educ
Contribuer à l’éducation de tous (en particulier au nord du Mali) et à une formation de qualité

L’AFD intervient dans ce secteur afin d’améliorer la qualité de l’enseignement.

 

Education - Formation
office niger
Développer l’accès à l’eau potable en milieu urbain et à l’énergie

L’AFD finance des investissements structurants pour le renforcement de l’alimentation en eau potable et le développement du secteur de l’énergie.

Eau & Energie
paysan
Appuyer la structuration des filières agricoles et pastorales

Pour soutenir le développement du secteur agricole au Mali, l’AFD appuie la structuration des filières agricoles et pastorales et le développement des emplois ruraux non agricoles.

Rural
mopti
Accompagner les acteurs économiques privés

L’AFD accompagne le développement du tissu économique à travers un appui direct aux entreprises et au secteur financier

Appuis directs

À la une

Protection sociale : l'union technique de la mutualité signe un partenariat avec le ministère de la Solidarité

01/02/2016

Ce partenariat vise à concrétiser le volet renforcement de l’accessibilité financière aux soins du Programme d’Appui au Développement Sanitaire et Social de la région de Mopti Phase II  (PADSS Mopti II). Le budget total du projet est 13 M€ entièrement financé par l’AFD.

Favoriser l'accès aux soins

La politique de protection sociale malienne a été adoptée en 2002. Les populations du secteur informel et rural qui ne peuvent à ce jour bénéficier ni de l’Assurance Maladie Obligatoire (AMO), gérée par la Caisse Nationale d’Assurance Maladie (CANAM), ni du Régime d’Assistance Médicale (RAMED) géré par l’Agence Nationale d’Assistance Médicale (ANAM) sont le cœur de cible de ce projet. Moyennant une contribution modeste, elles bénéficieront d’une assurance maladie mutualiste à adhésion volontaire, qui offre le panier de soins de base retenu pour l’assurance maladie universelle.

À la demande des autorités maliennes, ce partenariat participera notamment à :

  • assurer une continuité de l’appui à la région de Mopti dans le prolongement du précédent projet PADSS
  • accompagner la mise en œuvre de la politique de financement de la santé à travers un projet pilote permettant d’expérimenter les orientations institutionnelles, organisationnelles et financières prises.

Ces orientations s'inscrivent dans une double stratégie :

  •  renforcer et stabiliser le système de santé dans une région « tampon » avec le nord Mali, dont l’hôpital Somine-Dolo est prédestiné à devenir la troisième référence
  • réaliser l’extension de la protection sociale universelle au Mali.

La maitrise d'ouvrage de la politique de protection sociale malienne est assurée par le ministère de la Solidarité, de l’Action humanitaire et de la Reconstruction du Nord (MSAHRN). L'AFD finance le projet à travers une subvention de 8 millions du programme 209 au titre des engagements Muskoka et les crédits délégués de l’I3S pour 5 millions d'euros. Dans le cadre du partenariat,  le ministère confie à l’Union technique de la Mutualité (UTM) la mission d’opérateur de développement de l’assurance maladie mutualiste (ODAMM). Les parties signataires s’engagent à contribuer activement à la réalisation des objectifs conventionnels en matière de développement et de gestion de l’assurance maladie prévue dans la phase II du Programme d’Appui au Développement Sanitaire et Social de la région de Mopti.

La signature de la convention de partenariat entre l’Union Technique de la Mutualité du Mali et le ministère de la Solidarité, de l’Action Humanitaire et de la Reconstruction du Nord s'est déroulée le 06 janvier 2016 à Bamako.


 



Data Santé Mali : démarrage du suivi médicalisé dans les centres de santé communautaires

18/12/2015

Financé par l’AFD sur fonds FISONG (Facilité Innovation Sectorielle ONG) et un mois après l'acquisition d'équipements informatiques innovants, le projet DATA SANTE Mali entre dans une nouvelle phase de son initiative : celle de la mise en application du système d’information sanitaire dématérialisé dans les 13 Centres de Santé Communautaire (CSComs) bénéficiaires du projet.

Le lancement de cette phase du projet a été officialisé au cours de la 23è assemblée annuelle de l’Association des Médecins de Campagne (AMC) dont le thème était « DATA SANTE MALI ».

Les Référents Maîtres de Stage (RMS) des CSComs optimiseront leurs temps de travail consacré aux soins. Car, la répartition du temps de travail des RMS entre gestion administrative et les soins est de 2/3 pour le 1er  et de 1/3 pour le second. Ce rapport sera inversé  en faveur des soins grâce au projet. D’où un gain potentiel en productivité et en qualité de soins.

Les organes de gestion des CSComs comme les Associations de Santé Communautaire (ASACO) dont les dépenses sont constituées en grande partie de charges de fonctionnement, la mise en place de l’outil informatique permettra de réduire considérablement le budget de ce poste. Donc, les ressources libérées pourraient être réallouées à l’amélioration du cadre de travail des personnels de ces CSComs.

Grâce au projet, l’offre et la qualité de soins de la population bénéficiaire, environ 162 000 habitants, seront améliorées.



Urbain : La commune V de Bamako en travaux

18/12/2015

Les travaux du projet d’assainissement et de développement urbain de Bamako (PADUB), financé par la France à travers l’AFD, ont été lancés officiellement ce mardi 15 décembre 2015 sur le site des travaux d’aménagement de la rue 132 à Badalabougou en Commune V.

 

Les travaux lancés entrent dans le cadre d’une première phase d’investissements prioritaires, portant principalement sur l’aménagement de voiries (pavage) ainsi que la réalisation de caniveaux pour le drainage des eaux de pluies. Ils concernent les quartiers de Missira (rue 20), Hippodrome (rues 224, 226, 231 et 235) et N’Golonina (rues 303 et 337) en Commune II, et ceux de Badalabougou (rue 132) et Kalaban-Coura (rues 151, 153, 159, 367, 455, 560, 578 et 607) en Commune V. Prévus pour une durée de trois à six mois, les travaux de cette phase devront être achevés avant la fin du second trimestre 2016.

Le projet, d’un montant de 20 millions d’euros, soit 13 milliards de francs CFA, comporte une composante « Assainissement » prévoyant la réalisation d’infrastructures d’assainissement dans les communes II et V, et une composante « Gestion urbaine » d’appui au renforcement des capacités en matière de gestion urbaine à l’échelle du district de Bamako.Une étude est en cours pour définir le programme des travaux restants.

La cérémonie de lancement de ces travaux a été placée sous le haut parrainage du ministre de la Décentralisation et de la Réforme de l’État, Mohamed Ag Erlaf, en présence de l’ambassadeur de France au Mali, Gilles Huberson, du directeur de l’AFD à Bamako, Bruno Deprince et du maire de la Commune V, . Boubacar Bah.



L'AFD signe avec la BNDA pour appuyer le secteur privé au Mali

23/11/2015

Ce partenariat vise à renforcer les capacités des commerciaux de la Banque Nationale de Développement Agricole (BNDA), notamment dans l’analyse de dossiers des PME afin de mieux accompagner leur développement.

La subvention, d'un montant de 300.000 euros (soit  près de 200 millions FCFA ), sera mise en place afin d’offrir au personnel de la BNDA l’opportunité de mieux comprendre les spécificités des PME pour un meilleur service. Avec cet appui, la BNDA aura une part active dans l’identification des besoins-types des PME qu’elles soient formelles ou informelles afin de mieux coller aux exigences de financement des institutions financières et ainsi d’accroître leurs chances d’accéder aux financements bancaires.

Pour mettre en œuvre une approche mésofinance intégrée, l’AFD privilégie la combinaison de différents outils :

  1. Des garanties ARIZ pour partager, avec les institutions financières, le risque sur ces nouvelles catégories de clientèle (crédits à moyen et long termes) ;
  2. Des lignes de crédit aux banques le plus souvent bonifiées ciblées sur le segment des TPE/PE ; la bonification permet à ces banques d’assumer la prise de risque liée à l’engagement sur un nouveau segment de clientèle ;
  3. Des subventions d’assistance technique, à la fois pour le renforcement des compétences des institutions financières en matière de crédit aux TPE/PE et pour l’accompagnement des TPE/PE dans un cadre de structuration de la demande.

C’est dans cette dernière thématique que s’inscrit l’accompagnement de la BNDA par l’AFD : accompagner cette banque dans le développement de compétences et de méthodes de travail adaptées à la clientèle des PME.

Etaient présents à la cérémonie de signature du 17 novembre 2015, le ministre de l’Économie et des Finances du Mali, M. Mamadou Igor Diarra, l'ambassadeur de France au Mali, M. Gilles Huberson, le directeur de l'agence au Mali, M. Bruno Deprince, et M. Moussa Alassane Diallo, Président Directeur Général  de la BNDA.



Relancer une décentralisation essentielle au développement économique

27/10/2015

Le Projet d'Appui au Développement Rural au Mali a pour but de développer les territoires ruraux par le renforcement des filières agro-pastorales des régions de Ségou et Tombouctou. L'AFD apporte un nouveau et double soutien sur une décentralisation essentielle au processus de paix récemment signé.

Une priorité pour le gouvernement malien

La décentralisation constitue aujourd’hui une priorité du gouvernement malien. L’accord de paix récemment signé repose notamment sur la relance d’un processus faisant des régions les principaux moteurs du développement économique et social de leur territoire.
Le projet d'Appui au Développement Rural (PADER) s’inscrit dans cette dynamique, en transférant la maîtrise d’ouvrage aux deux collectivités territoriales et en leur donnant les moyens de sa mise en œuvre. Le projet a deux  composantes :
•    Le financement d’investissements productifs au niveau régional favorisant le développement des activités de production agricole et pastorale, d’élevage, de pêche, ainsi que les activités aval de transformation et de mise en  marché (prêt de 27 millions d'euros). Les deux régions de Ségou et Tombouctou assureront la maîtrise d’ouvrage de cette composante.
•    L’appui à l’élaboration et la mise en œuvre de politiques publiques, le renforcement de capacités des acteurs régionaux et la coordination du programme (subvention de 6 millions d'euros). Le ministère de de la Décentralisation et de la Réforme de l’Etat et le ministère du Développement rural partageront la maîtrise d’ouvrage de cette composante.
Les signatures des deux conventions se sont déroulées à l'Élysée entre la directrice générale de l'AFD, Anne Paugam, le ministre de l’Économie et des Finances du Mali, Igor Diarra, le ministre des Affaires étrangères du Mali, Abdoulaye Diop en présence des chefs d’État malien et français.



Les solutions combinant développement et climat à l'honneur

11/09/2015

Le mercredi 09 septembre 2015, l’AFD a convié ses partenaires à la Conférence-débat « Comment concilier climat et développement ? » suivie du vernissage de l'exposition « 60 SOLUTIONS face au changement climatique ».

L’ambassadeur de France au Mali, Gilles Huberson, a ouvert la conférence en rappelant les objectifs de la 21è Conférence des Parties à la Convention-Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques (COP21 ou conférence de Paris) que la France s’apprête à accueillir en décembre 2015. 

La Conférence-débat a été animée par David Baché, journaliste à RFI, appuyé de quatre panélistes experts.
 

À travers l’inauguration de l’exposition par le directeur de l'agence de Bamako, Bruno Deprince, l’AFD a mis en lumière des solutions innovantes et efficaces associant lutte contre le dérèglement climatique et développement économique.

Vu le succès rencontré, l’exposition « 60 SOLUTIONS face au changement climatique » sera présente à l’Institut Français de Bamako jusqu’au 26 septembre prochain et elle sera ensuite mise à disposition du Lycée Français.



 
 
1 
2  3  4  5   ... 
 
 
Archives

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l’installation de cookies sur votre poste, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. En savoir plus