L'AFD: un acteur majeur et innovant du financement climat

L'AFD au Brésil

Brasil 
                                                      Photo © Guillaume Chiron 

Avec un peu plus de 200 millions d'habitants et une superficie de 8,5 millions de km², le Brésil compte parmi les puissances émergentes et est devenu un acteur incontournable dans les négociations internationales.  Le pays est cependant confronté à de nombreux défis économiques, sociaux et environnementaux pour parvenir à un développement soutenable et inclusif. Pour accroître sa compétitivité, le Brésil doit former une main d'œuvre qualifiée, améliorer sa productivité et développer ses infrastructures. Malgré des politiques sociales ambitieuses, plus d'un quart des habitants des agglomérations de Rio de Janeiro et São Paulo vivent dans des favelas et le Brésil fait encore partie des pays les plus inégaux au monde. Enfin, la préservation des ressources naturelles, exceptionnellement riches, demeure un enjeu majeur.

 

À la une

Mobilité urbaine à São Paulo : une délégation brésilienne en visite pour s’inspirer du modèle parisien

13/06/2016

Des représentants des sociétés de transports de São Paulo se sont rendus à Paris afin de bénéficier de l’expertise du Syndicat de transports d’Île-de-France (STIF). Un voyage d’étude qui s’inscrit dans la coopération technique en matière de transports urbains entre la France et le Brésil.

 

Accompagner São Paulo dans la mise en œuvre d’une politique transport

Six cadres dirigeants des sociétés en charge des transports urbains de l’Etat de São Paulo ont été invités par le Syndicat de transports d’Île-de-France à Paris du 6 au 10 juin 2016.
 

La visite s’inscrivait dans le cadre du programme de coopération technique sur la gouvernance et l’intégration urbaine des projets de transport, partiellement financé par l’AFD grâce à la mise en place d’une subvention du Fonds d’expertise technique et d’échange d’expériences (FEXTE).


Comment réguler les transports à São Paulo ?

Cette première étape importante de la coopération permet d’appuyer l’Etat de São Paulo dans sa réflexion actuelle pour la mise en place d’une autorité régulatrice des transports en commun. L’objectif est de mieux coordonner et réguler la politique de mobilité urbaine à l’échelle du grand São Paulo, qui est l’une des plus grandes aires urbaines au monde avec plus de 20 millions d’habitants.


Étendre le réseau grâce au tramway ?

Un autre thème abordé lors de la visite de la délégation brésilienne à Paris est l’extension du réseau de transports de masse dans la région métropolitaine, à travers l’utilisation de la technologie du tramway. L’expérience du STIF est mise à profit pour mieux identifier les études nécessaires à l’insertion urbaine de ce mode de transport.  La visite a été également l’occasion de mettre en valeur l’expertise reconnue des entreprises françaises dans ce domaine, avec une découverte du tramway francilien et des rencontres avec les opérateurs français.


En fin d’année, ce sera au tour d’une équipe du STIF de se rendre à São Paulo, afin de mettre en place et d’adapter au contexte brésilien les propositions et idées qui auront pu être retenues par la délégation brésilienne lors de son voyage d’étude en France.
 

Dans le but d’accompagner Rio de Janeiro et São Paulo dans la mise en œuvre de leur politique de transport, l’AFD a signé début avril 2016 deux accords qui lancent de grands programmes de coopération technique entre ces États et le Syndicat des transports d’Ile de France.



Rémy Rioux est nommé Directeur général de l’Agence Française de Développement en Conseil des ministres, ce 25 mai 2016

25/05/2016

Sur proposition de François Hollande au Parlement le 27 avril dernier et après un vote favorable à l’unanimité des députés et à la majorité des sénateurs, M. Rémy Rioux, 46 ans, secrétaire général adjoint du ministère des Affaires étrangères et du développement international, est nommé ce jour, en Conseil des ministres, Directeur général de l’Agence Française de Développement, Etablissement Public Industriel et Commercial, en charge du développement des pays du Sud et de l’Outre-mer. 11ème directeur général de l’AFD, Rémy Rioux prendra la tête de l’AFD, le 2 juin 2016.

Né en juin 1969 à Neuilly-sur-Seine, ancien élève de l’Ecole normale supérieure de la rue d’Ulm, de Sciences Po et de l’Ecole nationale d’administration, Rémy Rioux, historien de formation, ancien élève d’Alain Corbin et de Pierre Nora, conseiller maître à la Cour des comptes, a alterné, au cours de sa carrière, des responsabilités en France et au service du développement et de l'Afrique.


Rémy Rioux est nommé Directeur général de l'AFD © Alain Buu

A l’âge de 26 ans, Rémy Rioux découvre le continent africain à l’occasion d’un stage de l’ENA au Bénin, puis en militant pour la promotion de l’harmonisation du droit des affaires en Afrique. Passionné par ce continent, il le sillonne tout au long de sa carrière, y noue des liens forts, et y acquiert une expertise reconnue des enjeux de développement. Au Trésor de 2004 à 2007 puis de 2010 à 2012, il contribue notamment à moderniser la coopération monétaire avec les pays africains membres de la Zone franc, participe à la résolution de la crise ivoirienne et contribue à placer la question des infrastructures et du développement au cœur de l’agenda international du G20. Il est alors administrateur de l’AFD et de sa filiale PROPARCO.

Rémy Rioux a par ailleurs exercé des missions de contrôle dans les secteurs de l'énergie et de la défense à la Cour des comptes entre 1997 et 2004. Il a travaillé au ministère de l’intérieur de 2000 à 2002, au sein du cabinet du ministre Daniel Vaillant, en charge notamment du budget et du passage à l’euro. Il a également exercé des fonctions à l’Agence des participations de l’Etat, de 2007 à 2010, comme directeur de participations en charge des secteurs des transports et des médias, participant au conseil d’administration de différentes entreprises (SNCF, RATP, ADP, Renault, France Télévisions, France Médias Monde, Arte, le Grand Port Maritime du Havre).

En 2012, directeur de cabinet du ministre de l’Economie, des Finances et du Commerce extérieur, Pierre Moscovici, il participe activement à la redéfinition des relations économiques entre l'Afrique et la France et aux travaux menés par Jacques Attali sur la francophonie économique. Deux ans plus tard, Laurent Fabius, ministre des Affaires étrangères et du Développement international, le nomme secrétaire général adjoint du Quai d’Orsay, en charge notamment des questions économiques. A ses côtés, il pilote le volet financier des négociations pour la COP21.

Après l’annonce par le Président de la République, en septembre 2015, d’une relance de la politique française de développement à travers la hausse des financements de 4 milliards d’euros d’ici 2020, pour atteindre 12,5 milliards d’engagements annuels, (dont 5 milliards d’euros en faveur du climat), il est chargé d'une mission de préfiguration du rapprochement entre l'Agence Française de Développement et la Caisse des Dépôts qui doit doter la France d’un outil à même de relever les défis des Objectifs du développement durable.

Homme de dialogue et de conviction, il est très attaché au Massif central, en particulier à la Corrèze et la Lozère, où il séjourne fréquemment, avec sa femme et ses trois enfants.


Dates clefs

  • 26 juin 1969 : Naissance à Neuilly-sur-Seine, France
  • 1997 : auditeur à la Cour des comptes à sa sortie de l’ENA (promotion Marc Bloch), il y deviendra Conseiller Maître en 2013
  • 2001 et 2002 : conseiller budgétaire au cabinet de Daniel Vaillant au ministère de l’Intérieur
  • 2003 : missions de contrôle dans les secteurs de l’énergie et de la défense à la Cour des Comptes
  • 2004 : direction du Trésor, Chef du bureau de la coopération monétaire et du développement avec les pays d’Afrique, des Caraïbes, du Pacifique et de la zone franc
  • 2007 : sous-directeur des transports et de l’audiovisuel de l’Agence des participations de l’Etat
  • 2010 : sous-directeur des affaires financières internationales et développement à la direction générale du Trésor
  • 2012 à 2014 : directeur du cabinet de M. Pierre Moscovici au ministère de l’Economie et des Finances
  • 2014 : secrétaire général adjoint du ministère des Affaires étrangères et du Développement international, chargé notamment des affaires économiques
  • 2015 : responsable des questions financières au sein de l’équipe française de négociation pour la COP21.
  • Juin 2016 : nommé 11ème Directeur général de l’Agence Française de Développement.


Des plans "climat" territoriaux en perspective

14/03/2016

Conscientes de leur vulnérabilité face au dérèglement climatique, les métropoles brésiliennes ont organisé « II Jornada sobre Cidades e Mudanças Climáticas » les 24 et 25 février pour mettre en place des plans d’action «climat» territoriaux. L'AFD soutient ces initiatives.

En association avec ICLEI-Gouvernements locaux pour le développement durable, le groupe des responsables à l’environnement des 26 capitales des États brésiliens et du District Fédéral (CB27) s’est réuni fin février à Fortaleza pour mettre sur pied un plan d’action « post COP21 ». L’AFD a participé à ce forum, aux côtés de l’ambassadeur de France au Brésil, Laurent Bili, pour promouvoir le plan d’action  Lima – Paris, porté par la présidence française de la COP, et partager une approche de « la ville durable ».



SUNREF, le label finance verte de l'AFD

01/03/2016

Le site internet SUNREF est en ligne. Il fournit une plateforme pour la diffusion de connaissances, la mise en réseau des acteurs du secteur et une meilleure efficacité opérationnelle. Sunref s’inscrit dans une démarche visant à constituer un écosystème autour de la finance verte.

L’objectif du programme SUNREF, le label finance verte de l'AFD, est de faciliter l’accès à une énergie durable abordable pour garantir le développement d’une économie sobre en carbone et de participer à l’atténuation des causes du changement climatique. Au Brésil, l’AFD a ainsi engagé un partenariat avec la BNDES, sous la forme d’une ligne de crédit verte, pour soutenir les investissements des entreprises dans les domaines de l’innovation énergétique (réseaux intelligents et énergies renouvelables novatrices, dont le solaire), de l’efficacité énergétique et des énergies renouvelables (éolien, petites centrales hydroélectriques, biomasse de seconde génération).

 

 



 
 
1 
2  3  4  5   ... 
 
 
Archives

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l’installation de cookies sur votre poste, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. En savoir plus