Education et formation professionnelle

Contexte
En 2010, le diagnostic du système éducatif nigérien (RESEN ) relève de nombreux défis auxquels le système doit faire face. Au delà des constats classiques mais plus prononcés au Niger que dans le reste de la région (accès en progrès mais insuffisant et qualité faible de l’éducation), le RESEN insiste sur la faiblesse de la gestion pédagogique et administrative du système. Ainsi le Niger est un des pays les plus inefficaces de la région avec de très faibles résultats malgré un niveau correct de ressources internes mobilisées.

Philippe Guionie AFD CNE Education
Philippe Guionie AFD CNE Education

Pour répondre à ces défis, le Niger a été un pays précurseur dans la mise en place de programmes sectoriels financés par des outils innovants et répondant aux enjeux de l’harmonisation de l’aide. Il a ainsi lancé en 2003 le PDDE qui était centré sur l’enseignement de base.
 
Ainsi l’éducation a été mise au cœur de la politique nationale et le pays d’ailleurs consacre des ressources importantes au secteur (entre 20 et 25% du budget de l’Etat jusqu’en 2008, autour de 15% depuis). Certaines réformes et notamment le recrutement de nombreux enseignants contractuels ont permis de renforcer l’offre scolaire et de faire augmenter sensiblement les taux d’accès. Le Niger est ainsi parvenu à mettre en place des outils relativement performants sur certains sujets spécifiques (évaluation des acquis, statistiques scolaires…).

A la suite du PDDE, et au vu des efforts importants à poursuivre, le gouvernement a élaboré un Programme Sectoriel de l’Éducation et de la Formation (PSEF) pour la période 2014-2024. Il est indispensable de consolider et compléter les acquis du PDDE en termes de scolarisation en poursuivant les constructions de salles de classe, tout en insistant sur l’aspect qualité, à travers notamment la priorité mise sur le renforcement des capacités et le lancement de réformes structurelles. Le document PSEF a été endossé par les PTF en juillet 2013.

 
Photo AFD Niamey - Education enfants 2  

Par ailleurs, il offre un cadre institutionnel mais aussi financier (avec le fonds commun) susceptible de favoriser la venue ou le retour de partenaires techniques et financiers. Cette politique nécessite une forte mobilisation des ressources intérieures.

Projets

Projet d’appui au PSEF

L’appui de l’AFD dans le domaine de l’éducation s’effectue par un soutien financier à la mise en œuvre du PSEF, à travers un fonds commun de 100 millions de dollars, en complémentarité de la contribution du PME. En effet, le PME a accepté une requête de financement du Niger d’un montant maximal de 84,2M$. Pour la mise en œuvre des fonds du PME, le gouvernement et les PTF ont opté pour la création d’un nouveau fonds commun qui, contrairement à celui du PDDE, sera extrabudgétaire. La participation de l’AFD s’élève à 12 millions € et les bailleurs qui le souhaitent seront invités à abonder ce fonds.

Le fonds commun se limite au cycle de base (1 et 2). La création d’un fonds commun couvrant l’ensemble du secteur constitue cependant un objectif plus lointain dont les conditions de réussite seront étudiées et développées au cours de la première phase du PSEF.

Le concours de l’AFD a pour finalité d’appuyer les efforts du gouvernement pour améliorer la capacité du système éducatif à assurer un accès équitable à tous les élèves et une scolarisation de qualité leur permettant une insertion professionnelle future et à renforcer ainsi le capital humain du Niger. Les objectifs spécifiques du  « Projet » financé par l’AFD et le Partenariat mondial pour l’éducation (PME) sont alignés sur le PSEF mais se concentrent sur certaines activités du programme et sur les cycles de base 1 et 2 :

(a) Améliorer l'environnement physique d'enseignement-apprentissage pour un développement inclusif permettant l’accès élargi à tous les niveaux d’éducation de base (CB1&2) (investissements physiques et actions sur la demande) ;
(b) Améliorer la qualité des apprentissages, notamment pendant les premières années du primaire, par la mise à disposition d’intrants pédagogiques et le développement des capacités et performances des enseignants et des encadreurs ;

(c) Renforcer la gouvernance et les capacités de gestion et de pilotage du système aux niveaux central et déconcentré. 

Appuis budgétaires

L’AFD contribue également à financer le secteur de l’éducation via ses appuis budgétaires. En 2012, l’Agence a octroyé un prêt budgétaire de 40 M€ dont 7,62 M€ sont consacrés à la construction et l’équipement de salles de classe.

► Télécharger la fiche projet

Mise à jour en juillet 2014

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l’installation de cookies sur votre poste, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. En savoir plus