Visite au Mozambique du Directeur Afrique de l'AFD

28/11/2009
Jean-Marc Gravellini, Directeur du Département Afrique Sub-Saharienne au Siège de l'Agence Française de Développement à Paris, s'est rendu au Mozambique du 28 novembre au 1er décembre 2009 pour une visite de contact et de travail avec les interlocuteurs et partenaires de l'agence AFD.
Cette première mission de JM Gravellini dans le pays, dense et opérationnelle, s'est axée autour de deux secteurs phares de l'activité de l'AFD au Mozambique: les infrastructures et l'appui aux secteurs privé et financier.
 
Le Directeur Afrique s'est dans un premier temps rendu dans le Parc National du Limpopo (contigüe au parc sud-africain du Kruger), qui fait l'objet d'une subvention de 11 M€ de l'AFD. Il s'est ensuite intéressé aux activités menées par l'agence dans le domaine des infrastructures d'eau (accès à l'eau potable, subvention de 7 M€) et d'énergie (accès à l'électricité, prêt très concessionnel à l'Etat de 20 M€), lors d'une visite des zones périurbaines de la capitale Maputo.
 
Cette mission a été l'occasion pour JM Gravellini de s'intéresser plus particulièrement au secteur de l'énergie, secteur stratégique dans ce pays aux potentialités énergétiques considérables, mais qui demeurent largement sous utilisées (taux d'électrification de 14% en 2009), face à un déficit régional croissant. Il a notamment pu s'entretenir avec le Ministre de l'Energie et le Président d'EDM (Electricité du Mozambique, société nationale d'électricité) afin d'évoquer les activités en cours et les besoins futurs, à l'aune des réflexions et discussions internationales autour de la question climatique.
 
Il s'est également entretenu avec divers responsables d'entreprises et de grandes banques mozambicaines, alors que l'appui aux secteurs privé et financier est un axe central de l'intervention de l'AFD dans le pays. De l'ensemble de ces contacts, il ressort qu'avec une croissance économique qui reste soutenue (plus de 5 % en 2009) et un climat des affaires en nette amélioration, les perspectives en termes de développement économique pour le pays sont positives et prometteuses. JM. Gravellini a rappelé la disponibilité du groupe de l'AFD pour accompagner le développement des entreprises publiques et privées, des banques ainsi que des petites et moyennes entreprises (PME), grâce à sa gamme étendue d'instruments financiers.


Programme Petites Initiatives (PPI) du FFEM

23/11/2009
Le Fonds Français pour l'Environnement Mondial, en partenariat avec l’UICN France, lance une nouvelle phase du Programme Petites Initiatives (PPI) pour la période 2009-2011.
Ce programme PPI a pour but de renforcer la contribution de la société civile des pays du Sud à la préservation de l’environnement mondial à travers le financement de projets locaux. Les problématiques environnementales retenues sont la protection de la biodiversité et la lutte contre les changements climatiques, en liaison avec l'amélioration des conditions de vie des populations locales.
 
Au cours des deux dernières années, la première phase du programme PPI a permis de financer 56 projets, d’un montant de 35.000 € en moyenne par projet, dans 20 pays, pour la mise en œuvre d’actions variées : création d’aires protégées ou de réserves de chasse à gestion communautaire, développement d’activités éco-touristiques, suivi scientifique de certaines espèces, valorisation de déchets urbains, extraction d’huiles essentielles, etc. Chaque projet est une histoire originale répondant à des réalités de terrain et le fruit de l’engagement de la société civile africaine en faveur de la préservation de l’environnement.
 
Pour cette seconde phase du PPI, la dotation de 2,5 millions d’euros du FFEM permettra de soutenir environ 50 nouveaux projets au bénéfice d’organisations de la société civile africaine: ONG locales, collectivités territoriales, Petites et Moyennes Entreprises, ONG internationales en soutien d'ONG locales en cours de structuration.
 
Entre 2009 et 2011, 4 concours de projets seront lancés : à chaque appel, les 10 à 15 meilleurs projets pourront être sélectionnés. La contribution du FFEM pour chaque projet sera de 50.000 euros maximum et pourra couvrir au plus 50 à 75% du coût total du projet
 
Tous les renseignements sur le programme, les dates des prochains appels à projets, les critères de sélection des projets et les dossiers de demande de subvention sont disponibles ci-joints en versions française et anglaise.
 

Télécharger :



Inauguration du Service de Gastroentérologie de HCM

28/09/2009

Le nouveau bâtiment du Service de Gastroentérologie de l'Hôpital Central de Maputo a été inauguré le 28 Septembre 2009, par M. le Ministre de la santé, Professeur Paulo Ivo Garrido, en présence du Directeur Général de l'HCM, Dr. Francisco Cândido, de l'Ambassadeur de France au Mozambique, M. Christian Daziano et du Directeur de l'Agence Française de Développement (AFD), M. Bruno Leclerc.

La réhabilitation de ce bâtiment a été co-financée par une subvention de l'AFD d'un montant de 500.000 euros, soit l'équivalent de 17,5 millions de méticais. Cette subvention a également permis de financer une partie du mobilier et des nouveaux équipements du Service, ainsi qu'un programme de formation destiné au personnel technique du Service de Gastroentérologie. Le programme de formation, toujours en cours actuellement, facilitera le fonctionnement du Service et permettra à  l'équipe d'acquérir de nouvelles techniques de diagnostic et de traitement, au bénéfice des patients.
 
Ce nouveau Service de Gastroentérologie, fonctionnel et aux normes de niveau international, apportera aux patients des soins de meilleure qualité, en particulier pour ceux souffrant de pathologies spécifiques.
 
Cet appui à l'HCM s'inscrit dans le cadre d'une coopération de plus de 20 ans entre cet établissement et le Service de Coopération et d'Action Culturelle de l'Ambassade de France, et dans le cadre plus général des interventions de la France, et notamment de l'AFD, en matière de santé au Mozambique.


Interview de Bruno LECLERC, Directeur de l’AFD au Mozambique

30/07/2009

L’Agence Française de Développement (AFD) est une institution publique française visant au financement du développement. Opérateur pivot de la politique française de coopération au développement, sous la tutelle des ministères français des Affaires Etrangères et des Finances, l’AFD est présente dans plus de 60 pays répartis sur les cinq continents, et plus particulièrement en Afrique.



séminaire de formation à l'économie de l'environnement

16/07/2009
L'Agence Française de Développement (AFD) et le Centre d'Etudes Economiques et de Gestion (CEEG) de l'Université Eduardo Mondlane (UEM) ont co-organisé, les 16 et 17 juillet derniers, à Maputo, un séminaire de formation à l'économie de l'environnement.
Ce séminaire avait pour objectif d'initier et de former les économistes et spécialistes mozambicains aux outils de l'économie environnementale, et plus particulièrement au concept novateur "d'épargne nette ajustée", aujourd'hui au cœur des réflexions mondiales autour de l'évaluation de la richesse et de la soutenabilité de la croissance économique.
 
Cette formation s'est appuyée sur la méthodologie et les résultats de l'étude "Ressources naturelles, environnement et croissance durable au Mozambique", menée par l'AFD en partenariat avec le ministère pour la Coordination de l'Action Environnementale (MICOA) et l'Ecole des Mines de Paris. Les principaux résultats de cette étude avaient été divulgués lors d'un séminaire organisé à Maputo le 24 février 2009, et avaient suscité une forte demande d'approfondissement de la part des participants.  
 
La formation, d'une durée d'un jour et demi, a réuni plus d'une cinquantaine de personnes, d'horizons variés: professeurs de sciences économiques et sociales, d'agronomie, spécialistes et économistes de divers ministères sectoriels (environnement, plan, finances, agriculture, santé, énergie, pêche) ainsi que des représentants de la société civile et du secteur privé. Elle était animée par M. Vasco Nhabinde, Directeur du CEEG, Dominique Rojat, économiste de l'environnement au siège de l'AFD, à Paris, et Timothée Ollivier, chercheur de l'Ecole des Mines de Paris ayant réalisé l'étude. Etait également représenté le CEEPA (Center for Environmental Economics and Policy in Africa), centre d'excellence en matière d'économie de l'environnement, basé à Pretoria (Afrique du Sud).
 
En plus d'une formation technique à la méthodologie ci-dessus introduite, ces deux jours ont constitué un moment fort de débat et de dialogue autour de la problématique de la gestion des ressources naturelles et de la soutenabilité de la croissance mozambicaine. 
 
 
 
 
Télécharger le programme, le communiqué de presse et les présentations réalisées durant le séminaire:
03- Présentation de la méthodologie Partie A - AFD/CERNA (anglais)
04- Présentation de la méthodologie Partie B - AFD/CERNA (anglais)
06- Présentation de la méthodologie Partie C - AFD/CERNA (anglais)
10- Présentation du cas du Ghana - AFD (anglais)
12- Présentation de l'UNDP en tant que chef de file des bailleurs "environnement" (anglais)
 

Télécharger l'étude "Ressources naturelles, environnement et croissance durable au Mozambique" (anglais), ses annexes (anglais) et le résumé (anglais).

 

Télécharger les articles parus dans la presse à propos de l'événement (en portugais):  

- Tribunal fax - " Economia ambiental em estudo em Maputo" - 17 07 2009




Signature d'une Convention pour l'appui à l'aquaculture de crevettes (PRCC)

17/06/2009
La Convention a été signée par la République du Mozambique, représentée par le Gouverneur de la Banque du Mozambique, M. Ernesto Gouveia Gove, par l'Agence Française de Développement (AFD), représentée par son Directeur à Maputo, M. Bruno Leclerc, et par l'Ambassadeur de France au Mozambique, M. Christian Daziano
Ce financement s'intègre dans le cadre d'un Programme de Renforcement des Capacités Commerciales (PRCC), instrument spécifique développé par le ministère français de l'Economie, de l'Industrie et de l'Emploi et l'AFD. Le PRCC a pour objectif de soutenir l'insertion des pays en développement dans le commerce mondial.
 
A travers une subvention de 1,5 million d'euros, le projet a pour objectif le renforcement du secteur de l’aquaculture de crevettes, secteur au fort potentiel de développement pour le pays.
 
D'une durée de trois ans, il visera à l'amélioration durable de la compétitivité de la filière, en appuyant tant les acteurs privés du secteur, à travers l'Association des Producteurs de Crevettes du Mozambique (APCM), que les acteurs publics tels que l'Institut National de Développement de l'Aquaculture (INAQUA) et l'Institut de contrôle des produits de la pêche (INIP).
 
Une assistance technique placée auprès de l'APCM, mais travaillant en étroite liaison avec les instituts publics, permettra le renforcement du cadre de concertation public/privé.

  

articles de presse (en portugais)



 
   
 ...  16  17 
18 
19  20   ... 
 
 
Archives

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l’installation de cookies sur votre poste, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. En savoir plus