Scène de transhumance tchadienne

Pour réduire les facteurs de fragilité présents au Tchad, l’AFD met en place des programmes visant l’obtention de résultats rapides et la consolidation des institutions.

En savoir plus

Paix et stabilité
Scène de marché (Abéché)

 L’AFD mobilise ses différents instruments pour appuyer les acteurs qui  apportent services et emploi à la population, et qui contribuent à l’amélioration de la gouvernance.

En savoir plus

Appui aux acteurs
Sorgho Tchad

 L'AFD accompagne la mise en place de politiques mobilisatrices dans les grands secteurs sociaux et économiques, enjeux majeurs pour la lutte contre la pauvreté.

En savoir plus

Politiques publiques

À la une

Appuyer le secteur privé à travers la banque Oragroup

27/06/2014

Le groupe bancaire Oragroup et Proparco, filiale de l'AFD dédiée au secteur privé, ont étendu leur partenariat ce mercredi 25 juin par la signature d’un prêt de 10 millions d'euros. Ce financement appuiera le développement d'Oragroup notamment en Guinée, au Tchad, au Togo et au Gabon.

En étant actionnaire d’ Oragroup depuis 2011, Proparco accompagne l’un des groupes bancaires les plus dynamiques d’Afrique de l’Ouest et centrale. 

Oragroup est aujourd’hui présent dans 12 pays de la sous-région et apparaît comme un partenaire de référence du secteur privé. La ligne de crédit accordée par Proparco vient appuyer les filiales du groupe en Guinée, au Tchad, au Togo et au Gabon. Cette facilité de crédit, d’une maturité de 5 ans, leur permettra  de proposer des financements à plus long terme pour contribuer au développement du secteur privé. Avec cette transaction, Proparco souhaite jouer un rôle catalyseur en attirant d’autres financements vers des pays où le secteur bancaire reste relativement peu développé.
 
Ce prêt vient renforcer le partenariat entre les deux institutions et contribue à développer l’activité d’Oragroup en l’accompagnant dans son ambition de s’imposer comme un groupe bancaire de référence en Afrique de l’Ouest et centrale.
 
Proparco accompagne le secteur bancaire en Afrique de l’Ouest et centrale depuis 30 ans. Avec un portefeuille de plus de 600 millions d'euros, cette filiale de l'AFD dédiée au secteur privé apparaît comme l’un des principaux bailleurs de fonds auprès du secteur bancaire en Afrique de l’Ouest et centrale.
 
 
 
 
La cérémonie de signature s’est tenue le mercredi 25 juin à Abidjan, en présence de Patrick Mestrallet, administrateur directeur général d’Oragroup, et de Julien Lefilleur, représentant régional de PROPARCO pour l’Afrique de l’Ouest.


"4 visites et un accouchement dans un centre de santé = Vies sauvées" : la nouvelle campagne pour la santé maternelle et infantile au Tchad

25/06/2014

La politique démographique figure parmi les défis à relever au Tchad : avec une fécondité de 7,1 enfants par femme, un enfant sur cinq y meurt avant d'atteindre 5 ans, et près d’une femme sur dix meurt en accouchant. Le pays rencontre également des problèmes structurels. Cette nouvelle campagne intervient dans ce contexte pour sensibiliser différents acteurs en faveur de la santé maternelle et infantile.

 

Pour rappel, des campagnes de promotion de la santé maternelle et infantile et de la santé de la reproduction ont été mises en place depuis 2012 par l’AFD, en lien avec les agences des Nations Unies et des ONG, aux côtés du ministère de la Santé, de la mairie Ndjamena, de l'association du planning familial tchadien (l’ASTBEF), et enfin des Organisations de la Société civile tchadiennes. Elles étaient ciblées en 2012 autour du thème « 50 millions de Tchadiens en 2050, cela mérite réflexion », et en 2013 sur : « Grossesses trop tôt, trop tard, trop nombreuses et trop rapprochées : luttons contre les quatre ‘trop’ ! ». Hors diffusion médias, elles avaient touché entre 12.000 et 15.000 personnes chacune, en particulier des jeunes, ainsi que des décideurs (politiques, religieux, traditionnels, administratifs, entreprises,…).

 

Une troisième campagne initiée par le ministère de la Santé publique

Le ministère de la Santé publique avec notamment l’appui financier de l’AFD, a pris l'initiative de bâtir et piloter  la 3ème édition de cette campagne, ayant pour nouveau slogan « 4 visites et un accouchement dans un centre de santé = Vies sauvées ». La campagne est centrée cette fois sur les quartiers périphériques de la capitale dans lesquels le ministère a ouvert, en quelques mois, 10 centres de santé, en service 24h/24, avec la perspective d'y offrir à terme tous les actes clefs en santé maternelle et infantile. Les objectifs étant notamment de rapprocher l'offre de soins de la population, de consolider la pyramide des soins et d'éviter l'engorgement des hôpitaux centraux.

Dans son allocution, le ministre a souligné le rôle précurseur de l'AFD à NDjamena dans ces campagnes. La cérémonie d'ouverture a eu lieu le mercredi 25 juin 2014 au Musée national de Ndjamen.

 

 

 



2013 : une année record pour l’Agence Française de Développement avec 7,8 milliards d’euros d’engagements (+8%)

26/05/2014

Anne Paugam, Directrice générale de l’Agence Française de Développement (AFD) a présenté ce jour, le bilan 2013 de l’établissement public. Dans cette année de transition marquée par l’organisation des Assises de la Solidarité et confortée par les orientations prises par le Comité Interministériel de la Coopération Internationale et de la Solidarité (CICID), l’AFD réalise une nouvelle croissance de ses activités avec 7,8 milliards d’euros d’engagements, atteignant ainsi un niveau historique.

Une année de croissance qui confirme la priorité sub-saharienne

En 2013, les engagements atteignent 7,8 milliards d’euros (dont l’essentiel sous la forme de prêts), soit une progression de 8% par rapport à 2012. L’Afrique subsaharienne reste la priorité de l’Agence : les financements atteignent le volume record de 2,8 milliards d’euros, soit 37% des financements totaux et 46% des financements dans les Etats étrangers. Sur le continent, les projets de formation, de développement urbain, de préservation des ressources naturelles ou encore de développement rural illustrent quelques-uns des secteurs d’intervention prioritaires.
 

 


Une hausse des engagements en faveur de la lutte contre le dérèglement climatique

La lutte contre le dérèglement climatique participe d’un engagement fort de l’AFD : 50% des financements ont un cobénéfice sur le climat. En 2013, cette mobilisation s’est traduite par le soutien, à hauteur de 2,4 milliards d’euros, de 77 projets de développement ayant des cobénéfices en matière de lutte contre le dérèglement climatique.

Des financements porteurs de résultats concrets sur le terrain

Comme chaque année, les actions de l’AFD sont porteuses d’impacts toujours plus importants. En 2013, les projets en cours ont produit les résultats supplémentaires suivants :

  • l’approvisionnement à une source pérenne d’eau potable de 1,5 million de personnes,
  • l’accès à un système d’assainissement amélioré de 411 000 personnes ;
  • l’amélioration des conditions de logement dans les quartiers précaires de 1 million de personnes,
  • la scolarisation dans le primaire et au collège de 450 000 enfants
  • l’accès à des dispositifs de formation professionnelle de 32 000 jeunes.
  • le soutien à 878 000 exploitations agricoles familiales
  • le soutien à 73 000 petites entreprises ;
  • l’accès à des moyens de transports en commun (nouveaux ou modernisés) à 35 millions de passagers par an.

Dans le domaine de la biodiversité, 30 millions d’hectares bénéficient de programmes de conservation ou de gestion durable de la ressource. Les nouveaux projets financés en 2013, contribuant à la lutte contre le dérèglement climatique, diminueront les émissions de gaz à effet de serre à hauteur de 3,3 millions de tonnes d’équivalent CO2 par an.

Un réseau étendu de partenaires pour répondre aux besoins du Sud

Travailler avec l’ensemble des acteurs du développement est un enjeu majeur pour l’Agence. Collectivités locales, secteur privé, bailleurs de fonds, Union européenne, tous contribuent à structurer les réponses les plus adaptées aux besoins du terrain. En 2013, l’AFD a soutenu 73 projets portés par 56 Organisations de la société civile (OSC) à hauteur de 48,7 millions d’euros de subvention. L’Agence a cofinancé 37 projets avec d’autres bailleurs pour un montant total de 1,7 milliard d’euros.

Anne Paugam, Directrice générale de l’AFD précise : « En 2013, ce sont 7,8Mds€ que l’AFD a engagé au service du développement, c’est-à-dire au service d’une mondialisation plus juste et mieux maîtrisée. Car si la mondialisation a sorti des centaines de millions de personnes de la grande pauvreté, elle a aussi aggravé les déséquilibres et tensions de toutes natures. L'AFD, pour moi, est un instrument privilégié de la France pour agir sur ces déséquilibres : dans les pays les plus pauvres d’Afrique et d’Asie, nous luttons contre la pauvreté ; dans les émergents, nous sommes davantage focalisés sur la lutte contre le changement climatique. Mais le cœur de notre mission reste bien le même : favoriser un développement durable d’un point de vue économique, social et environnemental, ceci dans l’intérêt mutuel des pays du Sud et du Nord. »

                                  
 



Une meilleure connaissance du Lac Tchad

11/04/2014

Le défi du savoir autour du Lac Tchad est un enjeu majeur pour la définition de politiques de développement pertinentes et efficientes. L’absence de certitudes tant du point de vue environnemental que socio-économique a longtemps restreint l’engagement des partenaires dans ce lieu hautement symbolique.

L’expertise collégiale réalisée par l’ Institut de recherche pour le Développement sur financement du Fonds Français pour l'environnement Mondial et à la demande de la Commission du Bassin du Lac Tchad (CBLT) a mobilisé des scientifiques internationaux de haut niveau au sein d’un collège multidisciplinaire afin de répondre aux questions fondamentales pour la définition de politiques publiques autour du Lac.

 
La question autour de l’assèchement du lac a été levée par une mise en perspective historique et l’actualisation des données disponibles : le lac ne disparait pas. Il a été montré que les populations riveraines (2 millions d’habitants) tirent un grand profit de la configuration actuelle de « petit lac Tchad », en ayant des stratégies de mobilité, multi-activité et multifonctionnalité à travers une agriculture essentiellement familiale. L’abondance relative de ressources et leurs gestions apaisées par les autorités traditionnelles attirent une population croissante et cosmopolite. La productivité des rives du lac a un impact important sur la sécurité alimentaire de la région proche, et participe aux moyens d’existence de plus de 13 millions d’habitants.
 
La gouvernance centrale par les Etats et l’Organisation régionale ( CBLT ) de cette région devra faire face à des défis tels que la croissance démographique (6 millions d’habitants sur les rives du lac en 2050), l’insécurité croissante (exacerbée par la pauvreté), et le défi de la gestion des polluants (pétrolier et phytosanitaire).


Projection de trois films documentaires pour la Journée mondiale de l'eau à N'Djaména

27/03/2014

Pour célébrer la journée mondiale de l’eau, l’AFD, la Mairie de N’Djaména, l’Union européenne, le Ministère de l’Hydraulique Rurale et Urbaine, se sont associés pour organiser la projection gratuite de trois films documentaires. Ces projections ont réuni plus de 180 participants le mardi 25 et le jeudi 27 mars à l’Institut Français du Tchad, partenaire de l’évènement.

Les films sélectionnés dans le catalogue des rencontres internationales « eau et cinéma », traitent de façon transversale la problématique de l’eau : la pollution, le changement climatique, le manque d’eau, les pluies torrentiels, et la gestion maitrisée de la ressource en eau.

Parmi eux, les trois projetés ont été les suivants :

  • Eau et assainissement au Sénégal – Nadia Gillet – Documentaire – France,
  • De plein fouet – le climat vu du Sud – Marc Doms, Geert de Belder – Documentaire – Belgique,
  • Les légumes du désert – Didier Bergounhoux – Documentaire – France.

Sensibiliser aux enjeux de l'eau et de l'assainissement

Le bilan des engagements relatifs à l’atteinte des Objectifs du millénaire pour le développement aura lieu en 2015. La question de l’eau, mais également celle de l’assainissement sont au cœur des préoccupations internationales, tant elles ont des incidences en matière de santé, sur l’environnement, la réduction de la pauvreté ou encore l’égalité des sexes. Ces projections avaient pour but de sensibiliser le plus grand nombre aux enjeux de l’eau.

Partager les projets en cours à N'djaména

Introduites par un représentant de la mairie de N’Djaména, les séances ont également été l’occasion  de présenter le projet de renforcement de l’accès à l’eau et l’assainissement ainsi que la gouvernance du secteur, pour lequel la Mairie assure la maitrise d’ouvrage générale.

Ce projet au profit de la population des quartiers Est de la ville de N’Djaména vise à l’amélioration des déterminants prioritaires de la santé et à l’amélioration des conditions de vie, à travers deux composantes visant :

  • le renforcement de la politique publique de l’eau et de l’assainissement ;
  • la réalisation de travaux pour contribuer à l’assainissement pluvial et des excrétas ;
  • l’alimentation en eau potable de six quartiers en cours de restructuration à l’Est de la ville.

Co-financé par l'AFD et l’Union européenne, le projet a pour objectifs de :

  • renforcer la politique publique de l’eau et de l’assainissement grâce à l’élaboration d’un plan stratégique d’assainissement pour la gestion des eaux usées et des excrétas à N’Djaména, à la mise en place d’un cadre juridique et institutionnel pour la gestion de l’assainissement et des bornes fontaines, la mise à jour de la stratégie nationale en matière d’hydraulique urbaine, tout en s’attachant à renforcer les capacités des acteurs du secteur ;
     
  • diminuer les inondations dans les quartiers cibles en saison des pluies grâce à la construction d’un nouveau canal de drainage primaire et l’aménagement de deux bassins de rétention et le renforcement de la station de pompage de Lamadji ;
     
  • permettre l’accès à une eau potable de qualité dans ces quartiers grâce à la mise en place de 25 bornes fontaines ;
     
  • améliorer l’hygiène du milieu en construisant des latrines dans les écoles et centres de santé et 2000 dalles sanitaires dans la zone.

 ► Pour en savoir plus sur les projets AFD au Tchad, cliquez ici



Une Web TV spécialisée dans l'éducation en Afrique de l'ouest

30/01/2014

Web Edu TV a été inaugurée le 30 janvier, à Ouagadougou, au Burkina Faso. Par ce nouvel outil, l'internaute, qu'il soit un professionnel de l'éducation en Afrique de l'ouest, parent, décideur ou simplement intéressé par le sujet, peut découvrir des vidéos, des documents ou participer à des forums.

Présentation de la web TV par ses concepteurs

Vidéo réalisée par Manivelle Productions

Description
Web Edu TV met en ligne une série de reportages et de documentaires, nourris de réflexions et d’expériences issues d’observations, de recherches et d’expertise soulignant l’importance de l’éducation dans des processus complexes de développement des pays africains.
Il s’agit d’une base de données de reportages et documents multimédias, classés par thèmes.
Les vidéos peuvent être vues sur le site, en lecture en continu (streaming), ou téléchargées. L’internaute pourra également avoir accès à d’autres types de documents (photos, documentation, audio, liens…) sur chacun des thèmes abordés. En outre, des forums de discussion permettront aux internautes de participer à des débats et d’apporter leurs témoignages et opinions.
Pour garantir un accès au plus grand nombre, les vidéos sont encodées en haute et en basse résolution. Par défaut, les vidéos s’affichent dans un lecteur intégré, qui peut être ouvert en plein écran, ou dans une fenêtre réduite permettant de continuer de naviguer et de consulter des informations tout en regardant la vidéo. Les reportages auront des durées approximatives de 5 à 10 minutes.

Les quatre thématiques fortes 

- Accès et qualité de l'éducation

- La famille et l'école

- Les différents types d'apprentissage

- Le quotidien de maîtres et des élèves d'école primaire


Publics-cibles
Le projet Web Edu TV s’adresse en premier lieu aux professionnels de l’éducation, les chercheurs et les décideurs. Il est conçu pour donner un écho au Nord et au Sud des « voix du Sud » et ainsi garantir un droit d’expression à des acteurs peu souvent sollicités quant il s’agit de discuter des politiques d’éducation, quand bien même ils vivent – et parfois difficilement - le devenir de ces politiques.
Toujours dans cette optique de donner aux « voix du Sud » l’occasion de s’exprimer, les acteurs institutionnels représentatifs du Sud et ceux du Nord intervenant au Sud seront aussi des publics-cibles :
- Les ministres de l’Éducation nationale des pays de tournage
- Des chercheurs impliqués dans les questions d’éducation au Sud
- Des directeurs d’écoles, des inspecteurs et des directeurs régionaux des ministères de l’Éducation nationale
- Des membres d’ONG, chefs de programmes et de projets éducatifs
- Des membres d’Agence bi-et multilatérales bailleurs de fonds et partenaires institutionnels des pays de tournage
Plus généralement, Wed Edu TV s’adresse à toute personne intéressée par l’éducation en Afrique.


Ethique
- Le projet dans son ensemble n’est pas un projet commercial ou à but lucratif

- Tous les produits réalisés sont libres de droit et téléchargeables gratuitement sur le site

- Le projet Web Edu TV n’est pas un projet militant et, à ce titre, n’embrasse pas une cause, aussi noble puisse t-elle être. C’est un projet d’inspiration scientifique. Le projet veut ouvrir un espace de dialogue par rapport à des sujets souvent confinés à des cercles restreints d’experts et de décideurs

- La « neutralité » des produits est assurée dans la mesure où le projet Web Edu TV ne répond pas à des commandes de type institutionnel visant à la promotion des intérêts de tel ou tel organisme

- Le projet Web Edu TV respecte ainsi la pluralité des points de vue et accorde un droit d’expression à tous indépendamment des profils sociaux et de la qualité des intervenants.


Transfert de compétences
L’un des bénéfices de ce projet, est qu’il est à l’origine de la création d’une association, basée à Ouagadougou au Burkina Faso, qui va générer un transfert de connaissances et de compétences spécialisées

Organisation
Pour porter ce projet, une association de droit burkinabé sise à Ouagadougou (Burkina Faso) a été constituée : PAVEA, Promotion de l’Audiovisuel pour l’Éducation en Afrique. Les principaux partenaires financiers de PAVEA sont la DDC Coopération Suisse, l’Agence Française de Développement et Solidarité Laïque, ONG fortement impliquée dans les questions d’éducation au Sud, en Afrique subsaharienne notamment. Un accord de partenariat scientifique a été signé avec le CEPED (Centre Population et Développement)-Université Sorbonne Paris-Descartes.
Un comité scientifique formé de partenaires institutionnels et individuels s’assure de la cohérence et de la pertinence des contenus filmés avec les dernières évolutions de la recherche scientifique en éducation, spécifiquement celle relative aux objets traités.
Le projet est également soutenu par un comité de pilotage composé de deux Agences bilatérales de Coopération, l’Agence Française de Développement et la DDC Coopération Suisse, Solidarité Laïque et du laboratoire CEPED-Université Sorbonne Paris-Descartes.
L’équipe de base qui va piloter le projet est composée de : Éric Lanoue, sociologue, coordonnateur du comité scientifique ; membre associé de PAVEA et Jean-Claude Frisque, réalisateur-producteur, directeur de Manivelle Productions et de WEB EDU TV ; membre associé de PAVEA.
L’équipe de production est composée de : Muriel Gonçalves, coordinatrice PAVEA, un(e) rédacteur(trice) en chef, un(e) webmaster et un(e) secrétaire. Cette équipe s’appuiera sur les conseillers scientifiques et sur le comité de pilotage pour la réalisation des reportages, filmés et montés par une équipe de professionnels de l’audiovisuel, et pour la visibilité et la communication du projet. L’équipe travaillera avec la Société prestataire Manivelle Productions.
 

Contexte
Il y a plus d’une décennie, en avril 2000, se tenait le Forum Mondial sur l’Éducation de Dakar. A l’unanimité, les bailleurs de fonds internationaux en éducation et les États membres de pays dits pauvres s’entendirent sur les objectifs d’une Éducation enfin accessible à tous, dénommée Éducation Pour Tous, EPT.
2015 représente l’occasion de dresser un bilan critique de l’EPT en confrontant les objectifs à leurs réalisations, en rapprochant les discours des « décideurs » en éducation à ceux des praticiens engagés à concrétiser des réformes d’envergure. Mais aussi en écoutant simplement les parents, les élèves, les enseignants, les jeunes non diplômés, scolarisés, déscolarisés ou non scolarisés témoigner de leurs succès ou de leurs déceptions face à une distribution des savoirs toujours frappée d’inégalité, entre villes et campagnes, entre garçons et filles, entre « riches » et «pauvres ».
C’est pour contribuer à une mise en perspective et en discussion des politiques éducatives suivies à l’horizon post-2015 et pour donner la parole à leurs principaux acteurs et destinataires finaux que le projet Web Edu TV est né.



 
   
 ... 
6 
7  8  9  10   ... 
 
 
Archives

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l’installation de cookies sur votre poste, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. En savoir plus