L'AFD en République démocratique du Congo

Le boulevard du 30 Juin à Kinshasa

Le contexte congolais

La République démocratique du Congo (RDC) est le deuxième plus vaste pays d’Afrique derrière l'Algérie et le plus peuplé d'Afrique centrale.

Ancienne colonie belge, le pays accéda à l'indépendance le 30 juin 1960 après d’importantes émeutes et révoltes populaires. Il porta le nom de Zaïre de 1971 à 1997. Le régime du Maréchal Mobutu, qui prit le pouvoir en 1965, a profondément influencé, pendant près d’un quart de siècle, l’économie, la société et la vie politique congolaise.


Une transition politique, difficile et sanglante (environ 3,8 millions de morts), commença au début des années 90. Elle s’est achevée avec l’organisation en 2006 des élections présidentielle, législatives et provinciales qui ont vu l'élection de Joseph Kabila en tant que Président de la République.


Depuis le début des années 2000, la RDC s’est engagée dans un long processus de redressement, avec l’aide de la communauté internationale et à la faveur d’un attrait nouveau des investisseurs étrangers, en provenance notamment des pays émergents, lié à la richesse de son sous-sol souvent qualifié de « scandale géologique ».


La victoire des forces gouvernementales et la capitulation du Mouvement du 23-mars (M23) dans le Nord-Kivu, fin 2013, témoignent du regain d’autorité de l’État et laisse entrevoir une stabilisation inscrite dans le temps. Néanmoins, la région continue d’abriter de nombreuses milices, au premier rang desquelles les rebelles ougandais de l’ADF-Nalu et les FDLR rwandophones.


Cette stabilisation durable de la RDC reste, par ailleurs, suspendue aux choix politiques cruciaux qui devraient intervenir prochainement.

L'intervention de l'AFD en RDC

L’AFD, présente en République démocratique du Congo depuis 1976, a interrompu son activité en 1991 à cause d’une longue période de crise politique.
 
L’AFD a rouvert son agence à Kinshasa au début de l’année 2003.
 
De 2002 à 2012, ce sont 26 projets et près de 57 millions d'euros qui ont été engagés par l’AFD en RDC.
Toutefois, jusqu’en 2012, la croissance du volume cumulé d’engagements depuis la reprise d’activité est demeurée assez lente, une stagnation survenant même en 2012.
 
En 2013, le lancement du premier Contrat de développement et de désendettement (C2D) , signé le 10 juillet entre la France et la RDC pour un montant de 106 millions d'euros, marque un véritable tournant et un changement d’échelle pour l’Agence.
Dès lors, l’AFD a procédé à une concentration de son action sur des axes jugés prioritaires :
-          Réduire les inégalités sociales et territoriales en particulier dans l’accès à une éducation de qualité, l’aménagement urbain, la desserte en eau potable et l’assainissement en milieu urbain ;
-          Renforcer le capital humain spécifiquement dans la formation professionnelle adaptée aux besoins des acteurs économiques ;
-          Dynamiser le développement des entreprises créatrices d’emplois notamment dans l’appui au secteur privé, l’exploitation durable des ressources, l’inclusion financières et le renforcement des capacités des opérateurs privés ;
-          Appuyer l’émergence d’une gouvernance financière ;
-          Soutenir le développement d’un État de droit.
Ces orientations permettront à l’Agence de maintenir un niveau d’activités de l’ordre de 180 millions d’euros pour la période 2015-2019.
► En savoir plus sur les axes stratégiques de l'AFD en RDC
Mise à jour en janvier 2017

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l’installation de cookies sur votre poste, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. En savoir plus