L'AFD au Ghana

L'AFD a commencé ses activités au Ghana en 1985, marquant ainsi l'ouverture de la première représentation dans un pays anglophone. Proparco, sa filiale en charge du secteur privé, a réalisé ses premières opérations en 1990 et FFEM (Fonds Français pour l'Environnement Mondial) en 2005. Au cours des 30 dernières années, le groupe AFD a concentré ses activités sur les grands projets économiques de développement d'infrastructures dans le pays, notamment dans les secteurs de l’agriculture, des transports et de l'énergie. 

Du fait de l’application de la Doctrine Lagarde, l’AFD n’engage plus de prêts souverains depuis fin 2012 (la signature de Kumasi extension étant une exception). Aujourd’hui, sa stratégie s’oriente davantage vers le financement des sociétés publiques (prêts non-souverains) et du secteur privé.

Photo © Paul Williams

À la une

L’AFD et Bpifrance s’associent pour lancer un concours d’innovation numérique ouvert aux startups africaines et françaises qui agissent pour le développement en Afrique

11/10/2016

Pour la première fois, l’AFD, qui finance depuis près de 75 ans des projets de développement en Afrique, et Bpifrance, s’associent pour lancer le "Startup Challenge Digital Africa", concours d’innovation en faveur du développement des startups numériques en Afrique. Les startups africaines et françaises ont jusqu’au 15 novembre 2016 pour déposer leurs dossiers dans les secteurs fintech, santé, environnement-énergie et agriculture.

Les candidatures sont ouvertes jusqu’au 15 novembre 2016 sur la plateforme ► http://digitalafrica.afd.fr 

 

 

Pourquoi ce challenge ?

L’Afrique est de plus en plus connectée, grâce notamment à l’adoption rapide du mobile, et est devenue une terre d’innovation numérique. Le développement du paiement mobile et l’adoption grandissante des smartphones et du haut-débit sont autant de facteurs qui permettent aux entrepreneurs du numérique de proposer de nouveaux produits et services dans l’ensemble des secteurs économiques. Le dynamisme des écosystèmes numériques se traduit par la multiplication des hubs technologiques, coworking, lab, incubateurs dont le nombre dépasse à présent 300 sur le continent.

Face à ce constat, l’AFD et Bpifrance ont souhaité mutualiser leur expérience en matière de financement de l’innovation numérique et du développement. Le "Startup Challenge Digital Africa" doit encourager et soutenir des nouveaux acteurs de l’économie numérique, accélérer la diffusion de savoir-faire et faciliter l’émergence de nouvelles solutions pour le développement.

Quatre secteurs ont été sélectionnés pour leur dynamisme et leur potentiel d’impact pour le développement du continent :

  • la fintech
  • la santé
  • l’environnement/énergie
  • l’agriculture
     

Qu’il y a-t-il à la clé ?

Un jury désignera deux startups lauréates, une africaine et une française, dans chacun des 4 secteurs (soit 8 startups).
Deux startups supplémentaires, une africaine et un française, seront sélectionnées via un vote en ligne.
Au total ce seront donc 10 startups qui seront récompensées.
Elles seront invitées à venir présenter leur initiative et rencontrer des partenaires lors du 27ème Sommet Afrique-France qui se tiendra à Bamako les 13 et 14 janvier 2017.

Comment candidater ?

Les entrepreneurs africains et français doivent soumettre en ligne ( http://digitalafrica.afd.fr ) avant le 15 novembre 2016 les éléments clef de leur projet entrepreneurial et indiquer s’il souhaite concourir dans les catégories fintech, santé, environnement/énergie ou  agriculture.
 

Un jury qualifié et deux parrains de choix

Le jury sera composé de personnalités qualifiées, africaines et françaises et de représentants de l’AFD et de Bpifrance. Le Startup Challenge Digital Africa est parrainé par deux entrepreneurs influents du monde des technologies et de l’innovation :
 

Karim Sy
Entrepreneur basé à Dakar
Fondateur du réseau Jokkolabs (1er espace de travail collaboratif africain) 

Gilles Babinet
Entrepreneur français, Fondateur de Africa4Tech
Premier président du Conseil national du Numérique
Représentant de la France auprès de la Commission européenne sur les sujets numériques (« Digital Champion »)

 

L’AFD et Bpifrance


Rémy Rioux, Directeur Général de l’AFD indique « Le numérique peut-être un formidable accélérateur de développement durable en Afrique, à la condition que chacun puisse bénéficier du tremplin de l’innovation. L’Agence Française de Développement veut accompagner cette transition porteuse de nouvelles trajectoires de croissance, soutenir des entrepreneurs du Sud dont les projets sont prometteurs pour leur continent et favoriser les interactions entre entrepreneurs du Nord et du Sud. C’est pour cette raison que l’AFD et Bpifrance ont souhaité s’associer pour lancer ensemble ce concours.».

Nicolas Dufourcq, Directeur général de Bpifrance, déclare « Les sauts technologiques qui s’opèrent actuellement en Afrique et l’émergence d’une classe moyenne jeune crée des opportunités exceptionnelles de développement pour les entreprises africaines et françaises. Nous sommes fiers de participer à ce concours qui s’inscrit dans la continuité de nos actions pour l’internationalisation des entreprises et la coopération avec le continent Africain. ».

 

À propos de Bpifrance


Bpifrance , filiale de la Caisse des Dépôts et de l’État, partenaire de confiance des entrepreneurs français, accompagne les entreprises, de l’amorçage jusqu’à la cotation en bourse, en crédit, en garantie et en fonds propres. Bpifrance assure, en outre, des services d’accompagnement et de soutien renforcé à l’innovation, à la croissance externe et à l’export, en partenariat avec Business France et Coface. Bpifrance propose aux entreprises un continuum de financements à chaque étape clé de leur développement et une offre adaptée aux spécificités régionales.
Fort de 47 implantations régionales (90 % des décisions prises en région), Bpifrance constitue un outil de compétitivité économique au service des entrepreneurs. Bpifrance agit en appui des politiques publiques conduites par l’État et par les Régions pour répondre à trois objectifs :
• accompagner la croissance des entreprises ;
• préparer la compétitivité de demain ;
• contribuer au développement d’un écosystème favorable à l’entrepreneuriat.

Avec Bpifrance, les entreprises bénéficient d’un interlocuteur puissant, proche et efficace, pour répondre à l’ensemble de leurs besoins de financement, d’innovation et d’investissement.


 

 



Améliorer la circulation routière et réduire le risque d’inondations à Kumasi

30/06/2016

L’AFD poursuit son engagement dans la modernisation des grandes infrastructures routières et de drainage à Kumasi avec un nouveau projet. Objectif : étendre les routes et les drainages pour réduire les embouteillages et les inondations.

 

Poursuivre le développement urbain

L'AFD a accordé un prêt de 37,5 millions d'euros au gouvernement ghanéen pour achever la réhabilitation des infrastructures routières et de drainage à Kumasi. 

Le projet d’extension de routes et de drainages à Kumasi (Kumasi Extension) finalisera les travaux entrepris dans le cadre de deux projets antérieurs financés par l'AFD :

  • le projet de construction du contournement routier sur les tronçons Oforikrom-Asokwa et Lake Road ;
  • et le projet de développement urbain à Kumasi.
  •  

Réduire les embouteillages et les inondations 

Le projet Kumasi extension comprend deux volets :

  • un volet routier : il permettra de réduire les embouteillages et de faire gagner du temps aux usagers de la route, contribuant ainsi à l'amélioration globale du développement de la région ;
  • un volet « drainage » : il reliera la largeur de 31 mètres canalisés du drain d’Aboabo au pont du Lake Road  et prolongera  le drain en aval sur deux kilomètres afin de réduire les inondations, ce qui permettra une augmentation de la productivité et de l'activité économique.
  •  

Une coopération franco-ghanéenne réaffirmée

Dans son discours au nom du ministre Seth Terkper, la vice-ministre Mona Quartey, qui représentait le gouvernement ghanéen, a réaffirmé l'engagement indéfectible du Ghana dans sa coopération bilatérale avec la France et les efforts déployés par le président John Dramani Mahama pour poursuivre des politiques prudentes afin de stabiliser l'économie et accélérer le rythme de la transformation du pays.

 

 

François Pujolas, ambassadeur de France au Ghana, a quant à lui souligné que la France continuera à soutenir le gouvernement dans ses efforts pour fournir un meilleur niveau de vie à la population à travers des projets orientés vers le développement. 

Il a également insisté auprès des différentes parties prenantes sur l’importance de veiller à la mise en œuvre et à l’achèvement du projet Kumasi Extension dans les délais prévus.

 

Des partenariats public-privé à développer 

De plus, François Pujolas a rappelé qu’au-delà de l'appui par l'AFD en termes de projets d'aide publique au développement, l'expertise et les entreprises françaises sont également prêtes à participer aux partenariats public-privé qui aideront le Ghana à développer ses infrastructures et façonner la ville durable de demain.

L'accord de crédit a été signé par la vice-ministre Mona Quartey au nom du ministre des Finances Seth Terkper et par Xavier Muron, directeur adjoint de l'AFD Accra, en présence de François Pujolas, le 28 juin 2016.



Deux candidates ghanéennes diplômées du Master professionnel délivré par CEFEB/AFD à Marseille, France

17/06/2016

Emmaline Ofosu et Paulina Bawa ont reçu des mains de l'Ambassadeur de France au Ghana, François Pujolas, le diplôme de Master « Analyse économique et développement international », spécialité  Financement du Secteur Privé, à finalité Professionnelle, du CEFEB (Centre d'études financières, économiques et bancaires).

 

Paulina Bawa, de la Ghana Ports & Harbours Authority, et Emmaline Ofosu, d’Ecobank, avaient répondu à l'appel à candidatures annuel, envoyé, à des institutions publiques et privées, en particulier bancaires et aux ministères.

Les candidats sont envoyés à Marseille pour suivre le programme de Master professionnel. Chaque programme est divisé en deux sessions de deux mois et demi chacune, dans l'année. Les candidats sont donc en mesure de retourner au Ghana entre les deux sessions et poursuivre leurs fonctions officielles.

Ainsi que l’a fait remarquer François Pujolas, la qualité du capital humain de chaque pays étant essentielle en matière de croissance économique, la France est particulièrement heureuse de contribuer au développement et à la croissance du Ghana grâce à ce programme de bourse d'études géré par l'AFD.

Pour plus d’information sur le CEFEB, cliquer sur : http://www.cefeb.org/site/cefeb ou http://www.afd.fr/home/pays/afrique/geo-afr/ghana/le-cefeb-au-ghana
 



Mobilité et développement : lancement de l'opération "Accra Trotro Apps Challenge"

27/05/2016

L'Assemblée métropolitaine d'Accra (AMA), en partenariat avec l'AFD et MEST, organise les 27 et 28 mai le premier "Accra Trotro Apps Challenge". Cette compétition va mobiliser des étudiants et développeurs issus des principales universités du pays et les principaux acteurs du secteur des transports et des technologies. Les participants devront développer des applications mobiles visant à améliorer la mobilité dans les transports urbains - les Trotro - de la capitale ghanéenne. Après 24 heures de réflexion et de codage, le jury récompensera les solutions les plus innovantes.

 

L'enjeu de la collecte des données

Avec une population d'environ 4 millions de personnes, la ville d'Accra est confrontée au double défi de la mobilité de sa population et de l'organisation de son transport public. En 2015, l'AMA, en partenariat avec l'AFD et l'Université Concordia de Montréal (Canada), a recueilli des données sur plus de 300 lignes de minibus, les Trotro, ainsi que sur une centaine d'arrêts.

Ces données, recueillies grâce à des smartphones et à leur fonction GPS, ont été étudiées par l'équipe en charge du projet. Elles ont permis de concevoir la première carte du réseau de transport d'Accra, dévoilée en décembre 2015 par Alfred Vanderpuije, Maire d'Accra.


Vue du réseau de transport d'Accra issu des relevés des données GPS. Source : AFD - Ghana

 

À terme, cette opération innovante va permettre d'appuyer d'autres projets d'infrastructures et de transports mis en oeuvre dans la ville. Selon Amélie July, directrice de l'AFD au Ghana : "En plus de financer de nouveaux services et infrastructures, avec par exemple le corridor Accra-Amasaman, nous voulons promouvoir une utilisation plus efficace du système de transport existant . Développer des moyens plus efficaces pour se déplacer en Trotro dans la ville, c'est ce qu'ambitionne l'opération "Accra Trotro Apps Challenge".

► Accéder au site Internet de l'opération "Accra Trotro Apps Challenge"

 


A propos de l'Assemblée métropolitaine d'Accra (AMA)
Assemblée métropolitaine d'Accra est l'organe du gouvernement local au cœur de la région du Grand Accra. L'un de ses divers mandats est de réglementer et de services de plan de trotro et de taxi dans la métropole à travers son ministère des Transports.

A propos de l'école entrepreneuriale Meltwater of Technology (MESTGhana)
Reconnu par Fast Company comme l'une des 10 entreprises les plus innovantes en Afrique, MEST, créé au Ghana en 2008, est un centre de formation et incubateur pour entrepreneurs africains dans les nouvelles technologies.



[Appel à contributions] 12ème conférence internationale de l’AFD sur le développement - Communs et Développement

26/05/2016

La 12ème conférence internationale de l’AFD sur le développement se tiendra les 1er et 2 décembre 2016 à l’AFD, à Paris. À cette occasion, le comité scientifique sollicite vos contributions.

La date limite de réception des propositions de contributions a été repoussée au mercredi 1er juillet 2016

Le comité fera connaître les communications retenues avant le 31 juillet 2016. Les textes définitifs devront être envoyés au plus tard le 31 octobre 2016.

L’objectif de cette conférence est de rassembler et faire dialoguer les recherches menées sur l’articulation Communs et dynamiques de développement, à l’échelle internationale, en faisant appel à une pluralité de grilles d’analyse et de disciplines. Que nous enseignent les communs locaux en termes d’impact sur le développement des pays du Sud ? Comment appréhender les communs en termes d’acteurs, de modèles juridiques et d’indicateurs ? Comment caractériser les communs en termes d’interactions avec les sphères publique, marchande et politique ? Qu’est-ce que les communs apportent dans la réflexion sur les biens publics mondiaux ?

La conférence est organisée en partenariat avec la Fondation pour les Études et Recherches sur le Développement International (FERDI), le Centre de coopération International en Recherche Agronomique pour le Développement (CIRAD), le Centre de Recherches Insulaires et Observatoire de l’Environnement (CRIOBE) et l'Institut de recherche pour le développement (IRD).

Elle sera introduite par Gaël Giraud, chef économiste de l'AFD. Les Keynote speakers confirmés sont :

  • Jean-Michel Severino, président d’Investisseurs & Partenaires, directeur général de l’AFD de 2001 à 2010, ancien membre du Panel de haut niveau des Nations Unies sur l'agenda post-2015, président de la plateforme de réflexion Convergences
  • Ravi Kanbur, professeur d’Economie à l’Université de Cornell, ancien directeur du World Development Report et ancien chef économiste pour l’Afrique à la Banque mondiale
  • Amy Dahan, directrice de recherche émérite au CNRS et membre émérite du Centre Alexandre Koyré (CNRS-EHESS)
  • Eduardo S. Brondizio, professeur d’Anthropologie à l’Université d’Indiana, co-directeur de l’Anthropological Center for Training and Research on Global Environmental Change (ACT) et membre de l’Advisory Board of the Ostrom Workshop in Political Theory and Policy Analysis à l’Université d’Indiana
  • Chimère Diaw, directeur général du Réseau Africain des Forêts Modèles et membre du Réseau International des Forêts Modèles



 
 
1 
2  3  4  5   ... 
 
 
Archives

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l’installation de cookies sur votre poste, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. En savoir plus