Diaporama

image

Les actions de l'AFD au Bénin visent à soutenir l'atteinte des Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD) et la croissance économique.

En savoir plus

Activité
image

La priorité du groupe AFD au Bénin est d’intensifier son soutien au secteur privé.

En savoir plus

Secteur privé
image

 

L’AFD apporte son soutien au Plan Décennal de Développement du Secteur de l’Education du Bénin.

En savoir plus

Éducation
image

L’AFD accompagne quelques centres urbains dans leur développement, dans l’amélioration des services aux populations et la création d’espaces d’échanges économiques

En savoir plus

Dév Urbain
image

 L’AFD soutient les mutations institutionnelles et technologiques du secteur agricole et appuie l’amélioration de la productivité des exploitations familiales et l’organisation des producteurs et des filières

En savoir plus

Agriculture

 L’AFD appuie l’amélioration des structures et des services de santé, en ciblant la santé maternelle et infantile et la santé sexuelle et reproductrice

 En savoir plus

En savoir plus

Santé
image

L’AFD mène au Bénin des actions en faveur de la préservation de la faune et de la flore et de la lutte contre la pollution atmosphérique et les changements climatiques.

En savoir plus

Environnement
image

L’AFD accompagne le renforcement des capacités de production ainsi que l’extension et la réhabilitation du réseau électrique en milieux urbain et rural

En savoir plus

Énergie

À la une

Concours "la France s'engage au Sud"

03/06/2015

Vous vivez au Bénin ou en Afrique et vous portez un projet innovant et d’intérêt général ?

Votre projet produit des résultats et vous souhaitez en étendre le bénéfice à un plus grand nombre?

"La France s’engage au Sud" est un nouveau dispositif qui vous apporte de la visibilité, vous aide à trouver des partenaires publics ou privés, vous fournit un accompagnement.

Envoyez votre candidature au plus tard le 14 juillet 2015 via le formulaire de candidature sur cette page: www.lafrancesengage.fr/au-sud



L'exposition "60 solutions face au changement climatique" s'installe à Cotonou du 5 juin au 4 juillet

29/05/2015

Venez visiter à Cotonou l'exposition

 "60 SOLUTIONS face au changement climatique"

Exposition photos de Yann Arthus-Bertrand en partenariat avec la Fondation GoodPlanet

 

Installée à l’Institut Français du Bénin du 5 juin au 4 juillet 2015, l'exposition présente des solutions innovantes et efficaces associant lutte contre le dérèglement climatique et développement économique à travers des initiatives concrètes.

Venez en famille, des visites guidées et commentées seront organisées les mercredis et samedis.

 

L'ENTRÉE EST LIBRE



"60 solutions face au changement climatique", une exposition qui fait le tour du monde des solutions

26/03/2015

 Alors que la France s’apprête à accueillir en décembre 2015 la 21ème Conférence des Parties à la Convention-Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques (COP21), l’Institut Français du Bénin (IFB) et l’AFD vous invitent à découvrir l’exposition photo "60 solutions face au changement climatique" proposée par l’AFD et la Fondation GoodPlanet.

Composée de 21 photographies de Yann Arthus-Bertrand, issue de sa célèbre série "La Terre vue du ciel", cette exposition met en lumière et en images des solutions innovantes et efficaces associant lutte contre le dérèglement climatique et développement économique à travers des initiatives concrètes dans quatre secteurs: la ville, l’agriculture, la transition énergétique et l’adaptation au changement climatique.

 

Les photos sélectionnées du concours "Climat et Développement durable" lancé par l’IFB seront également présentées et soumises au vote des visiteurs : les trois photos retenues par les visiteurs recevront chacune un prix qui sera remis le 4 juillet. 

Cliquez ici pour visualiser quelques photos de l'exposition

Pour plus d'information sur la COP 21   



Résultats 2014 de l’Agence Française de Développement : Plus de 8 milliards en faveur d’un monde plus juste et plus durable

17/03/2015

Anne Paugam, Directrice générale de l’AFD, a présenté ce jour les chiffres clés de l’activité 2014 de l’acteur pivot de l’aide publique française au développement. Avec 8,1 milliards d’euros d’engagements, en hausse de +4%,  l’AFD réalise une nouvelle année historique en faveur d’un monde plus juste et plus durable.

"La mission de l’AFD est au cœur de l’enjeu des années à venir, qui est de faire émerger de nouveaux modèles de développement qui permettent à la fois d’assurer la prospérité de l’ensemble de la population mondiale et de préserver la planète. Nous y contribuons en adaptant nos actions aux besoins des pays partenaires", a précisé Anne Paugam, Directrice générale de l’AFD.

Institution publique qui met en œuvre la politique de la France en matière de financement du développement, l’AFD, présente sur quatre continents, dans plus de 90 pays et dans les Outre-mer français, agit au quotidien pour répondre aux demandes de ses partenaires. A la clef, des investissements dans le capital humain, le soutien au secteur privé, le financement de projets de transports collectifs, l’accompagnement de politiques publiques des Etats mais aussi des collectivités territoriales, afin de favoriser des trajectoires de développement plus justes et plus durables.

Face aux défis du dérèglement climatique, dont les impacts concernent l’ensemble de la planète, l’AFD apporte au quotidien la démonstration qu’il existe des solutions concrètes qui concilient climat et développement. En 2014, 53 % des financements de l’AFD en faveur du développement dans les pays en développement ont généré des impacts positifs dans la lutte contre le dérèglement climatique et 30% pour sa filiale Proparco en faveur du secteur privé.
 

Des impacts concrets

Les actions de l’AFD sont porteuses d’impacts concrets. Entre 2012 et 2014, les projets en cours ont permis :

  • la scolarisation de 2 millions d’enfants au primaire et au collège ;
  • l’amélioration de l’habitat pour 2,3 millions de personnes ;
  • l’accès de 2,75 millions de personnes à une source pérenne d’eau potable ;
  • l’appui au développement de 246 000 petites entreprises ;
  • le soutien à 771 000 exploitations agricoles familiales ;
  • la conservation et la gestion durable de 32 millions d’hectares d’espaces naturels permettant la préservation de la biodiversité.

 

infographie secteurs
 

 

Une année historique en faveur du climat : 53 % des financements

En 2014, 53 % des financements de l’AFD en faveur du développement dans les pays en développement et près de 30% de ceux de sa filiale Proparco en faveur du secteur privé ont aussi eu des impacts positifs dans la lutte contre le dérèglement climatique en application d’une stratégie climat parmi les plus ambitieuses des institutions financières internationales de développement, mise en place à la demande du gouvernement français. Cela a représenté en 2014 plus de 2,8 Md€ d’engagements financiers dont 2,53 Md€ pour l’AFD. Depuis 2005, 18 milliards d’euros ont été consacrés par l’AFD à des projets qui concilient développement et climat.
 

infographie climat

 

 

 

 

Premières obligations climat de l’AFD

L’AFD a émis pour la première fois des « obligations climat » ("climate bonds") d’une maturité de 10 ans, qui financeront des projets contribuant au développement, mais aussi à la lutte contre le dérèglement climatique.
Cette émission obligataire « climat », d’un montant d’un milliard d’euros, est la première du genre réalisée par une agence publique française. Elle marque un tournant dans la conception des instruments financiers en faveur de la transition vers une économie sobre en carbone. Par sa méthodologie rigoureuse et innovante, reposant sur une évaluation systématique de l’empreinte carbone des projets financés, l’AFD cherche à démontrer  aux financeurs qu’il est possible d’orienter une partie de la finance internationale vers des actifs « climat ».


 


Afrique Subsaharienne : des engagements records

En 2014, les financements en Afrique subsaharienne atteignent le volume record de 2,95 milliards d’euros, soit 36,5% des financements totaux du groupe AFD (45 % des financements dans les Etats étrangers). A travers ce fort engagement, qui s’inscrit dans l’objectif fixé par le Président de la République d’apporter 20 milliards d’euros de financements au continent d’ici à 2018, l’AFD vise à accompagner l’émergence de l’Afrique dans ses trajectoires de croissance. Les projets soutenus par l’AFD ouvrent l’accès aux services essentiels, permettent l’essor de villes durables, de l‘agriculture familiale, la préservation des ressources naturelles, le développement des infrastructures et d’entreprises créatrices d’emplois.


 

inforgraphie

 

 

 

 

Crises : des modes d’intervention et des outils spécifiques

Au Mali, en République Centrafricaine, en Guinée… dans des pays en conflit armé ou récemment sortis de conflits, l'AFD a adapté ses modes d’intervention et ses outils à la spécificité de ces contextes, afin de gagner en réactivité et de mieux collaborer avec les différents partenaires et acteurs de l’urgence et du développement. Parmi les projets marquant de 2014 on peut citer :

  • Ebola : un nouveau centre de traitement en Guinée forestière a pu être mis en place grâce à  une subvention de 5 M€ via un contrat de développement et de désendettement
  • Fonds Bêkou : crée à l’initiative de l’AFD, ce fonds doté fin 2014 de 64M€ permet aux bailleurs européens de mutualiser leurs financements pour accompagner le processus de gestion puis de sortie de crise en RCA. Il a pour objectif de recréer les services essentiels, de contribuer au développement économique et de favoriser la stabilité du pays et de la sous-région.
     

 

 

 

► Synthèse du bilan de l’activité 2014

 

► En savoir plus sur l'AFD en 2014



Sensibilisation à la prise en compte du genre

21/02/2015

Une session de formation sur la prise en compte de l’approche genre dans les projets de développement a réuni une trentaine de participants les 27 et 28 janvier derniers à l’AFD à Cotonou. Il avait pour objectif de sensibiliser l’équipe opérationnelle de l’agence mais aussi tous ses partenaires, aussi bien publics que privés.

 

Cette formation s’inscrivait dans le cadre du processus de mise en œuvre de la stratégie Genre et réduction des inégalités femmes-hommes (2014-2017) dont l’AFD s’est nouvellement dotée, qui comprend un important volet de « renforcement des capacités ».

Cette session de deux jours était la première formation Genre réalisée dans une zone d’intervention de l’AFD.

Elle a réuni plus de 35 participants pendant deux jours. Son originalité a été d’associer d’emblée tous les partenaires avec lesquels l’agence de Cotonou travaille, aussi bien issus de structures publiques (ministères, collectivités locales) que privées (ONG, banques). Ceci afin de favoriser, dès le départ, une compréhension et une approche partagée de la problématique de genre dans les projets de développement entre l’AFD et ses interlocuteurs.

Co-animée par une experte genre de l’AFD Paris en collaboration avec un cabinet local ayant une bonne connaissance des enjeux de genre et développement dans le contexte béninois, la qualité des échanges au cours de cette formation a permis de développer compréhension et intérêt pour la question du genre et de lancer une dynamique laissant présager un engagement des participants (AFD et partenaires) pour améliorer progressivement leurs pratiques d’intégration du genre dans leurs projets.

Cette expérience pilote de formation des équipes et de leurs interlocuteurs pourrait être répliquée dans les autres zones d’intervention de l’AFD, car c’est un excellent moyen d’initier réflexions, dialogue et bonnes pratiques sur le genre, non seulement au sein de l’AFD, mais aussi avec les maîtrises d’ouvrages de ses financements.



Développer la formation professionnelle pour une meilleure insertion des jeunes

21/02/2015

Les activités du projet d’appui à la formation professionnelle et à l’insertion des jeunes ont été officiellement lancées. Elles permettront de renforcer l’employabilité des jeunes et d’améliorer l’adéquation entre l’offre et la demande d’emploi.

Chaque année, 75 000 nouveaux demandeurs d’emploi sans qualification

Au Bénin, le marché de l’emploi est très largement dominé par le secteur informel (plus de 95% des emplois, dont 60% dans le domaine agricole). Près de 75 000 jeunes arrivent chaque année sur le marché du travail, la plupart sans aucune qualification.
 


Jeunes apprenants à l’atelier de menuiserie
Photo : C. Jolly pour l'AFD

Pour aider à leur insertion, le gouvernement béninois a entrepris de rénover et d’adapter le dispositif de formation professionnelle, en créant notamment des certificats de qualification professionnelle.

Néanmoins, les capacités d’accueil des centres sont limitées et l’offre de formation ne répond que très partiellement aux besoins en compétences des entreprises. En cause, l’obsolescence des référentiels de formation, une quasi absence de modules pratiques, le manque de matériel, le faible taux de recyclage des formateurs…

Actuellement, le nombre total d’élèves de la formation professionnelle est estimé à 30 000. Ce chiffre est inférieur à la demande de formation et met en exergue les défis que doit relever le système d’enseignement technique et professionnel tant en termes de capacités d’accueil que d’adéquation de l’offre de formation à la demande des milieux professionnels.

Renforcer les capacités de pilotage du ministère

Le projet poursuit trois principaux objectifs :
-    Le développement de l’offre de formation en alternance dans quatre départements (Zou, Collines, Mono, Couffo), en cohérence avec les besoins des entreprises formelles et informelles et les opportunités d’auto-emploi (notamment en maintenance, magasinage, métiers du bâtiment, de la transformation et de la valorisation des produits)
-    L’amélioration de l’insertion des jeunes dans l’emploi et l’auto-emploi, en partenariat avec les acteurs locaux (communes, organisations professionnelles…)
-    Le renforcement des capacités de pilotage du dispositif de formation par le ministère de l’Enseignement secondaire, de la Formation technique et professionnelle, de la Reconversion et de l’Insertion des jeunes.
Le projet est mis en œuvre par le consortium Swisscontact/IRAM (Institut de Recherches et d’Applications des Méthodes de développement) dans les départements du Mono-Couffo et du Zou-Collines.


Une attention particulière à l’insertion des jeunes filles

En présence du ministre en charge de la formation technique et professionnelle et de l’ambassadrice de France, la cérémonie a été l’occasion de souligner l’importance du travail mené dans un cadre pluri acteurs, dans un contexte de décentralisation et aussi de rappeler l’importance de l’attention à porter à l’insertion des jeunes filles à travers leur accès et leur maintien dans les cursus.

Quelques jours après la cérémonie, un atelier de travail s’est tenu à Abomey en présence des 21 centres de formation professionnelle concernés par le projet. Il a permis un réel dialogue et d’échanger sur les attentes des acteurs et les activités à mettre en œuvre. Plus de 500 jeunes bénéficieront d’une formation qualifiante, 700 jeunes seront accompagnés vers l’auto emploi et 1000 artisans bénéficieront d’une amélioration de la qualité de leurs prestations.
 


► Pour en savoir plus sur les projets soutenus par l'AFD dans ce domaine , cliquez ici

 



 
   
1  2  3  4 
5 
 ... 
 
 
Archives

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l’installation de cookies sur votre poste, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. En savoir plus