Transparence et redevabilité

Les secteurs d'activités de l'AFD en Côte d'Ivoire
Les secteurs d'activités de l'AFD en Côte d'Ivoire
Activités
Education
L'Education moteur de développement d'un pays
Education
Santé
Un environnement sain pour un développement durable
Santé
Eau
L'eau source de vie
Eau
Agriculture
Le succès de ce pays repose sur l'agriculture
Agriculture
Secteur privé
Appui au secteur privé
Secteur privé
Justice
Justice
Justice
Infrastructures de transport
Infrastructures de transport
Infrastructures de transport

À la une

AFD - BOAD : Vers un partenariat stratégique au bénéfice de l'Union Economique et Monétaire Ouest Africaine

17/03/2014

Dans le but d'accroitre leur partenariat dans un cadre plus stratégique et opérationnel, le président Christian Adovelandé de la Banque ouest africaine de développement et la directrice générale de l’AFD, Anne Paugam ont signé un accord le 7 mars dernier à Paris.

Depuis sa création en 1973, la Banque ouest africaine de développement (BOAD) est l’un des partenaires privilégiés et l’une des contreparties les plus importantes de l'AFD. Ce partenariat comprend à la fois : financements, assistance technique et réunions annuelles des directions générales.
 
Bilan du partenariat Groupe AFD – BOAD
 
Les enseignements du partenariat de l’AFD avec la BOAD sont globalement positifs, avec des projets instruits qui ciblent des secteurs variés et essentiels pour le développement de la sous-région tels que l’agriculture, l’énergie, le secteur privé, les infrastructures, l’environnement.
 
Les financements de l'AFD  qui constituent 12 concours à hauteur de 309 millions d'euros, ont contribué à augmenter les activités de la Banque et à renforcer son positionnement en tant que banque régionale de développement à travers des projets sectoriels décidés au niveau régional. Soutenus par les subventions, ces projets ont généralement été assortis d’appuis en renforcement de capacités, dans l’objectif de donner à l’institution les moyens techniques et humains de réaliser les objectifs ambitieux qu’elle s’est fixée au plan stratégique.
 
  
A propos de la BOAD
 
La
BOAD , Institution commune de financement des États de l’Union Economique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA), a pour mission aux t ermes de ses statuts, de promouvoir le développement équilibré de ses États que sont le Bénin, le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire, l a Guinée Bissau, le Mali, le Niger, le Sénégal et le Togo et de réaliser l’intégration économique de l’Afrique de l’Ouest.

La Banque intervient depuis l’origine sous forme de prêts directs à court et moyen termes, octroie des lignes de refinancement aux Banques locales pour assister les petites et moyennes entreprises, accorde des financements pour les études de faisabilité de projets ou les études d’ingénierie et garantit des emprunts obligataires. Pour faire face aux exigences du marché et mieux accompagner les Etats et le secteur privé de l’Union, la Banque a exploré d’autres axes et s’est positionné sur le court terme, l’assistance, le conseil financier.

Pour financer son activité, la BOAD dispose non seulement d’un réseau de coopération constitué de bailleurs de fonds internationaux, d’États Européens et asiatiques mais également d’un programme annuel d’émission de titres de créances. Son capital est passé de 350 en 2000 à 1 155 milliards de FCFA en 2013 et ses fonds propres de 82 à 430 milliards de FCFA sur la même période. Le volume des approbations de prêts entre 2011- 2013 s’élève à  1 288 milliards de FCFA.

  ► Pour en savoir plus sur la BOAD, consulter :  www.boad.org



Signature de Convention entre l'AFD et I&P

17/02/2014

À l’occasion du lancement du nouveau fonds I&P Afrique Entrepreneurs (IPAE) et de la signature d’un important partenariat avec l’Agence Française de Développement, Investisseurs & Partenaires (I&P) inaugure un nouveau bureau à Abidjan le 31 janvier 2014, en présence de son directeur M. Jean-Michel SEVERINO.

L’AFD appuie la création d’un fonds de capital investissement destiné aux start-ups ivoiriennes.
 
 
L’AFD a signé avec la société Investisseur et Partenaire pour le Développement (I&P) une convention de subvention de 400.000 € afin d’accompagner la mise en place par I&P en Côte d’Ivoire d’un véhicule de capital investissement au bénéfice des PME à fort potentiel.
 
Ce projet innovant permettra d’apporter une réponse à la pénurie d’outils destinés à faciliter l’accès au capital des PME et TPE ivoiriennes, notamment dans le cadre d’une création d’entreprise, pour des besoins allant de 30.000 à 300.000 €. Ce segment est en effet négligé par les banques commerciales en raison de la perception d’un risque accru. La mise à disposition de financements sous forme de fonds propres de long terme et/ou de dettes participatives devrait favoriser la pérennisation de ces PME, et de ce fait la création de revenus et d’emplois. La mise en place de ce véhicule a également pour objectif de catalyser la mobilisation de partenaires financiers locaux, dont les banques, pour financer ce segment.
 
 
 
Au-delà du fonds d’investissement, le projet porté par I&P comportera également un volet d’assistance technique pour soutenir les entrepreneurs dans leur projet de création ou de développement d’entreprise, ainsi que la création d’une pépinière d’entreprises, ce type d’appui étant actuellement inexistant en Côte d’Ivoire. Cet appui technique doit permettre le renforcement des capacités des PME ivoiriennes afin d’améliorer leur viabilité et de les rendre moins vulnérables aux aléas économiques.
 
Cet appui vient compléter la gamme des financements du Groupe AFD disponibles pour appuyer le développement du secteur privé en Côte d’Ivoire : financements des entreprises et banques ivoiriennes par la filiale secteur privé du groupe : Proparco, prêts non souverains, fonds de garantie ARIZ permettant de faciliter les crédits bancaires aux PME et IMF, interventions dans le secteur de la microfinance.

 



De quelle aide l’Afrique a-t-elle besoin ? Ecoutez Bruno Leclerc sur la RTI, la première chaîne télévisée ivoirienne

03/02/2014

Bruno Leclerc, directeur de l'AFD en Côte d'Ivoire, a participé à une émission à la première chaine de télévision ivoirienne (RTI 1) intitulée "le débat", émission mensuelle consacrée à un sujet d'actualité ou d'importance avec quatre intervenants ou acteurs du domaine concerné. Le thème de l'émission était "les aides publiques et privées au développement". D'une durée d'une heure et demie, elle a été diffusée le 14 janvier 2014 à 21h00.

Le débat a été animé par Lassiné Fofana, journaliste et animateur, avec la participation de Bernardin Kouadio Kouamé, Directeur du cabinet du Président du Conseil économique et social en Côte d’Ivoire, de Jean-Michel Lavoizard, Directeur général de la compagnie panafricaine ARIS-Intelligence et de Ange Aka Appia, Président de la fondation MZK Management et développement.

Le débat a tourné autour des questions suivantes :

  • de quelle aide l’Afrique a-t-elle besoin ?
  • Comment mieux utiliser les fonds alloués ?
  • Quels sont les secteurs clés de l’affectation des aides publiques et privées ? 

 

Autant de sujets abordés sans tabous par les  quatre intervenants qui ont tour à tour présenté et argumenté leurs points de vue. Un intérêt du débat a été l'origine variée des intervenants puisque la société civile, le monde des affaires, une institution officielle et l'AFD, financier du développement, étaient représentés.

Cette émission a eu a priori un écho favorable auprès des téléspectateurs grâce à la diversité et la qualité des participants, mais aussi car il s'agit d'un sujet important dans un pays en pleine croissance économique après des années difficiles.
 



Améliorer la santé des producteurs de cacao en Côte d’Ivoire avec le CIDR

26/12/2013

Dans la Région des Grands Lacs en Côte d’Ivoire, le CIDR développe, avec l’appui de l’AFD, un dispositif innovant visant à promouvoir un partenariat avec des entreprises privées et un réseau régional de mutuelles de santé. Il s’inscrit dans le contexte de la mise en place prochaine de la Couverture maladie universelle (CMU) décidée par le gouvernement ivoirien.
 

Les entreprises, partenaires du projet
Les mutuelles de santé s’adressent en priorité aux producteurs de cacao de la zone et à leurs familles. Le projet s’appuie sur les entreprises privées qui  serviront de base pour l'enregistrement des adhérents à la mutuelle. Il intègre également le cofinancement des primes d'assurance, les entreprises étant appelées à contribuer à travers des primes de qualité sur la production qui étaient jusque-là  traditionnellement reversées aux planteurs.

Femmes triant les fèves de cacao avant la mise en sac ; employées de Biopartenaire, bénéficiaires du programme de micro assurance maladie @ CIDR

Le projet sera également ouvert aux populations de la zone qui ne sont pas des planteurs, ainsi qu'aux populations les plus pauvres.

Accompagner les mutuelles
Un Centre de promotion et de gestion de la microassurance sera mis en place afin d’apporter l'appui technique nécessaire aux différentes mutuelles. Ce centre pourrait être amené à gérer, par délégation, les produits du dispositif national de la couverture maladie universelle.

Au terme du projet, 70 000 personnes devraient bénéficier de cette couverture, et à cinq ans 200 000 personnes, seuil à partir duquel le dispositif devrait être équilibré. Une Union régionale des mutuelles de santé avec un Centre de promotion et de gestion en charge de la gestion technique devrait également être opérationnel.

La subvention de 495 750 euros sur trois ans est accordée au Centre international de développement et de recherche (CIDR) pour la coordination et la gestion du projet.


 



Main dans la main pour l’amélioration de la santé en Côte d’Ivoire

04/12/2013

Vidéo - Dans le cadre de la plus importante subvention en matière de santé dans l’histoire de l’aide française au développement, une nouveauté mérite attention : le premier transfert de fonds de l’AFD à ECHO, Direction générale de la Commission européenne pour l’aide humanitaire. Cees Wittebrood, chef d'unité Afrique de l'ouest, australe et orientale, nous explique avec chaleur l’importance de l’événement et à quoi va servir l’argent.

Un partenariat novateur avec la Commission européenne
Un partenariat novateur a été établi entre la Côte d’Ivoire, la Commission européenne, et la France afin de favoriser l’accès à des services de santé de qualité pour près d’un millions d’enfants de moins de cinq ans et de femmes dans quatre régions de la Côte d’Ivoire (Tonkpi, Cavally-Guémon, Gboklé-Nwa-San Pédro et Grand Abidjan).
Ainsi, 18 millions d’euros environ, soit 11 817 709 000 FCFA, ont été transférés fin novembre 2013 au service d'aide humanitaire et de protection civile de la Commission Européenne (ECHO).


Ce nouveau financement permettra ainsi de poursuivre ce Partenariat et d’assurer une transition entre la réponse humanitaire en matière de réduction de la mortalité maternelle et infanto-juvénile et le développement durable des services de santé publics ivoiriens.

Sur le terrain, ECHO travaillera avec les quatre ONG - Médecins du Monde France, Terre des Hommes Italie, International Rescue Committee et la Croix-Rouge Française - qui interviennent en appui depuis 2012 dans 270 centres de santé et 17 districts sanitaires à Abidjan et dans l’ouest du pays, dans le cadre de la première phase du ‘Partenariat pour la Transition’, conclu entre la Commissaire européenne pour l’aide humanitaire et le Président de la Côte d’Ivoire fin 2011.



Une première : transfert de fonds du C2D à ECHO dans le secteur de la santé

03/12/2013

Le 27 novembre 2013 a eu lieu à la primature, une signature de convention de transfert de fonds entre la Côte d’Ivoire et ECHO, le service d'aide humanitaire et de protection civile de la Commission Européenne.

A l’occasion de la visite de la Commissaire européenne à l’aide humanitaire, une cérémonie s’est tenue le 27 novembre 2013 à Abidjan afin célébrer la signature de la convention de transfert de fonds entre la Côte d’Ivoire et le service d'aide humanitaire et de protection civile de la Commission Européenne (ECHO). Intervenant dans le cadre du Contrat de Désendettement et de Développement (C2D) signé entre la Côte d’Ivoire et la France, ce transfert ouvre la porte à des partenariats renforcés entre l’AFD et la Commission européenne.

Prévoyant pour la première fois la  délégation de fonds de désendettement d’un Etat non membre de l’Union européenne vers ECHO, ce financement de 18 millions d’euros (soit environ 11,8 milliards de FCFA) permettra d’améliorer l’accès à des services de santé de qualité pour près d’un million d’enfants de moins de cinq ans et de femmes enceintes dans quatre régions du pays.
 


 
   
1  2  3 
4 
5   ... 
 
 
Archives

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l’installation de cookies sur votre poste, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. En savoir plus