un brodeur

 

L’Union des Comores fait partie des 17 pays prioritaires de l’aide française. L’AFD y est présente depuis plus de 50 ans.

 

 

En savoir plus

Activité

À la une

L’appui au secteur de la santé aux Comores entre dans sa 3ème phase

28/01/2016
Ce programme, d’une durée de 6 ans, est destiné à améliorer l’offre de soins et l’accès aux soins aux Comores. L’AFD subventionne cette troisième phase avec une subvention de sept millions d’euros.

Signature convention PASCO 3 (c Said Ali Said Mohamed) 

Le projet d’appui au secteur de la santé aux Comores (PASCO) existe depuis 2007 avec pour objectifs la réduction de la mortalité maternelle et néonatale à travers la facilitation financière de l’accès aux soins et l’amélioration des infrastructures hospitalières.

Cette troisième phase permettra de consolider les actions déjà entreprises tout en appuyant :

  • la mise en place d’une politique de lutte contre les maladies non transmissibles (MNT)
  • les capacités du pays à développer des pratiques d’information et de prévention sanitaire.

Un programme mené avec les ONG

Le ministère de la Santé bénéficiera de l’expertise de trois ONGs :

  • l’ONG Santé Diabète , sur la mise en œuvre du premier projet de lutte contre le Diabète aux Comores. Elle recevra dans ce cadre un financement additionnel de 300.000 € en complément des 280.000 € de la fondation Word Diabète ;
  • la Croix-Rouge française en collaboration avec le Croissant Rouge comorien interviendra pour le renforcement des capacités du ministère de la Santé et développera des activités de prévention et de formation pour réduire les besoins d’évacuation sanitaire.

Le ministère de la Santé rétrocédera également un budget de 400.000 € à l’association Caritas Comores pour développer les activités de de prévention des accidents domestiques et de prise en charge des brûlés.

La signature de la convention de financement s’est déroulée le 28 janvier 2016 à Moroni entre la ministre des Finances, Siti Kassim, le directeur de l’AFD à Moroni, Daniel Lubeth, et l’ambassadeur de France, Robby Judes ; en présence du vice-président chargé du ministère de la Santé, de la Solidarité, de la Cohésion Sociale et de la Promotion du Genre, Dr Fouad Mohaji.



Conférence-expo sur les changements climatiques à l'École française Henri Matisse à Moroni

08/12/2015

Lorsque les élèves de l’École française de Moroni abordent la problématique des changements climatiques avec leurs camarades de l’École Abdoulhamid, les causes en sont clairement expliquées et des solutions précisent sont proposées.

Climat : les jeunes se sont appropriés les enjeux

À l’École française Henri Matisse, cette après-midi du 8 décembre 2015 a été entièrement dédiée à la question des changements climatiques, de l’avenir de notre planète et des solutions durables à mettre en œuvre pour atténuer l’impact de l’homme sur son environnement.

Différents ateliers présentés par les élèves de niveaux élémentaire, primaire et lycée ont permis d’une part d’illustrer par des expériences des phénomènes comme l’effet de serre ou l’élévation du niveau de la mer, et d’autres part de proposer des solutions alternatives comme le chauffe-eau solaire, la briquette de combustible (avec l’aide de l’Association 2 Mains), ou les panneaux solaires.

Les élèves de 3ème et 2nde ont animé une conférence sur les changements climatiques, les causes et solutions, suivie d’un slam interprété par la classe de 3ème A et clôturée par la présentation par deux élèves de 3ème B de leur participation à l’opération #maplanète2050 à Paris en Novembre. L’après-midi s’est terminée par la plantation symbolique d’un arbre dans la cour de l’école pour lancer l’opération de reboisement initiée par l’École française (arbre fourni par l'association Banda bitsi en collaboration avec l'Herbier national des Comores).

#60solutions contre le changement climatique

L’exposition #60 solutions de l’AFD en collaboration avec la Fondation Good Planet a été installée pendant une semaine à l’École Henri Matisse, profitant aux élèves de l’École française et d’écoles voisines invitées pour l’occasion, au total plus de 600 personnes, élèves et professeurs, ont pu visiter l’exposition. Tous les élèves ont pu participer à un quizz sur l’exposition #60 Solutions et à un concours de dessin intitulé « Les Comores en 2040, quelles solutions pour un environnement agréable?  ». L’AFD a récompensé les meilleurs dessins et les
gagnants du quizz

Récompense quiz offerte aux élèves le 15.12.2015 (c AFD Cécile Le Brun Buscail)



Une étude de faisabilité pour le développement de nouveaux projets portés par l'AFD en faveur de la dynamisation du secteur productif

07/12/2015

Dynamiser le secteur productif comorien à travers l’accès au financement et l’accompagnement des entreprises et des porteurs de projets. 

Voilà la problématique qui fait actuellement l’objet d’une étude portée par la Banque centrale des Comores débattue lors d’une réunion le 07 décembre 2015, avec le soutien de l’Agence Française de Développement et la participation des représentants des différents secteurs de la vie économique nationale.

L’évolution récente de l’environnement bancaire en Union des Comores a créé une nouvelle dynamique pour le financement au bénéfice du secteur privé. Toutefois, de nombreuses petites entreprises du secteur productif se heurtent toujours à des difficultés de financement, alors qu’elles constituent  un moteur essentiel pour la croissance et l’emploi, avec un fort impact sur la réduction de la pauvreté. Parallèlement, il apparait des besoins en termes d’accompagnement des entreprises, afin de leur permettre de bâtir et déployer des plans d’affaires plus robustes et adaptés à l’environnement économique difficile.

Attendus pour février 2016, les résultats de cette étude qui couvre les trois îles de Grande Comore, Anjouan et Mohéli, permettront d’identifier les enjeux pertinents et de proposer les solutions les plus pragmatiques en tenant compte de l’environnement économique comorien. Alors qu’elle intervient déjà depuis de nombreuses années sur cette thématique et qu’elle a été récemment élue chef de file des partenaires techniques et financiers pour animer les travaux du Groupe Technique Sectoriel « secteur privé » en Union des Comores, l’AFD entend proposer dès 2016 le déploiement d’un vaste projet national pour une enveloppe avoisinant les 3 à 4 M. EUR.Dynamistion du secteur productif - Réunion Banque Centrale (c Kamardine Soulé)



COP 21 - Conférence-débat "Se nourrir sans détruire"

14/11/2015

À Mohéli, des solutions viables existent pour « Se nourrir sans détruire ». Telle a été la conclusion de la conférence du samedi 14 novembre à l’Alliance Française de Fomboni, organisée dans le cadre de la COP21 par l'AFD, en partenariat avec le Parc Marin de Mohéli et l’Alliance Française.

 


Les 120 personnes présentes dans le public ont pu assister à 3 présentations abordant les sujets suivants :

  • La gestion des ressources halieutiques au Parc Marin de Mohéli par Fouad Abdou Rabi, ingénieur Halieutique, chargé de mission environnement marin au PMM ;
  • Quelle orientation pour le développement de la pêche traditionnelle dans une démarche durable par François Henry, chef de projet au siège de l’AFD à Paris ;
  • Avantages de l’agroforesterie dans les exploitations agricoles et les paysages ruraux par Aboubacar Allaoui, Agronome, Ancien directeur de l’Environnement et des Forêts.

Dans le périmètre du Parc marin, comme dans toute l’île de Mohéli, le développement de nouvelles techniques de pêche durables, l’amélioration des conditions de travail des pêcheurs, le développement de l’agroforesterie… sont autant de solutions à mettre en place rapidement sur une île où les ressources halieutiques diminuent sensiblement et où le déboisement, l’agriculture et l’urbanisation ont fait diminuer la surface de forêt de 10 000 à 1 500 ha aujourd’hui.

La conférence a été ponctuée de deux périodes de débat, au cours desquelles le public a pu prendre la parole et questionner les experts présents.

L'exposition 60 solutions face au changement climatique inaugurée

La matinée s’est terminée par le vernissage de l’Exposition « #60 solutions face au changement climatique » éditée par l’AFD en partenariat avec Yann Arthus-Bertrand et la fondation GoodPlanet que le public pourra visiter jusqu’au 21 novembre 2015. Cette exposition sera installée pour la 4ème et dernière fois de cette année 2015 à l’École Française Henri Matisse du 7 au 11 décembre au profit des enfants de différentes écoles de la ville de Moroni.

Les interventions du directeur de l’Alliance Française de Fomboni, Pierrick BARTHEZEME, du directeur de l'agence de Moroni, Daniel LUBETH, de l’ambassadeur de France auprès de l’Union des Comores, Robby JUDES, du Commissaire à l’Environnement de l’île de Mohéli, Ibrahim Zaki Attoumane et de la ministre de la Production et de l’Environnement, Siti Kassim. ont ouvert la conférence.

COP 21 - Conférence-débat à l'Alliance française de Fomboni (c Pierrick Barthezeme)



La programmation conjointe France/Union européenne avec les Comores est bien engagée

20/10/2015

La programmation conjointe de la coopération UE / France avec les Comores pour la période 2015-2020 a officiellement été remise au gouvernement de l’Union des Comores le 20 octobre 2015. Dotée d’une enveloppe indicative de 135 millions d’euros, cette programmation est une démarche innovante visant à simplifier et rendre plus efficiente la coopération de l’UE et des États-membres avec les pays partenaires.

Au 4ème Forum de haut niveau sur l'aide au développement (Busan 2011), l’Union européenne s’est engagée à plus d’efficience dans le cadre de ses actions avec les membres avec les pays partenaires. L’Union des Comores figure parmi les 14 premiers pays où cet exercice a abouti. Alignée sur les priorités de la Stratégie de Croissance Accélérée et de Développement Durable de l’Union des Comores (SCA2D), cette programmation se concentrera sur 3 piliers :

  • le renforcement de la bonne gouvernance et l'Etat de droit,
  • l'amélioration des infrastructures, la promotion du secteur privé et financier, et la valorisation des ressources naturelles et,  
  • l'amélioration des services de base et la valorisation des ressources humaines.

La cérémonie de remise de la programmation UE/France s’est déroulée en présence des vice-présidents de l’Union des Comores en charge des Finances et des Infrastructures, de l’ambassadeur de France aux Comores et du chef de la délégation de l’UE pour les Comores.

En marge de la cérémonie, deux conventions de financement ont été signées : l’une de 4 millions d’euros pour le Programme d’Appui à la Coopération UE/Comores (Financement FED) et l’autre de 0,5 million d’euros entre l’AFD et les Comores. Il s’agit, pour le financement AFD, d’un Fonds d’Etudes et de Renforcement de Capacités (FERC) qui sera affecté à la réalisation des études sectorielles, au renforcement des capacités des maitrises d’ouvrages, nécessaires à la préparation de nouveaux projets de développement à financer par l’AD aux Comores sur ses 3 secteurs de concentration : Eau et Environnement, Santé, et le secteur Financier).

Signautre Convention FERC (c Oustadh Padré)



COP 21 : L'Union des Comores a présenté son plan climat

17/09/2015

Le 17 septembre, l’Union des Comores a soumis ses « Contributions Prévues Déterminées au niveau National » à la Convention Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques (CCNUCC)  dans le cadre de la Cop 21 qui aura lieu du 30 novembre au 11 décembre à Paris.

Après l’île Maurice, l’Union des Comores est le 2ème pays de la zone Afrique australe et Océan indien à avoir présenté son plan d’action climat et surtout le 2ème des Petits Etats Insulaires en Développement (PEID). L’engagement le plus significatif dans cette contribution est la réduction des émissions de gaz à effet de serre de 84% à l’horizon 2030. Bien qu’il ne soit pas grand émetteur de GES contrairement aux pays occidentaux, l’État comorien entend rester un « puits de carbone » en mettant en place des plans d’action sectoriels (énergie, eau, gestion des déchets, biodiversité…) qui aboutiront à l’utilisation exclusive des énergies renouvelables au détriment des hydrocarbures.

En matière d’atténuation, la priorité est donnée dans la promotion de l’énergie « verte » qui pourrait se traduire par la généralisation de la géothermie comme alternative ou encore l’énergie solaire. Les études récentes ont permis en effet de souligner le fort potentiel de ces ressources dont l’exploitation totale devrait se concrétiser à l’horizon 2030. Par ailleurs, la corrélation a été faite entre la lutte contre la pauvreté et la lutte contre les changements climatiques : cette double vulnérabilité doit être réduite à travers une adaptation des secteurs de l’eau et de l’agriculture dans la mesure où les îles comoriennes sont fortement exposées aux risques et aux catastrophes climatiques (montée du niveau de la mer, augmentation de la température, augmentation des précipitations et des périodes de sécheresse…). Le plan d’action climat comorien annonce aussi des engagements en matière de conservation de la biodiversité marine et terrestre : le pays projette d’augmenter la surface des aires protégées (50 000 hectares en 2030) et cela concerne notamment les ressources minières et forestières.

Pour répondre à ces défis outre les moyens financiers, la contribution recommande de clarifier les missions des institutions gouvernementales et insulaires afin d’améliorer leur coordination. D’autre part, la gestion des risques climatiques doit être règlementée. Elle s’appuie actuellement sur un plan d’aide d’urgence mais doit rapidement évoluer vers un plan de prévention face aux catastrophes naturelles.

En bref, les propositions se veulent réalistes et surtout réalisables si tous les moyens sont mobilisés de manière efficace. En tant que Petit État Insulaire en Développement, la transversalité des actions confirme l’universalisation des préoccupations climatiques : réduire les impacts du dérèglement climatique, c’est réduire la pauvreté, c’est réduire l’exploitation abusive des ressources, c’est améliorer les conditions de vie de la population.

L’élaboration de la contribution des Comores a été financée par la France à travers l’Agence Française de Développement. Expertise France (EF), responsable de la mise en œuvre des fonds, a sélectionné l’entreprise d'ingénierie MWH sa/nv basée à Bruxelles pour assister le gouvernement Comorien dans la préparation de sa CPDN. Le processus d’élaboration de la CPDN des Comores a bénéficié d’une très forte mobilisation de tous les acteurs comoriens et celle des services français présents aux Comores.COP 21 - Cérémonie CPDN organisée le 17 septembre 2015 par le Président de l'Union (c Irchad)



 
 
1 
2  3  4  5   ... 
 
 
Archives

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l’installation de cookies sur votre poste, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. En savoir plus