L'AFD au Niger

Le mot du Directeur

Dans le cadre de la mise en place du Programme de la Renaissance du Président Issoufou Mahamadou, le DCP France/Niger 2013-2016, ainsi que la reprise des prêts souverains au Niger offrent de nouvelles perspectives d’interventions de l’AFD.

Philippe Renault, directeur de l'AFD au Niger. Photo de Philippe Guionie
Philippe Renault, directeur de l'AFD au Niger. Photo de Philippe Guionie

L’AFD intervient déjà au Niger dans les secteurs de concentration du Document Cadre de Partenariat (2013-2016) :

  1. contribution au développement durable par le soutien aux infrastructures (énergie, transport, eau et assainissement urbain et rural), la promotion du secteur privé, la préservation de l’environnement, la gestion durable des ressources naturelles,
  2. promotion du développement humain (santé, éducation et formation professionnelle) et
  3. renforcement de la sécurité alimentaire et développement rural.

L’AFD a considérablement augmenté ses engagements au Niger ces dernières années. Entre 2008 et 2013, le volume total des autorisations de l’AFD au Niger - hors aide budgétaire - s’est élevé à 128,8 millions d’euros, sous forme de subventions (66%), de prêts souverains concessionnels (32%) et de garanties (2%).  En moyenne, le volume annuel de nouveaux engagements s’est élevé à 21,5 M€. En 2013, marquant une augmentation sensible de l’activité, l’AFD a octroyé 67,5 M€ d’engagements (hors l’aide budgétaire globale de 10 M€) et les prochaines années pourraient connaître des niveaux d’engagements proches, voire supérieurs, en fonction de la capacité d’absorption et d’endettement du Niger. En outre, depuis 2009, le Niger a bénéficié de 38 M€ d’aides budgétaires et d’un prêt budgétaire de 40 M€. 

L’AFD mobilise au Niger l’ensemble des instruments financiers à sa disposition. Dans ce cadre, la reprise des prêts souverains constitue l’explication principale de la croissance des engagements, mais le niveau des subventions a lui aussi augmenté, passant de 15 M€ en 2008 ou 11,4 M€ en 2009 à 25,7 M€ en 2013 (auquel s’est ajoutée une délégation de 11 M€ de l’Union européenne) et à 20,2 M€ en 2014 (prévisions). Ainsi, le volume des autorisations annuelles a sensiblement cru ces dernières années, marquant l’effort particulier fait par la France et par l’AFD au Niger. 

Dans le cadre des activités réseau du Groupe, l’Agence de Niamey assure la représentation du CEFEB, du FFEM et de PROPARCO.

Les interventions de l’AFD au Niger s’inscrivent dans les politiques publiques et visent à appuyer le développement du secteur privé.  Un cadre d’intervention pays en cours d’élaboration précisera les axes et les modalités d’intervention pour les prochaines années, mais les questions liées à la cohésion nationale et à un développement territorial équilibré et à la promotion d’une croissance  inclusive, durable et créatrice d’emplois seront centrales dans un contexte de très forte croissance démographique.

Les interventions de l’AFD viseront donc à améliorer l’accès à des services publics de base de qualité et de proximité (santé, éducation, accès à l’eau). Les initiatives des acteurs non-étatiques (ONG, secteur privé, collectivités territoriales) seront appuyées. Les financements viseront également à contribuer au développement durable et complémentaire des zones rurales et des centres urbains secondaire. Enfin, un enjeu sera de favoriser les opportunités économiques pour les jeunes, notamment dans les centres urbains.

Dans ce cadre, l’AFD poursuivra son appui au programme de Kandadji, à travers trois concours, d’un montant indicatif global de 83 M€. Dans le secteur de l’eau et de l’assainissement, l’AFD envisage de participer au renforcement et à la distribution de l’eau et de l’assainissement à Niamey (participation au Programme sectoriel Eau urbaine) ainsi que dans la région de Tillabery pour un montant indicatif total de 41 M€. Dans le cadre de l’initiative « Muskoka » en vue d’améliorer la santé maternelle et infantile et en continuité avec les financements déjà octroyés dans le cadre du fonds commun santé, l’AFD envisage d’instruire un nouveau concours santé en 2014 (12 M€). Le soutien très actif de l’activité des ONG au Niger sera poursuivi.  L’appui au développement du secteur privé continuera à prendre la forme privilégiée de garanties.
 

 

 Philippe Guionie - AFD Niamey hall

Mise à jour en février 2016

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l’installation de cookies sur votre poste, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. En savoir plus