Le Groupe AFD au Togo

L'AFD est présente depuis 1957 au Togo à travers ses actions dédiées aux secteurs clefs de développement et de croissance économique.

Découvrez les activités du Groupe AFD au Togo

Activités
Eau et assainissement

L'AFD contribue à l'atteinte de l'Objectif du Millenaire pour le Développement (OMD) identifié comme prioritaire par le gouvernement togolais.

En savoir plus

Eau
Soutien aux réformes en faveur du secteur de la santé

L'AFD participe à l'amélioration de l'acces à des soins de qualité en garantissant une ressource humaine efficace et une bonne gestion des médicaments.

En savoir plus

Santé
Aménagement urbain
Aménagement urbain, une réponse durable au développement rapide des villes

L'AFD accompagne le Togo pour une maîtrise du développement des villes.

Dév urbain
Appui au secteur privé national et régional

Soutenir le secteur productif à travers le financement des secteurs bancaire et privé (garanties et prêts non souverains)

En savoir plus

Secteur Privé
Agriculture
Agriculture
Agriculture et Sécurité alimentaire

À la une

Découvrez le site de Sunref, le label finance verte de l’AFD !

03/06/2016

L’AFD lance le site Sunref destiné à ses partenaires et aux acteurs de la finance verte. Véritable plateforme pour échanger, partager et agir, le site présente les projets de ce programme innovant.

Mise en réseau des acteurs du secteur
 
Le site internet de Sunref constitue une plateforme dédiée à la finance verte qui offre aux différents acteurs (banques, entreprises, bailleurs, pouvoirs publics) la possibilité d’échanger, de diffuser et de capitaliser sur les meilleures pratiques. 
 
 
Faciliter la transition énergétique
 
Le programme Sunref (Sustainable Use of Natural Resources and Energy Finance), le label finance verte de l'AFD a pour objectifs de:
  • faciliter l’accès à une énergie durable abordable pour garantir le développement d’une économie sobre en carbone ;
  • participer à l’atténuation des causes du changement climatique.
 
Inciter le secteur privé à se tourner vers les énergies renouvelables
 
Sunref aide les acteurs privés des pays du Sud à saisir les opportunités de la transition écologique et encourage les banques locales à les financer, selon des conditions financières adaptées. 
 
Cette offre innovante permet au secteur privé :
  • d’avoir un meilleur accès au financement bancaire pour acquérir des équipements de meilleure qualité ; 
  • de réaliser des économies ;
  • d’accroître sa compétitivité grâce à une meilleure gestion de l’énergie et une prise en compte de l’environnement. 

 

Télécharger le communiqué de presse



Rémy Rioux est nommé Directeur général de l’Agence Française de Développement en Conseil des ministres, ce 25 mai 2016

25/05/2016

Sur proposition de François Hollande au Parlement le 27 avril dernier et après un vote favorable à l’unanimité des députés et à la majorité des sénateurs, M. Rémy Rioux, 46 ans, secrétaire général adjoint du ministère des Affaires étrangères et du développement international, est nommé ce jour, en Conseil des ministres, Directeur général de l’Agence Française de Développement, Etablissement Public Industriel et Commercial, en charge du développement des pays du Sud et de l’Outre-mer. 11ème directeur général de l’AFD, Rémy Rioux prendra la tête de l’AFD, le 2 juin 2016.

Né en juin 1969 à Neuilly-sur-Seine, ancien élève de l’Ecole normale supérieure de la rue d’Ulm, de Sciences Po et de l’Ecole nationale d’administration, Rémy Rioux, historien de formation, ancien élève d’Alain Corbin et de Pierre Nora, conseiller maître à la Cour des comptes, a alterné, au cours de sa carrière, des responsabilités en France et au service du développement et de l'Afrique.


Rémy Rioux est nommé Directeur général de l'AFD © Alain Buu

A l’âge de 26 ans, Rémy Rioux découvre le continent africain à l’occasion d’un stage de l’ENA au Bénin, puis en militant pour la promotion de l’harmonisation du droit des affaires en Afrique. Passionné par ce continent, il le sillonne tout au long de sa carrière, y noue des liens forts, et y acquiert une expertise reconnue des enjeux de développement. Au Trésor de 2004 à 2007 puis de 2010 à 2012, il contribue notamment à moderniser la coopération monétaire avec les pays africains membres de la Zone franc, participe à la résolution de la crise ivoirienne et contribue à placer la question des infrastructures et du développement au cœur de l’agenda international du G20. Il est alors administrateur de l’AFD et de sa filiale PROPARCO.

Rémy Rioux a par ailleurs exercé des missions de contrôle dans les secteurs de l'énergie et de la défense à la Cour des comptes entre 1997 et 2004. Il a travaillé au ministère de l’intérieur de 2000 à 2002, au sein du cabinet du ministre Daniel Vaillant, en charge notamment du budget et du passage à l’euro. Il a également exercé des fonctions à l’Agence des participations de l’Etat, de 2007 à 2010, comme directeur de participations en charge des secteurs des transports et des médias, participant au conseil d’administration de différentes entreprises (SNCF, RATP, ADP, Renault, France Télévisions, France Médias Monde, Arte, le Grand Port Maritime du Havre).

En 2012, directeur de cabinet du ministre de l’Economie, des Finances et du Commerce extérieur, Pierre Moscovici, il participe activement à la redéfinition des relations économiques entre l'Afrique et la France et aux travaux menés par Jacques Attali sur la francophonie économique. Deux ans plus tard, Laurent Fabius, ministre des Affaires étrangères et du Développement international, le nomme secrétaire général adjoint du Quai d’Orsay, en charge notamment des questions économiques. A ses côtés, il pilote le volet financier des négociations pour la COP21.

Après l’annonce par le Président de la République, en septembre 2015, d’une relance de la politique française de développement à travers la hausse des financements de 4 milliards d’euros d’ici 2020, pour atteindre 12,5 milliards d’engagements annuels, (dont 5 milliards d’euros en faveur du climat), il est chargé d'une mission de préfiguration du rapprochement entre l'Agence Française de Développement et la Caisse des Dépôts qui doit doter la France d’un outil à même de relever les défis des Objectifs du développement durable.

Homme de dialogue et de conviction, il est très attaché au Massif central, en particulier à la Corrèze et la Lozère, où il séjourne fréquemment, avec sa femme et ses trois enfants.


Dates clefs

  • 26 juin 1969 : Naissance à Neuilly-sur-Seine, France
  • 1997 : auditeur à la Cour des comptes à sa sortie de l’ENA (promotion Marc Bloch), il y deviendra Conseiller Maître en 2013
  • 2001 et 2002 : conseiller budgétaire au cabinet de Daniel Vaillant au ministère de l’Intérieur
  • 2003 : missions de contrôle dans les secteurs de l’énergie et de la défense à la Cour des Comptes
  • 2004 : direction du Trésor, Chef du bureau de la coopération monétaire et du développement avec les pays d’Afrique, des Caraïbes, du Pacifique et de la zone franc
  • 2007 : sous-directeur des transports et de l’audiovisuel de l’Agence des participations de l’Etat
  • 2010 : sous-directeur des affaires financières internationales et développement à la direction générale du Trésor
  • 2012 à 2014 : directeur du cabinet de M. Pierre Moscovici au ministère de l’Economie et des Finances
  • 2014 : secrétaire général adjoint du ministère des Affaires étrangères et du Développement international, chargé notamment des affaires économiques
  • 2015 : responsable des questions financières au sein de l’équipe française de négociation pour la COP21.
  • Juin 2016 : nommé 11ème Directeur général de l’Agence Française de Développement.


Renforcement de la coopération France-Togo : inauguration du centre de formation "CFMI "

06/05/2016

Le président de la République, Faure Gnassingbé et le secrétaire d'État au Développement et à la francophonie, André Vallini, ont inauguré le 4 mai dernier, le Centre de formation aux métiers de l’industrie , situé dans la zone portuaire de Lomé. Il s'agit d'un centre de formation à caractère national et sous- régional, construit dans le cadre du partenariat France-Togo.

Emplois pour les jeunes, compétences adéquates pour les entreprises
 
Faure Gnassingbé et André Vallini ont visité le Projet de modernisation de la formation professionnelle en partenariat avec le secteur privé , un projet emblématique mis en œuvre et soutenu par la France dans le secteur de la formation professionnellle.

Financé à hauteur de 6 millions d’euros par l’AFD, le projet consacre 4 millions d’euros, soit environ 2,623 milliards de francs CFA à sa première composante : la création du Centre de formation aux métiers de l’industrie – CFMI .

Les apprenants en salle de cours théoriques

Le centre a pour vocation de répondre aux besoins des entreprises industrielles du Togo en mettant à leur disposition une main d’œuvre qualifiée et opérationnelle. Afin de garantir l’implication des entreprises dans la gestion du centre et de veiller à l’adaptation des offres de formations à leurs besoins, l’État togolais a officiellement délégué la gestion du CFMI à l’Association pour la formation aux métiers de l’industrie.
 
“ Ce centre est novateur: il fonctionne pour et par les entreprises, afin d'assurer une parfaite adéquation entre l'offre de formation et les besoins d'une industrie et de services modernes. On y apprend les métiers d'aujourd'hui et de demain. On s'y confronte aux réalités du monde du travail.” a affirmé le secrétaire d'État, André Vallini.

 



 
   
1000 bénéficiaires par an
 
Situé dans la zone portuaire, où se trouve la majeure partie des entreprises et industries implantées au Togo, le CFMI propose des formations initiales qualifiantes et continues dans les cinq filières industrielles suivantes : métallerie-soudure, mécanique industrielle, mécanique diesel, électromécanique, et climatisation et froid industriel.
 
En pratique à l'atelier
© Photos CFMI

Depuis son ouverture en juillet 2015 à ce jour, le centre a formé 80 jeunes diplômés dont 5 jeunes femmes à la Formation initiale et plus de 200 ouvriers et techniciens d’une quinzaine d’entreprises présentent au Togo.
Avec plus de 1000 bénéficiaires par an en moyenne, le projet contribuera significativement à  l’effort national de formation technique industrielle prévu dans le Plan sectoriel de l’éducation (PSE 2010-2020).
 
L'AFD et le Gouvernement togolais envisagent une phase 2 du projet qui permettrait d'ouvrir de nouvelles filières et de renforcer de façon définitive les activités du CFMI .
Ont pris part à la cérémonie d’inauguration, le premier ministre, le président de l’Assemblée nationale, les membres du gouvernement, l’ambassadeur de France au Togo, le directeur de l’AFD Lomé, Benoît Lebeurre, les représentants des entreprises du secteur industriel togolais et d’autres acteurs du secteur privé togolais.
 
Le président et le secrétaire d'État coupant le ruban
 
 


Un nouveau lac de stockage des eaux de pluie pour assainir les quartiers est de Lomé

29/04/2016

En prélude aux festivités marquant le 56ème anniversaire de l’indépendance du Togo, le président Faure Essozimna Gnassingbé a procédé au lancement des travaux d’aménagement du 4ème lac de stockage des eaux pluviales de Lomé. Grâce à lui, plus de 300 000 habitants des quartiers périphériques est de Lomé verront leur environnement de vie s’améliorer et seront à l’abri des inondations récurrentes que connaissent ces quartiers.

Des infrastructures d’assainissement et de lutte contre les inondations
 
Les travaux de cette seconde phase du Projet d’aménagement urbain du Togo visent essentiellement à l’aménagement d’un quatrième lac dans le quartier Zorro-bar, à l’Est de la ville de Lomé, sur une superficie de 40 hectares, servant de bassin de stockage des eaux de ruissellement lors des saisons pluvieuses.
 
Un dispositif d’acheminement de ces eaux et de celles du lac Est de Lomé (grâce à l’interconnexion des lacs) vers la mer sera également construit. Ces principaux travaux seront accompagnés de la réalisation d’ouvrages de drainage des quartiers faisant partie du bassin versant du lac.
 
La réalisation de ces différentes infrastructures bénéficiera à des centaines de milliers de personnes résidentes des quartiers Est de la ville de Lomé (Akodesséwa  Kagomé, Adakpamé, Anfamé, Kanyikopé, Baguida),  identifiés comme une zone vulnérable et très inondable.
 
Ces infrastructures contribueront ainsi à l’assainissement global de la zone et supprimeront les débordements et les inondations qui affectent chaque saison des pluies, les populations riveraines du système lagunaire et les activités industrielles et commerciales autour de la zone portuaire.
 
  Construction des canaux d'évacuation des eaux du 4ème lac vers la mer.
© Photo archives AFD Noel Améblé
 
Financé à hauteur de 39,9 millions d’euros (soit près de 26,1 milliards de francs CFA) par l’AFD sur les ressources déléguées de l' Union européenne  sur le 10ème Fonds europpéens de développement (FED) pour la réalisation des travaux et l'appui institutionnel à la Mairie et à la Direction de l'assainissement, le projet intervient dans le cadre de la politique nationale urbaine.
 
Cette politique vise à réduire la pauvreté à travers l’amélioration significative de l’environnement socio-économique et sanitaire des populations urbaines.
 

Extrait du journal télévisé (archives)

La cérémonie de lancement des travaux s’est déroulée le 26 avril dernier à Lomé, sur le site du projet Bè-Zorro bar, en présence des membres du gouvernement, des ambassadeurs de l’ Union européenne et  de la France au Togo, du directeur de l’AFD Lomé, d’autres personnalités coutumières et de la classe politique, et des partenaires au développement.

 
Le président Faure Essozimna Gnassingbé suivant les explications du plan des travaux.
 
Simulation du démarrage des travaux

 

►Lire le communiqué de presse

 

►Telecharger la fiche projet

 



Deux subventions pour les secteurs urbain et santé au Togo

14/03/2016

Dans le cadre du partenariat avec les autorités togolaises, l'AFD a signé deux accords pour financer la construction du Centre d’enfouissement des déchets urbains à Lomé d'une part, et l'amélioration de  la qualité des soins liés à la santé maternelle et infantile d'autre part.

Pour une bonne gestion des déchets solides de la ville de Lomé


L’AFD met à la disposition de l’État togolais une subvention de 7 millions d’euros (soit 4,5 milliards de francs CFA) pour construire un Centre d’enfouissement technique (CET) des déchets solides produits par la ville de Lomé et des communes environnantes, pour un investissement total d’environ 18 millions d’euros.
 
Dans la mise en œuvre, le projet prévoit :
  • la construction du Centre d’enfouissement technique : aménagement des voies d’accès au site et d’une zone technique d’accueil ; réalisation de 5 casiers de stockage des déchets sur 5 ans avec étanchéification grâce à des barrières de sécurité passives et actives ; construction d’une station de traitement ; construction d’un réseau d’évacuation du biogaz et pose d’une torchère ;
  • la valorisation des déchets : la composante de valorisation permettra de diminuer le volume des déchets envoyés sur le site avec la construction des plateformes de prétraitement et de transformation des déchets en combustibles solides de récupération. Cette phase complémentaire sera déclenchée en fonction du résultat des discussions entre le futur exploitant du site et un partenaire industriel, qui utilisera les combustibles générés pour alimenter son site de production.

Visite du terrain et explications - © Photo AFD Nicolas Gury
 


La subvention est issue des ressources du 11ème Fonds européen de développement (FED), délégués par l’Union européenne à l’AFD. Ce financement complète la subvention de l’AFD dans le cadre du Projet environnement urbain de Lomé (PEUL II en cours - 3,1 millions d’euros pour le CET) ainsi qu'une participation financière à venir de la Banque Ouest africaine de développement (BOAD).

Lire le communiqué de presse  

 
Amélioration de la santé maternelle et infantile

La deuxième subvention, 8 millions d’euros (soit près de 5,24 milliards de Francs CFA) participera au projet de réduction de la mortalité maternelle et infantile dans les régions Maritime et des Plateaux. Ces régions cibles abritent ensemble près de la moitié de la population du pays et présentent d’importants besoins en matière d’accessibilité et de disponibilité des services de santé.
 
Un nouveau-né et sa maman - © Photo AFD Sarah Marniesse

Le programme repose sur les orientations suivantes :
  • Une priorité donnée au renforcement des formations sanitaires dans les régions Maritime et des Plateaux à travers notamment des mises à niveau des Soins obstétricaux et néonatals d’urgence (SONU) dans les formations sanitaires prioritaires identifiés par le ministère de la Santé et de la protection sociale et des appuis techniques en matière de gestion et de recouvrement des coûts ;
  • Un objectif de renforcement des capacités du ministère de la Santé et de la protection sociale au niveau central et déconcentré, dans leurs fonctions essentielles de pilotage et de contrôle, à travers des appuis techniques en matière de programmation et de suivi-évaluation.
Le programme s’appuiera sur des consortiums d’ONG dans chacune des régions (consortium Handicap International pour la région Maritime, consortium Plan International Togo pour la région des Plateaux) pour mettre en œuvre les activités de renforcement des formations sanitaires et des équipes déconcentrées du ministère de la Santé et de la protection sociale.
 
 
La cérémonie de signature de ces 15 millions d'euros de subvention s’est déroulée au ministère de l’Économie, des finances et de la planification du développement, en présence du ministre des lieux, de l’ambassadeur de France au Togo, du directeur de l’AFD Lomé, du secrétaire général de la Délégation spéciale de Lomé, de l’ambassadeur de l’Union européenne, et du directeur adjoint de la Direction du développement rural et des infrastructures à la BOAD. Cette cérémonie a également été l’occasion de la signature de la convention de délégation des fonds entre l’Union européenne et l’AFD, formalisant ainsi la mise à disposition des fonds par l’Union européenne à l’AFD pour le financement de ce projet de CET.
 
 
 
Quelques images souvenir de la cérémonie
 
De gauche à droite: M. Edhorh de la BOAD, Adji Otèth Ayassor, ministre de l'Economie et des finances, Tchalim Tagba, secrétaire général de la Délégation spéciale de Lomé, Moustafa Midjiyawa, ministre de la Santé, Nicolas Berlanga Martinez, ambassadeurUE,  Marc Fonbaustier,  ambassadeur de France  et Benoît Lebeurre, directeur AFD Lomé.

 



500 000 euros pour accompagner le Togo dans les préparatifs de nouveaux projets de développement

07/01/2016

Dans le but de financer des études préparatoires à l'identification de nouveaux projets de développement au Togo, l'AFD, représenté par Benoît Lebeurre, directeur de l'agence de Lomé, a signé un accord de renouvellement de fonds avec le ministre d’État, le ministre de l’Économie, des finances et de la planification du développement togolais, Adji Otèth Ayassor.

Cet accord vient en réponse à la requête du gouvernement togolais de mettre en place un nouveau « Fonds d’expertise et de renforcement de capacités – FERC ». Le Conseil d’administration de l’AFD a approuvé fin 2014, l’attribution d’une subvention de 500 000 euros, environ 327 millions de FCFA, à la République du Togo. Ces Fonds devront permettre aux autorités togolaises d’engager de nouvelles études nécessaires à la préparation de nouveaux projets, prioritairement dans les secteurs de l’Eau & assainissement, de l’Énergie, de l’Éducation et de la formation professionnelle.
 
Ce nouveau financement vient ainsi en appui au développement des activités de l’AFD en faveur de l’État togolais (actions souveraines) et des établissements ou entreprises publiques ou privées (actions non-souveraines). À titre indicatif, il pourra notamment financer :
  • la réalisation d’études ou d’expertises d’identification ou de faisabilité de nouveaux projets dans les secteurs de concentration de l’AFD au Togo ;
  • des prestations d’assistance technique ciblées, en accompagnement de financements octroyés par l’AFD à l’État togolais.

La convention a été signé le 10 décembre en présence de l’ambassadeur de France au Togo, Marc Fonbaustier.



 
 
1 
2  3  4  5   ... 
 
 
Archives

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l’installation de cookies sur votre poste, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. En savoir plus