Diaporama

image

Les actions de l'AFD au Bénin visent à soutenir l'atteinte des Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD) et la croissance économique.

En savoir plus

Activité
image

La priorité du groupe AFD au Bénin est d’intensifier son soutien au secteur privé.

En savoir plus

Secteur privé
image

 

L’AFD apporte son soutien au Plan Décennal de Développement du Secteur de l’Education du Bénin.

En savoir plus

Éducation
image

L’AFD accompagne quelques centres urbains dans leur développement, dans l’amélioration des services aux populations et la création d’espaces d’échanges économiques

En savoir plus

Dév Urbain
image

 L’AFD soutient les mutations institutionnelles et technologiques du secteur agricole et appuie l’amélioration de la productivité des exploitations familiales et l’organisation des producteurs et des filières

En savoir plus

Agriculture

 L’AFD appuie l’amélioration des structures et des services de santé, en ciblant la santé maternelle et infantile et la santé sexuelle et reproductrice

 En savoir plus

En savoir plus

Santé
image

L’AFD mène au Bénin des actions en faveur de la préservation de la faune et de la flore et de la lutte contre la pollution atmosphérique et les changements climatiques.

En savoir plus

Environnement
image

L’AFD accompagne le renforcement des capacités de production ainsi que l’extension et la réhabilitation du réseau électrique en milieux urbain et rural

En savoir plus

Énergie

À la une

Rémy Rioux est nommé Directeur général de l’Agence Française de Développement en Conseil des ministres, ce 25 mai 2016

25/05/2016

Sur proposition de François Hollande au Parlement le 27 avril dernier et après un vote favorable à l’unanimité des députés et à la majorité des sénateurs, M. Rémy Rioux, 46 ans, secrétaire général adjoint du ministère des Affaires étrangères et du développement international, est nommé ce jour, en Conseil des ministres, Directeur général de l’Agence Française de Développement, Etablissement Public Industriel et Commercial, en charge du développement des pays du Sud et de l’Outre-mer. 11ème directeur général de l’AFD, Rémy Rioux prendra la tête de l’AFD, le 2 juin 2016.

Né en juin 1969 à Neuilly-sur-Seine, ancien élève de l’Ecole normale supérieure de la rue d’Ulm, de Sciences Po et de l’Ecole nationale d’administration, Rémy Rioux, historien de formation, ancien élève d’Alain Corbin et de Pierre Nora, conseiller maître à la Cour des comptes, a alterné, au cours de sa carrière, des responsabilités en France et au service du développement et de l'Afrique.


Rémy Rioux est nommé Directeur général de l'AFD © Alain Buu

A l’âge de 26 ans, Rémy Rioux découvre le continent africain à l’occasion d’un stage de l’ENA au Bénin, puis en militant pour la promotion de l’harmonisation du droit des affaires en Afrique. Passionné par ce continent, il le sillonne tout au long de sa carrière, y noue des liens forts, et y acquiert une expertise reconnue des enjeux de développement. Au Trésor de 2004 à 2007 puis de 2010 à 2012, il contribue notamment à moderniser la coopération monétaire avec les pays africains membres de la Zone franc, participe à la résolution de la crise ivoirienne et contribue à placer la question des infrastructures et du développement au cœur de l’agenda international du G20. Il est alors administrateur de l’AFD et de sa filiale PROPARCO.

Rémy Rioux a par ailleurs exercé des missions de contrôle dans les secteurs de l'énergie et de la défense à la Cour des comptes entre 1997 et 2004. Il a travaillé au ministère de l’intérieur de 2000 à 2002, au sein du cabinet du ministre Daniel Vaillant, en charge notamment du budget et du passage à l’euro. Il a également exercé des fonctions à l’Agence des participations de l’Etat, de 2007 à 2010, comme directeur de participations en charge des secteurs des transports et des médias, participant au conseil d’administration de différentes entreprises (SNCF, RATP, ADP, Renault, France Télévisions, France Médias Monde, Arte, le Grand Port Maritime du Havre).

En 2012, directeur de cabinet du ministre de l’Economie, des Finances et du Commerce extérieur, Pierre Moscovici, il participe activement à la redéfinition des relations économiques entre l'Afrique et la France et aux travaux menés par Jacques Attali sur la francophonie économique. Deux ans plus tard, Laurent Fabius, ministre des Affaires étrangères et du Développement international, le nomme secrétaire général adjoint du Quai d’Orsay, en charge notamment des questions économiques. A ses côtés, il pilote le volet financier des négociations pour la COP21.

Après l’annonce par le Président de la République, en septembre 2015, d’une relance de la politique française de développement à travers la hausse des financements de 4 milliards d’euros d’ici 2020, pour atteindre 12,5 milliards d’engagements annuels, (dont 5 milliards d’euros en faveur du climat), il est chargé d'une mission de préfiguration du rapprochement entre l'Agence Française de Développement et la Caisse des Dépôts qui doit doter la France d’un outil à même de relever les défis des Objectifs du développement durable.

Homme de dialogue et de conviction, il est très attaché au Massif central, en particulier à la Corrèze et la Lozère, où il séjourne fréquemment, avec sa femme et ses trois enfants.


Dates clefs

  • 26 juin 1969 : Naissance à Neuilly-sur-Seine, France
  • 1997 : auditeur à la Cour des comptes à sa sortie de l’ENA (promotion Marc Bloch), il y deviendra Conseiller Maître en 2013
  • 2001 et 2002 : conseiller budgétaire au cabinet de Daniel Vaillant au ministère de l’Intérieur
  • 2003 : missions de contrôle dans les secteurs de l’énergie et de la défense à la Cour des Comptes
  • 2004 : direction du Trésor, Chef du bureau de la coopération monétaire et du développement avec les pays d’Afrique, des Caraïbes, du Pacifique et de la zone franc
  • 2007 : sous-directeur des transports et de l’audiovisuel de l’Agence des participations de l’Etat
  • 2010 : sous-directeur des affaires financières internationales et développement à la direction générale du Trésor
  • 2012 à 2014 : directeur du cabinet de M. Pierre Moscovici au ministère de l’Economie et des Finances
  • 2014 : secrétaire général adjoint du ministère des Affaires étrangères et du Développement international, chargé notamment des affaires économiques
  • 2015 : responsable des questions financières au sein de l’équipe française de négociation pour la COP21.
  • Juin 2016 : nommé 11ème Directeur général de l’Agence Française de Développement.


Causerie sur le Bénin et son environnement régional

02/05/2016

L’Agence de Cotonou, en sa qualité de chef de file des chefs de coopération, a accueilli dans ses locaux le mercredi 20 avril 2016 le professeur John IGUE, ancien ministre du Commerce et des PME du Bénin et président du Laboratoire d’Analyse Régionale et d’Expertise Sociale (LARES), venu animer une « causerie » à laquelle ont participé l’ambassadrice de France, l’ambassadrice des Etats-Unis, l’Ambassadeur de Turquie et la plupart des chefs d’agences de coopération sur le thème « le Bénin dans son contexte régional, proche et immédiat : opportunités et contraintes ».

Les enjeux économiques liés au positionnement du Bénin dans la région ouest africaine ont été présentés par le conférencier qui a mis un accent particulier sur les avantages comparatifs du Bénin vis-à-vis de ses voisins, apportant un éclair tout particulier sur les relations économiques avec le Nigéria. En effet, une baisse d’un point de pourcentage de la croissance économique nigériane se traduit par une réduction de 0,3 point de pourcentage du taux de croissance de l’économie béninoise, 20% du PIB du Bénin dépendant des échanges commerciaux informels avec le Nigéria. Selon le conférencier, ces chiffres montrent combien le Bénin, pays à économie de prélèvement, doit renforcer sa politique de coopération régionale et envisager une économie de complémentarité au lieu de la politique de compétition prônée jusque-là.

Le Nigéria a anticipé la chute du prix du pétrole en réorientant son économie avec des politiques agricoles et industrielles volontaristes, visant à réduire la dépendance de l’économie aux recettes du pétrole.

Pour le Professeur IGUE, le Bénin devrait se mobiliser plus pour tirer profit de son voisinage avec le Nigéria et s’adapter au mieux à ces nouvelles mesures de politiques économiques : la faible capacité de l’administration béninoise, l’absence de stratégies et de politiques de développement prenant en compte les atouts et contraintes du pays par rapport à ses voisins, la non convertibilité de la monnaie nigériane (Naïra) et le F CFA restent autant de contraintes qui ne sont à ce jour pas adressées.

Participants

Cette causerie-débat a permis aux chefs de mission et de coopération d’avoir une meilleure compréhension des relations économiques que le Bénin entretient avec ses voisins notamment le Nigéria. « … Cette initiative vient approfondir ma connaissance concernant un certain nombre de mécanismes économiques que j’observais depuis ma présence au Bénin sans en comprendre complètement les causes et fondements. Elle aidera à mieux orienter nos interventions au Bénin. Je comprends mieux les enjeux liés aux relations économiques entre le Bénin et le Nigéria … » a confié le Directeur de la KfW au Bénin à la fin de cette conférence.



Des entrepreneurs agricoles, nouvelle génération, grâce au Centre Songhaï !

14/03/2016

Dans un pays comme le Bénin, où l’agriculture représente 30% du PIB et 70% de la population, le problème de renouvellement des dirigeants d’exploitations agricole est un enjeu majeur. Trente jeunes entrepreneurs agricoles formés par la Songhaï Leadership Academy viennent de recevoir leur diplôme.

Un problème de renouvellement des dirigeants d'exploitations agricoles

Secteur stratégique au Bénin, l'agriculture est confrontée à des problèmes de renouvellement des dirigeants d’exploitations agricole, du fait de la défection des jeunes, des problèmes de qualité des formations (formations pas assez entrepreneuriales, peu adaptées), de difficultés des jeunes lors de leur installation, notamment en matière d'accès à la terre et aux financements, de multiplication des défis (environnemental, démographique, réduction de la pauvreté).

Dans ce contexte, la formation des jeunes et leur motivation pour devenir des agriculteurs dynamiques, pouvant vivre de leur activité économiquement et gérer durablement les ressources naturelles, devient un enjeu pour les pays. Et ce, particulièrement à moyen et long termes, avec la croissance démographique que connaît le pays ; l’agriculture sera incontournable pour fournir aux jeunes un travail décent.

Le projet Songhaï Leadership Academy appuyé par une subvention de l’AFD vise à répondre en partie à ces enjeux à travers l’appui à la formation des responsables pour le développement de centres de formation Songhaï au Bénin et dans d’autres pays en développement. La remise des diplômes à la première promotion  a été effectuée par Catherine Bonnaud, directrice de l'AFD à Cotonou, en présence de Godfrey Nzamujo, fondateur et directeur de Songhaï, et de l'Ambassadeur du Burkina-Faso à la CEDEAO.

 

L'approche innovante du Centre Songhaï

Au Bénin, le dispositif global de formation agricole et rurale est fortement dispersé, avec peu de ressources, et reste trop souvent axé sur l’accès au diplôme aux dépends de l’accès à l’emploi. Ces dispositifs de formation sont généralement caractérisés par une très faible insertion des diplômés (ou des certifiés) dans l’activité de leur formation et avec un impact peu visible sur l’augmentation de la productivité.

Photo de groupe des jeunes entrepreneurs

 

Songhaï a une approche innovante qui s’appuie sur la diffusion de pratiques de production et de transformation plus durables, plus productives, plus responsables écologiquement via la recherche d’innovations et d’une certaine autonomie financière et énergétique. Le centre a l’avantage de présenter une offre de formation unique en son genre associant entreprenariat agricole et recherche agronomique appliquée.

 

Cinq promotions à venir

Cinq autres promotions de 30 jeunes bénéficieront de cette formation et pourront désormais s’installer ou compléter les effectifs des centres existants.

Pour plus d'information sur le Projet Songhaï Leadership Academy, cliquer ici



Le Bénin valide sa stratégie de développement préservant le climat

26/02/2016

Après des mois de concertations et de consultations de différents acteurs tant institutionnels qu’issus des ONGs, du secteur privé , le document de stratégie de développement à faible intensité de carbone et résilient aux changements climatiques vient d’être validé. Ce document, élaboré dans le cadre du projet Africa4Climate mis en œuvre par Expertise France, répond aux besoins du Bénin de faire face aux effets du changement climatique, tant en mettant en place des mesures d’adaptation qui permettront une protection des communautés qu’en contribuant à la démarche mondiale de réduction des émissions de gaz à effet de serre.

S’inscrivant pleinement dans les documents stratégiques du Bénin tels que la vision ALAFIA 2025, cette stratégie intersectorielle doit désormais être soumise en Conseil de Ministres pour approbation. Il sera ensuite nécessaire que tous les acteurs puissent s’approprier le document et que la mobilisation des ressources tant sur budget national qu’à travers la mobilisation de fonds extérieurs soit effective.

► Cliquer ici  pour en savoir plus sur ce projet



Synthèse des débats de la conférence "le climat: quelle opportunité pour le développement?"

26/02/2016

La synthèse de la conférence débat organisée le 2 décembre 2015 à l'Institut Français du Bénin  a été publiée sur le blog iD4D animé par l’AFD.

Vous trouverez aux liens ci-après les versions françaises et anglaises de cette synthèse:



6ème Parution du magazine "Energies Africaines": mention spéciale de SUNREF Bénin

26/02/2016
Dans le cadre de la mise en oeuvre récente du programme SUNREF au Bénin, la directrice de l’Agence AFD au Bénin, Catherine Bonnaud, a été interviewée par le magazine Energies Africaines, spécialisé dans les énergies vertes en Afrique.

Cet entretien a permis de présenter les modalités de fonctionnement de SUNREF et notamment la place centrale des banques partenaires, ainsi que le rôle de l’AFD comme partenaire de premier plan du secteur énergétique au Bénin, notamment dans les énergies renouvelables .

Lire l’article : SUNREF Bénin – Energies Africaines

Pour plus d'informations sur SUNREF, cliquer ici

 



 
 
1 
2  3  4  5   ... 
 
 
Archives

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l’installation de cookies sur votre poste, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. En savoir plus