L'AFD au Cambodge

riz

 

 

 

 

L'AFD intervient au Cambodge depuis 1993.

En savoir plus

L'AFD
riz

 

 

Au Cambodge, l'AFD cible en priorité les secteurs de l'agriculture, des infrastructures, le soutien au secteur productif et la formation professionnelle.

En savoir plus

Les projets

À la une

Au Cambodge, la transition agroécologique est en marche !

03/05/2017

Accompagner la transition agroécologique du pays, telle est la vocation du réseau AliSEA , soutenu par l’AFD dans le cadre d’un programme régional mené par le CIRAD et le GRET . Un réseau qui rassemble les principaux acteurs du développement et mise tout sur le partage de connaissances en matière d’agroécologie.

 

Un réseau régional de partage de connaissances

AliSEA , alias une alliance pour l’apprentissage de l’agroécologie en Asie du Sud-est. Ou plus concrètement, un réseau créé pour appuyer les acteurs de la région du Mékong (le Cambodge mais aussi le Laos, Myanmar et le Vietnam) en renforçant les synergies entre agriculteurs, chercheurs, organisations de la société civile, agences de développement, secteur privé, etc. L’objectif : faire évoluer les pratiques actuelles des petits exploitants agricoles vers des pratiques agroécologiques.

La création d’AliSEA s’inscrit dans le cadre du programme régional ACTAE, financé par l’AFD et mis en œuvre par le CIRAD et le GRET .

 

Stimuler les synergies au service de pratiques agricoles durables

La toute première assemblée générale annuelle d’AliSEA Cambodge a rassemblé une grande diversité d’organisations : ONG locales et internationales, fédérations d’agriculteurs, centres de recherche, universités, secteur privé, agences gouvernementales ; tous ont répondu présent pour cet événement alternant présentations, tables rondes et visites de terrain.

 

Des visites qui ont donné un aperçu plus concret des avancées possibles : focus sur deux fermes expérimentales en marche vers la transition agroécologique dans les villages de Prei Thlok (Puok district) et Kouk Russei Choeng (Sotr Nikum district), appuyées respectivement par le programme Feed the Future (USAID) et GRET/CIRD (Coopération décentralisée - Conseil général des Hauts de Seine).

 

 

 

Vers une charte commune

L’assemblée générale a permis de présenter les activités réalisées en 2016, de renforcer une vision commune de la transition agroécologique via l’approbation d’une charte commune ALiSEA mais aussi de partager visions et pratiques de l’agroécologie afin de contribuer à une compréhension commune.

 
 

 

► Retrouver l’ensemble des présentations en téléchargement sur le site d’ALiSEA 

► Pour aller plus loin, visiter la plateforme en ligne de partage de connaissance sur l’agroécologie dans la région Mékong  

Suivre AliSEA sur Facebook  



Le programme Sala Baï ou l’hôtellerie pour lutter contre la pauvreté

15/03/2017

Offrir aux jeunes les clés de l’emploi via une formation professionnalisante  dans les métiers de l’hôtellerie et de la restauration, c’est l’objectif de l’ONG française Agir pour le Cambodge. Un projet soutenu par l’AFD et qui permettra à l’école hôtelière Sala Baï d’étoffer ses cursus.

 

Une école hôtelière de référence au Cambodge

L’école hôtelière Sala Baï , c’est une belle initiative de l’ONG Agir pour le Cambodge . Créée en 2002 à Siem Reap, l’école est gratuite et forme près de 100 jeunes cambodgiens défavorisés par an.

À la clé pour ces jeunes : un diplôme officiel et cosigné par les ministères du Travail et du Tourisme cambodgiens. Une formation à l’efficacité reconnu par les principaux acteurs locaux de l’hôtellerie et de la restauration qui leur garantit un accès facilité au marché du travail.

 

La formation au cœur du développement

L’AFD, engagée dans l’appui au développement des secteurs de la formation professionnelle et du secteur touristique au Cambodge, soutient l’école hôtelière via un financement de 500 000 euros.

Un soutien financier qui permettra :

  • de soutenir pendant trois ans le programme de l’école Sala Baï ;
  • de donner à l’école les moyens de diversifier ses cursus ;
  • et de former 150 élèves par an à partir de la rentrée scolaire 2018-2019 contre une centaine actuellement.
 

 

1300 jeunes formés aux métiers de l’hôtellerie et de la restauration

Sala Baï entreprendra également prochainement, grâce à cette subvention, la construction de nouveaux internats pour loger les 150 élèves dans une zone proche de l’école et dans des conditions de confort et de sécurité optimales. L’ouverture de ces internats est prévue à la fin de l’année.

En 14 ans, plus de 1300 jeunes cambodgiens issus de milieux défavorisés à travers le pays, dont 70 % de filles, ont bénéficié d’une formation professionnelle de qualité aux métiers de l’hôtellerie et de la restauration : un véritable atout pour trouver un emploi !



La régie des eaux de Phnom Penh : une belle histoire, sans fin !

29/12/2016

Une nouvelle contribution de l'AFD au développement du réseau d’eau potable de la capitale cambodgienne permettra à près de 330 000 personnes supplémentaires de se raccorder au réseau.

 

L'une des politiques publiques les plus performantes de la capitale

Ce prêt de 30 millions d'euros appuie le plan d’investissement ambitieux de la régie des eaux :

  • en améliorant la desserte en eau des populations de l’agglomération de Phnom Penh ;
  • et en réduisant les inégalités d’accès au service, en particulier dans les zones périphériques de la ville.

Aussi, il permettra à près de 330 000 personnes supplémentaires de se raccorder au réseau.

L’AFD continue ainsi de contribuer à l'une des politiques publiques les plus performantes de la capitale : plus de 85 % de la population urbaine dans les districts centraux de Phnom Penh a désormais accès à l’eau potable.

 

 

Cet accord unit l'AFD et le gouvernement royal du Cambodge pour la réhabilitation de la station d’eau potable de Chamcar Mon (52 000 m3/j) et l’extension du réseau de distribution.

La cérémonie de signature s’est tenue au ministère de l’Économie et des Finances, en présence notamment de son Secrétaire d’État, du directeur de la régie des eaux de Phnom Penh (PPWSA) et de représentants de nombreux ministère techniques et de l’ambassade de France.

 

 

Phnom Penh Water Supply Authority (PPWSA) , le service municpal de distribution d'eau, bénéficie d’un total de 87 millions d'euros de prêts grâce à ce quatrième accord avec l’AFD, qui marque également le dixième anniversaire d’une longue et fructueuse coopération.

► Lire cette actualité dans la presse en anglais ou en khmer



La formation professionnelle au service du développement du tourisme cambodgien

26/12/2016

Le secteur touristique est l’un des piliers de l’économie cambodgienne, dont le potentiel de croissance est remarquable. Afin de contribuer à son développement, l’AFD finance un centre de formation professionnelle spécialisé dans les métiers du tourisme, dont la cérémonie de lancement a eu lieu le 13 décembre dernier.

 

La formation professionnelle, un enjeu clé pour le Cambodge

Dans un pays où la population est particulièrement jeune et où les qualifications des diplômés ne correspondent pas assez aux besoins du marché du travail, la formation professionnelle est un enjeu essentiel. 

L’AFD a aisi soutenu la création d'un centre de formation aux métiers du tourisme via un prêt de 11 millions d’euros et une subvention de 1,5 million d’euros. 

Le lancement officiel du centre a eu lieu le 13 décembre en présence de l’ambassadeur de France et du ministre cambodgien du Tourisme.

Objectif du projet ? Renforcer les capacités de tous les acteurs de la filière à travers deux composantes :

  • le renforcement des compétences et du dialogue des acteurs publics et privés ;
  • et la construction de deux écoles publiques de formation à Sihanoukville et à Phnom Penh, chacune dotées d’un centre d’application.

 

 

Accompagner le développement prometteur du tourisme

Cet investissement est destiné à accompagner le développement prometteur du secteur du tourisme au Cambodge ainsi que la création de milliers d’emplois pour répondre aux besoins croissants et très spécialisés du secteur.

Le tourisme est en effet aujourd’hui l’un des piliers économiques du pays, avec la construction, le textile et l’agriculture.

7 millions de touristes sont ainsi attendus en 2020, générant un revenu de 5 milliards de dollars contre respectivement 4,8 millions de touristes et 3 milliards de revenus en 2015.

Le projet est ambitieux et contribuera de manière significative à la mise en œuvre de la stratégie nationale de développement du tourisme. 

Si les sites d’Angkor et de la baie de Sihanoukville sont déjà des sites remarquables, de nombreux autres sites restent à valoriser afin de diversifier l’offre auprès de touristes toujours plus nombreux et exigeants.

 

 

Mobiliser acteurs publics et privés au service du tourisme

Pour un développement harmonieux du secteur, la mobilisation de tous les acteurs est nécessaire, qu’ils soient publics ou privés. 

Alors que les pouvoirs publics sont les garants du développement contrôlé du secteur et de sa promotion sur la scène internationale, toutes les initiatives et les investissements privés pourront contribuer à l’établissement d’une offre de qualité, répondant aux standards internationaux les plus exigeants et correspondant aux attentes des visiteurs. 

C’est pourquoi le ministère du Tourisme a souhaité que ce projet implique dès sa conception les représentants des différentes branches professionnelles regroupées au sein de la Fédération cambodgienne du tourisme (CTF). 

La cérémonie de lancement a également été l’occasion de présenter la composition paritaire de la gouvernance des écoles qui, sous la présidence du ministère du Tourisme, pourra compter sur les compétences de structures publiques (ministères) mais aussi privées.

 

Partager l’expérience et l’expertise françaises 

Dans son intervention, l’ambassadeur de France a tenu à réaffirmer la disponibilité entière des experts et de l’expérience française pour faire de ce projet un succès. 

En matière de tourisme, la France, première destination touristique mondiale en 2015 avec plus de 85 millions de visiteurs, possède une longue tradition et un savoir-faire sur lesquels le ministère du Tourisme compte s’appuyer.

Après avoir félicité le ministre pour son implication sans faille depuis plus de cinq ans dans la réalisation de ce projet, l’ambassadeur français a rappelé qu’un développement harmonieux du secteur du tourisme passe aussi par la mobilisation des ministères technique s en charge de la sécurité sanitaire des aliments, de la santé, de la formation professionnelle, de la jeunesse et de beaucoup d’autres.



 
 
1 
2  3  4  5   ... 
 
 
Archives

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l’installation de cookies sur votre poste, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. En savoir plus