Appui à la Commission Internationale du Bassin Congo-Oubangui-Sangha (CICOS)

  • Contexte du projet (en cours d'exécution)

    Le bassin versant du fleuve Congo est le premier d’Afrique et le deuxième du monde en superficie (3 822 000 km²) et en débit (41 000 m3/s à Kinshasa). L’importance de la ressource en eau sur ce bassin représente des enjeux politiques et économiques  fondamentaux pour :

    • Le fonctionnement des écosystèmes : forêts inondées de la Cuvette centrale du Congo et écosystèmes associés, zones humides, liens entre forêts et nappes souterraines, biotopes du lit majeur du fleuve et de ses affluents.
    •  

    • Les activités humaines liées à la ressource en eau : principalement la pêche et la navigation, mais aussi l’alimentation en eau potable, l’irrigation (actuellement très peu développée).
    •  

    • Le potentiel hydro-électrique exceptionnel qui représente un enjeu socio-économique important à l’échelle de l’ensemble du continent africain grâce aux réseaux régionaux d'interconnexions électriques.
     
    Ne serait-ce que pour le sous bassin de l’Oubangui, principal affluent rive droite du Congo, bordé par la ville de Bangui et qui marque la frontière entre la RDC, la Centrafrique et le Congo, les enjeux sont multiples et dépassent les seuls pays frontaliers, avec par exemple l’importance du corridor fluvial Kinshasa/Brazzaville – Bangui, fondamental pour le désenclavement sous-régional (commerce, transport des personnes) ; ou encore le caractère international de l’Oubangui et de la dimension régionale des ouvrages existants et surtout en cours, dont le projet de transfert des eaux de l’Oubangui vers le Lac Tchad.
     
    Les Chefs d’Etat du Cameroun, du Congo, de la Centrafrique et de la République Démocratique du Congo ont créé la CICOS en 1999 afin de dynamiser le secteur des transports par voies d’eau intérieures. Aux missions initiales de la CICOS s’ajoute celle de la Gestion Intégrée des Ressources en Eau (GIRE). S'inscrivant dans la droite ligne d'un appui du Ministère des Affaires Etrangères français à la CICOS qui a pris fin en 2010, l'AFD a signé, en mars 2011, avec la CICOS une première convention en subvention d'un montant de 400 000 euros. Cet appui s'articule avec un second projet, financé par le FFEM, à hauteur de 1,3 millions d'euros pour le suivi des ressources en eau et outil prospectif sur le bassin du Fleuve Congo, et dont la convention a également été signée en mars 2011.  
  • Description du projet

    Finalité :

    La finalité du projet est de favoriser l’intégration régionale ainsi que le développement économique et social en Afrique centrale. Sous l’autorité du Secrétaire Général de la CICOS, appuyer et accompagner les actions de développement de la GIRE (Gestion Intégrée des Ressources en Eau)  initiées par la CICOS dans le bassin du Congo au travers de la mise en place d’une assistance technique résidente (AT) et ponctuelle (études).

     

    Objectifs spécifiques :

     
    . Formuler les politiques et les stratégies ;
    · Renforcer le dispositif institutionnel, législatif et réglementaire ;
    · Renforcer les capacités de la CICOS à travers le développement des ressources humaines ;
    · Optimiser l’organisation interne de la CICOS ;
    · Accompagner la mise en œuvre du projet FFEM ;
    · Identifier la formulation, la mise en œuvre et l’évaluation des projets, financés les bailleurs ;
    · Apporter ses conseils et son expertise pour toute autre question relevant de ses compétences.

    Réalisations du projet :

    Le projet comprend 3 composantes :
     
    • Une composante d’assistance technique :
     
    L’AFD entend appuyer, via une assistance technique de 24 mois, la CICOS afin de promouvoir un meilleur partage de l’utilisation des ressources en eau entre l’ensemble des usagers (consommation, énergie et transport) et garantir la préservation du patrimoine naturel que recèle ce bassin (deuxième bassin hydrographique mondial) et des enjeux régionaux fondamentaux qui en relèvent : la navigation et le commerce régional, le projet de transfert d’eau Oubangui - Tchad, le développement du barrage d’Inga ou encore la gestion des forêts du bassin.
     
    • Une composante pour contribuer à un fonds de coordination des activités des organismes de bassin transfrontaliers :

    Le fonds servira à initier un benchmarking et un partage d’expérience entre les organismes de bassin transfrontaliers, en particulier sur les thèmes de la gouvernance de l'organisme du bassin, les systèmes d'information régionaux entre organismes de bassin et les pays membres, les choix technologiques des équipements, financement autonome et durable des organismes de bassin. 

     

    • Une composante pour aider à la mobilisation des financements de la Facilité Eau ACP/Union Européenne

    Cette composante est dédiée à développer les partenariats nord/sud et sud/sud pour améliorer la gouvernance de l'eau, la gestion des ressources en eau, et l'entretien des infrastructures hydrauliques.

     

    Organisation et mode opératoire :

    La CICOS est maître d’ouvrage du projet et a procédé au recrutement d'une assistance technique internationale.

Mise à jour en septembre 2011

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l’installation de cookies sur votre poste, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. En savoir plus