Transparence et redevabilité

Les secteurs d'activités de l'AFD en Côte d'Ivoire
Les secteurs d'activités de l'AFD en Côte d'Ivoire
Activités
Education
L'Education moteur de développement d'un pays
Education
Santé
Un environnement sain pour un développement durable
Santé
Eau
L'eau source de vie
Eau
Agriculture
Le succès de ce pays repose sur l'agriculture
Agriculture
Secteur privé
Appui au secteur privé
Secteur privé
Justice
Justice
Justice
Infrastructures de transport
Infrastructures de transport
Infrastructures de transport

À la une

Formation CEFEB | Intégration des enjeux du changement climatique dans les opérations de développement

17/07/2013

Une formation organisée au siège de la Banque ouest africaine de développement (BOAD) ,  en partenariat avec le Centre d’études financières, économiques et bancaires (CEFEB) de l’AFD, a réuni, du 10 au 12 juillet, les membres du Conseil de la présidence, les cadres et les managers autour de la question de « Prise en compte de l’enjeu du changement climatique dans la conception et l’évaluation des projets de développement » de la banque.

Cette formation fait suite à l’ accord de partenariat signé entre la BOAD et le CEFEB le 15 novembre 2012, visant à élargir le partenariat engagé dans le domaine de la formation, du renforcement de capacités et du développement des expertises des cadres de la banque .
 
Une première session de la formation a rassemblé les membres du Conseil de la présidence de la banque et la seconde, plus opérationnelle, les cadres et managers en charge des opérations de financement des projets dans les secteurs public et privé. «  La BOAD veut jouer un rôle proactif dans le financement des projets climat dans  la sous région  et nouer des partenariats stratégiques avec ses acteurs locaux et internationaux, » a souligné le Vice-président de la banque dans son allocution de bienvenue.
 
Le Vice-président de la BOAD, Bassary TOURE - © photos AFD 2013 Noël Améblé
 
Par ailleurs, la BOAD et la Convention Cadre des Nations Unies pour le climat (UNFCCC) ont inauguré, le 5 juillet dernier, le Centre de collaboration régionale pour le changement climatique, hébergé dans les locaux de la banque à Lomé.
 
Enfin, cette formation « Climat » s’inscrit dans le cadre de l’élaboration de la nouvelle stratégie " environnement et climat  de la banque et dans le renforcement de ses capacités dans ce nouveau domaine. Le lien entre changement climatique et développement, la caractérisation des projets " climat " (adaptation et atténuation), la quantification des  émissions (l’empreinte carbone), l’ingénierie financière des projets " climat " avec les nouveaux instruments de financement ont été au cœur des discussions et des présentations.
 
 
A savoir sur la BOAD
 

La BOAD, institution commune de financement des États de l’UEMOA, a pour mission, aux termes de ses statuts,  de promouvoir le développement équilibré de ses États que sont le Bénin, le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire, la Guinée Bissau, le Mali, le Niger, le Sénégal, le Togo, et de réaliser l’intégration économique de l’Afrique de l’Ouest.

La banque intervient depuis l’origine sous forme de prêts directs à court et moyen termes, octroie des lignes de refinancement aux banques locales pour assister les  petites et moyennes entreprises, accorde des financements pour les études de faisabilité de projets ou les études d’ingénierie et garantit des emprunts obligataires. Pour faire face aux exigences du marché et mieux accompagner les États et le secteur privé de l’union, la banque a exploré d’autres axes et s’est positionnée sur le court terme, l’assistance, le conseil financier, les arrangements de financement, la finance Carbone et le financement de projets éligibles au Mécanisme de développement propre (MDP).

Pour financer ses activités,  la BOAD dispose, non seulement d’un réseau de coopération constitué de bailleurs de fonds internationaux, des États européens et asiatiques, mais également d’un programme annuel d’émission de titres de créances. Son capital est passé de 350 en 2000 à 1 050 milliards de FCFA en 2010 et ses fonds propres de 82 à 176 milliards de F CFA sur la même période. Forte de son expérience du marché financier régional, la BOAD se prépare pour une notation en vue d’accéder, à titre complémentaire, aux ressources du marché financier international.  Ces différentes interventions traduisent la volonté de la BOAD de s’adapter à son environnement et de se maintenir aux côtés des populations de la zone UEMOA afin de relever les multiples défis du développement sous-régional.

Le volume des approbations de prêts depuis la mise en œuvre du plan stratégique 2009- 2013 s’élève à  504 654 M FCFA à fin septembre 2012.

Le cumul des approbations de prêts depuis 1976 de la Banque s’établit à  2227,1 MFCFA à fin septembre 2012, correspondant à 612 projets financés.
 

 



Louis Normand, témoin de la vie en Côte d’Ivoire à travers des photos de la construction de la ville d'Abidjan

18/02/2013

Soixante années de photographie au quotidien racontent la construction d’une nation. "Côte d’Ivoire le développement révélé" tel était le thème de la conférence organisée le 14 février 2013 avec la collaboration du Fonds photographique Louis Normand, à l’occasion de l’exposition "objectif développement ".


L’AFD, pour soutenir la restauration et la conservation du Fonds créé à partir des photos de Louis Normand, a souhaité acheter 50 tirages qui correspondent à des secteurs ou des projets qu’elle a financés, donnant ainsi un aperçu du quotidien en Côte d’Ivoire dans les années 1960-1970.Michel Buitruille a découvert avec passion le travail de Louis Normand, qu'il a réuni après sa mort.
Celui-ci est toutefois dans un état de dégradation préoccupant. L'AFD, pour en soutenir la restauration et la conservation, a souhaité acheter 50 photos qui correspondent à des secteurs ou des projets qu'elle a financés, sans toutefois chercher à caler précisément chaque photo sur un financement ou un moment, mais en partant de ce qu'offre le fonds Normand comme ressources sur les activités de l'Agence en Côte d'Ivoire dans les années 1960-1970.
 
 
                                           Bateau amarré au quai, 1964
 
 
A cette occasion, la principale difficulté rencontrée a été non pas de retrouver des projets emblématiques, mais de les illustrer. Les archives de l'AFD recelaient des photos portant sur une période qui correspond aux années 1960-70 et qui offrent un témoignage sur les approches du développement d'alors.
 
Ces photos illustrent les secteurs d'activité qui avaient été financés par l'AFD, parmi un échantillon proposé par Michel Buitruille.
 
 
  Livraison d'un wagon à la Régie des chemins de fer Abidjan-Niger (la RAN)
 
 
Les photos de Côte d'Ivoire retrouvées font une place belle à Normand, mais le choix des photos acquises alors est très différent : les photos archivées sont animées par le souci de montrer la technicité des opérations financées et de montrer le progrès qu'elles représentent.
 
 
 
                        Super-constellation à l'aéroport d'Abidja, 1955
 
 


Exposition "Objectif Développement" du 11 au 21 Février

01/02/2013

A l’occasion de son 70ème anniversaire, l’AFD a réalisé avec l’agence Magnum Photos une exposition qui présente les regards de sept photographes de grand talent sur sept projets financés par l’AFD et répondant à sept enjeux de développement. Après une tournée de quatorze villes en France cette exposition se produit en Afrique et à la suite de Dakar vient à Abidjan avant de partir vers Yaoundé.

Après Dakar, c’est donc au tour d’Abidjan d’accueillir du 11 au 21 février « Objectif Développement - Nouveaux regards sur le Sud », l’exposition événement réalisée par l’Agence Française de Développement en partenariat avec Magnum Photos.

Une installation de 500 m2 présente, au cœur du parc Bressolle, le travail de sept photographes à travers 140 photos illustrant les grands enjeux du développement.
Cet événement ouvert à tous et gratuit engage le dialogue avec les Ivoiriens. A cette occasion, des débats, rencontres, conférences sont organisés dans différents quartiers de la ville.
 
Abidjan est la deuxième étape de la tournée africaine de l’exposition qui s’achèvera le 1er avril prochain, à Yaoundé au Cameroun. Avec cette tournée, l’AFD a souhaité s’engager dans une démarche de redevabilité auprès de tous ses publics, en France, au Sénégal, en Côte d’Ivoire et au Cameroun. L’exposition met en lumière le travail engagé dans les 70 pays ou elle travaille depuis 71 années. « Objectif Développement » est aussi l’occasion de présenter quelques initiatives menées par l’AFD en Côte d’ Ivoire.
 
En plein cœur d’Abidjan, une installation de 140 photos grand format

La Ville d’Abidjan accueille 140 photographies grand format issues de reportages réalisés par des photographes de l’agence Magnum Photos, sur sept projets emblématiques de l’AFD :
- l’agriculture en Guinée – © Jonas Bendiksen/Magnum Photos
- le soutien à une croissance responable au Cambodge – © John Vink/Magnum Photos
- l’eau et l’assainissement dans les Territoires palestiniens – © Paolo Pellegrin/Magnum Photos
- l’éducation au Burkina-Faso – © Bruno Barbey/Magnum Photos
- le développement urbain en Colombie – © Thomas Dworzak/Magnum Photos
- la santé mère-enfant en Mauritanie – © Olivia Arthur/Magnum Photos
- les enjeux du climat en Indonésie – © Jean Gaumy/Magnum Photos
                  
 
 
 
Des événements aux quatre coins de la ville …
 
Pendant 10 jours, l’AFD et ses partenaires organisent des conférences et des manifestations exceptionnelles :
 
- mercredi 13 février, à l’Institut Français, à partir de 17h, rencontres « collectivités locales françaises et ivoiriennes, pour un partenariat renouvelé » avec Cités Unies France.
- jeudi 14 février, à l’Hôtel de District, conférence autour du thème « Photographie et développement en côte d’Ivoire de 1950 à 2000 »
- vendredi 15 février, à l’Institut Français, à 17h, conférence sur « les classes moyennes en Côte d’Ivoire »
- mardi 19 février à 19h au Goethe Institut, projection de « la soif de l’eau », le fil événement de Yann-Arthus Bertrand. La projection sera suivie d’un débat.
- des concerts seront organisés les 15 et 21 février au Parc Bressolle.

L’exposition, gratuite, est ouverte tous les jours, sauf le dimanche, de 10h à 18h

L’intégralité du programme est disponible sur www.objectif-developpement.fr
 

L’AFD et la Côte d’Ivoire : un partenariat pour une croissance partagée et durable
 
L’AFD est présente en Côte d’Ivoire depuis 1954. Elle a ré-ouvert de manière permanente son agence à Abidjan en septembre 2008. Jusqu’à une date récente, les interventions de l’AFD se concentraient sur le financement et le soutien au secteur privé. Cependant suite à l’atteinte par la Côte d’Ivoire du point d’achèvement de l’initiative PPTE, le partenariat entre l’AFD et l’État ivoirien a repris autour d’un Contrat de Désendettement et de Développement (C2D) au montant de 2,9 milliards d’euros. Dans ce cadre, l’AFD finance des projets ou programmes qui s’insèrent dans les priorités retenues par les gouvernements ivoiriens et français, conformément au Plan national de développement adopté en 2012.
Elle en soutient les investissements physiques et techniques, mais attache également une importance particulière au renforcement des ressources humaines et des capacités de maîtrise d’ouvrage des institutions partenaires.
L’activité de l’AFD en Côte d’Ivoire s’articule aujourd’hui autour de trois pôles : le C2D, qui se décline pour les trois prochaines années dans 6 secteurs ; le soutien au secteur privé, sous la forme de garanties bancaires ARIZ et d’appuis au secteur de la microfinance ;  le partenariat avec les ONG françaises, dans les secteurs de la santé, du développement rural et de la formation.
 
   
  
Contacts presse Agence Française de Développement
 
Magali Mévellec (AFD) : + 33 1 53 44 40 31
Marion Carcreff  (Hopscotch) : + 33 1 58 65 00 96


Signature de la première tranche du contrat de désendettement et de développement (C2D)

03/12/2012

La France et la Côte d’Ivoire ont signé le 1er décembre la première tranche du Contrat de désendettement et développement (C2D) couvrant la période 2012-2015. Cet accord par lequel les remboursements de la dette bilatérale de la Côte d'Ivoire sont redistribués par la France sous forme de subventions, contribuera à financer de nombreux projets de développement dans divers secteurs. L'AFD est chargée de la mise en œuvre de ce programme auquel la société civile sera étroitement associée.
 

La première tranche du C2D s'élève à 630 millions d’euros (413 milliards de francs CFA). Deux premiers accords de financement au titre de cette première tranche ont été signés: un appui budgétaire de 25 millions d’euros (16,3 milliards de francs CFA) pour l’apurement des arriérés intérieurs de l’État et une subvention de 19,1 millions d’euros (12,5 milliards de francs CFA) pour le financement des études et du pilotage du C2D.Le contrat a été signé par Nialé Kaba, Ministre délégué auprès du Premier ministre ivoirien, chargé de l'Economie et des Finances, et le ministre délégué chargé du développement, Pascal Canfin, en présence du ministre français de l’Économie et des Finances, Pierre Moscovici.

Pour rappel, le C2D correspond à l’effort bilatéral additionnel consenti par la France au-delà de la réduction de dette accordée dans le cadre de l’initiative pays pauvres très endettés (PPTE). Plutôt qu’une annulation « sèche », la France a fait le choix original de mettre en œuvre un mécanisme de refinancement par dons des échéances dues : le pays débiteur continue d’honorer le service de la dette mais, sitôt le remboursement constaté, le France lui réserve une subvention d’un montant équivalent pour financer des programmes de lutte contre la pauvreté, sélectionnés d’un commun accord avec le pays bénéficiaire. Les nombreux secteurs qui seront ainsi subventionnés en Côte d'Ivoire sont l’éducation, la formation, l’emploi, la santé, l’agriculture, le développement rural, la biodiversité, le développement urbain, l’eau potable, les infrastructures de transport et la justice.

 



Appui au marche Efficacité énergetique en faveur du développement industriel en Afrique de l'Ouest

22/11/2012

Un atelier organisé par l'AFD et le Programme Afrique-UE Renewable Energy Cooperation Programme (RECP) au siège de la Banque ouest-africaine de développement (BOAD) à Lomé, les 21 et 22 novembre, a réuni les acteurs des secteurs bancaire et privé de la zone UEMOA, et les bailleurs de fonds autour du thème : « Banques et secteur privé : vers des financements innovants des énergies renouvelables et de l’éfficacité énergétique. »

 
Cet atelier fait suite au lancement par l’AFD d'une étude de développement sur le « financement d’investissements liés à l’efficacité énergétique et aux énergies renouvelables au sein des entreprises en zone UEMOA. »
 
 
Explorer de nouvelles perspectives de financement des marchés de l'efficacité énergétique  

Dans les pays d’Afrique de l’Ouest, les tarifs élevés de l’électricité, la faible fiabilité des services, le caractère énergivore des industries couplé à la valorisation insuffisante des ressources en énergies renouvelables  constituent autant de freins à leur développement économique et social. L’essor du marché de l’efficacité énergétique (EE) et des énergies renouvelables (EnR) dans les pays d’Afrique de l’Ouest constitue un véritable levier pour relever ce défi. L’AFD et Programme Afrique UE-RECP en ont exploré les perspectives.
 
 
Financement de projets à fort potentiel de maîtrise de l’énergie au sein des entreprises en zone UEMOA
 
Dans les entreprises des secteurs industriels et commerciaux de plusieurs pays de l’UEMOA, un potentiel de projets d’efficacité énergétique et d’énergies renouvelables a été identifié par une étude de marché financé par l’AFD et le Programme Afrique UE-RECP. Ce potentiel se matérialise par un portefeuille de projets à financer à court et moyen terme ainsi que sur des perspectives de développement de nouveaux projets.
 
Afin de stimuler le financement de ce potentiel par les réseaux bancaires d’Afrique de l’Ouest, l’AFD envisage la possibilité de mettre en place un projet d’appui innovant composé de lignes de crédit d’un montant de l'ordre de 25 millions d’euros pour l’ensemble de la zone, d’un programme de renforcement des capacités des banques et des entreprises. Associé aux lignes de crédit de l’AFD, ce programme d’appui vise à soutenir les réseaux bancaires dans leurs démarches et à appuyer les porteurs de projets. Enfin, la mise en place de mécanismes de garantie vient compléter la liste des composantes du projet d'appui.
 
 
Le projet d'appui de l'AFD vise ainsi à accroître la compétitivité des entreprises en diminuant leurs dépenses énergétiques et à contribuer au développement des énergies renouvelables en Afrique de l'Ouest. 
 
 
Outre son objectif d’échanger des perspectives avec les différents acteurs du secteur Énergie, cet atelier a été l’occasion d'une restitution de l’étude réalisée par le cabinet spécialisé " EUREKAL. "
 
La journée du 21 novembre a été l’occasion d'une présentation des résultats de l’étude et les interventions de l’AFD à la suite de laquelle une table ronde a été tenue entre les différents partenaires potentiellement intéressés (banques, entreprises privées et bailleurs). La journée du 22 novembre a été réservée à des rendez-vous individuels entre l’AFD et les partenaires bancaires intéressés par la démarche. 
 
L'expert du cabinet EUREKAL dans son exposé de l'étude du marché de l'EE & des EnR
 Copyright photos ©  AFD 2012 Noël Améblé
 
 
Programme Afrique UE-RECP
 
Il s'agit du Programme de coopération Afrique Union Européenne dans le domaine des Énergies Renouvelables qui a pour vocation de soutenir le développement des marchés des énergies renouvelables et de mobiliser les instruments financiers existants.
 
 
 

 



Séminaire Régional "Bien préparer un Partenariat Public Privé"

31/10/2012

Le CEFEB (l’université d’entreprise de l’AFD) a organisé un atelier de formation sur les PPP du 22 au 26 octobre à Abidjan, intitulé "Bien préparer un partenariat public-privé". Cet atelier a été organisé en coopération avec l’ALSF et l’ADETEF (l’association de coopération technique internationale du ministère français de l’Economie et des Finances), et avec un appui du Panafrican Capacity Building Programme (PACBP) et de la Banque Africaine de Développement (BOAD).

Cet atelier qui constitue la première édition d’un programme de « formation itinérante sur les PPP » se concentrera sur les questions institutionnelles, juridiques, contractuelles et financières des PPP.

La formation, qui a réuni environ 25 participants, issus de 16 pays,  s’adressait à un public mixte de personnes en charge ou bientôt impliqués dans des projets de PPP, tous secteurs confondus : responsables de l’administration publique, des autorités contractantes, des départements d’acquisition et des ministères techniques, cadres des cellules d’appui aux PPP (PPP Units), juristes et avocats du gouvernement impliqués dans le montage et la négociation de PPP.

Plusieurs aspects des montages PPP ont été abordés allant de l’identification, la préparation, la mise en concurrence jusqu’à la mise en œuvre et la négociation des projets, ce qui a permis aux participants d’appréhender tous les stades de la préparation et du développement d’un PPP ainsi que les enjeux et les mécanismes juridiques et financiers que ce type de montage implique.

La formation était animée par un expert juridique et un expert financier. Elle  a consisté en un échange interactif entre les intervenants et les participants; et entre les participants eux-mêmes. Les ateliers étaient constitués d’exposés magistraux, d’exercices pratiques, d’études de cas, de présentations en groupe et d’analyses de projets passés et actuels et aussi de visite terrain (visite du 3è pont de Bouygues).

Deux autres ateliers régionaux sont prévus en 2013 permettant ainsi à un nombre beaucoup plus large de participants d’appréhender les caractéristiques d’un PPP réussi et l’environnement propice à sa bonne mise en œuvre.

 

 



 
   
 ... 
6 
7  8  9  10   ... 
 
 
Archives

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l’installation de cookies sur votre poste, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. En savoir plus