Scène de transhumance tchadienne

Pour réduire les facteurs de fragilité présents au Tchad, l’AFD met en place des programmes visant l’obtention de résultats rapides et la consolidation des institutions.

En savoir plus

Paix et stabilité
Scène de marché (Abéché)

 L’AFD mobilise ses différents instruments pour appuyer les acteurs qui  apportent services et emploi à la population, et qui contribuent à l’amélioration de la gouvernance.

En savoir plus

Appui aux acteurs
Sorgho Tchad

 L'AFD accompagne la mise en place de politiques mobilisatrices dans les grands secteurs sociaux et économiques, enjeux majeurs pour la lutte contre la pauvreté.

En savoir plus

Politiques publiques

À la une

Un partenariat avec l'Union européenne pour l’insertion professionnelle des jeunes vulnérables

13/04/2017

Pour la jeunesse tchadienne, l’accès à l’emploi est difficile et les perspectives existantes précaires. À travers cette collaboration avec l’Union européenne, l’AFD accompagne les jeunes en situation de vulnérabilité sur le chemin de l’emploi via un projet qui structurera le dispositif d’insertion et de formation professionnelle. 

 

Accroître l’activité économique et les opportunités d’emploi pour la jeunesse 

Neven Mimica, commissaire européen, et Jean Marie Le Guen, secrétaire d’État chargé du Développement et de la Francophonie, ont profité de leur visite à N’Djaména du 10 au 11 avril 2017 pour signer un accord en faveur des jeunes tchadiens en situation de vulnérabilité. 

 

 
À la table de gauche à droite : François Tirot, directeur de l'AFD au Tchad, Neven Mimica, commissaire européen, Brah Mahamat, ministre de l'Environnement et de la Pêche. Dans le fond : Jean Marie Le Guen, secrétaire d'Etat chargé du Développement et de la Francophonie.

 

Le projet répond au nom de Bab al Amal, qui signifie en arabe tchadien « Porte de l’emploi » : une initiative pour donner aux jeunes les clés d’accès au marché du travail.

D’un montant de 10,3 millions d’euros, cet accord s’inscrit à la fois dans le cadre :

 

 
De gauche à droite : François Tirot, directeur de l'AFD au Tchad, Neven Mimica, commissaire européen, Brah Mahamat, mnistre de l'Environnement et de la Pêche.


 

Parier sur le potentiel des jeunes dans un pays confronté à la crise 

Au Tchad, les jeunes de moins de 25 ans constituent 70 % de la population. Ce sont autant de personnes à éduquer, former et insérer dans le tissu économique local. En outre, on estime que d’ici à 2030, le nombre de jeunes qui accèderont au marché du travail sera doublé, passant de 140 000 en 2012 à 280 000.

Cette jeunesse est un véritable atout et porte en elle les possibilités d’émergence du Tchad. Cependant, pour être fécond, ce terreau doit être fertilisé : pour contribuer au développement économique du pays, la jeunesse tchadienne doit ainsi être éduquée et formée.

Le projet Bab al Amal, en travaillant à la fois sur l’offre et la demande de formation, permettra de créer une dynamique qui aidera le Tchad à répondre aux aspirations de sa jeunesse.

À l’heure où le pays traverse de fortes turbulences économiques, l’accroissement de l’activité économique et de l’accès à l’emploi des jeunes est indispensable. Il est plus que nécessaire de diversifier l’économie et de répondre aux attentes des populations vulnérables pour lutter contre tout sentiment d’exclusion.

 


Photo de famille avec les officiels présents lors de la cérémonie de signature de la convention.



La Maison de la Petite Entreprise fête son premier anniversaire

21/02/2017

Déjà un an d’activité pour la Maison de la Petite Entreprise de N’Djamena ! Une initiative innovante soutenue par l’AFD qui propose un accompagnement sur mesure des petites entreprises. Objectif : développer une culture entrepreneuriale dans un pays dont la jeunesse est en mal d’emploi.

 

Du coaching au financement, tout un panel de services

Située dans le quartier dynamique de Moursal, la Maison de la Petite Entreprise (MPE) propose depuis un an des services d’accompagnement variés aux nombreux porteurs de projets d’entreprise locaux : coaching, formations collectives, appui à la formalisation et à l’accès au financement...

L'objectif est clair : encourager l'entrepreneuriat et donner aux jeunes les clés d'accès au monde du travail.

Un an après, la MPE compte déjà plus d’un millier de visiteurs ! Parmi eux, plus de 500 ont bénéficié d’un des services d’accompagnement proposés et ont ainsi pu faire avancer leur projet.

 

Valoriser les initiatives entrepreneuriales 

La MPE a souhaité marquer le coup en célébrant son premier anniversaire le 16 février dernier. La cérémonie a notamment permis de présenter 10 projets prometteurs, portés par des entrepreneurs tchadiens, qui ont valorisé  leur initiative directement auprès des nombreux invités dans le cadre d’un speed dating organisé à cette occasion.

 

 

L’événement a réuni l’ambassadeur de France au Tchad, le secrétaire général adjoint de la mairie de N’Djaména et la directrice adjointe de l’AFD.



Deux accords qui mettent la santé et le développement urbain à l’honneur

17/02/2017

La visite du secrétaire d’État chargé du Développement et de la Francophonie a été l’occasion de signer deux nouveaux accords avec le Tchad. À l’honneur : la santé et la réhabilitation d’un canal de la capitale N’Djamena, le tout au service de meilleures conditions de vie pour la population !

 

Gratuité des soins et lutte contre le sida

Jean Marie Le Guen, secrétaire d’État chargé du Développement et de la Francophonie, a profité de sa visite à N’Djaména le 14 février pour procéder à la signature de deux accords en faveur du Tchad, pour un montant total de 20 millions d’euros.

Au cœur du premier accord, la deuxième partie de l’aide budgétaire globale de la France au Tchad de l’année 2016. D’un montant de 5 millions d’euros, elle ciblera le secteur de la santé et les dépenses prioritaires pour la santé des populations tchadiennes.

Au programme :

  • dotations de 5 hôpitaux de référence du pays ;
  • des programmes de gratuité des soins pris en charge par l’État tchadien ;
  • et financement du programme sectoriel de lutte contre le sida.

Cette aide vient compléter la première partie de décembre 2016 consacrée au paiement des pensions et des retraites.

 

Le Tchad face à la crise

Une aide qui intervient dans un contexte de difficultés économiques sans précédent pour le Tchad, sévèrement affecté par le double choc exogène de la chute des cours du brut et de la forte détérioration de l’environnement sécuritaire. Une situation financière difficile qui entrave la capacité du gouvernement à fournir des services de base à la population.

L’aide française contribuera, à sa mesure, à l’effort collectif engagé par les partenaires techniques et financiers pour aider le pays à faire face du mieux possible aux tensions de trésorerie auxquelles il est actuellement confronté. 

 

Le Canal des Jardiniers, un drain à ciel ouvert…

Quant au deuxième accord signé par Jean-Marie Le Guen, il est dédié à l’aménagement du Canal des Jardiniers, un projet novateur qui s'élève à 15 millions d’euros, mis en œuvre par la mairie de N’Djaména. 

Près de 150 000 personnes vivent dans les quartiers bordant le canal, qui se révèle être un drain à ciel ouvert. Les conditions sanitaires y sont dégradées, les habitants utilisant le canal pour y déverser ordures ménagères et eaux usées. 

À travers ce projet, le canal se verra assaini et réhabilité pour enfin offrir aux populations un accès à des services urbains et à des aménagements de qualité. À la clé : de meilleures conditions de vie, sur le long terme, pour les habitants !

 

… Et la coulée verte de la capitale !

Bien qu’il s’inscrive en continuité des précédentes opérations financées par l’AFD dans le domaine du drainage pluvial, le projet revêt un caractère novateur au Tchad : il ne s’agira pas seulement de redonner au canal sa fonction de collecteur des eaux pluviales, mais également de participer à la requalification de quartiers historiques de N’Djaména

Véritable coulée verte au cœur de la ville, le Canal des Jardiniers a le potentiel nécessaire pour devenir un lieu emblématique de la capitale, où les habitants de N’Djaména prendront plaisir à se rassembler et à partager des moments de vie collectifs.

  


Signature des conventions.

De gauche à droite : l'ambassadeur de France au Tchad, le secrétaire d'État chargé du Développement et de la Francophonie, le ministre des Finances et du Budget et la directrice de l'AFD par interim.

 


De droite à gauche : la directrice de l'AFD par interim, le secrétaire d'État chargé du Développement et de la Francophonie, le ministre des Finances et du Budget, le maire de N'Djaména, l'ambassadeur de France au Tchad.
 



À Moundou, priorité à la santé et au bien-être de la population !

14/02/2017

La visite de l’ambassadeur de France au Tchad dans la ville de Moundou du 5 au 8 février 2017 nous donne l’occasion de faire le point sur plusieurs projets soutenus par l’AFD. Au programme : réadaptation des personnes handicapées, amélioration de la santé materno-infantile et lutte contre les inondations qui bouleversent la ville.

 

Handicap : favoriser l’inclusion

Au Tchad, le domaine du handicap demeure méconnu : les structures de réadaptation se font rares et les personnes handicapées n’accèdent pas ou peu aux soins de santé, voire même à l’éducation et à la formation. Une véritable vulnérabilité se crée ainsi.

Premier projet de la coopération française à Moundou visité par l’ambassadeur, la maison Notre Dame de la Paix. Une maison aux différents services favorisant le suivi et la réadaptation des personnes handicapées : consultations, ateliers d’appareillage et convalescence. 

 

 
Confection d'une prothèse à la maison Notre Dame de la Paix

 

Les opérations chirurgicales sont quant à elles effectuées à l’hôpital régional de Moundou lors de missions fréquentes de chirurgiens, anesthésistes et infirmiers français de l’ ONG Handicap Santé , partenaire de l’AFD sur ce projet. 

La maison Notre Dame de la Paix a bénéficié du soutien de la France pour poursuivre et renforcer son intervention auprès des handicapés de la région du Logone. Ce soutien s’est concrétisé via une subvention de l’AFD dans le cadre du projet d’appui au secteur de la santé (à hauteur de 10 millions d’euros).

 


L’ambassadeur avec l'équipe de la maison Notre Dame de la Paix. De gauche à droite : l’ambassadeur, Frère Antoine, Père Michel et le Consul honoraire (Laurent Florini).

 
 

La santé maternelle et reproductive, facteur important de développement

Autre source de préoccupation majeure au Tchad, la santé materno-infantile et de reproduction. Au Tchad, où le taux de fécondité moyen est de sept enfants et où une femme sur dix succomberait des suites d’une grossesse, la santé des femmes est une priorité particulièrement criante

Consciente de cette réalité, la France a à plusieurs reprises manifesté son soutien au pays dans ce domaine, notamment à travers le premier projet d’appui au secteur de la santé mentionné plus haut.

Avec cette initiative de 10 millions d’euros consacrée au secteur de la santé, qui s’est achevée en 2015, l’hôpital régional de Moundou s’est vu doter d’une maternité flambant neuve, qui réalise dorénavant jusqu’à 300 accouchements par mois. L’un des blocs opératoires de l’hôpital a également été rénové.  

 

 
De droite à gauche au premier plan : le directeur de l'hôpital régional de Moundou (Djaou-Yan Fadandi), Dr. Dika (gynécologue de la maternité) et l’ambassadeur de France au Tchad.

 

Lors de son déplacement, l’ambassadeur a ainsi pu rencontrer le directeur de l’hôpital de Moundou ainsi que l’équipe technique et visiter les différents services de l’établissement.

 

Des solutions à la question de la formation du personnel soignant

Un second projet santé, également d’un montant de 10 millions d’euros, a été lancé en 2016 : il s’inscrit dans les priorités de la feuille de route pour l’accélération de la réduction de la mortalité maternelle, néonatale et infantile.

 

 
Équipe de sages-femmes de la maternité.

Son objectif ? Poursuivre l’appui matériel apporté à la maternité de l’hôpital de Moundou et renforcer le personnel de soin grâce à des formations et des compagnonnages franco-tchadiens.

 


Moundou, victime des inondations

La capitale économique du Tchad, située en bordure du fleuve Logone, voit chaque année 40 % de sa superficie inondée lors de la saison des pluies. Des inondations qui ont un impact sur la santé, l’habitat et le bien-être de la population.

L’ambassadeur de France s’est rendu sur les différents sites sujets aux inondations à Moundou afin de rencontrer les partenaires locaux du projet financé par l’AFD. 

Il a pu également constater les dysfonctionnements actuels du réseau de drainage ainsi que la situation inédite de la ville qui se situe dans une cuvette, entourée des lacs Wei et Taba à l’ouest et à l’est, et du fleuve Logone au sud.

 

De gauche à droite : le directeur technique de la mairie de Moundou, l’ambassadeur et la représentante de l’AFD (Joana Olier).

 

Le projet de lutte contre les inondations, d’un montant total de 10 millions d’euros, permettra :

  • d’étendre et de réhabiliter le réseau de drainage actuel ;
  • et d’accompagner la mairie de Moundou dans la mise en place d’un service d’assainissement pérenne

Un projet qui doit permettre à 80 000 personnes de ne plus subir chaque année les inondations récurrentes à Moundou.

Des impacts sont également attendus sur la santé publique grâce à une meilleure gestion des déchets et une réduction des cas de paludisme.

 

 

Visite des sites qui seront réhabilités.



Face aux crises, la France solidaire du Tchad

13/12/2016

Fragilisé par une crise financière sans précédent et un voisinage instable et violent, le Tchad bénéficie d’un soutien renforcé de la France. À travers une aide budgétaire de 5 millions d’euros, la France réaffirme son engagement pour soutenir les efforts du pays en matière de lutte contre la pauvreté.

Une situation financière critique

Période trouble pour le Tchad, confronté à une grave crise économique et à des opérations militaires qui coûtent très cher. Afin d’aider le pays à surmonter ses difficultés financières, la France apporte un appui budgétaire de 5 millions d’euros. Un appui versé par l’AFD en intégralité au budget de l’État tchadien avant la fin de l’année 2016 et qui fait figure de bol d’oxygène. 

Avec cette aide, la France contribue à l’effort collectif engagé par les partenaires techniques et financiers pour aider le Tchad à faire face du mieux possible aux tensions de trésorerie. Des moyens supplémentaires pour permettre au Tchad de réaliser les dépenses prioritaires pour sa population.

 

Un engagement français renouvelé

La France manifeste une nouvelle fois, de façon concrète, sa solidarité avec le peuple tchadien et son engagement à ses côtés, plus que jamais, pour affronter les épreuves et soutenir ses efforts en matière de lutte contre la pauvreté.

L’accord a été signé le 16 décembre 2016, en présence du ministre des Finances et du Budget tchadien, de la secrétaire d’État aux Finances au Budget, de l’ambassadeur de France au Tchad et du directeur de l’agence AFD de N’Djaména.

 


Conférences : Quelles perspectives pour le Tchad au regard des expe riences re gionales africaines ?

23/11/2016

L’emploi des jeunes est une préoccupation majeure en Afrique. Les difficultés d’accès à l’emploi, notam-ment des jeunes, sont au coeur des priorités des poli-tiques nationales, des sociétés civiles africaines, des partenaires au développement.

 

Depuis quelques années, des dispositifs d’appui transversaux sont testés afin d’accompagner les jeunes dans des contextes où peu d’entre eux par-viennent à accéder ou à évoluer dans des conditions d’emploi satisfaisantes.

Au Tchad, la problématique du sous-emploi se pose avec une acuité particulière pour la jeunesse. Les jeunes de moins de 25 ans représentent 70% d’une population tchadienne en forte progression. Par con-séquent, le nombre de tchadiens à éduquer, former et insérer dans le système économique local aug-mente rapidement.

Or, la formation professionnelle et le recours à l’ap-prentissage sont faiblement répandus au Tchad, constituant un frein à l’insertion sociale et écono-mique des jeunes en situation de vulnérabilité, fac-teur de déstabilisation majeur de la société tcha-dienne exposée à un taux de chômage élevé.

D’ici 2020, il sera nécessaire de créer 1,7 million de nouveaux emplois au Tchad. Prévision qui repré-sente un fort potentiel de main d’oeuvre qui pourrait contribuer à la croissance économique à condition que le pays parvienne à se doter des dispositifs de formations et d’emplois de qualité en adéquation avec les besoins du marché.

C’est dans ce contexte que l’AFD propose à l’en-semble des acteurs tchadiens du secteur de la for-mation professionnelle et de l’emploi de se réunir pour un partage d’expériences et d’échanges.

Cliquez sur l'image pour télécharger la brochure



 
 
1 
2  3  4  5   ... 
 
 
Archives

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l’installation de cookies sur votre poste, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. En savoir plus