L'AFD aux Comores

 

COP 21 Vernissage exposition Alliance française (c Hachime Abderemane)

Figurant parmi les Pays les Moins Avancés (PMA), l’Union des Comores est un petit État insulaire en développement de 760 000 habitants situé dans l’Océan Indien à l’extrémité nord du canal du Mozambique et au nord-ouest de Madagascar. Les trois îles sont Ngazidja (Grande Comore), Mwali (Mohéli), Ndzuwani (Anjouan), la quatrième de l’archipel étant le département français de Mayotte. Pays fédéral appartenant à la zone franc, l’Union des Comores associe faible revenu (923 USD / hab.), retard dans le développement humain (159ème pays en termes d’IDH) et grande vulnérabilité économique. Le pays connait une croissance économique autour de 1% par an, structurellement inférieure au taux de croissance démographique (2,4%). Fin 2014, une Stratégie de Croissance Accélérée et de Développement Durable (SCA2D) a été adoptée pour la période 2015-2020. Néanmoins, l’activité économique reste bridée par de fortes rigidités structurelles et par l’aggravation récente des pénuries d’énergie et d’eau. Ancienne colonie française, les Comores ont obtenu leur indépendance le 6 juillet 1975. L’Union est aujourd’hui membre de la Ligue Arabe, de l’Organisation de la coopération islamique et de l’Organisation internationale de la Francophonie.

► Une présence de plus de 50 ans [+]

L’Union des Comores fait partie des 17 pays prioritaires de l’aide française. L’AFD, présente aux Comores depuis plus de 50 ans, a financé de nombreux projets de développement. Dans le cadre de la stratégie de lutte contre la pauvreté de l’Etat comorien et du Document Cadre de Partenariat, signé entre la France et les Comores, les financements de l’AFD ont été concentrés, au cours des dernières années, sur trois secteurs principaux :
•  La santé , par le biais d’un important programme d’amélioration de la qualité des soins et d’appui à la santé maternelle et infantile ;
•  L’eau potable et l’environnement , avec la réalisation de différents projets d’adduction d’eau dans les villages des trois îles et un projet d’appui au développement de la première aire protégée du pays, le Parc Marin de Mohéli ;
•  Le secteur privé et financier , par un soutien à l’activité des institutions de microfinance et au développement des secteurs productifs.

De 2009 à 2015, les financements accordés par l’AFD en faveur de l’Union des Comores représentent un montant total de 55,9 M€.

► Comment intervient l'AFD ? [+]

L’AFD est présente aux Comores depuis plus de 50 ans. Elle offre des outils de financement variés, en fonction des projets et des partenaires. L’AFD propose également des prestations de formation et d'assistance technique, en accompagnement de ses interventions.

Des subventions pour l’Etat

L’AFD apporte des financements à l’Etat comorien essentiellement sous la forme de subventions pour des projets ou des programmes d’intérêt général. Aux Comores, ces subventions couvrent les domaines de la santé, de l’eau et du développement durable ainsi que le soutien à la microfinance. La gestion de ces financements est parfois confiée par l’Etat à des organismes publics ou privés, chargés de la mise en œuvre des projets.

Le financement du secteur privé

L’AFD apporte un soutien au secteur privé par le biais de son appui au système financier mais également par l’intermédiaire de Proparco, sa filiale spécialisée dans le financement du secteur privé. L’objectif de Proparco est de stimuler les investissements privés, soit en finançant directement les entreprises, soit en consentant des ressources à long terme aux banques pour le refinancement de crédits d’investissement. Les financements accordés par Proparco sont des prêts en devises à moyen ou à long terme (minimum 5 ans), avec des possibilités de période de différé. Les taux proposés par Proparco sont proches des conditions du marché.
► En savoir plus sur le site de Proparco 

La formation économique et bancaire

L’AFD dispose d’un institut de formation, le Centre d’études et de formation économique et bancaire (Cefeb), qui organise des cycles de formation et des séminaires dans les métiers du développement, de l’économie, de la banque et de la microfinance. La plupart des formations sont réalisées en France, au centre du Cefeb à Marseille. Aux Comores, l’agence de l’AFD propose périodiquement avec le Cefeb des séminaires de formation destinés à des cadres dirigeants d'institutions de microfinance.
► En savoir plus sur le site du Cefeb

Le Fonds français pour l’environnement mondial (FFEM)

L’AFD assure le secrétariat du Fonds Français pour l’Environnement Mondial (FFEM) qui finance, au moyen de dons, des projets de protection de l'environnement et de la biodiversité dans le monde entier.
► En savoir plus sur le site du FFEM
 

► L'activité en chiffres [+]

Sur les sept dernières années, les financements accordés par l’AFD aux Comores ont représenté un montant total de 55,9 M€ 

  2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015
Autorisations 12,4 M€ 2,85 M€ 5,2 M€ 22,25 M€ 1,5 M€ 3 M€ 8,7 M€
Décaissements 6,0 M€ 5,7 M€ 5,3 M€  6,5 M€ 9,9 M€ 5,4 M€ 4,6 M€

Après une année exceptionnelle en termes d’engagements en 2012 (22,25 M€) et des décaissements importants en 2013 (9,9 M€), l’activité de l’AFD reste à un niveau soutenu compte tenu de la capacité d’absorption du pays.

Les projets financés sur la période 2009-2015 ont répartis dans trois secteurs principaux :

La santé (16,6 M€)
• Programme d'Appui au développement de la Santé aux Comores qui vise une amélioration de la qualité des soins offerts par les hôpitaux de référence du pays ;
• Appui à la professionnalisation et l’amélioration de la qualité des services de Caritas Comores et de son centre de soins de Moroni ;
• Amélioration de la santé maternelle sur l’île d’Anjouan (maternité et postes de santé).

L’eau potable (19,6 M€) et l’environnement (3,7 M€)
• Poursuite de l’appui technique et institutionnel aux deux fédérations de gestion communautaire de l’eau d’Anjouan et de Mohéli (UCEA et UCEM) ;
• Assistance technique et appui institutionnel auprès de la Direction Générale de l’Eau (Direction Technique du Ministère en charge de l’eau) ;
• Adduction d’eau potable dans la péninsule de Sima à Anjouan (6 villages desservis) ;
• Adduction d’eau potable sur le plateau de Djandro et dans la région de Moimbao à Mohéli (10 villages desservis) ;
• Projet pilote de gestion de l’eau en Grande Comores : campagne de forages profonds (11 forages), réhabilitation de réseaux d’eau potable (13 villages), mise en place de système de gestion des services d’eau ;
• Adduction d’eau potable dans la région de Domoni à Anjouan (4 localités concernées) ;
• Appui au développement du Parc Marin de Mohéli.

Le secteur privé et financier (8,0 M€)
• Appui au renforcement de la gouvernance financière à travers un appui à la Banque Centrale des Comores
• Relance des activités de la Banque de Développement des Comores (BDC), accompagnée par des lignes de crédit et des actions de professionnalisation en vue de sa privatisation ;
• Appui à la professionnalisation et l’évolution stratégique de l’Union des Meck et de la caisse des Meck de Moroni (microfinance) ;
• Appui à la professionnalisation, refonte du système d’information et mise en place d’une ligne de crédit au bénéfice de l’Union Régionale des Sanduk d’Anjouan (microfinance)
• Appui à la formation des cadres comoriens (séminaires de formation sur les thèmes du management d'entreprise et des finances publiques (gestion des collectivités locales) et de la microfinance).
• Actions de modernisation et de diversification des filières agricoles sur les trois îles.

En outre, au cours des dernières années, les Comores ont bénéficié de projets financés par l’AFD à travers sa filiale dédiée au secteur privé (Proparco) ainsi que de formations par le biais de son institut (Cefeb). Le pays s’est également vu octroyer plusieurs fonds d’étude et de renforcement des capacités (1,2 M€ sur la période 2009-2015), des aides budgétaires (2009, 2012 et 2013 pour un montant total de 6 M€), ainsi qu’un projet de renforcement des administrations financières dans le cadre du  nouveau mandat « gouvernance » de l’AFD (0,8 M€).

Enfin, les Comores bénéficient de plusieurs initiatives financées par l’AFD à travers la Commission de l'Océan Indien (COI) sous la forme de projets d’intégration régionale :
• Surveillance épidémiologique dans les îles du sud-ouest de l'Océan Indien (11,6 M€) ;
• Projet de renforcement des capacités commerciales pour le développement de l’intégration économique régionale (2,4 M€) ;
• Lutte contre les catastrophes naturelles (2,0 M€).

Le Fonds Français pour l’Environnement Mondial (FFEM) intervient aussi en finançant la COI pour un renforcement de capacités dans le domaine de l'adaptation aux changements climatiques (3,6 M€), ainsi qu’en appui au Parc Marin de Mohéli, dans le cadre du soutien au réseau des aires marines protégées (0,1 M€).

 

Mise à jour en mars 2016

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l’installation de cookies sur votre poste, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. En savoir plus