Le groupe AFD est présent au Sénégal depuis 1946. Il est représenté à Dakar par une agence régionale qui ouvre également le Cabo Verde, la Gambie et la Guinée-Bissau.

L’AFD finance des projets ou programmes qui s’insèrent dans les priorités retenues par les gouvernements sénégalais et français. Les interventions de l’AFD répondent pleinement aux priorités du Plan Sénégal Emergent (PSE) adopté début 2014.

 

À la une

2016, une année record pour l'AFD

11/05/2017

Avec un record 2016 de 9,4 milliards d’euros d’engagements, l’AFD investit de nouveaux chantiers, notamment en Afrique continentale.

Rémy Rioux, Directeur Général de l’AFD, a présenté ce jour les résultats de l’AFD pour l’année 2016, dans la perspective de sa stratégie pour 2020.

A la demande du Président de la République en 2015, l’AFD a nettement augmenté le volume de ses financements conformément aux objectifs de la communauté internationale (ODD, Accord de Paris sur le climat), scellé son alliance stratégique avec la Caisse des Dépôts et Consignations et étendu son champ d’intervention.
 

 

Rémy Rioux, son Directeur général, décrypte la stratégie de l’AFD : « 2016, l’année de ses 75 ans, a été marquée par l’accroissement des engagements de l’AFD, son alliance stratégique avec la Caisse des Dépôts et Consignations et le renforcement de ses partenariats avec la société civile, les collectivités territoriales, le secteur privé, les banques de développement bilatérales et multilatérales, les institutions européennes et les grandes fondations. Avec 9,4 Md€ d’engagements, l’AFD a repris une trajectoire de croissance ambitieuse pour accompagner les grandes transitions dans les pays en développement et dans les Outre-mer français. Avec sa nouvelle stratégie, l’AFD jouera un rôle moteur pour soutenir l’émergence d’un monde en commun. »

En 2015, l’AFD a reçu du Président de la République l’objectif d’accroître son activité de + 60 % d’ici 2020 pour atteindre près de 13 Mds € d’engagements annuels. En 2016, cette trajectoire de croissance est engagée.

9,4 milliards d’euros de projets ont été financés par l’AFD : c’est +13 % en 1 an.

L’Afrique, toute l’Afrique, est la priorité de l’Agence, avec près de 4 Mds € d’engagements en 2016 en hausse de +25%.

  • De 2010 à 2016, 22 milliards d’euros ont été engagés en Afrique
  • En janvier 2017, au Sommet de Bamako, le Président de la République a pris un engagement encore plus ambitieux pour l’AFD : sur les cinq prochaines années, 23 milliards d’euros seront engagés pour l’Afrique
  • Pour soutenir le développement des énergies renouvelables, l’AFD a engagé 600 millions d’euros en Afrique en 2016. Elle prévoit de leur consacrer 3 milliards d’euros d’ici 2020.

L’AFD agit dans de nouveaux pays et de nouveaux secteurs :
  

  • Argentine, Cuba, Balkans : l’AFD va élargir son champ d’intervention géographique, partout où l’accompagnement d’une banque de développement engagée et solidaire est utile.
  • La nouvelle stratégie de l’agence ouvre des chantiers d’avenir, dans des secteurs sur lesquels l’AFD n’intervenait pas ou peu jusqu’ici : la gouvernance, les industries culturelles, l’enseignement supérieur, l’innovation et le numérique, le social business, l’action extérieur des collectivités locales, l’éducation au développement et à la solidarité internationale.

L’AFD et la CDC : une alliance stratégique active sur le terrain
L’alliance stratégique entre les deux institutions, signée le 6 décembre 2016, se concrétise sur le terrain. A l’international, elle se traduit par des outils communs, comme le fonds d’investissement dans les infrastructures de 600 M€ dont la création a été annoncée récemment par les deux Directeurs généraux au Burkina Faso. En France, elle permet une collaboration plus étroite avec les collectivités territoriales et tous les acteurs du développement dans les territoires.

Pour aller plus loin, lire la présentation détaillée des résultats de l'AFD en 2016


L’action de l’AFD en 2016

Une action sur les cinq continents :

  • 50 % des engagements financiers de l’AFD dans les pays étrangers (près de 4 Mds € en 2016 soit +25% en un an) vont à l’Afrique, toute l’Afrique, priorité de l’action de l’Agence, où 84 % des moyens budgétaires accordés par l’Etat sont concentrés. Dans sa nouvelle stratégie, l’Agence considère l’Afrique comme un tout. Du Maroc à l’Afrique du Sud, du Sénégal à Djibouti, avec ses dynamiques régionales, sans séparer le Nord du Sud du Sahara.
  • 20 % en Asie et dans le Pacifique pour financer des projets sobres en carbone (1,3 Mds € en 2016)
  • 20 % en Amérique Latine et Caraïbes, en particulier au service du développement urbain durable (1,1 Mds € en 2016)
  • 10 % au Proche et Moyen-Orient : pour financer une croissance inclusive et résiliente (741 Millions € en 2016)

L’AFD a également consacré 1,6 Md€ en 2016 au financement des Outre-mer français.

Les marqueurs de l’action de l’AFD : 6 x 50%

L’AFD, banque de développement de la France, solidaire et engagée au service des populations des pays du Sud et de l’Outre-mer, agit avec 6 marqueurs forts :

  • 50% de ses engagements à l’étranger sont en Afrique
  • 50% de son activité concerne des pays et territoires francophones
  • 50% de ses projets ont des impacts positifs sur le climat
  • 50% de ses projets contribuent à la réduction des inégalités de genre
  • 50% de ses bénéficiaires sont des acteurs non-étatiques (entreprises publiques et privées des pays du Sud, collectivités locales, établissements publics, ONG, banques)
  • 50% de ses projets sont menés en cofinancement avec d’autres bailleurs

L’AFD finance des trajectoires de croissance durable contribuant aux cinq transitions majeures dans lesquelles les pays en développement, comme les pays développés, sont engagés : transitions démographique et sociale, transition territoriale et écologique, transition énergétique, transition numérique et technologique, transition politique et citoyenne.

Des solutions qui génèrent des impacts positifs pour les populations

En 2016, l’AFD a financé 657 projets de développement, qui ont notamment permis :

  • d’améliorer le transport urbain en Nouvelle-Calédonie ;
  • de gérer les tensions entre populations hôtes et réfugiées au Liban et en Jordanie ;
  • de construire l’autonomie électrique du Burkina Faso ;

Des projets aux impacts concrets mesurables chaque année. En moyenne depuis 5 ans : 

  • 730 000 exploitations agricoles familiales soutenues ;
  • 665 MW d’énergies renouvelables installés ;
  • un accès à l’eau et à l’assainissement amélioré pour 1, 2 million de personnes ;
  • 54 000 PME appuyées ;
  • 832 000 enfants scolarisés.

Accéder à l'infographie   



Première visite au Sénégal de Philippe Bauduin, directeur général adjoint de l'AFD

01/03/2017

Àl’occasion de sa première visite au Sénégal en tant que directeur général adjoint fin février 2017, Philippe Bauduin s'est rendu sur le terrain : un moment privilégié pour découvrir certaines des réalisations emblématiques financées par l’AFD dans le secteur du développement urbain et des infrastructures de transport.

 

Transport : faire face à une demande  croissante d'infrastructures 

Au programme de sa visite, l’autoroute à péage Dakar-Diamniadio, première autoroute à péage urbaine en Afrique sub-saharienne, financée via un partenariat public-privé et à laquelle l’AFD a contribué à hauteur de 149 millions d’euros.

Philippe Bauduin s’est également rendu dans la banlieue de Dakar sur le tracé du futur Train Express Régional (TER), soutenu par l'AFD à hauteur de 100 millions d'euros, ainsi que sur le site du nouvel aéroport international Blaise Diagne (70 millions d'euros) dont la mise en service est attendue à la fin de l'année.


L'AFD partenaire du Sénégal pour une croissance durable
 
Également au programme, un entretien avec le ministre des Infrastructure et des Transports terrestres et du Désenclavement, une rencontré clé compte tenu de l’implication souhaitée de l’AFD dans la restructuration des transports urbains du Grand Dakar après la mise en place des deux axes structurants que sont le BRT et le TER. La participation de l’AFD au projet de lignes de bus de rabattement, au profit des deux infrastructures, a ainsi été abordée.
 
Au cours de ce déplacement, il a également échangé avec le ministre de l’Economie, des Finances et du Plan : l'occasion de rappeler les nombreuses dimensions des activités de l’AFD au Sénégal et de réaffirmer le soutien de l’Agence dans la mise en œuvre du Plan Sénégal Emergent.
 

 

  



L'AFD et Bpifrance s'engagent pour l'innovation numérique en Afrique avec le concours de startups Digital Africa 2017

13/01/2017

À l’occasion du 27ème sommet Afrique-France à Bamako, l’AFD et Bpifrance présentent les 10 startups lauréates du concours d’innovation numérique "Digital Africa 2017" : 5 startups africaines et 5 françaises dans les secteurs fintech, santé, environnement, énergie et agriculture ;10 entrepreneurs dont les innovations font émerger de nouvelles opportunités pour dynamiser le développement en Afrique.

► Découvrez les lauréats

L’appel à candidature, lancé par l’AFD et Bpifrance le 11 octobre dernier, auprès des startups africaines et françaises du numérique, a permis de sélectionner 463 startups innovantes sur plus de 800 candidatures reçues : 64 françaises et 399 africaines (nombreuses candidatures du Sénégal, Côte d’Ivoire, Bénin, Cameroun, Nigéria et Kenya notamment) et de retenir dix pépites lauréates.

► En savoir plus sur le challenge

Si les secteurs énergie et fintech rassemblent une majorité de projets, toutes startups confondues, l’agriculture et la santé représentent un intérêt majeur pour les entrepreneurs africains. Les 10 startups lauréates, invitées au Sommet de Bamako, profitent ainsi d’un tremplin unique pour rencontrer de nouveaux partenaires économiques et industriels. Elles bénéficieront par ailleurs d’un programme d’accompagnement et de soutien personnalisés de la part de l’AFD et de Bpifrance.

10 innovations lauréates prometteuses

Le jury du concours de startups Digital Africa, composé d'une quinzaine de professionnels et experts de l'innovation numérique, emmené par ses deux parains, Karim Sy, entrepreneur basé à Dakar, fondateur du réseau Jokkolabs (1er espace de travail collaboratif africain) et Gilles Babinet, entrepreneur français, fondateur de Africa4Tech, représentant de la France aurpès de la Commission européenne sur les sujets numériques ("Digital Champion"), a été conquis par des solutions rendant l'innovation accessible au plus grand nombre et favorisant un développement plus durable.
Le Prix du public (vote en ligne) a en outre distingué deux startups développant des innovations dans le secteur de la santé.

Parmi les innovations primées, des outils numériques à destination des petits agriculteurs qui leur apportent conseils, aide à la décision, prévisions et simulations de rendement, ou encore analyse du risque afin de leur ouvrir les portes des institutions financières. Dans le secteur de la santé plusieurs innovations facilitent l' accès aux soins, orientent vers la prise charge appropriée et accompagnent le patient. D'autres innovations proposent des solutions durables de mobilité ou des solutions de prépaiement pour l'accès à l'eau potable.
 

► Téléchargez le dossier de presse

 


Rémy Rioux, Directeur Général de l’AFD

"La révolution numérique est en marche en Afrique, elle transforme les modes de vie, l’économie et les emplois. Puissant facteur d’inclusion sociale, les technologies permettent de dépasser les distances en créant de nouveaux services qui stimulent les économies locales. L’AFD est fière de contribuer à l’émergence de cette
économie innovante en soutenant 5 startups africaines, sélectionnées parmi près de 500 projets avec un
programme d’accompagnement, de mentoring, d’incubation et de networking. Leurs solutions apportent des réponses concrètes aux questions de santé, d’agriculture, d’énergie et de financement. L’enjeu numérique est au coeur de la croissance durable de l’Afrique et l’AFD mobilise ses expertises pour accélérer la transformation
du continent."
 


 Nicolas Dufourcq, Directeur Général de Bpifrance

"Le nombre de candidatures - près de 500 ! - illustre les défis à relever dans ce continent en plein renouveau. L’Afrique change à une vitesse enthousiasmante. Ce développement amène un lot de problématiques sociétales et environnementales nouvelles. Les entreprises doivent se saisir de cette transformation et travailler ensemble pour relever ces défis. À nous et nos homologues africains, en partenariat avec les acteurs privés, de fournir le capital à la jeunesse pour qu’elle renverse la table."
 



Sénégal – Inauguration de casiers rizicoles pour améliorer la sécurité alimentaire

25/10/2016

 

A l’occasion de sa tournée dans le nord-est du Sénégal, l’Ambassadeur de France, M. Christophe Bigot, accompagné de la Directrice de l’agence de Dakar, Mme Laurence Hart, a procédé le 21 octobre 2016, à l’inauguration des casiers rizicoles financés dans le cadre du projet d'Amélioration de la Sécurité Alimentaire et de l’appui à la Mise en marché des produits agricoles dans la région de Matam.

Ce projet financé par l'AFD à hauteur de 22,5 millions d'euros a permis d’aménager 1275 hectares de terre bénéficiant à 2125 exploitations familiales, de réaliser 69 km de pistes pour désenclaver plus de 20 villages, et des infrastructures économiques collectives notamment pour faciliter la mise en marché des produits agricoles. Avec ces casiers rizicoles, il est attendu une  production supplémentaire de plus de 7000 tonnes qui équivaut à plus de 14 milliards de FCFA de revenus pour les différents acteurs (producteurs, riziers et commerçants).



L’AFD et Bpifrance s’associent pour lancer un concours d’innovation numérique ouvert aux startups africaines et françaises qui agissent pour le développement en Afrique

11/10/2016

Pour la première fois, l’AFD, qui finance depuis près de 75 ans des projets de développement en Afrique, et Bpifrance, s’associent pour lancer le "Startup Challenge Digital Africa", concours d’innovation en faveur du développement des startups numériques en Afrique. Les startups africaines et françaises ont jusqu’au 15 novembre 2016 pour déposer leurs dossiers dans les secteurs fintech, santé, environnement-énergie et agriculture.

Les candidatures sont ouvertes jusqu’au 15 novembre 2016 sur la plateforme ► http://digitalafrica.afd.fr 

 

 

Pourquoi ce challenge ?

L’Afrique est de plus en plus connectée, grâce notamment à l’adoption rapide du mobile, et est devenue une terre d’innovation numérique. Le développement du paiement mobile et l’adoption grandissante des smartphones et du haut-débit sont autant de facteurs qui permettent aux entrepreneurs du numérique de proposer de nouveaux produits et services dans l’ensemble des secteurs économiques. Le dynamisme des écosystèmes numériques se traduit par la multiplication des hubs technologiques, coworking, lab, incubateurs dont le nombre dépasse à présent 300 sur le continent.

Face à ce constat, l’AFD et Bpifrance ont souhaité mutualiser leur expérience en matière de financement de l’innovation numérique et du développement. Le "Startup Challenge Digital Africa" doit encourager et soutenir des nouveaux acteurs de l’économie numérique, accélérer la diffusion de savoir-faire et faciliter l’émergence de nouvelles solutions pour le développement.

Quatre secteurs ont été sélectionnés pour leur dynamisme et leur potentiel d’impact pour le développement du continent :

  • la fintech
  • la santé
  • l’environnement/énergie
  • l’agriculture
     

Qu’il y a-t-il à la clé ?

Un jury désignera deux startups lauréates, une africaine et une française, dans chacun des 4 secteurs (soit 8 startups).
Deux startups supplémentaires, une africaine et un française, seront sélectionnées via un vote en ligne.
Au total ce seront donc 10 startups qui seront récompensées.
Elles seront invitées à venir présenter leur initiative et rencontrer des partenaires lors du 27ème Sommet Afrique-France qui se tiendra à Bamako les 13 et 14 janvier 2017.

Comment candidater ?

Les entrepreneurs africains et français doivent soumettre en ligne ( http://digitalafrica.afd.fr ) avant le 15 novembre 2016 les éléments clef de leur projet entrepreneurial et indiquer s’il souhaite concourir dans les catégories fintech, santé, environnement/énergie ou  agriculture.
 

Un jury qualifié et deux parrains de choix

Le jury sera composé de personnalités qualifiées, africaines et françaises et de représentants de l’AFD et de Bpifrance. Le Startup Challenge Digital Africa est parrainé par deux entrepreneurs influents du monde des technologies et de l’innovation :
 

Karim Sy
Entrepreneur basé à Dakar
Fondateur du réseau Jokkolabs (1er espace de travail collaboratif africain) 

Gilles Babinet
Entrepreneur français, Fondateur de Africa4Tech
Premier président du Conseil national du Numérique
Représentant de la France auprès de la Commission européenne sur les sujets numériques (« Digital Champion »)

 

L’AFD et Bpifrance


Rémy Rioux, Directeur Général de l’AFD indique « Le numérique peut-être un formidable accélérateur de développement durable en Afrique, à la condition que chacun puisse bénéficier du tremplin de l’innovation. L’Agence Française de Développement veut accompagner cette transition porteuse de nouvelles trajectoires de croissance, soutenir des entrepreneurs du Sud dont les projets sont prometteurs pour leur continent et favoriser les interactions entre entrepreneurs du Nord et du Sud. C’est pour cette raison que l’AFD et Bpifrance ont souhaité s’associer pour lancer ensemble ce concours.».

Nicolas Dufourcq, Directeur général de Bpifrance, déclare « Les sauts technologiques qui s’opèrent actuellement en Afrique et l’émergence d’une classe moyenne jeune crée des opportunités exceptionnelles de développement pour les entreprises africaines et françaises. Nous sommes fiers de participer à ce concours qui s’inscrit dans la continuité de nos actions pour l’internationalisation des entreprises et la coopération avec le continent Africain. ».

 

À propos de Bpifrance


Bpifrance , filiale de la Caisse des Dépôts et de l’État, partenaire de confiance des entrepreneurs français, accompagne les entreprises, de l’amorçage jusqu’à la cotation en bourse, en crédit, en garantie et en fonds propres. Bpifrance assure, en outre, des services d’accompagnement et de soutien renforcé à l’innovation, à la croissance externe et à l’export, en partenariat avec Business France et Coface. Bpifrance propose aux entreprises un continuum de financements à chaque étape clé de leur développement et une offre adaptée aux spécificités régionales.
Fort de 47 implantations régionales (90 % des décisions prises en région), Bpifrance constitue un outil de compétitivité économique au service des entrepreneurs. Bpifrance agit en appui des politiques publiques conduites par l’État et par les Régions pour répondre à trois objectifs :
• accompagner la croissance des entreprises ;
• préparer la compétitivité de demain ;
• contribuer au développement d’un écosystème favorable à l’entrepreneuriat.

Avec Bpifrance, les entreprises bénéficient d’un interlocuteur puissant, proche et efficace, pour répondre à l’ensemble de leurs besoins de financement, d’innovation et d’investissement.


 

 



Accompagner le développement de l’entrepreneuriat innovant en Afrique

06/10/2016

A l’occasion de la 4ème édition des Rencontres de l’Entrepreneuriat Innovant Nord et Sud organisée par l’incubateur Bond’Innov avec le soutien de l’Organisation Internationale de la Francophonie ( OIF ) et de l’Institut de la Recherche pour le Développement ( IRD ), l’AFD représentée par sa directrice adjointe des opérations, Aude Flogny, et l’Association Bondy Innovation représentée par son président, Jean-François Boussard, ont signé une convention de financement du Programme Afrique Innovation pour un montant de 1,7 millions d’euros.

Un programme pour permettre aux incubateurs africains d’être plus attractifs, visibles et efficaces

Initié par l’incubateur francilien Bond’Innov, l’incubateur dakarois pour les entrepreneurs des technologies de l’information et de la communication (le CTIC ) et l’incubateur des petites et moyennes entreprises au Niger (le CIPMEN ), ce programme pilote doit permettre de regrouper les professionnels de l’accompagnement à l’entrepreneuriat autour de bonnes pratiques communes, outils et services partagés, pour monter chacun en compétence et répondre plus efficacement aux besoins des entrepreneurs.

Le programme cible les structures d’appui à l’entrepreneuriat innovant, et à travers ces structures, leurs équipes et leurs startups. Il s’inscrit dans une démarche de co-construction globale avec les acteurs de l’innovation en Afrique. "Une vingtaine de structures d’accompagnement à l’entrepreneuriat de différents pays d’Afrique francophone devraient être impactées à la fin du programme" souligne Aude Flogny, directrice adjointe des opérations de l’AFD.

Améliorer et optimiser l’accompagnement des porteurs de projets

Plus concrètement, le programme consiste dans la mise en place d’une plateforme web ouverte à tous ( Afric’innov ), qui ambitionne d'être à la fois, le média de référence de l’innovation en Afrique francophone et un système d’information et de ressources en ligne pour les structures d’accompagnement à l’entrepreneuriat.

"L’objectif est de réduire les coûts de fonctionnement de chaque structure d’accompagnement et d’ouvrir de nouveaux outils et services à valeur ajouté et complémentaire des structures existantes, avec une logique de partage et d’optimisation des ressources" souligne Jean-françois Boussard, Président de Bondy Innovation.

De l’idée à la création d’entreprise, puis de la création au développement de la petite et moyenne entreprise, toutes les phases de développement seront couvertes, mais le financement initial fait souvent défaut pour les entrepreneurs. Aussi, le second objectif du programme vise à soutenir les porteurs de projets eux-mêmes en testant différents dispositifs de financement de ces start-ups dans leur phase de lancement.

Cinq structures françaises seront impliquées dans le suivi du programme : AFD, Orange , Institut de Recherche pour le Développement ( IRD ), la fondation Africa-France et à compter de janvier 2017, l’ Organisation Internationale de la Francophonie.


 


A propos de l’Association Bondy Innovation
Fondée en 2011 par l’IRD, l’Université Paris XIII, la Ville de Bondy, la Communauté d’agglomération Est Ensemble et le Conseil départemental de Seine-Saint-Denis, l’Association Bondy Innovation, à travers son incubateur Bond’innov détecte, sélectionne et accompagne des projets de création d'entreprises innovantes. Hébergé sur le campus de l’innovation pour la planète à Bondy, c’est le premier incubateur francilien soutenant les projets de start-up du Sud ou en lien avec le Sud. Ses thématiques, non exclusives, concernent l’innovation dans les domaines de la santé et les biotechnologies, l’économie sociale et solidaire, les TIC, le développement durable et l’environnement. Membre de nombreux think-tanks sur les sujets du développement avec les pays du Sud, Bond’innov est également un centre d’expertise et un hub régional de l’innovation en lien avec les pays du Sud.
Contact presse : Aminata Karamoko akaramoko@bondinnov.com / +33 (0) 01 48 02 79 43
www.bondinnov.com


A propos de l’OIF
L’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) compte 57 Etats et gouvernements membres, et 23 pays observateurs. Elle mène des actions de politique internationale et de coopération multilatérale, conformément aux 4 grandes missions tracées par le Sommet de la Francophonie :

  • Promouvoir la langue française et la diversité culturelle et linguistique
  • Promouvoir la paix, la démocratie et les droits de l’Homme
  • Appuyer l’éducation, la formation, l’enseignement supérieur et la recherche
  • Développer la coopération au service du développement durable.

Une attention particulière est portée aux jeunes et aux femmes ainsi qu’au numérique dans l’ensemble des actions de l’OIF. Pour plus de renseignements: http://www.francophonie.org



 



 
 
1 
2  3  4  5   ... 
 
 
Archives

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l’installation de cookies sur votre poste, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. En savoir plus