stratégie

La stratégie de l'AFD dans les Territoires Palestiniens vise à renforcer le cadre institutionnel pour favoriser un développement pérenne, et préserver la cohésion et la paix sociale.

En savoir plus

Stratégie

À la une

La station d’épuration du nord de Gaza va enfin voir le jour

24/11/2016

Après avoir été mise en veille ces dernières années, la construction de la station des eaux usées du nord de la bande de Gaza va enfin reprendre. À la clé : de meilleures conditions d’hygiène pour les 250 000 habitants de la zone.

Améliorer le traitement des eaux usées du nord de Gaza

À l’origine, un projet : celui du traitement des eaux usées du nord de Gaza (soit « NGEST » pour North Gaza emergency sewage treatment project). Son objectif ? Aménager et mettre en service un dispositif d'assainissement couvrant de manière satisfaisante l'ensemble des besoins de la zone nord de Gaza.

Après la construction d’une nouvelle station de pompage, destinée au transfert des eaux usées vers des bassins d’infiltration, achevée en 2010, la phase actuelle de ce projet phare consiste en la construction d'une station d’épuration de traitement biologique

Celle-ci pourra traiter 35 000 mètres cubes d’eaux usées par jour et desservira la population de Gaza Nord, estimée à 250 000 habitants. L’eau traitée pourra être utilisée ensuite pour l’agriculture.


Une construction retardée à maintes reprises

Faillite de l’entrepreneur international début 2014, guerre de Gaza cette même année qui a endommagé plusieurs installations… Ces dernières années, les retards dans la construction de la station d’épuration dans le nord de la bande de Gaza ont été nombreux, menant à l’interruption des travaux.

Après deux années de négociations juridiques puis commerciales, un groupement d’entreprises s’est formé entre Termomeccanica Ecologia (Italie) et Masoud et Ali Contracting Co (contractant local). 

À l’issue de ces négociations, deux contrats ont été signés :

  • l'un pour l'achèvement des travaux du site de la station d’épuration ;
  • et l’autre qui inclut 2 années d'opération et de maintenance pour transférer le savoir-faire opérationnel aux Palestiniens

Les montants des contrats s’élèvent à 12 millions de dollars, co-financés par la Banque mondiale et l'AFD.

La signature de ces contrats a eu lieu le 13 novembre entre le ministre de l’Eau Mazen Ghunaim et le groupement d’entreprises, sous le patronage du Premier ministre palestinien Rami Hamadallah. Le Consul général de France à Jérusalem, la  directrice locale de la Banque mondiale et le directeur de l’agence de Jérusalem étaient également présents. 

 



Assainissement : la ville de Missilya relève le défi

03/11/2016

L’amélioration de l’accessibilité aux services d’eau et d’assainissement demeure l’une des priorités de l’AFD dans les Territoires palestiniens. L’Agence y finance ainsi le projet de Missilya en Cisjordanie qui permettra de doter la population d’un système robuste d’assainissement de leurs eaux usées.

 

Un accès à des services de qualité pour la population  

L'AFD soutient la construction d’infrastructures d'assainissement à Missilya, petite ville située dans le nord de la Cisjordanie, Gouvernorat de Jénine. 

En effet, les services d’assainissement ne bénéficient qu’à une faible partie de la population du nord de la Cisjordanie (respectivement 45 % pour la collecte et 16 % le traitement). 

Ce projet, financé à hauteur de 3,7 millions d’euros par l’AFD, s’inscrit pleinement dans la Stratégie nationale d’eau et d’assainissement. Portée par l’Autorité palestinienne de l’eau, elle vise à faire bénéficier ces services d’assainissement  à 75 % de la population à l’horizon 2032.

Au terme du projet, les habitants de Missilya seront connectés à un réseau couvrant cette ville de 5000 habitants.

 

Des filtres plantés de roseaux pour traiter les eaux usées 

Le projet comprend la construction de deux infrastructures principales :

  • un réseau d’assainissement qui collecte les eaux usées de la ville ;
  • et une station de traitement.

Cette station de traitement utilise une technologie robuste et adaptée aux milieux  ruraux : le traitement par filtres plantés de roseaux. Une technologie très répandue en France mais pas dans les Territoires palestiniens (on n’y compte une seule station qui s’avère déficiente ).

Les eaux usées traitées par la station pourront être, à terme, réutilisées pour l’agriculture.
L'Autorité palestinienne de l'eau (PWA) a signé un contrat avec l’entreprise palestinienne Brothers Contracting Company le 3 novembre 2016 pour la construction de ces infrastructures.

Les travaux devraient être achevés dans les 18 mois et permettront au Syndicat intercommunal de Maythaloun (JSC) d’assurer le service d’assainissement pour lequel il est mandaté.

Opérationnel depuis 2012, JSC travaille étroitement avec un autre conseil conjoint de service dans la région, le JSC de Tubas, reconnu pour son expérience dans la gestion de compteurs d'eau prépayés. Les deux JSC ont été créés avec le soutien de l'Autorité palestinienne de l'eau et l'AFD.
 



Le ministre de l’Eau palestinien sur le chantier d’eau potable de Bethléem

22/09/2016

Afin d’améliorer les services d’eau et d’assainissement de Bethléem, l’AFD finance un projet d’amélioration du service d’eau potable du district. Le ministre de l’Eau palestinien Mazen Ghunaim s’est rendu sur le terrain le 22 septembre.

Objectif : un meilleur accès à l’eau pour 110 000 habitants 
 
Financé à hauteur de 17,5 millions d’euros par la France via l’AFD et les Pays-Bas, dans une région où cette ressource est rare, le projet d’amélioration du réseau d’eau potable du district de Bethléem permettra d’assurer une continuité du service d’alimentation en eau de la population.
 
L’un des résultats visés : 110 000 personnes bénéficiant d’un meilleur accès à l’eau potable. 
 
Grâce à la réhabilitation du réseau d’eau potable, plus de 56 km de conduites seront remplacées afin d’augmenter la consommation moyenne / l’accès à l’eau potable de près de 20 %.   
 
À l’occasion d’un déplacement à Bethléem, le ministre de l’Eau palestinien Mazen Ghunaim a pu constater l’avancement des travaux et s’entretenir avec les équipes du projet.
 
Les travaux en cours sont réalisés par un groupement d’entreprise régionales jordano-palestiniennes. Le bureau d’étude français BRLi, qui a assuré la phase d’étude, supervise les travaux.
 


Rémy Rioux est nommé Directeur général de l’Agence Française de Développement en Conseil des ministres, ce 25 mai 2016

25/05/2016

Sur proposition de François Hollande au Parlement le 27 avril dernier et après un vote favorable à l’unanimité des députés et à la majorité des sénateurs, M. Rémy Rioux, 46 ans, secrétaire général adjoint du ministère des Affaires étrangères et du développement international, est nommé ce jour, en Conseil des ministres, Directeur général de l’Agence Française de Développement, Etablissement Public Industriel et Commercial, en charge du développement des pays du Sud et de l’Outre-mer. 11ème directeur général de l’AFD, Rémy Rioux prendra la tête de l’AFD, le 2 juin 2016.

Né en juin 1969 à Neuilly-sur-Seine, ancien élève de l’Ecole normale supérieure de la rue d’Ulm, de Sciences Po et de l’Ecole nationale d’administration, Rémy Rioux, historien de formation, ancien élève d’Alain Corbin et de Pierre Nora, conseiller maître à la Cour des comptes, a alterné, au cours de sa carrière, des responsabilités en France et au service du développement et de l'Afrique.


Rémy Rioux est nommé Directeur général de l'AFD © Alain Buu

A l’âge de 26 ans, Rémy Rioux découvre le continent africain à l’occasion d’un stage de l’ENA au Bénin, puis en militant pour la promotion de l’harmonisation du droit des affaires en Afrique. Passionné par ce continent, il le sillonne tout au long de sa carrière, y noue des liens forts, et y acquiert une expertise reconnue des enjeux de développement. Au Trésor de 2004 à 2007 puis de 2010 à 2012, il contribue notamment à moderniser la coopération monétaire avec les pays africains membres de la Zone franc, participe à la résolution de la crise ivoirienne et contribue à placer la question des infrastructures et du développement au cœur de l’agenda international du G20. Il est alors administrateur de l’AFD et de sa filiale PROPARCO.

Rémy Rioux a par ailleurs exercé des missions de contrôle dans les secteurs de l'énergie et de la défense à la Cour des comptes entre 1997 et 2004. Il a travaillé au ministère de l’intérieur de 2000 à 2002, au sein du cabinet du ministre Daniel Vaillant, en charge notamment du budget et du passage à l’euro. Il a également exercé des fonctions à l’Agence des participations de l’Etat, de 2007 à 2010, comme directeur de participations en charge des secteurs des transports et des médias, participant au conseil d’administration de différentes entreprises (SNCF, RATP, ADP, Renault, France Télévisions, France Médias Monde, Arte, le Grand Port Maritime du Havre).

En 2012, directeur de cabinet du ministre de l’Economie, des Finances et du Commerce extérieur, Pierre Moscovici, il participe activement à la redéfinition des relations économiques entre l'Afrique et la France et aux travaux menés par Jacques Attali sur la francophonie économique. Deux ans plus tard, Laurent Fabius, ministre des Affaires étrangères et du Développement international, le nomme secrétaire général adjoint du Quai d’Orsay, en charge notamment des questions économiques. A ses côtés, il pilote le volet financier des négociations pour la COP21.

Après l’annonce par le Président de la République, en septembre 2015, d’une relance de la politique française de développement à travers la hausse des financements de 4 milliards d’euros d’ici 2020, pour atteindre 12,5 milliards d’engagements annuels, (dont 5 milliards d’euros en faveur du climat), il est chargé d'une mission de préfiguration du rapprochement entre l'Agence Française de Développement et la Caisse des Dépôts qui doit doter la France d’un outil à même de relever les défis des Objectifs du développement durable.

Homme de dialogue et de conviction, il est très attaché au Massif central, en particulier à la Corrèze et la Lozère, où il séjourne fréquemment, avec sa femme et ses trois enfants.


Dates clefs

  • 26 juin 1969 : Naissance à Neuilly-sur-Seine, France
  • 1997 : auditeur à la Cour des comptes à sa sortie de l’ENA (promotion Marc Bloch), il y deviendra Conseiller Maître en 2013
  • 2001 et 2002 : conseiller budgétaire au cabinet de Daniel Vaillant au ministère de l’Intérieur
  • 2003 : missions de contrôle dans les secteurs de l’énergie et de la défense à la Cour des Comptes
  • 2004 : direction du Trésor, Chef du bureau de la coopération monétaire et du développement avec les pays d’Afrique, des Caraïbes, du Pacifique et de la zone franc
  • 2007 : sous-directeur des transports et de l’audiovisuel de l’Agence des participations de l’Etat
  • 2010 : sous-directeur des affaires financières internationales et développement à la direction générale du Trésor
  • 2012 à 2014 : directeur du cabinet de M. Pierre Moscovici au ministère de l’Economie et des Finances
  • 2014 : secrétaire général adjoint du ministère des Affaires étrangères et du Développement international, chargé notamment des affaires économiques
  • 2015 : responsable des questions financières au sein de l’équipe française de négociation pour la COP21.
  • Juin 2016 : nommé 11ème Directeur général de l’Agence Française de Développement.


Traitement et réutilisation des eaux usées : deux nouveaux projets à Hébron

24/05/2016

Triple enjeu de santé publique, d’environnement et d’emploi local, le traitement des eaux usées à Hébron sera amélioré grâce à deux initiatives lancées par l’AFD et l’Autorité palestinienne.

Donner une deuxième vie à l’eau et créer des emplois

Les deux projets permettront de financer un projet d’assainissement des eaux usées à Hébron (200 000 habitants) et de réaliser des études et solliciter des assistances techniques pour les projets de l’AFD dans les Territoires palestiniens.

A terme, l’assainissement des eaux usées de la municipalité d’Hébron permettra de :

  • réduire l’impact négatif des eaux non traitées sur les 104 000 habitants vivant en aval de la municipalité ;
  • renforcer la protection des ressources en eau de la nappe phréatique. 

La réutilisation des eaux usées et traitées en direction de l’agriculture donnera une deuxième vie à cette ressource et créera de nouveaux emplois. 

Les deux projets ont fait l’objet d’une signature de convention entre l’Autorité palestinienne et l’AFD pour un total de 13,8 millions d’euros. Cette signature a eu lieu à l’occasion de la visite du Premier ministre Manuel Valls le 24 mai à Ramallah.

Une partie importante du financement de 13,3 millions d’euros sur fonds de l’Union européenne est destinée au renforcement du futur opérateur de la station. Ce financement s’ajoute à une précédente contribution de l’AFD de 10 M€ ainsi qu’à des participations de la Banque mondiale et de USAID.

 


 
 
1 
2  3  4  5   ... 
 
 
Archives

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l’installation de cookies sur votre poste, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. En savoir plus