un brodeur

 

L’Union des Comores fait partie des 17 pays prioritaires de l’aide française. L’AFD y est présente depuis plus de 50 ans.

 

 

En savoir plus

Activité

À la une

Lancement officiel de la Centrale d'achat de médicaments de l'Union des Comores

06/02/2014

Neuf mois après sa mise en place, la centrale d’achat de médicaments de l’Union des Comores (CAMUC) a été lancée le jeudi 06 février 2014 en présence du chef de l’Etat de l’Union des Comores, Ikililou Dhoinine. Elle a pour objectif principal d'améliorer l'accessibiité des médicaments pour un meilleur service sanitaire.

Le tout nouveau Directeur de la CAMUC, Kamal Abdoulwahab, a promis de ne ménager aucun effort pour « diminuer progressivement les prix des médicaments, assurer une livraison régulière dans les structures sanitaires, lutter contre la vente illicite de médicaments et développer les capacités de stockage ». Il a également fait référence au renforcement des capacités institutionnelles et à la formation continue de son personnel.

La CAMUC bénéficie à son lancement d’un appui financier de l’AFD d’un montant de 750 millions de francs comoriens (pour un chiffre d’affaires annuel évalué à 1 milliard). Une partie de ce financement (250 millions) est destiné à l’apurement des dettes des fournisseurs de l’ex Pharmacie Nationale Autonome des Comores (PNAC), et l’autre partie (500 millions) pour l’achat des nouveaux médicaments. La centrale dispose aujourd’hui de 80% des produits pharmaceutiques nécessaires à son fonctionnement et ce, grâce à la volonté des autorités sanitaires et des partenaires.

Le Vice-président en charge du ministère de la Santé, Fouad Mohadji, a rappelé les défis à relever : « il faut que vous mettiez les bouchées doubles pour alimenter les structures sanitaires. Vous avez le monopole, mais il faut travailler étroitement avec les centres et hôpitaux pour éviter notamment les ruptures de stock ».

Les Vice-présidents Fouad Mohadji et Mohamed Ali Soilihi, ainsi que l’ambassadeur de France aux Comores, Philippe Lacoste, et Jean-François Vavasseur, directeur de l’AFD à Moroni, étaient également présents.



Appel à candidature pour des bourses Sciences Po – PSIA dans le cadre du partenariat Sciences Po/AFD

08/01/2014

Dans le cadre du partenariat entre l’AFD et la Paris School of International Affairs (PSIA) de SciencesPo Paris qui s’étend sur la période 2012-2016, des bourses AFD-PSIA sont offertes pour permettre à davantage d’étudiants venant de pays africains de s’inscrire dans les Masters de SciencesPo suivant : le Master en pratiques du développement (Master of Development Practice - MDP) et le Master en développement international (Master of International Development - MID).

L’accord entre PSIA et l’AFD prévoit l’octroi de 5 bourses chaque année jusqu’en 2015. Elles sont attribuées à des étudiants africains, provenant par priorité de l’un des pays suivants : Bénin, Burkina Faso, Burundi, République d’Afrique centrale, Tchad, Comores, République Démocratique du Congo, Djibouti, Ghana, Guinée, Madagascar, Mali, Mauritanie, Niger, Rwanda, Sénégal, Togo, ainsi que : Erythrée, Ethiopie, Gambie, Guinée‐Bissau, Côte d’ivoire, Kenya, Malawi, Mozambique, Libéria, Sao Tomé et Principe, Sierra Leone, Tanzanie, Ouganda et Zimbabwe.

Le partenariat entre Sciences Po et l’AFD comprend également l’élaboration de cas pratiques élaborés sur la base de projets de l’AFD par les étudiants du MDP.

► Pour des informations complémentaires sur le MDP

► Pour des informations complémentaires sur le MID
 

 

Appel  à candidature 2014 :

L’appel à candidature pour les bourses 2014 a été mis en ligne par PSIA fin novembre 2013. La date limite de candidature est le 4 février 2014.

Les modalités précises pour déposer une candidature sont stipulées dans un document joint à cet envoi et consultable sur Internet en cliquant ici.

 

Recrutement :

Les candidatures sont adressées directement à SciencesPo qui assure la sélection des candidats. L’AFD est associée au processus en émettant un avis sur les candidats ayant postulé aux bourses financées dans le cadre du partenariat avec Sciences Po – PSIA.



Les pays de l’océan Indien s’équipent pour faire face aux cyclones

19/12/2013

Alors que la saison cyclonique débute dans la région du Sud-ouest de l’océan Indien, de nouvelles infrastructures de stockage de matériels d’urgence sont opérationnelles à Madagascar, aux Seychelles et aux Comores. Ces investissements, financés par l’AFD en 2009, viennent renforcer la plate-forme d’intervention régionale pour l’océan Indien coordonnée par la Croix Rouge française .

Intervention PIROI à Madagascar en 2010 © Croix-Rouge française - PIROI

 

Afin d’améliorer l’efficacité en réponse aux catastrophes naturelles et de renforcer les capacités des sociétés nationales de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge de la région, la plate-forme d’intervention régionale pour l’océan Indien (PIROI), basée à La Réunion, développe depuis plusieurs années un projet de pré-positionnement et de mutualisation de matériel humanitaire dans les pays de la région.

 

En 2009, l’AFD a mis à disposition une subvention de 750 000€ au bénéfice des Croix-Rouge malgache et seychelloise et du Croissant-Rouge comorien pour le financement de leurs entrepôts de stockage de matériels d’urgence (abris temporaires, kit de traitement d’eau, biens de première nécessité …), dans le cadre d’un projet multi-pays sous maîtrise d’ouvrage de la Croix-Rouge française, à travers son programme PIROI.

Les quatre entrepôts, d’une capacité totale de 280 tonnes de matériels spécialisés dans le secours aux personnes, sont aujourd’hui livrés aux Seychelles, à Madagascar et aux Comores.

Madagascar, touchée chaque année par les cyclones, dispose de deux entrêpôts : un entrepôt principal de 750 m² à Antananarivo, sur un terrain permettant à la Croix-Rouge malgache de développer parallèlement des activités de formation, et un entrepôt de 250 m² à Tamatave, principal port du pays situé dans la zone très exposée de la côte Est de la Grande île. Ces infrastructures permettent désormais aux pays de la région du Sud-ouest de l’océan Indien d’être en capacité de déployer un total de 500 tonnes de matériels pré-positionnés dans des entrepôts répartis à La Réunion, à Mayotte, à Madagascar, aux Comores, aux Seychelles et à Maurice. 

Grâce aux stocks de matériels récemment installés, les nouveaux entrepôts sont opérationnels pour la saison cyclonique débutée officiellement le 15 novembre 2013 dans le bassin Sud-ouest de l’océan Indien.

Intervention PIROI à Madagascar en 2010 // Entrepôt PIROI à Tamatave en 2013 © Croix-Rouge française - PIROI

 

La PIROI, un partenariat multipartite pour la préparation et la réponse aux catastrophes naturelles

La PIROI fonctionne dans le cadre d’un partenariat direct entre les sociétés nationales de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge de la région océan Indien (Comores, France/Réunion/Mayotte, Madagascar, Maurice, Mozambique, Seychelles, Tanzanie), la Fédération Internationale de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (FICR) et le Comité International de la Croix-Rouge (CICR). Les 29 et 30 octobre derniers s’est tenue à Saint-Denis de La Réunion la rencontre annuelle des partenaires et membres de la PIROI, à laquelle l’AFD a participé.

La PIROI a également formalisé un partenariat en avril 2012 avec la Commission de l’océan Indien (COI). Elle participe dans ce cadre aux projets de la COI financés par l’AFD : le projet Risques Naturels et le projet Réseau de surveillance et d'investigation épidémiologique (Réseau SEGA). Ce partenariat a donné lieu pour le moment à quatre projets pilotes, avec en particulier l’organisation de sessions communes de formation et de préparation aux catastrophes aux pays de la région.

Dans ce cadre, la 5ème formation RDRT (Regional Disaster Response Team) océan Indien a été organisée par la PIROI à La Réunion du 22 au 28 novembre derniers, grâce au partenariat avec la COI (projet Risques Naturels). Cet exercice de simulation, intégré à la formation, a regroupé les représentants des sécurités civiles de l’océan Indien, les Croix-Rouge et Croissant-Rouge membres de la PIROI et, pour la première fois, des représentants des Croix-Rouge du Gabon, du Congo, du Burundi et du Rwanda.

4ème formation de l'équipe régionale de réponse aux catastrophes (RDRT) - 2012 © AnakaoPress - AFD

 

Créée en 2000, la PIROI a mené depuis sa création 36 opérations d’urgence, mobilisant directement 3200 volontaires des sociétés nationales de la région (sur les 20 000 volontaires que comptent les 7 sociétés nationales associées), venant au secours de plus d’un million de sinistrés. Dans le cadre du réseau international Croix-Rouge, la PIROI peut également intervenir ponctuellement dans le cadre de catastrophes hors zone océan Indien, en envoyant des experts sur le terrain, comme cela fut le cas pour le tremblement de terre à Haïti en 2010.



L’AFD soutient 15 nouveaux projets d’Organisations françaises de la société civile pour un montant de 8,9 millions d’euros

18/12/2013

Le Comité spécialisé du Conseil d’Administration de l’AFD pour l’appui aux initiatives des ONG s’est réuni le 17 décembre 2013. Il a approuvé l’attribution de 15 subventions.

AIDES - Accès à la prévention et aux traitements du VIH/sida en Afrique et dans les Caraïbes
Subvention de 912 175 euros sur 3 ans à Aides pour un projet visant à améliorer l’accès à la prévention et au traitement du VIH/Sida et des hépatites des groupes les plus vulnérables face à l’épidémie dans 10 pays d’Afrique et de la Caraïbe. Hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes, transgenres, usagers de drogue injectable, travailleurs/ses du sexe… Ces populations se retrouvent très souvent en dehors des dispositifs de prise en charge en raison des discriminations dont ils sont victimes et de la criminalisation de leurs pratiques. Le projet prévoit de renforcer les capacités de plaidoyer et de sensibilisation des associations partenaires de lutte contre le sida ainsi que de travailler sur l’environnement juridique qui entrave l’accès aux traitements et la prévention du VIH.

Eau vive - Accès à l'eau potable et à l'assainissement au Mali
Subvention de 331 575 euros sur 3 ans à Eau Vive pour un projet visant à améliorer l’accès à l’eau potable et à l’assainissement dans 4 communes de la région de Koulikoro, située à 100 km au Nord de Bamako. Adossé à une contribution du Lions Club, le projet comprend la construction de forages, de points d’eau et de latrines et des actions de sensibilisation à l’hygiène auprès des populations. Il prévoit aussi un accompagnement des autorités locales, compétentes en matière d’eau et d’assainissement dans le cadre de la politique malienne de décentralisation. Un volet « sécurité alimentaire » permettra d’appuyer 5 groupements d’agriculteurs pour développer des activités maraîchères. 112 300 habitants bénéficieront à terme du projet.

CCFD-TS  - Accès à l'information et renforcement des acteurs non étatiques au Tchad
Subvention de 504 000 euros sur 2 ans au CCFD-Terre solidaire pour un projet d’accès à l’information et de renforcement des capacités des acteurs non étatiques et des autorités locales dans 17 régions du Tchad. Monté en partenariat avec le Groupe de recherches alternatives et de monitoring du projet pétrole Tchad-Cameroun (GRAMP-TC), le projet vise à impliquer les populations de manière effective dans la gestion des budgets publics et communaux, notamment en ce qui concerne les ressources issues de l’exploitation pétrolière. A terme, 16 conseils municipaux et leurs personnels techniques se verront dotés d’outils leur permettant de s’impliquer plus efficacement dans la bonne gestion des fonds publics et l’élaboration des plans de développement locaux. 500 travailleurs des industries extractives seront informés sur la gouvernance de leurs entreprises.

Plan international France - Eradiquer le travail des enfants en Tanzanie 
Subvention de 180 000 euros sur un an et demi à Plan international France pour un projet visant à éradiquer le travail des enfants dans 11 circonscriptions minières de la région de Geita en Tanzanie. L’enjeu est d’assurer un meilleur suivi de l’application des lois et des politiques sur le travail des enfants. Le projet prévoit de sensibiliser les jeunes, leurs parents et les exploitants du secteur minier à la situation du travail des enfants et ses conséquences. Il renforcera aussi des associations villageoises d’épargne et de crédit pour améliorer la sécurité économique de 4 500 foyers vulnérables. A terme, le projet permettra de former 60 élus à cette question et de réintégrer 12 000 enfants âgés de 5 à 13 ans dans un parcours scolaire.

GRET - Microprojets communaux et associatifs au Congo Brazzaville
Subvention de 300 000 euros sur 3 ans au GRET pour un projet visant à donner aux acteurs locaux de 4 arrondissements défavorisés de Brazzaville des outils pour améliorer l’accès aux services urbains de base. Il s’agit de renforcer la capacité des acteurs locaux à agir de façon partenariale et de permettre aux mairies d’arrondissement de mieux piloter le développement de leur territoire. Le projet gère un fonds d’appui aux initiatives d’aménagement, l’animation d’espaces de concertation et propose un important plan d’accompagnement à tous les niveaux. Il bénéficiera à une quarantaine d’agents des mairies d’arrondissement, à une trentaine d’organisations de la société civile, à une vingtaine d’entreprises ou bureaux d’études, pour permettre à 600 000 habitants un meilleur accès aux services urbains de base.

Inter Aide – Renforcement des exploitations familiales agricoles en Afrique subsaharienne
Subvention de 1 671 339 euros sur 3 ans à Inter Aide pour la poursuite de la convention-programme portant sur le renforcement des capacités des exploitations familiales agricoles et la structuration de services mise en œuvre dans des zones rurales défavorisées d’Ethiopie, de Madagascar, du Malawi et de la Sierra Leone. Ce projet appuie le déploiement et la structuration des dispositifs d’appui-conseil et des filières semencières dans les zones rurales concernées, en vue d’accroître la résilience des exploitations familiales agricoles. Cette convention-programme bénéficie à environ 13 000 familles, soit 66 000 personnes.

CCFD Terre solidaire – Faire émerger un dialogue politique concerté sur la sécurité alimentaire en Afrique de l’Ouest
Subvention de 804 163 euros sur 3 ans au CCFD - Terre Solidaire pour un projet de structuration du monde associatif visant à faire émerger un dialogue politique concerté sur la sécurité alimentaire dans deux zones transfrontalières de la Mauritanie, du Sénégal, du Mali, du Niger et du Burkina Faso. Il s’agit d’améliorer les connaissances des organisations professionnelles et des collectivités locales sur les politiques publiques de sécurité alimentaire et de renforcer leurs capacités de dialogue afin qu’elles participent activement à leur élaboration. 298 organisations professionnelles et 45 collectivités locales seront mobilisées dans le cadre de cette initiative qui impactera deux zones frontalières comptant un million d’habitants.

AVN – Développement d’une offre d’habitat rural en Afrique de l’Ouest
Subvention de 680 000 euros sur 3 ans à l’Association de la voûte nubienne (AVN) visant à renforcer les capacités des organisations d'Afrique de l'Ouest pour développer un marché de bâtiments construits en voûtes nubiennes adaptés localement aux besoins économiques, sociaux et environnementaux de la région. Ce programme repose sur un concept : la voûte nubienne ; un métier : l’artisan-maçon spécialisé dans ce type de construction ; une méthode : la promotion régionale du marché de voûtes nubiennes. Le projet permettra d’accompagner la création de 2 500 voûtes nubiennes qui assureront l’hébergement de 20 000 personnes dans des conditions de confort  améliorées par rapport aux maisons courantes construites en tôle et en béton.

Initiative développement - Diffusion d'unités de distillation à foyer économe aux Comores
Subvention de 240 422 euros sur 3 ans à Initiative développement pour un projet visant à diffuser des unités de distillation plus économes en bois auprès des producteurs d’ylang ylang, une huile essentielle produite sur l’île d’Anjouan et très prisée de l’industrie cosmétique. L’objectif est de réduire la consommation de bois grâce à des unités de distillation plus durables et de structurer et améliorer les revenus des petits producteurs. Le projet s’appuie notamment sur une valorisation des réductions d’émissions via la finance carbone. Il bénéficiera à au moins 200 petits producteurs distillateurs et indirectement à l'ensemble des acteurs impliqués dans la filière, notamment les femmes en charge de la cueillette.

FERT – Education au développement dans l’enseignement agricole
Subvention de 267 600 euros sur 3 ans à FERT pour un projet visant à ancrer durablement l’éducation au développement au sein de l’enseignement agricole en France. L’objectif est d’accroitre la sensibilisation  aux enjeux du développement des personnels de l’enseignement agricole ainsi que des jeunes scolarisés dans les établissements et de leurs familles.  Développé sur  18 régions françaises, il est monté en partenariat avec le  Conseil national de l’enseignement agricole privé (CNEAP), l’Institut formation enseignement agricole privé (IFEAP) et le ministère de l’Agriculture. Le projet qui implique des acteurs diversifiés (professionnels du monde agricole, réseaux éducatifs et réseaux régionaux) permettra de toucher à terme 5 000 éducateurs et 50 000 jeunes et leurs familles.

Batik international - Insertion socio-économique des femmes au Vietnam
Subvention de 220 000 euros sur 3 ans à Batik international pour un projet d’amélioration des conditions de vie des femmes dans deux zones industrielles du Nord Vietnam. Il s’agit d’améliorer leurs conditions de travail, de logement, de prise en charge sanitaire, ainsi que leur insertion économique, en les aidant à mieux connaître leurs droits, à s’organiser pour les faire respecter et à développer leurs compétences. Le projet prévoit de créer des instances de dialogue entre acteurs locaux et de renforcer les services sociaux.  Il permettra la formation de 60 « femmes-leaders », la création de 30 « clubs de femmes » auto-gérés et la participation de plusieurs entreprises à l’amélioration des conditions de travail. 960 femmes seront touchées directement dans les deux provinces.

GERES - Structuration des ONG françaises sur la question du climat
Subvention de 368 247 euros sur 3 ans pour un projet de structuration des ONG françaises, porté par 8 organisations membres de la Commission climat-développement de Coordination Sud. Dans le contexte des négociations mondiales sur le climat, en vue d’établir un régime climatique global pour la période post-2020, ce nouvel appui permettra de poursuivre des actions de production intellectuelle, d’échanges de savoirs, d’amélioration des pratiques des ONG et de plaidoyer. Il contribuera au renforcement des capacités des ONG françaises sur les thèmes du risque climatique, de l’atténuation, de l’adaptation, du financement du climat, des liens avec l’agriculture, etc. Dans la perspective de la 21ème Conférence des Parties sur le climat organisée à Paris en 2015, ce projet devrait aboutir à une meilleure structuration et visibilité des acteurs français engagés sur cette question.

Quartiers du Monde – Renforcement d’un réseau d’entrepreneuses solidaires en Afrique et en Amérique Latine
Subvention de 659 000 euros sur 5 ans à Quartiers du Monde pour le renforcement d’un réseau d’entrepreneuses solidaires entre le Mali, le Sénégal, le Maroc, la Bolivie, la Colombie et la France. Cette initiative contribuera à l’amélioration de la vie de 400 femmes et de 2 000 membres de leurs familles et de leur entourage par la création ou la transformation d’entreprises économiques sociales et solidaires. Le projet mettra l’accent sur la thématique du leadership féminin ainsi que sur la sensibilisation des hommes aux questions de genre et de d’égalité femmes-hommes.

Handicap international - Contribuer au développement économique et social via la réduction de la menace des mines au Liban et Laos
Subvention de 1, 5 millions euros sur 2 ans à Handicap International pour poursuivre les activités de déminage et de réduction de la menace liée aux mines et autres engins non explosés menée depuis plusieurs années au Liban et au Laos en partenariat avec les centres nationaux de coordination du déminage. La dépollution de sites minés et la prévention des risques permettront à terme la relance d’activités sociales et économiques dans les zones concernées : la région de Batroun dans la province du Nord Liban et les districts de Nong, Sepon et Vilabuly dans la Province de Savannakhet au Laos. Cette intervention bénéficiera directement à plus de 30 000 personnes.

Force Ouvrière –  Projet de coopération technique syndicale en Tunisie
Subvention de 236 000 euros sur 3 ans à un projet de coopération technique syndicale visant la modernisation du système d’information et de communication du partenaire. Le projet, qui s’inscrit dans le cadre de la politique d’appui à la consolidation de l’Etat de droit et de renforcement des capacités de la société civile en Tunisie, aura pour objectifs d’informatiser le service d’adhésion et le service comptabilité, d’améliorer la lisibilité et la gestion des adhésions, de fluidifier la communication interne. Le projet souhaite mettre en place un logiciel unique qui automatisera les données relatives aux coordonnées des adhérents, permettra une meilleure maîtrise et organisation des charges et des dépenses, modernisera le système de gestion des adhésions et de la comptabilité interne, recensera l’ensemble des informations sur les syndicats affiliés et les unions départementales.



Inauguration de la direction régionale de la Santé et maternité de Mrémani à Anjouan

14/12/2013

L’AFD a participé les 14 et 15 décembre 2013 à l’inauguration de la direction régionale de la santé et de la maternité de Mrémani sur l’île d’Anjouan, en présence de l’Ambassadeur de France et du Vice-Président chargé du Ministère de la Santé.

La construction et l’équipement de la Direction Régionale d’Anjouan d’un montant total de 147.000 € ont été réalisés dans le cadre du Projet d’Appui au Secteur de la Santé aux Comores (PASCO). Ce projet, d’une subvention totale de 10 M€, a pour finalité de contribuer à l’amélioration de l’état de santé de la population comorienne, en particulier la santé maternelle et néonatale. Le PASCO, dont la première phase est dans sa dernière année d’exécution, a permis la réhabilitation, la construction et l’équipement de plusieurs structures de santé. Il a également appuyé le Ministère de la Santé de l’Union des Comores dans (i) la réforme hospitalière, (ii) le système d’information sanitaire, (iii) le système d’approvisionnement en médicament, (iv) la mise en œuvre du plan de développement des ressources humaines, (v) le développement d’un système de financement de la santé (approche performance). La deuxième phase du PASCO d’une subvention de 8 M€ et dont la convention de financement a été signée en mai 2013 sera opérationnelle dès janvier 2014.

Concernant la maternité de Mrémani dans la région du Nioumakélé, il s’agit de travaux de construction d’un nouveau bloc opératoire, de la réhabilitation d’un bâtiment, et de l’achat d’équipements nécessaires au fonctionnement du bloc. Par ailleurs, deux postes de santé de la région ont été construits à Sadapouani et à Kangani.

Ces appuis au secteur de la santé ont été apportés dans le cadre du projet « Renforcement de la Santé Maternelle dans le Nioumakélé à Anjouan » financé par une subvention de l’Agence française de développement d’un montant de 850.000 €. Ce financement avait pour but de renforcer l’appui de la France au secteur de la santé aux Comores en apportant une aide à l’amélioration de la qualité des soins obstétricaux par la construction d’une nouvelle maternité dans le Nioumakélé (Anjouan), région la plus pauvre et la plus peuplée des Comores.


A travers ce projet, des activités d’Information, Education et Communication auprès des populations des villages du Nioumakélé ont été mises en œuvre visant l’augmentation du nombre d’accouchements assistés par du personnel de santé. Par ailleurs, un service expérimental d’évacuation par ambulance pour la région du Nioumakelé et les districts alentours a été mis en place. 
 



La France soutient l’innovation en Afrique - Forum 100 Innovations pour un développement durable

05/12/2013

Le ministère des Affaires étrangères (MAE), sous l’impulsion de Pascal Canfin, ministre délégué chargé du Développement, a organisé le 5 décembre 2013, de 8 h 30 à 12 h 30, le Forum Afrique – 100 innovations pour un développement durable, en partenariat avec l’AFD. En marge du Sommet de l’Élysée pour la paix et la sécurité en Afrique, ce forum met en lumière des innovations, inscrites dans le développement durable, portées par des innovatrices et des innovateurs africains. Ces innovations ont déjà été mises en place localement pour améliorer la vie quotidienne. Elles concernent en particulier le recyclage de matières premières, la valorisation des déchets, les techniques de construction d’habitat, l’éducation et la santé.

Pour Pascal Canfin, « l’objectif de ce Forum est de mettre en lumière les réalisations de celles et ceux qui en Afrique mettent l’innovation en action. L’ensemble de ces innovations proposent des solutions à des besoins concrets de la vie quotidienne. Elles contribuent à la fois à la lutte contre la pauvreté et à la préservation de la planète. Ce forum sera l’occasion pour les innovateurs de rencontrer de nouveaux partenaires pour aider la diffusion de leurs initiatives ».

Lancé en septembre 2013, l’appel à projets 100 innovations pour un développement durable a permis, en un mois, la réception de plus de 800 dossiers de candidature.

Ces 800 dossiers ont été examinés par 45 spécialistes du développement de l’AFD, puis par un comité de sélection composé de trois grands témoins, actrice et acteurs du développement : Winny Byanyima, directrice générale d’OXFAM International, Malamine Koné, PDG d’Airness, Jean-Michel Severino, gérant d’Investisseurs et Partenaires Conseil, ancien directeur général de l’AFD.

Ce travail a permis une sélection de 100 dossiers qui feront l’objet d’une reconnaissance officielle par le ministère des Affaires étrangères, permettant d’augmenter la visibilité globale de l’innovation et facilitant leur diffusion et la recherche de financements publics ou privés. 21 innovations seront présentées par leurs porteurs à Paris le 5 décembre, devant des représentants institutionnels, des bailleurs publics ou privés, des chercheurs et représentants d’ONG.

 









 
   
 ... 
6 
7  8  9  10 
 
 
Archives

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l’installation de cookies sur votre poste, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. En savoir plus