre les objectifs du millénaire en 2015.

    • L’espérance de vie à la naissance y est de 64 ans.

    • Au niveau scolaire, le taux d'achèvement est de 70% (2012).

    • L’accès à des sources d’eau améliorée est évalué à 35%.

    • La prévalence de la malnutrition chez les enfants de moins de 5 ans est l'une des plus importantes dans le monde: 53% souffrent d'un retard de croissance (Banque Mondiale, 2014).

     

    Madagascar dispose d’un environnement particulièrement riche et fragile. C’est un des endroits les plus riches du monde en termes de biodiversité. C’est également un des systèmes écologiques les plus vulnérables au changement climatique, aux risques environnementaux tels que l’érosion des sols et aux catastrophes naturelles.

    L’île dispose de sérieux atouts pour son développement tant en termes de ressources humaines que de ressources naturelles. Certaines branches offrent des perspectives favorables telles que les mines, le textile ou les NTIC ou prometteuses telles que l’agro-industrie. Le retard dans les infrastructures et les services publics pénalise cependant leur développement.

    Plus encore, ce sont les épisodes d’instabilité politique de gouvernance inappropriée et les crises répétées qui ont jusqu’à présent contrarié les performances de développement. Depuis la fin de 2013, en sortie d’une longue crise, Madagascar s’est doté de nouvelles autorités au terme d’un processus électoral libre et transparent.
     

Actualités

L'AFD et l'UE luttent contre les déserts médicaux à Madagascar

14/01/2016

Jeudi 14 janvier, près de 70.000€ de matériels ont été remis à des agents de santé pour les inciter à s’installer dans des zones enclavées de Madagascar. L’AFD souhaite ainsi améliorer l’accès de la population à des services de santé de qualité à travers tout le pays.

Dans le cadre de la mise en œuvre du Programme National de la Couverture Sanitaire Universelle, le ministère de la Santé a mené, avec l’ensemble de ses partenaires, des actions visant à une meilleure gestion de son capital humain.
 

24 kits de fidélisation dans trois régions


L'AFD a ainsi remis des kits de fidélisation à 24 agents de santé qui couvrent 12 centres de santé et 3 régions de Madagascar. Ces kits sont composés de meubles, d’ustensiles de cuisines, d’éclairage, de motos  et de téléphones portables avec stabilisateurs de tension pour un total de plus de 230 millions d’ariary (environ 70.000€).
 

En encourageant des agents de santé à s’installer et à rester dans des zones enclavées, l’Union européenne, l’UNICEF et l’AFD souhaitent permettre aux personnes situées dans les zones les plus éloignées d’avoir accès à des soins et des médicaments de qualité, notamment pour les populations les plus vulnérables, comme les enfants et leur mère.
 

Près de 5 millions d’euros pour l’amélioration des services de santé
 

Suivant ce même objectif de donner accès au plus grand nombre à des services de santé de qualité, l’AFD et l’Union européenne ont récemment signé des accords avec la SALAMA, première centrale d’achats de médicaments à Madagascar. Ainsi, les 4,6 millions d’euros accordés lui permettront d’augmenter ses stocks, d’acquérir un terrain et un magasin de stockage.
 


 

La cérémonie de remise officielle s’est tenue en présence de Hery Rajaonarimampianina, Président de la République de Madagascar, Antonio Sanchez-Benedito, Chef de Délégation de l’Union Européenne à Madagascar, Andriamanarivo Mamy Lalatiana, Ministre de la Santé Publique, Coralie Gevers, Country manager de la Banque Mondiale, Elke Wisch, Représentante de l’UNICEF à Madagascar, et Bertrand Ficini, Directeur adjoint de l’AFD à Madagascar.

L’AFD intervient dans le secteur de la santé à Madagascar depuis plus de 10 ans. En 2013, 8 millions d’euros ont par exemple été attribués à la lutte contre la mortalité infantile et maternelle dans deux régions ne bénéficiant jusqu’alors d’aucune aide.



Deux nouveaux projets dans l'agriculture et la formation professionnelle à Madagascar

07/01/2016

Jeudi 7 janvier 2016, deux accords de financement ont été signés entre la République de Madagascar et l’AFD. Objectifs : améliorer la productivité agricole et développer les compétences dans le secteur du tourisme.


150.000 exploitations familiales pourront améliorer leurs revenus

Pour l’agriculture, il s’agit d’un projet de 7 millions d’euros sur 4 ans qui permettra de développer les services d’appui aux agriculteurs et à leurs organisations. Ces services, qui vont du conseil à de l’infrastructure, sont rendus par le biais du dispositif CSA/FRDA (Centre de Services Agricoles et Fonds Régionaux de Développement Agricole) qui sera renforcé. En trois ans, déjà 46.000 agriculteurs ont pu bénéficier de ces services, dont 39% de femmes. À terme, l’objectif est que 150.000 exploitations agricoles familiales puissent améliorer leurs revenus.

Par ailleurs, la subvention contribuera à améliorer la productivité des exploitations agricoles en favorisant le développement des pratiques agro-écologiques et la mise en valeur des bassins versants – périmètres irrigués, que l’AFD a contribué à créer ou à réhabiliter.


Développer des compétences essentielles pour le développement de Madagascar

Le second financement, d'un montant de 500 000€, vise à moderniser la formation professionnelle dans l’hôtellerie en contribuant à la préparation du plan national de développement des compétences de la filière tourisme. Ce projet s’inscrit dans le plan de modernisation de la formation professionnelle développé dans la Politique Nationale pour l’Emploi et la Formation Professionnelle récemment approuvée.

En développant les compétences et les savoir-faire des secteurs aux potentiels de croissance aussi importants que le Tourisme et l’Agriculture, l’AFD participe à l'effort entrepris par l'État pour améliorer les revenus de plusieurs milliers de familles, favoriser la sécurité alimentaire, protéger l’environnement en produisant mieux, et dynamiser le secteur privé dans son ensemble.

Les signatures de ces conventions se sont déroulées en présence de l’ambassadeur de France à Madagascar, Vouland-Aneini, du ministre des Finances et du Budget, Rakotoarimanana, du ministre de l’Agriculture, Ravatomanga, et du ministre du Tourisme, des Transports et de la Météorologie. Andriantiana.



Climat : l’AFD mobilise autour de la COP21

23/11/2015

Lundi 23 novembre, l’AFD à Madagascar a organisé une demi-journée de débats et d’information autour de la COP21. Au programme : enjeux climatiques, contribution de Madagascar, outils de financement et projets concrets.

Dans le cadre de la « Semaine Climat » organisée du 23 au 28 novembre 2015 par le Service de Coopération et d’Action Culturelle (SCAC) de l’ambassade de France à Antananarivo et par l’Institut Français de Madagascar, l’Agence Française de Développement a souhaité organiser une séance d’information intitulée : « Madagascar et l’environnement : enjeux et perspectives à l’approche de la COP21 ».
 

Plus de 200 personnes, 7 intervenants et des organisations telles que la Banque Mondiale ont ainsi répondu présents à l’invitation de l’AFD avec pour objectif commun d’apporter un éclairage pédagogique et concret sur les enjeux du changement climatique et l’importance de la 21e Conférence des Parties qui se tiendra à Paris à partir du 30 novembre.
 

Durant plus de trois heures, les échanges ont porté à la fois sur les enjeux de la COP21, l’importance des questions climatiques pour Madagascar mais aussi sur des projets concrets mis en œuvre grâce à l’AFD comme le Programme Holistique de Conservation des Forêts.
 

Le public, composé majoritairement d’étudiants, a ainsi pu (re)découvrir les activités et l’implication de l’AFD en matière environnementale et lutte contre le réchauffement climatique.

Retrouvez les différentes présentations faites en cliquant sur les liens ci-dessous.

 



Malnutrition : le projet Nutri'zaza remporte le prix "Entrepreneuriat social dans les PED" 2015

03/11/2015

Lundi 2 novembre 2015, le journal Le Monde et l’association Finansol ont remis les Grands prix de la finance solidaire 2015. Le projet de lutte contre la malnutrition " Nutri’zaza", un projet soutenu par l’AFD, a remporté le prix dans la catégorie "Entrepreneuriat social dans les PED".

La société Nutri’zaza commercialise un aliment à haute valeur nutritive, la koba aina (fait d’un mélange de maïs, riz, soja, arachide et sel) dans des restaurants pour bébés tenus par des femmes issues des quartiers défavorisés.
 

Ainsi, tous les jours et pour 7 centimes d’euro le repas, ce sont 8.000 enfants qui mangent de la koba aina à travers un réseau de 50 restaurants. Ces restaurants emploient 84 salariées qui font également du porte-à-porte et livrent à domicile pour toucher le plus de monde.
 

Depuis 2012, l’AFD a subventionné cette initiative à hauteur de 900.000€ afin, d’une part, de laisser le temps à l’entreprise d’atteindre son équilibre budgétaire et, d’autre part, de lui permettre de bénéficier d’une assistance technique.
 

L’objectif pour les années à venir est d’ouvrir 100 restaurants, de distribuer 15.000 repas par jour et de doubler le nombre d’employés.
 

Pour en savoir plus sur ce projet, cliquez ici .



L'exposition « 60 solutions face au changement climatique » présentée à Madagascar

02/11/2015

Mardi 3 novembre 2015, l'AFD inaugurera à l’Institut Français de Madagascar l’exposition photographique « 60 solutions face au changement climatique ». L'exposition, en partenariat avec la Fondation Good Planet, est composée de clichés de Yann Arthus-Bertrand.

Alors que la France s’apprête à accueillir en décembre 2015 la 21è Conférence des Parties à la Convention-Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques (COP21), l’AFD et la Fondation GoodPlanet mettent en lumière et en images des solutions innovantes et efficaces associant lutte contre le dérèglement climatique et développement économique dans les 71 agences du Groupe à travers le monde.

L’exposition est composée de 21 photographies de Yann Arthus-Bertrand, issues de sa célèbre série « La Terre vue du ciel », et  présente des initiatives concrètes dans quatre secteurs : la ville, l’agriculture, la transition énergétique et l’adaptation au changement climatique.

À Madagascar, l’AFD agit concrètement pour le développement et la lutte contre le dérèglement climatique dans les secteurs de l’agriculture et de la protection de la biodiversité en soutenant des projets avec un impact positif sur le climat.

Les activités AFD sur le secteur environnement s’inscrivent dans une approche intégrée, en considérant la biodiversité en interaction avec le développement durable des communautés locales dépendantes. De ce fait, les projets traitent presque toujours des secteurs de l’environnement et de l’agriculture de manière conjointe.

Le Programme Holistique de Conservation des Forêts, qui est dans sa deuxième phase, en est un parfait exemple. Ce projet de 3,5 millions d’euros sur 4 ans débuté en 2013 vise à poursuivre et approfondir les activités financées par la Fondation Good Planet et Air France en travaillant sur trois volets : un volet « conservation » mis en œuvre par WWF, un volet « alternative agroécologique » aux communautés locales mise en œuvre par Agrisud, et un volet « finance carbone et capitalisation » mise en œuvre par Etc Terra.

Informations pratiques

Exposition photos
60 SOLUTIONS FACE AU CHANGEMENT CLIMATIQUE
Lieu : Institut Français de Madagascar (IFM)
Vernissage : le 3 novembre à 18h00
Date : du 3 au 28 novembre 2015
Entrée libre 

À propos de GoodPlanet
La Fondation GoodPlanet, présidée par Yann Arthus-Bertrand, a pour objectifs de mettre l’écologie au cœur des consciences et de promouvoir le vivre ensemble. Elle souhaite susciter l’envie d’agir concrètement en ce sens.
 



Formation professionnelle, alternance et nouvelles technologies : l'innovation au service du développement à Madagascar

01/10/2015

Jeudi 1er octobre, l’AFD et la Chambre de Commerce et d'Industrie d’Antananarivo ont signé une convention de financement en présence du Premier Ministre de Madagascar et d’une large délégation de membres du Gouvernement. Cette subvention permettra la création d’une école d’informatique où chaque année 500 étudiants recevront  une formation d’excellence en alternance : une première à Madagascar.

La création de l’Ecole Supérieure des Technologies de l’Information (ESTI) est un signal de confiance en l’avenir et qui a su fédérer autour de lui un grand nombre de partenaires.


Le projet est porté par la Chambre de Commerce et d’Industrie d’Antananarivo et les entreprises du secteur des nouvelles technologies regroupées au sein du Groupement des Opérateurs en Technologies de l’Information et de la Communication de Madagascar (GOTICOM). La Chambre de Commerce et d’Industrie de Paris-Ile de France (CCIP-IF) accompagne aussi ce projet, notamment en apportant son savoir-faire et son réseau. C’est ainsi que sera créé un Master en intégration et développement et en réseaux et systèmes en co-diplomation avec ITESCIA, une des écoles de la CCIP-IF.


L’alternance au cœur du projet


En plus de ce futur Master, les étudiants seront formés au niveau licence. L’objectif, à termes, est de décerner des diplômes à 200 élèves chaque année.


La force de ce projet est de garantir une bonne adéquation entre les compétences des jeunes formés et les besoins des entreprises grâce à une formation qui alterne des cours à l’école et de l’apprentissage en entreprise. Ce dispositif d’alternance, qui sera une première à Madagascar, est particulièrement efficace comme le montre le très bon taux d’insertion des diplômés de  l’école française ITESCIA, le partenaire pédagogique du projet.


Un financement de 2,5 millions d’euros de l’AFD


La création de l’ESTI, qui impliquera une étroite collaboration entre les entreprises du secteur et les administrations publiques concernées, est soutenue par un financement de l’AFD à hauteur de 2 millions d’euros qui serviront à la réhabilitation des bâtiments, l’acquisition de matériels pédagogiques de pointe, le montage des programmes, la formation des enseignants et au fonctionnement initial de l’ESTI.


Parallèlement au projet d’école, une subvention de 500.000€ permettra la réalisation d’une étude sur l’opportunité et la faisabilité d’une mise en place d’un fonds de financement de la formation professionnelle. Actuellement  la formation professionnelle mobilise moins de 1% du budget de l’Etat et moins de 4% du budget dédié à l’Education, il est donc essentiel qu’un mécanisme de financement partagé de la formation professionnelle soit mis en place à Madagascar.


Cette étude d’envergure nationale impliquera des concertations à très haut niveau avec des représentants du secteur privé (organisations patronales, organismes consulaires, branches professionnelles), des représentants des salariés (fédération de syndicats) et des représentants de l’Etat. Si la faisabilité d’un tel fonds est confirmée par l’étude, l’AFD s’est déjà dite prête à accompagner sa mise en place effective.



 
 
1 
2  3  4  5   ... 
 
 
Archives

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l’installation de cookies sur votre poste, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. En savoir plus