Le groupe AFD a été autorisé à intervenir au Liban au premier semestre 1999, à la suite de l’intégration du pays dans la Zone de Solidarité Prioritaire de la France (zone géographique dans laquelle la France a mis en place une coopération étroite). L’AFD est représenté localement par l'agence ouverte à Beyrouth en juin 1999.

À la une

L’AFD s’engage aux côtés du Liban en réponse à la crise syrienne

29/01/2016

Pour aider le Liban à faire face aux conséquences de la crise syrienne, l'AFD subventionne deux associations libanaises Amel et Arcenciel, ainsi que Première urgence internationale. Les conventions ont été signées le 19 janvier 2016.

 

Depuis bientôt cinq ans, la guerre en Syrie et ses violences ont provoqué l’exode de 1.5 million de réfugiés au Liban, pour un pays de 4.5 millions d’habitants qui accueillait déjà 400 000 réfugiés palestiniens. Cet afflux massif a des répercussions humaines, mais aussi sociales, économiques et politiques majeures.

Soutenir des ONG actives sur les volets : santé, social, l'éducation et soutien psycho-social

L’association Amel privilégie l’accès à la santé en tant qu’outil de prévention des tensions. L’ONG va permettre l’accès de 56 000 Libanais et Syriens à un service de santé de qualité, la participation de ces publics à des sessions de sensibilisation, l’accès des personnels de santé à une formation pour accompagner leurs publics dans une meilleure appréhension du conflit. Des ateliers d’échanges de bonnes pratiques seront mis en place entre 50 représentants d’organisations d’agences publiques nationales, d’organisations locales et non-gouvernementales.

L’association  Arcenciel va, quant à elle, renforcer les capacités de neuf municipalités à améliorer leur action sociale. Le projet, structuré autour de 4 volets, va permettre la formation des travailleurs communautaires, un accès facilité des publics aux services sociaux pour 10 000 Libanais et Syriens vulnérables, une offre de formations professionnelles en direction des femmes et de jeunes en situation de rupture sociale, ainsi que la prise en charge psychosociale de 1600 personnes.

Amel et Arcenciel ont reçu une subvention d'un millions d'euros chacune.

Première Urgence Internationale va bénéficier d’une subvention de 3 millions d’euros, dont 1 million d’euros pour le Liban, en faveur d’un projet à dimension régionale. L’ONG mettra en œuvre des activités dans les domaines de la santé, de l’éducation et du soutien psycho-social au Liban, en Jordanie et dans le Kurdistan irakien

La signature des conventions s'est déroulée en présence du ministre des Affaires Sociales libanais Rachid Derbas, et dans le cadre d'une conférence de presse de l’ambassadeur de France au Liban,  Emmanuel Bonne sur l’action de la France au Liban dans le contexte de la crise syrienne. 

L'action de la France au Liban

L’ambassadeur a rappelé la priorité accordée par la France au pays du Cèdre dans le cadre de cette crise. L’enveloppe totale d’aide de la France au Liban est en effet passée de 30 à 55 millions d’euros au 2e semestre 2015, ce qui représente plus d’un tiers de l’aide totale de la France à la région pour faire face à la crise syrienne. Au-delà de l’aspect financier, l’ambassadeur a insisté sur le soutien politique, sécuritaire et humanitaire de la France au Liban.

 

En juillet 2015, l'AFD a lancé un nouvel Appel à Projet Crise et sortie de Crise (APCC) auprès des ONG ciblant les réfugiés syriens et les populations hôtes, en particulier au Liban. L’objectif est d’aider durablement les Etats hôtes dans la gestion des effets de l’accueil des réfugiés syriens. Le soutien de l’AFD, porte spécifiquement sur le renforcement des services sociaux pour les populations hôtes et réfugiées vulnérables. Il doit permettre une réduction des tensions et une meilleure coordination entre les acteurs dans le respect des politiques nationales définies par les autorités. Trois projets ont été sélectionnés pour un montant total de 5 millions d’euros, dont 3 millions d’euros au Liban. Ils ont une durée de 24 mois chacun.

 

Les outils de l'AFD à disposition des ONG

Cette conférence a également été l’occasion de présenter l’ensemble des outils français à disposition des ONG au Liban.

L’AFD travaille avec des ONG françaises, locales ou internationales. Au Liban, ses outils viennent soit appuyer la mise en œuvre de la stratégie AFD :

  • Appel à projets crise et post-crise (APCC) : sélection par appels à proposition, toutes les ONG sont éligibles pour des projets d’un montant moyen de 1 million d’euros sur le Liban. L’APCC 2015 en réponse à la crise syrienne a été entièrement alloué.
  • ONG opératrices de projets AFD : sélection par appels d’offre, toutes les ONG sont éligibles.

Soit appuyer les initiatives des ONG :

  • Direction des Partenariats ONG (DPO) : 72 millions d'euros en 2016 pour des cofinancements à 50% d’ONG françaises uniquement. Les financements de l’année 2016 ont été alloués en majorité, mais 10% de l’enveloppe totale restent disponibles toute l’année pour des projets crise et post-crise.

L’AFD peut également collaborer avec les ONG dans le cadre d’actions de capitalisation, de projets de recherche ou bien dans sa réflexion stratégique.

 



L’AFD consent 5 millions d’euros à trois ONGs pour soutenir l’accueil des réfugiés syriens de la région du Moyen-Orient

20/01/2016

Marie-Hélène Loison, directrice du département Méditerranée-Moyen Orient à l’AFD et Thierry Mauricet, Directeur Général de l’ONG Première Urgence Internationale ont signé ce jour à Paris une convention de financement d’un montant de 3 millions d’euros en faveur de projets dans les domaines de la santé, de l’éducation et du support psycho social au Liban, en Jordanie et dans le Kurdistan irakien.   Ce financement vient compléter la subvention allouée par l’AFD le 19 janvier à deux ONG libanaises : Amel et Arcenciel pour un montant d’un million d’euros chacune.

 

L’organisation Amel privilégie l’accès à la santé en tant qu’outil de prévention des tensions. Ainsi dans trois régions du Liban, l’ONG va permettre l’accès de 56000 libanais et syriens à un service de santé de qualité, la participation de ces publics à des sessions de sensibilisation, l’accès des personnels de santé à une formation pour accompagner leurs publics dans une meilleure appréhension du conflit. Enfin des ateliers d’échanges de bonnes pratiques seront mis en place entre 50 représentants d’organisations d’agences publiques nationales, d’organisations locales et non-gouvernementales. 
 
L’organisation Arcenciel va, quant à elle, développer pendant deux années, l’accompagnement des réfugiés au sein de neuf municipalités réparties dans le pays. Le projet structuré autour de 4 volets va permettre la formation des travailleurs communautaires, un accès facilité des publics aux services sociaux, une offre de formations professionnelles en direction des femmes et la prise en charge psychosociale de 1600 personnes. 
 
Ces trois subventions ont été attribuées suite à la diffusion, par l’AFD en juillet 2015, de l’appel à projets « crise et sortie de crise » qui répond à l’obligation d’aider durablement les Etats de la région dans la gestion des effets de l’accueil massif des réfugiés, faute de perspective rapide de résolution du conflit. En effet, face à une crise qui s’inscrit désormais dans la durée, il est essentiel d’apporter un soutien aux Etats et aux acteurs de la société civile de la région du Moyen-Orient dans l’accueil des réfugiés syriens. 
 
Le soutien de l’AFD, porte spécifiquement sur le renforcement des services sociaux offerts aux réfugiés et aux communautés hôtes et doit permettre la réduction des tensions entre communautés et une meilleure coordination entre acteurs et les synergies de travail dans le respect des politiques nationales définies par les autorités.

 

En savoir plus sur les projets d'appui au réfugiés syriens au Liban



Financement de l'efficacité énergétique et des énergies renouvelables

13/08/2015

Le Président du Conseil de Développement et de Reconstruction et le Directeur de l’agence de Beyrouth, ont signé lundi 29 juin, en présence de l’Ambassadeur de France au Liban, une convention de financement d’un montant de 30M€ dans le but de promouvoir les investissements des entreprises libanaises en matière d’efficacité énergétique et d’énergies renouvelables.

Des représentants du Ministère de l’Eau et de l’Energie, de la Banque du Liban et de la délégation de l’Union Européenne à Beyrouth étaient également présents à cette cérémonie.

Ce financement vise à la fois à accroître la compétitivité de l’économie libanaise et à protéger le climat. Il permettra aux entreprises, et notamment aux PME, soucieuses d’améliorer leur efficacité énergétique ou d’investir dans les énergies renouvelables, de bénéficier de taux et de durées d’emprunts adaptés.

La Banque du Liban, promoteur du projet, sera en charge de la gestion du programme et mettra les fonds à disposition des banques libanaises. Le Lebanese Center for Energy Conservation (LCEC, Centre Libanais pour la Conservation de l’Energie) accompagnera le projet dans son volet technique.

Le montant total du programme est de 150 millions d’euros, cofinancé à hauteur de 50M€ par la Banque Européenne d’Investissement, de 12M€ par l’Union Européenne, ainsi que par des ressources propres des banques concernées et des entreprises bénéficiaires. Les objectifs de ce projet sont les suivants :

- Réduction de la consommation annuelle d’énergie des entreprises bénéficiaires d’au moins 20%.

- Réduction des émissions de CO2 de plus de 300 000 tonnes.

- Création d’emploi dans un secteur à fort potentiel.

Le Liban importe aujourd’hui 99% de ses besoins énergétiques primaires, et les principaux combustibles qu’il utilise sont le fioul lourd et le diesel, à la fois plus polluants et plus chers que le gaz naturel. Les économies d’énergies représentent donc un enjeu majeur pour le pays.



Promouvoir le financement des études des jeunes libanais

29/07/2015

Le 11 juin 2015, l’AFD et la Banque Byblos ont organisé une conférence de presse, en présence de l’ambassadeur de France, pour présenter les premiers résultats du programme de « prêts aux étudiants » mis en œuvre par cette banque libanaise, depuis 5 ans, grâce au financement de 25 millions d’euros, en prêt à taux d’intérêt bonifié, de l’AFD.

Au travers de ce programme, plus de 1500 étudiants inscrits dans une dizaine d’universités libanaises, partenaires du projet, ont pu bénéficier de prêts d’un montant unitaire compris entre 1.500 et 50.000 euros, pour contribuer au financement de leurs frais de scolarité.

Les prêts consentis aux étudiants ont permis un financement jusqu’à parfois 75% de leur scolarité avec une période de remboursement maximale pouvant aller jusqu’à 18 ans et une période de grâce de 1 à 2 ans.

Au Liban, l’éducation est considérée comme une priorité. Les familles libanaises sont prêtes à consentir d’importants sacrifices financiers pour scolariser leurs enfants, qu’il s’agisse de l’enseignement primaire, secondaire ou supérieur. Le coût élevé des frais de scolarité constitue bien souvent une barrière à l’entrée et les systèmes d’aide sociale mis en place par la plupart des universités ne suffisent pas toujours à répondre à une demande en constante hausse.

En s’adressant prioritairement aux étudiants issus de milieux socialement défavorisés (30%) et aux étudiants de première année (64%) dont l’abandon des études en cours de route est souvent redouté, la démarche de l’AFD et de la Byblos Bank s’est avérée particulièrement innovante, il y a 5 ans, à un moment où l’offre de prêts aux étudiants était alors quasi inexistante.

Dans plusieurs universités, l’accès aux financements bancaires a même généré un effet de levier considérable puisque certaines d’entre elles ont décidé de prendre en charge les intérêts des prêts permettant ainsi à un plus grand nombre d’étudiants d’en bénéficier.



Appel à projets : Réfugiés syriens et communautés d’accueil

03/07/2015

L’AFD lance un appel à projets ciblant les ONG portant sur l’amélioration des conditions de vie des populations vulnérables (réfugiés syriens et communautés d’accueil) et le renforcement des organisations locales et institutions.

Télécharger le document d’appel à projets



Evaluer des projets eau et assainissement dans un contexte de crise

22/06/2015

Plus de 80 personnes ont participé, le 3 juin 2015 à Beyrouth, à l’atelier de restitution de l’évaluation rétrospective de deux projets financés par l’AFD : un projet d’assainissement (Liban Nord) et un projet d’adduction en eau potable (Liban sud).

La préparation et l’exécution de ces opérations se sont déroulées au cours d’une période tourmentée pour le pays du Cèdre (retrait israélien du Sud en 2000, retrait syrien suite à l’assassinat du premier ministre Hariri en 2005, guerre de 2006 avec Israël, polarisation politique en deux coalitions, crise syrienne). Le contexte régional ne constitue cependant pas l’unique explication de l’ensemble des blocages rencontrés.
 
Les projets ont été mis en œuvre sur des durées particulièrement longues, environ une dizaine d’années pour chacun, et ont rencontré de nombreuses difficultés qui ont pesé négativement sur leur pertinence, leur efficience et leur durabilité. Des défis récurrents sont en effet venus complexifier ces projets : oppositions locales, faible capacité des établissements des eaux, discontinuité entre maitrise d’ouvrage des travaux et de l’exploitation des infrastructures, absence de « leadership » politique, flou juridique, etc.


 
Améliorer nos opérations futures

L’atelier a permis de confronter les points de vue et recueillir les avis sur les jugements portés par les consultants sur les performances des projets. Il a également initié un débat sur deux des questions clés du secteur de l’eau et de l’assainissement qui ressortent de l’évaluation : la pérennité des investissements et l’accès au service pour les usagers.
 
Le succès de cet atelier et les retours positifs des participants de différents horizons confirment l’importance d’examiner sans complaisance avec les parties prenantes les forces et faiblesses de nos interventions, de façon à renforcer notre partenariat et améliorer nos opérations futures.



 
 
1 
2  3  4  5   ... 
 
 
Archives

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l’installation de cookies sur votre poste, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. En savoir plus