Bonzes à Vat Phou

 

L’AFD est fière de son action au Laos ancrée dans le développement économique et social au quotidien.

 

En savoir plus

20 ans au Laos
torréfaction

 

Au Laos depuis 20 ans, l'AFD y a engagé 133 millions d'euros dans 40 projets à l'échelle nationale.

 

En savoir plus

Les projets
Tout savoir sur la conférence et l'exposition : colonne de droite

 

 

Climat

À la une

  • Revue de portefeuille de la coopération Franco-Lao

    Le Laos, pays hôte du projet régional pour accompagner la transition agro-écologique

    Le gouvernement lao a officialisé l’implantation de l’équipe de coordination du projet Accompagner la transition agro-écologique (ACTAE) sur son territoire. Un projet régional qui cherche à concilier productivité et respect de l’environnement.

     

    Favoriser l’agro-écologie régionale 

    Accompagner la transition agro-écologique (ACTAE) est un projet régional impliquant le Cambodge, le Laos, le Myanmar et le Vietnam.
    Soutenu par l’AFD pour un montant de 2,5 millions d’euros, il se base sur deux piliers :

    • le réseau CANSEA qui promeut l’agriculture de conservation ;
    • l’alliance ALiSEA qui entend renforcer les connaissances sur l’agro-écologie et partager les expériences des différents partenaires.

    L’officialisation de l’implantation de l’équipe du projet ACTAE s’est faite via la signature d’un Memorandum of Understanding entre le Département de la gestion des terres agricoles du ministère de l’Agriculture et de la Forêt et le Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement (Cirad).
     

    Cet accord va ainsi pouvoir stabiliser le travail des équipes en place (Cirad et GRET).
     

    Lien vers le site ACTAE - CANSEA - ALiSEA
    Lien vers l'article à la une du Vientiane Times 

Parcourir le monde des solutions !

01/12/2016

César 2016 du meilleur film documentaire, Demain a été projeté à Vientiane en présence du co-réalisateur Cyril Dion grâce au soutien de l’AFD le jeudi 1er décembre. La sensibilisation au développement a été au coeur de l'événement, entre débat public et rencontre du réalisateur avec des étudiants du lycée français !

Le film, entre environnement et innovation 

À l'origine du film, l'enquête menée dans plusieurs pays des réalisateurs Mélanie Laurent et Cyril Dion pour comprendre ce qui pourrait provoquer la possible disparition d’une partie de l’humanité d’ici 2100. Comment éviter cette catastrophe ? Durant leur voyage, les deux réalisateurs rencontrent les pionniers qui réinventent l’agriculture, l’énergie, l’économie, la démocratie et l’éducation.
En mettant bout à bout ces initiatives positives et concrètes qui fonctionnent déjà, ils commencent à voir émerger ce que pourrait être le monde de demain…
 
Le partenariat avec l’AFD : une vision commune du développement 
Réflexion et sensibilisation au programme de la diffusion du film Demain au Laos ! Après une projection organisée le 1er décembre dernier à Vientiane, un débat public a eu lieu à l'Institut Français, en présence de la vice-ministre de l'Environnement. Le réalisateur Cyril Dion a également profité de la diffusion du documentaire pour rencontrer les étudiants du lycée français.
Cyril Dion s'est également entretenu avec des membres de l’ambassade de France et de l’AFD à propos du partenariat liant l'Agence au film Demain.
Lors de ces échanges, Cyril Dion s'est révélé « assez agréablement surpris de découvrir les projets que l’AFD mène maintenant, en voyant qu’effectivement il y a eu un vrai changement de culture et une véritable volonté d’accompagner davantage l’autonomie dans les pays et d'agir sur des sujets importants, notamment des sujets écologiques et agricoles ».
Au-delà du soutien financier qu’a pu apporter l’AFD, ce partenariat  a également pour vocation de diffuser plus largement les initiatives présentées puisque « le film va pouvoir voyager dans des contrées où on [l’équipe de réalisation] ne le vendra pas. Et où il pourra servir d’outil justement pour sensibiliser des gens et en mobiliser d’autres ». 


Une semaine pour tout savoir sur les Indications géographiques !

01/11/2016

Afin de protéger et valoriser les savoir-faire traditionnels, l’AFD appuie le développement des Indications géographiques (IG). Des signes de qualité au cœur de la semaine de formation et de promotion organisée à Vientiane fin octobre.

L’Indication géographique, un signe officiel d’origine et de qualité

Une Indication géographique (IG) est une appellation utilisée sur des produits qui ont une origine géographique précise, leur conférant des qualités organoleptiques* spécifiques et une certaine notoriété. 

Objectifs ? Protéger et valoriser des savoir-faire locaux et favoriser l’augmentation des revenus des producteurs

La labellisation des produits alimentaires et artisanaux par des indications géographiques peut en effet contribuer au développement régional, en facilitant la participation des entrepreneurs locaux aux marchés régionaux, nationaux ou internationaux, avec leurs qualifications et savoir-faire spécifiques. 

 

Comment développer les IG en Asie ?

Depuis 2012, l’AFD soutient un projet régional pour le développement des Indications géographiques au Cambodge, au Laos, en Thaïlande et au Vietnam.

Le projet, mis en œuvre par l’Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) entend intervenir :

  • au niveau régional pour le développement et la promotion des Indications géographiques en Asie ;
  • et au niveau national pour un appui aux filières et à leur structuration au sein des quatre pays. 

  

Former pour favoriser le développement local

Afin de promouvoir les indications géographiques en Asie et de former les acteurs régionaux et internationaux, une « semaine IG » s’est tenue à Vientiane (Laos) du 25 au 28 octobre. 

Cet événement a permis de mettre en lumière le soutien de l’AFD à la valorisation des produits agricoles, aussi bien à l’échelle nationale que régionale. 

À cette occasion, de nombreux événements ont été organisés :

  • un atelier national pour la formation des partenaires laotiens ; 
  • un séminaire régional sur la promotion des IG ; 
  • un dîner à la résidence de France mettant en avant des produits IG locaux et internationaux ;
  • une foire aux produits IG ; 
  • et le Comité de pilotage du projet. 

Ces évènements ont été organisés en collaboration avec de nombreux partenaires tels que la FAO, le ministère des Sciences et des Technologies lao, le ministère du Commerce et de l’Industrie, le ministère de l’Agriculture, l’ambassade de France au Laos, la Chambre de Commerce européenne au Laos et la Chambre lao de Commerce et d’Industrie, ainsi qu'à l'aide de nombreuses contributions du secteur privé. 

 

*Organoleptique : caractéristiques d'une substance qui sont perceptibles par les organes des sens : saveur, odeur, aspect et consistance de l'objet

 


Tourisme durable : impliquer les populations dans la préservation de la vallée de Khammouane

12/10/2016

L’essor touristique menace la grotte de Konglor-Natane, l’un des sites naturels les plus remarquables du Laos. Si cet essor s’accompagne d’un impact économique résolument positif, il est primordial de concilier développement local et préservation de ce haut lieu de la biodiversité. C’est l’objectif du programme d’ «appui à l’émergence et à la consolidation d’un modèle de gestion durable et local des sites naturels et touristiques en Khammouane» mis en place par l’ONG Tétraktys et soutenu par l’AFD.

 

Haut lieu de conservation de la biodiversité

Découverte au début du 20ème siècle, la grotte de Konglor-Natane, dans la province de Khammouane, est un système spéléologique exceptionnel de 7km de long possédant une cavité principale, navigable par bateau, pouvant atteindre 100 mètres de large comme de haut. Voie de transport navigable privilégiée par les habitants souhaitant rallier les villages de Konglor et de Natane, elle est devenue, au fil des années, un site touristique incontournable de la vallée. 25 000 touristes ont pu la découvrir en 2015. Ils étaient 3000 en 2008.


Cascade de la source de la Hin Boun, Laos © Tétraktys

 

Accompagner développement local et préservation du site

Les premiers impacts de cet essor touristique sont d’ores et déjà visibles pour les villageois de la vallée avec la mise en place d’infrastructures sanitaires, l’accès à l’eau potable ou encore la professionnalisation des acteurs. Autres impacts visibles : l’augmentation du trafic des bateaux dans la cavité et des émanations de gaz à effets de serre. Ces effets conduisent à la dégradation des milieux et nuisent in fine au développement durable de la région. C’est pour mettre en place des solutions de préservation et de gestion de l’environnement que s’est constituée l’association écotouristique de Konglor-Natane (AEKN) en 2014, la première du genre de droit lao. Elle rassemble les 8 groupements touristiques du site et a pour but la mise en œuvre d’un plan de préservation, d’aménagement et de gestion de la grotte.

 

Renforcer les acteurs touristiques villageois

AEKN bénéficie d’un programme d’appui mis en place par Tétraktys et soutenu par l’AFD, la coopération Luxembourgeoise, la région Auvergne Rhône Alpes, l’ambassade de France au Laos ainsi que le Syndicat Intercommunal des Eaux de la Région de Grenoble. Le projet, d’un budget total de 850 000 €, sera mis en œuvre entre juillet 2016 et juillet 2019. Il vise à renforcer les capacités des acteurs locaux et à mettre en place des outils de préservation et de valorisation du milieu à travers plusieurs actions :

  • le développement de navettes écologiques, premier moyen de transport à énergie renouvelable au Laos sur un site naturel,
  • la gestion durable de la grotte de Konglor-Natane, premier site touristique géré de façon autonome par la communauté villageoise,
  • la mise en place d’outils et de formations (création de circuits écotouristiques et valorisation de nouveaux sites culturels et naturels dans la vallée de Natane, formation de 15 formateurs lao en randonnée souterraine et d’acteurs villageois en guidage nature),
  • l’accès à l’eau potable pour les villages de la Vallée de Natane.

 

Un modèle à suivre en Asie du sud-est

A l’issue du programme, l’association Ecotouristique de Konglor Natane sera autonome dans la gestion durable de la grotte touristique et partagera son expertise avec d’autres communautés dans la vallée de Natane où 3 nouveaux sites naturels seront aménagés et gérés par les communautés. De nouveaux pôles écotouristique auront émergé avec de nouvelles activités économiques. Les paysages du massif karstique de Khammouane pourront alors entrer dans un processus de classement international.

Ce projet innovant a ainsi pour ambition de devenir un modèle d’initiative de développement durable en Asie du Sud-Est : un tourisme intégré respectueux de l’environnement et de ses populations qui permet à un site naturel, à forte valeur ajoutée, de s‘inscrire dans un cercle vertueux de croissance économique.



L'agriculture de conservation pour augmenter la résilience des petits producteurs face au changement climatique

08/07/2016

Les résultats à mi-parcours du projet EFICAS (Eco-Friendly Intensification and Climate resilient Agricultural System) ont été présentéx le 5 juillet à Vientiane. L’occasion pour les 24 représentants gouvernementaux et non gouvernementaux présents de discuter des principaux enjeux liés à ces nouvelles techniques agricoles.

 

 

Développer des modèles de culture plus respectueux de l’environnement dans le nord du Laos

EFICAS est un projet financé par l’AFD et l’Union européenne, sous des modalités différentes, qui a pour objectif de soutenir la dissémination des pratiques agroécologiques dans cinq provinces du nord du Laos. 

Les deux premières années du programme ont permis d’analyser les évolutions des stratégies paysannes dans les villages étudiés ainsi que les trajectoires collectives de ces villages en matière d’utilisation de leur terroir. 

Ces analyses permettent ensuite de proposer des activités mieux adaptées à la demande et donc mieux appropriées par les villageois :

  • contrôle des animaux en libre pâturage ;
  • vaccination et alimentation du bétail ;
  • diversification des cultures ;
  • intensification des rizières de bas-fonds. 

Cela doit aussi permettre d’accompagner les initiatives lancées par les autorités locales pour la régénération des terres (réduction du labour, amélioration de la fertilité des sols, etc), qui, sans cela, risquent de s’essouffler à cause du faible accès au marché et du manque de coordination entre les acteurs. 

 

Des jeux de simulation pour une meilleure coordination des acteurs

Le CIRAD (Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement) teste l’intérêt des jeux de simulation pour répondre à ce besoin de coordination et préserver le pouvoir de négociations des producteurs dans ces processus.

Dans l’optique de disséminer les pratiques agroécologiques, EFICAS a commencé la mise en place d’une base de données intégrées permettant de capitaliser les données produites par divers projets en lien avec le développement rural.

 

Pour télécharger les documents de la présentation

Pour accéder au site EFICAS



 
 
1 
2  3  4  5   ... 
 
 
Archives

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l’installation de cookies sur votre poste, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. En savoir plus