Bienvenue sur le portail de l'AFD à Maurice

La mission de l’Agence de Port-Louis est d’accompagner l’ouverture de l’économie mauricienne et de faciliter son intégration dans la région de l’océan Indien, en améliorant la compétitivité du secteur productif et l’efficacité du secteur public. Depuis 2006, l’AFD finance de nombreux projets à travers toute une gamme d’instruments d’intervention. 

 Photo AFD - R. Etwaroo

 

À la une

Une visite pour mieux comprendre les enjeux de développement de Maurice

29/05/2017

 Jérémie Pellet, directeur général délégué de l’AFD s’est rendu à Maurice du 17 au 19 mai 2017. Une mission pour mieux comprendre les enjeux de l’action de l’Agence dans le pays et rencontrer les autorités locales.

Efficacité énergétique et environnement à l'honneur

Riche mission pour le directeur général délégué de l’AFD ! Au programme, des rencontres avec les autorités mauriciennes et le secteur privé.

Parmi les thèmes abordés, les activités de l’Agence en appui au secteur productif, notamment les lignes de crédit Sunref , les appuis aux initiatives public-privé dans le domaine de l’énergie et de l’environnement ou encore les initiatives régionales avec les organisations professionnelles. 

La rencontre avec le Premier ministre Pravind Kumar Jugnauth a permis de discuter des pistes de collaboration futures entre l’AFD et la République de Maurice.

 

Également au menu, des rencontres de haut niveau avec les principales banques du pays, Business Mauritius (association du secteur privé Mauricien), l’ UCCIOI (l’Union des chambres de commerces et d’industrie de l’Océan Indien), et certains clients de Proparco , filiale secteur privé de l'AFD. 

La mission s'est poursuivie sur le terrain avec la visite de deux projets financés via Sunref : le Super U de Flacq et l’usine Maurilait .

 

Clin d'oeil au CEFEB

Cette mission a enfin permis à Jérémie Pellet de remettre leurs diplômes à deux Cefebistes, Firdosh Mullug, qui travaille pour la Cargo Handling Corporation Limited et Vijaye Luxmi Padaruth, facilitateur pour le développement de projets urbains et ruraux à la National Development Unit.

Tous deux ont en effet suivi un Master 2 au Centre d'études financières, économiques et bancaires ( CEFEB) à Marseille. 

 
 
 


2016, une année record pour l'AFD

11/05/2017

Avec un record 2016 de 9,4 milliards d’euros d’engagements, l’AFD investit de nouveaux chantiers, notamment en Afrique continentale.

Rémy Rioux, Directeur Général de l’AFD, a présenté ce jour les résultats de l’AFD pour l’année 2016, dans la perspective de sa stratégie pour 2020.

A la demande du Président de la République en 2015, l’AFD a nettement augmenté le volume de ses financements conformément aux objectifs de la communauté internationale (ODD, Accord de Paris sur le climat), scellé son alliance stratégique avec la Caisse des Dépôts et Consignations et étendu son champ d’intervention.
 

 

Rémy Rioux, son Directeur général, décrypte la stratégie de l’AFD : « 2016, l’année de ses 75 ans, a été marquée par l’accroissement des engagements de l’AFD, son alliance stratégique avec la Caisse des Dépôts et Consignations et le renforcement de ses partenariats avec la société civile, les collectivités territoriales, le secteur privé, les banques de développement bilatérales et multilatérales, les institutions européennes et les grandes fondations. Avec 9,4 Md€ d’engagements, l’AFD a repris une trajectoire de croissance ambitieuse pour accompagner les grandes transitions dans les pays en développement et dans les Outre-mer français. Avec sa nouvelle stratégie, l’AFD jouera un rôle moteur pour soutenir l’émergence d’un monde en commun. »

En 2015, l’AFD a reçu du Président de la République l’objectif d’accroître son activité de + 60 % d’ici 2020 pour atteindre près de 13 Mds € d’engagements annuels. En 2016, cette trajectoire de croissance est engagée.

9,4 milliards d’euros de projets ont été financés par l’AFD : c’est +13 % en 1 an.

L’Afrique, toute l’Afrique, est la priorité de l’Agence, avec près de 4 Mds € d’engagements en 2016 en hausse de +25%.

  • De 2010 à 2016, 22 milliards d’euros ont été engagés en Afrique
  • En janvier 2017, au Sommet de Bamako, le Président de la République a pris un engagement encore plus ambitieux pour l’AFD : sur les cinq prochaines années, 23 milliards d’euros seront engagés pour l’Afrique
  • Pour soutenir le développement des énergies renouvelables, l’AFD a engagé 600 millions d’euros en Afrique en 2016. Elle prévoit de leur consacrer 3 milliards d’euros d’ici 2020.

L’AFD agit dans de nouveaux pays et de nouveaux secteurs :
  

  • Argentine, Cuba, Balkans : l’AFD va élargir son champ d’intervention géographique, partout où l’accompagnement d’une banque de développement engagée et solidaire est utile.
  • La nouvelle stratégie de l’agence ouvre des chantiers d’avenir, dans des secteurs sur lesquels l’AFD n’intervenait pas ou peu jusqu’ici : la gouvernance, les industries culturelles, l’enseignement supérieur, l’innovation et le numérique, le social business, l’action extérieur des collectivités locales, l’éducation au développement et à la solidarité internationale.

L’AFD et la CDC : une alliance stratégique active sur le terrain
L’alliance stratégique entre les deux institutions, signée le 6 décembre 2016, se concrétise sur le terrain. A l’international, elle se traduit par des outils communs, comme le fonds d’investissement dans les infrastructures de 600 M€ dont la création a été annoncée récemment par les deux Directeurs généraux au Burkina Faso. En France, elle permet une collaboration plus étroite avec les collectivités territoriales et tous les acteurs du développement dans les territoires.

Pour aller plus loin, lire la présentation détaillée des résultats de l'AFD en 2016


L’action de l’AFD en 2016

Une action sur les cinq continents :

  • 50 % des engagements financiers de l’AFD dans les pays étrangers (près de 4 Mds € en 2016 soit +25% en un an) vont à l’Afrique, toute l’Afrique, priorité de l’action de l’Agence, où 84 % des moyens budgétaires accordés par l’Etat sont concentrés. Dans sa nouvelle stratégie, l’Agence considère l’Afrique comme un tout. Du Maroc à l’Afrique du Sud, du Sénégal à Djibouti, avec ses dynamiques régionales, sans séparer le Nord du Sud du Sahara.
  • 20 % en Asie et dans le Pacifique pour financer des projets sobres en carbone (1,3 Mds € en 2016)
  • 20 % en Amérique Latine et Caraïbes, en particulier au service du développement urbain durable (1,1 Mds € en 2016)
  • 10 % au Proche et Moyen-Orient : pour financer une croissance inclusive et résiliente (741 Millions € en 2016)

L’AFD a également consacré 1,6 Md€ en 2016 au financement des Outre-mer français.

Les marqueurs de l’action de l’AFD : 6 x 50%

L’AFD, banque de développement de la France, solidaire et engagée au service des populations des pays du Sud et de l’Outre-mer, agit avec 6 marqueurs forts :

  • 50% de ses engagements à l’étranger sont en Afrique
  • 50% de son activité concerne des pays et territoires francophones
  • 50% de ses projets ont des impacts positifs sur le climat
  • 50% de ses projets contribuent à la réduction des inégalités de genre
  • 50% de ses bénéficiaires sont des acteurs non-étatiques (entreprises publiques et privées des pays du Sud, collectivités locales, établissements publics, ONG, banques)
  • 50% de ses projets sont menés en cofinancement avec d’autres bailleurs

L’AFD finance des trajectoires de croissance durable contribuant aux cinq transitions majeures dans lesquelles les pays en développement, comme les pays développés, sont engagés : transitions démographique et sociale, transition territoriale et écologique, transition énergétique, transition numérique et technologique, transition politique et citoyenne.

Des solutions qui génèrent des impacts positifs pour les populations

En 2016, l’AFD a financé 657 projets de développement, qui ont notamment permis :

  • d’améliorer le transport urbain en Nouvelle-Calédonie ;
  • de gérer les tensions entre populations hôtes et réfugiées au Liban et en Jordanie ;
  • de construire l’autonomie électrique du Burkina Faso ;

Des projets aux impacts concrets mesurables chaque année. En moyenne depuis 5 ans : 

  • 730 000 exploitations agricoles familiales soutenues ;
  • 665 MW d’énergies renouvelables installés ;
  • un accès à l’eau et à l’assainissement amélioré pour 1, 2 million de personnes ;
  • 54 000 PME appuyées ;
  • 832 000 enfants scolarisés.

Accéder à l'infographie   



Maurice - La Réunion : dialogue renforcé pour le déploiement des énergies vertes !

23/03/2017

Maurice et La Réunion, deux îles qui rencontrent les mêmes défis en matière d’énergie et affichent la même ambition de faire passer les énergies renouvelables au premier plan. Afin d’intensifier les échanges sur l’intégration des énergies vertes dans le réseau mauricien, l’île a signé un accord de partenariat avec l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie de La Réunion (ADEME) et l’AFD.

 

Énergies renouvelables : des ambitions communes

Les îles de l’océan Indien disposent de réseaux électriques contraints et sont confrontées aux problématiques spécifiques des zones non interconnectées (ZNI). Ces réseaux distribuent majoritairement une énergie produite sur la base de combustibles fossiles, qui ont un impact à la fois environnemental et économique.

Depuis quelques années, le recours à des énergies intermittentes dans le mix électrique de ces îles s’impose.

L’île Maurice a confirmé en 2015 son souhait de porter de 20 à 35 % la part d’énergie renouvelable dans son mix électrique d’ici 2025. Encore du chemin à parcourir pour Maurice et un défi à la fois institutionnel, car il implique un cadre réglementaire et une tarification adaptés, et technique puisqu’il fait aussi appel à une gestion intermittente du réseau électrique.

L’île de La Réunion, à travers la mise en œuvre de la Programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE), affiche quant à elle l’objectif de faire passer la part d’énergies renouvelables dans son mix électrique de 35 % aujourd’hui à 50 % en 2020. De bons résultats qui s’expliquent par le dynamisme des entreprises du secteur, dotées d’une expertise reconnue dans différentes filières.

Les institutions et opérateurs publics comme l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (ADEME) , le Cirad et la SPL Énergies constituent également des acteurs clefs en termes d’expertise et de promotion des énergies renouvelables en milieu insulaire.


 
Un accord pour l’échange d’expertise France - Maurice

Ambitions communes, stratégies convergentes, les deux îles sœurs ont témoigné ces dernières années d’une volonté politique forte d’échange et de partage dans ce secteur.

Piloté par l’ ADEME et le ministère de l’Énergie et des Utilités publiques (MEPU) de Maurice, ce partenariat participera à intensifier les échanges dans le domaine de la bioélectricité et de l’agroéconomie pour une production énergétique plus durable.

Un partenariat qui s’inscrit dans la continuité d’un accord signé en 2011 entre les gouvernements mauricien et français sur la coopération régionale entre Maurice et La Réunion, qui avait été suivi d’un accord de coopération sur le développement durable et la maîtrise de l’énergie.

 

 

La signature de ce partenariat tripartite (MEPU - ADEME - AFD) a eu lieu le 23 mars 2017 à la préfecture de La Réunion, en présence d’Ivan Leslie Collendavelloo, Premier ministre adjoint et ministre de l’Énergie et des Utilités publiques de Maurice, du préfet de la Réunion, de l’ambassadeur de France, du directeur régional de l’ADEME Réunion-Mayotte et du directeur de l’AFD pour Maurice et les Seychelles.

 
L’AFD à Maurice : un engagement pérenne et moteur en faveur de la transition énergétique

L’AFD est historiquement positionnée et fortement impliquée depuis 1975 sur le secteur de l’énergie à Maurice, dans lequel elle a financé de nombreux projets structurants.

Les axes stratégiques de l’Agence ciblent :

  • l’appui à la planification énergétique nationale ;
  • le financement et la promotion de l’efficacité énergétique ;
  • le financement des investissements de renforcement du réseau de transport et distribution ainsi que les infrastructures de production énergies renouvelables.

Dans cette perspective, l’AFD soutient le partenariat entre le MEPU et l’ADEME à hauteur de 100 000 euros.


 
Un partenariat gagnant-gagnant à visée opérationnelle !

Concrètement, le projet consistera en l’organisation de deux séminaires de travail sur plusieurs jours, entre Maurice et la Réunion, portant sur la production de bioélectricité et le cadre de régulation d’une politique publique en faveur des énergies renouvelables en milieu insulaire.

Le partenariat verra aussi la tenue d’un study tour en France métropolitaine sur les thèmes du cadre de la régulation en faveur des énergies renouvelables et des réseaux intelligents (« smart grids »).

Ces moments de partage d’expériences mobiliseront les acteurs publics mais également privés du secteur de l’énergie à Maurice et en France. Ces actions seront portées par la direction régionale de l’ADEME Réunion-Mayotte, qui apportera son savoir-faire et sa connaissance des acteurs réunionnais.



À Maurice, 2017 sera l’année de l’efficacité énergétique

13/03/2017

Réussir la transition énergétique : l’enjeu au cœur des échanges tenus dans le cadre du premier colloque national Énergies & Entreprises organisé le 2 mars dernier par Business Mauritius en partenariat avec l’AFD et le ministère de l'Énergie et des Services publics . Un événement de bon augure pour une année placée sous le thème de l’efficacité énergétique !

 

L’efficacité énergétique : une priorité mauricienne

Comme la plupart des îles de l’océan Indien, l’île Maurice dépend à 80 % des énergies fossiles qu’elle importe. Mais le pays est en marche vers les énergies renouvelables avec un objectif de 35 % d’ici 2025, et met en œuvre un certain nombre d’actions structurantes visant l’amélioration de la performance énergétique des acteurs (publics, privés et ménages).

En ce sens, le colloque Énergies & Entreprises, premier du genre, se donnait pour objectif d’ouvrir les perspectives d'une dynamique multi-acteurs en faveur de la transition énergétique des entreprises et du pays, et a placé l’efficacité énergétique au cœur de sa programmation. 

Des partenaires publics et privés se sont ainsi réunis pour dresser le bilan des actions menées jusqu’ici et valoriser les résultats du Programme national d'efficacité énergétique (PNEE) , développé par l’AFD avec le soutien financier de l’Union européenne et co-piloté par Business Mauritius et le ministère de l’Énergie et des Services publics

Un programme qui permet la réalisation d’une centaine d’audits énergétiques en entreprise entre 2015 et 2017 : en lien avec le développement durable, il réconcilie compétitivité et protection de l’environnement.

 

Performance énergétique et énergies renouvelables : des enjeux à l’échelle globale, aux défis et opportunités pour les entreprises mauriciennes

Plus de 200 participants ont répondu présent (chefs d’entreprises / managers, responsables techniques / ingénieurs, fournisseurs / installateurs, banques et assurances, ministères et bailleurs internationaux, universités) pour aborder ces questions clés : 

  • entre croissance du PIB et enjeux climat, comment choisir ? 
  • transition énergétique, opportunités ou contraintes ? 
  • chefs d'entreprise, savez-vous manager l'énergie ? 
  • comment créer un partenariat original secteur public, secteur privé et partenaires internationaux ?

La dynamique  « Nou lenerzi » impulsée par Business Mauritius en faveur de la transition énergétique mauricienne a aussi été présentée en images.

 

 

 

Relever ensemble le défi de la transition énergétique

Le Premier ministre adjoint et ministre de l’Énergie et des Services publics Ivan Leslie Collendavelloo a participé au panel d’ouverture avec le directeur de Business Mauritius Raj Makoond et le directeur de l’AFD pour Maurice et les Seychelles Matthieu Discour.

L’évènement a par ailleurs été organisé avec le soutien financier du ministère de l’Énergie et des Services publics et de Switch Africa Green .

Opération de lancement à visée tant stratégique qu’opérationnelle, cet évènement a donc ouvert avec succès une année 2017 au cours de laquelle plusieurs rendez-vous seront proposés aux entreprises et à l’ensemble des acteurs concernés, pour construire, ensemble, à partir des résultats du PNEE. 



Réduire les inégalités femmes / hommes dans le secteur privé mauricien : l’AFD s’engage

08/03/2017

8 mars, Journée internationale des droits des femmes . L’occasion idéale d’évoquer le colloque de haut niveau «  Gender diversity in leadership » organisé à Maurice le 28 février dernier. Un colloque qui, suivant le thème 2017 de cette Journée, traite lui aussi de la place des femmes dans le monde du travail.

 

Une mobilisation d’ampleur en faveur de l’égalité professionnelle femmes / hommes à Maurice

Organisé par le Mauritius Institute of Directors (MIoD) le 28 février dernier à Maurice, avec la participation de l’AFD, le colloque a permis d’aborder des sujets clés du genre  tant à l’échelle du pays que dans une perspective internationale : égalité professionnelle entre les hommes et les femmes, rôle des infrastructures ou solutions de garde d’enfants, équilibre entre vie professionnelle et personnelle et mixité aux conseils d’administration des entreprises.

 

 

Les échanges ont été initiés en présence de la Présidente de la République devant plus de 150 participants : parmi eux, des acteurs majeurs du secteur privé mauricien et du secteur public, des représentants du corps diplomatique et des partenaires internationaux. 

L'AFD, très engagée sur la thématique du genre, a soutenu l’événement et le directeur de l'agence pour Maurice et les Seychelles est intervenu afin d’apporter un éclairage sur le retour d’expérience et la situation en France.

 

Peu de postes à responsabilité pour les femmes

Si l’emploi formel des femmes est en augmentation à Maurice, peu d’entre elles ont accès aux postes à responsabilité au sein des entreprises et la proportion de femmes au sein des conseils d’administration évolue de manière positive mais reste très limitée.

Or la réduction des inégalités femmes / hommes constitue une réelle opportunité d’innovation et d’amélioration des performances pour les entreprises et de développement inclusif et durable pour le pays.

 

Face aux enjeux, une dynamique de concertation et de changement des pratiques

Pour le Mauritius Institute of Directors (MIoD) , il s’agit ainsi du coup d’envoi d’une initiative pérenne et tournée vers l’opérationnel, en faveur d’un changement structurel.

Des groupes de travail thématiques en cohérence avec les panels du colloque seront prochainement créés et travailleront dans les années à venir sur des solutions concrètes pour tendre vers la réduction des inégalités de genre au sein du secteur privé mauricien. 

 

Bientôt une ligne de crédit AFD qui intègre le genre !

Quant à l’AFD, elle envisage de poursuivre un travail en partenariat avec le secteur privé mauricien sur ces enjeux.

En ce sens, la ligne de crédit environnementale SUNREF 3 (75 millions d’euros), en cours d’instruction, intégrera une dimension genre significative : le projet  permettra ainsi de soutenir (techniquement et financièrement) les actions des entreprises en faveur de l’égalité professionnelle femmes / hommes.

 

 



À Maurice, un partenariat public / privé / bailleur en faveur de la transition énergétique !

06/03/2017

La compagnie des eaux mauricienne Central Water Authority intègre désormais le Programme national efficacité énergétique développé par l’AFD. Objectif : réduire la consommation électrique du secteur de l’eau à Maurice.

 

Le programme d’efficacité énergétique mauricien : un succès

Mis en œuvre avec succès depuis 2015, le Programme national efficacité énergétique (PNEE)  entend renforcer le développement d'un écosystème de l’efficacité énergétique dans le pays via la réalisation d’une centaine d'audits énergétiques dans des entreprises du secteur privé mauricien à horizon fin 2017.

En effet, l’audit énergétique est la pierre angulaire d’une politique nationale d’efficacité énergétique et un outil clé d’aide à la décision pour les chefs d’entreprises. 

Le PNEE est développé par l'AFD avec le soutien financier de l'Union Européenne et co-piloté par le ministère de l'Énergie et des Utilités publiques et Business Mauritius

 

Quand le secteur public de l’eau s’engage

En s’inscrivant dans une démarche de développement durable et de recherche d’efficacité énergétique, la compagnie des eaux mauricienne Central Water Authority (CWA) a souhaité intégrer le Programme national efficacité énergétique à Maurice : elle devient ainsi la première organisation parapublique à bénéficier de cette dynamique impliquant initialement le secteur privé. 

L’enjeu économique est de taille compte tenu de la consommation électrique nécessaire aux activités de production et de distribution d’eau potable à l’échelle du pays. Les industries de l'eau constituent en effet un secteur de l'économie où la consommation d'électricité est relativement élevée.

En outre, cette initiative de la CWA s’intègre totalement dans la mise en œuvre des engagements nationaux et internationaux en termes de lutte contre le changement climatique.

 

Production et distribution d’eau : comment réaliser des économies d’énergie ? 

C’est le groupement Optinergie (Réunion)- Setec Hydratec (France) qui a été sélectionné par l'AFD et son assistance technique (PNEE) en tant que consultant spécialisé sur ces types d’usage de l’énergie. L’entité est actuellement à Maurice dans le cadre de sa prestation (audit et formation) auprès du groupe PNEE « moteurs, pompes et ventilateurs ».

L'exercice d'audit énergétique de la Central Water Authority va porter sur quatre sites majeurs et représentatifs pour lesquels des recommandations précises seront formulées en vue de réaliser le potentiel d’économie d’énergie identifié :

  • la station de traitement de La Marie ;
  • et les stations de pompage d’Holyrood, Cluny et Belle Rose Clemencia.

Par la suite, la CWA envisage d’étendre cette démarche d’optimisation à d'autres sites.

 

Une démarche partenariale clé et efficace

La réussite de cette intégration témoigne une nouvelle fois de la pertinence et de l’efficacité du travail en partenariat public / privé / bailleur international en faveur de la transition énergétique de l’île Maurice.

L’accord liant l’AFD et la CWA a été signé le 25 janvier 2017 par les dirigeants des deux organisations (CWA et l'agence régionale de l'AFD pour Maurice et les Seychelles) en présence du directeur de Business Mauritius.

 



 
 
1 
2  3  4  5   ... 
 
 
Archives

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l’installation de cookies sur votre poste, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. En savoir plus