stratégie

La stratégie de l'AFD dans les Territoires Palestiniens vise à renforcer le cadre institutionnel pour favoriser un développement pérenne, et préserver la cohésion et la paix sociale.

En savoir plus

Stratégie

À la une

Rémy Rioux est nommé Directeur général de l’Agence Française de Développement en Conseil des ministres, ce 25 mai 2016

25/05/2016

Sur proposition de François Hollande au Parlement le 27 avril dernier et après un vote favorable à l’unanimité des députés et à la majorité des sénateurs, M. Rémy Rioux, 46 ans, secrétaire général adjoint du ministère des Affaires étrangères et du développement international, est nommé ce jour, en Conseil des ministres, Directeur général de l’Agence Française de Développement, Etablissement Public Industriel et Commercial, en charge du développement des pays du Sud et de l’Outre-mer. 11ème directeur général de l’AFD, Rémy Rioux prendra la tête de l’AFD, le 2 juin 2016.

Né en juin 1969 à Neuilly-sur-Seine, ancien élève de l’Ecole normale supérieure de la rue d’Ulm, de Sciences Po et de l’Ecole nationale d’administration, Rémy Rioux, historien de formation, ancien élève d’Alain Corbin et de Pierre Nora, conseiller maître à la Cour des comptes, a alterné, au cours de sa carrière, des responsabilités en France et au service du développement et de l'Afrique.


Rémy Rioux est nommé Directeur général de l'AFD © Alain Buu

A l’âge de 26 ans, Rémy Rioux découvre le continent africain à l’occasion d’un stage de l’ENA au Bénin, puis en militant pour la promotion de l’harmonisation du droit des affaires en Afrique. Passionné par ce continent, il le sillonne tout au long de sa carrière, y noue des liens forts, et y acquiert une expertise reconnue des enjeux de développement. Au Trésor de 2004 à 2007 puis de 2010 à 2012, il contribue notamment à moderniser la coopération monétaire avec les pays africains membres de la Zone franc, participe à la résolution de la crise ivoirienne et contribue à placer la question des infrastructures et du développement au cœur de l’agenda international du G20. Il est alors administrateur de l’AFD et de sa filiale PROPARCO.

Rémy Rioux a par ailleurs exercé des missions de contrôle dans les secteurs de l'énergie et de la défense à la Cour des comptes entre 1997 et 2004. Il a travaillé au ministère de l’intérieur de 2000 à 2002, au sein du cabinet du ministre Daniel Vaillant, en charge notamment du budget et du passage à l’euro. Il a également exercé des fonctions à l’Agence des participations de l’Etat, de 2007 à 2010, comme directeur de participations en charge des secteurs des transports et des médias, participant au conseil d’administration de différentes entreprises (SNCF, RATP, ADP, Renault, France Télévisions, France Médias Monde, Arte, le Grand Port Maritime du Havre).

En 2012, directeur de cabinet du ministre de l’Economie, des Finances et du Commerce extérieur, Pierre Moscovici, il participe activement à la redéfinition des relations économiques entre l'Afrique et la France et aux travaux menés par Jacques Attali sur la francophonie économique. Deux ans plus tard, Laurent Fabius, ministre des Affaires étrangères et du Développement international, le nomme secrétaire général adjoint du Quai d’Orsay, en charge notamment des questions économiques. A ses côtés, il pilote le volet financier des négociations pour la COP21.

Après l’annonce par le Président de la République, en septembre 2015, d’une relance de la politique française de développement à travers la hausse des financements de 4 milliards d’euros d’ici 2020, pour atteindre 12,5 milliards d’engagements annuels, (dont 5 milliards d’euros en faveur du climat), il est chargé d'une mission de préfiguration du rapprochement entre l'Agence Française de Développement et la Caisse des Dépôts qui doit doter la France d’un outil à même de relever les défis des Objectifs du développement durable.

Homme de dialogue et de conviction, il est très attaché au Massif central, en particulier à la Corrèze et la Lozère, où il séjourne fréquemment, avec sa femme et ses trois enfants.


Dates clefs

  • 26 juin 1969 : Naissance à Neuilly-sur-Seine, France
  • 1997 : auditeur à la Cour des comptes à sa sortie de l’ENA (promotion Marc Bloch), il y deviendra Conseiller Maître en 2013
  • 2001 et 2002 : conseiller budgétaire au cabinet de Daniel Vaillant au ministère de l’Intérieur
  • 2003 : missions de contrôle dans les secteurs de l’énergie et de la défense à la Cour des Comptes
  • 2004 : direction du Trésor, Chef du bureau de la coopération monétaire et du développement avec les pays d’Afrique, des Caraïbes, du Pacifique et de la zone franc
  • 2007 : sous-directeur des transports et de l’audiovisuel de l’Agence des participations de l’Etat
  • 2010 : sous-directeur des affaires financières internationales et développement à la direction générale du Trésor
  • 2012 à 2014 : directeur du cabinet de M. Pierre Moscovici au ministère de l’Economie et des Finances
  • 2014 : secrétaire général adjoint du ministère des Affaires étrangères et du Développement international, chargé notamment des affaires économiques
  • 2015 : responsable des questions financières au sein de l’équipe française de négociation pour la COP21.
  • Juin 2016 : nommé 11ème Directeur général de l’Agence Française de Développement.


Traitement et réutilisation des eaux usées : deux nouveaux projets à Hébron

24/05/2016

Triple enjeu de santé publique, d’environnement et d’emploi local, le traitement des eaux usées à Hébron sera amélioré grâce à deux initiatives lancées par l’AFD et l’Autorité palestinienne.

Donner une deuxième vie à l’eau et créer des emplois

Les deux projets permettront de financer un projet d’assainissement des eaux usées à Hébron (200 000 habitants) et de réaliser des études et solliciter des assistances techniques pour les projets de l’AFD dans les Territoires palestiniens.

A terme, l’assainissement des eaux usées de la municipalité d’Hébron permettra de :

  • réduire l’impact négatif des eaux non traitées sur les 104 000 habitants vivant en aval de la municipalité ;
  • renforcer la protection des ressources en eau de la nappe phréatique. 

La réutilisation des eaux usées et traitées en direction de l’agriculture donnera une deuxième vie à cette ressource et créera de nouveaux emplois. 

Les deux projets ont fait l’objet d’une signature de convention entre l’Autorité palestinienne et l’AFD pour un total de 13,8 millions d’euros. Cette signature a eu lieu à l’occasion de la visite du Premier ministre Manuel Valls le 24 mai à Ramallah.

Une partie importante du financement de 13,3 millions d’euros sur fonds de l’Union européenne est destinée au renforcement du futur opérateur de la station. Ce financement s’ajoute à une précédente contribution de l’AFD de 10 M€ ainsi qu’à des participations de la Banque mondiale et de USAID.

 


Visite du Premier ministre Manuel Valls sur le chantier d’eau potable de Bethléem

24/05/2016

Afin d’améliorer les services d’eau et d’assainissement de Bethléem, l’AFD finance un projet du réseau d’eau potable du district. Lors de sa visite dans les Territoires palestiniens le 23 mai, le Premier ministre a pu découvrir la réalité du terrain.

Objectif : un meilleur accès à l’eau pour 110 000 habitants 

Financé conjointement par la France via l’AFD et les Pays-Bas, dans une région où cette ressource est rare, le projet d’amélioration du réseau d’eau potable du district de Bethléem permettra d’assurer une continuité du service d’alimentation en eau de la population. Ce sont 110 000 personnes qui bénéficieront d’un meilleur accès à l’eau potable. 

Grâce à la réhabilitation du réseau d’eau potable, plus de 56km de conduites seront remplacées afin d’augmenter la consommation moyenne / l’accès à d’eau potable de près de 20%.   

A l’occasion de sa visite dans les Territoires palestiniens, le Premier ministre français s’est rendu sur l’un des sites réhabilités où il a pu constater l’avancement des travaux et s’entretenir avec les équipes du projet, en présence du ministre de l’Eau palestinien Mazen Ghunaim et des maires des trois villes bénéficiant directement du projet (Bethléem, Beit Jala et Beit Sahour).

Les travaux en cours sont réalisés par un groupement d’entreprise régionales jordano-palestiniennes. Le bureau d’étude français BRLi, qui a assuré la phase d’étude, supervise les travaux.

Financement : 17,5 M€ de l’AFD, augmentés d’une délégation de fonds des Pays-Bas.

 


Inauguration de la Pharmacie centrale palestinienne

27/04/2016

Située à Naplouse, la pharmacie centrale est la clé de voûte du dispositif palestinien de rationalisation de la chaîne d’approvisionnement de médicaments. Fonctionnelle depuis 2015, elle a été inaugurée le 2 avril dernier par le Dr. Rami Hamdallah, Premier Ministre palestinien, et Marisol Touraine, ministre français des Affaires sociales et de la Santé.

Clé de voute d’une stratégie d’approvisionnement en médicaments
La construction d’une pharmacie centrale, et plus globalement la mise en place d’une politique du médicament, sont des priorités du ministère palestinien de la santé.
En effet, dans un contexte de rareté des ressources fiscales et d’imprévisibilité de l’aide extérieure, la politique du médicament constitue un enjeu majeur pour le gouvernement palestinien, tant en termes de santé publique que de finances publiques. Elle représente un levier important de diminution des dépenses de santé et d’amélioration de la qualité des soins.

Optimisant la disponibilité et le coût des médicaments, la pharmacie centrale, située à Naplouse, est l’élément central de cette stratégie de rationalisation de la chaine d’approvisionnement  du ministère de la Santé.

 

L’expertise locale mise à contribution

Pour cette rationalisation, l’expertise locale a été mise à contribution, notamment à travers une collaboration avec l’Université de Naplouse qui a actualisé un grand nombre de protocoles médicamenteux.
Ainsi, le financement de 5,8 M€ de l’AFD a permis au secteur palestinien de la santé de disposer d’un système pérenne et efficace d’achat, de gestion et de distribution des médicaments.

Le secteur de la santé représente (en 2008) 10% du PIB palestinien et les dépenses liées au médicament totalisent près de 100 millions de dollars par an.

La nouvelle pharmacie centrale, d’une surface de 8 500 m² et fonctionnelle depuis début 2015, a été inaugurée le 2 avril 2016 par le Dr. Rami Hamdallah, Premier Ministre et Marisol Touraine, ministre français des Affaires sociales et de la Santé.



 
 
1 
2  3  4  5   ... 
 
 
Archives

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l’installation de cookies sur votre poste, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. En savoir plus