Le Groupe AFD au Togo

L'AFD est présente depuis 1957 au Togo à travers ses actions dédiées aux secteurs clefs de développement et de croissance économique.

Découvrez les activités du Groupe AFD au Togo

Activités
Eau et assainissement

L'AFD contribue à l'atteinte de l'Objectif du Millenaire pour le Développement (OMD) identifié comme prioritaire par le gouvernement togolais.

En savoir plus

Eau
Soutien aux réformes en faveur du secteur de la santé

L'AFD participe à l'amélioration de l'acces à des soins de qualité en garantissant une ressource humaine efficace et une bonne gestion des médicaments.

En savoir plus

Santé
Aménagement urbain
Aménagement urbain, une réponse durable au développement rapide des villes

L'AFD accompagne le Togo pour une maîtrise du développement des villes.

Dév urbain
Appui au secteur privé national et régional

Soutenir le secteur productif à travers le financement des secteurs bancaire et privé (garanties et prêts non souverains)

En savoir plus

Secteur Privé
Agriculture
Agriculture
Agriculture et Sécurité alimentaire

À la une

2016, une année record pour l'AFD

11/05/2017

Avec un record 2016 de 9,4 milliards d’euros d’engagements, l’AFD investit de nouveaux chantiers, notamment en Afrique continentale.

Rémy Rioux, Directeur Général de l’AFD, a présenté ce jour les résultats de l’AFD pour l’année 2016, dans la perspective de sa stratégie pour 2020.

A la demande du Président de la République en 2015, l’AFD a nettement augmenté le volume de ses financements conformément aux objectifs de la communauté internationale (ODD, Accord de Paris sur le climat), scellé son alliance stratégique avec la Caisse des Dépôts et Consignations et étendu son champ d’intervention.
 

 

Rémy Rioux, son Directeur général, décrypte la stratégie de l’AFD : « 2016, l’année de ses 75 ans, a été marquée par l’accroissement des engagements de l’AFD, son alliance stratégique avec la Caisse des Dépôts et Consignations et le renforcement de ses partenariats avec la société civile, les collectivités territoriales, le secteur privé, les banques de développement bilatérales et multilatérales, les institutions européennes et les grandes fondations. Avec 9,4 Md€ d’engagements, l’AFD a repris une trajectoire de croissance ambitieuse pour accompagner les grandes transitions dans les pays en développement et dans les Outre-mer français. Avec sa nouvelle stratégie, l’AFD jouera un rôle moteur pour soutenir l’émergence d’un monde en commun. »

En 2015, l’AFD a reçu du Président de la République l’objectif d’accroître son activité de + 60 % d’ici 2020 pour atteindre près de 13 Mds € d’engagements annuels. En 2016, cette trajectoire de croissance est engagée.

9,4 milliards d’euros de projets ont été financés par l’AFD : c’est +13 % en 1 an.

L’Afrique, toute l’Afrique, est la priorité de l’Agence, avec près de 4 Mds € d’engagements en 2016 en hausse de +25%.

  • De 2010 à 2016, 22 milliards d’euros ont été engagés en Afrique
  • En janvier 2017, au Sommet de Bamako, le Président de la République a pris un engagement encore plus ambitieux pour l’AFD : sur les cinq prochaines années, 23 milliards d’euros seront engagés pour l’Afrique
  • Pour soutenir le développement des énergies renouvelables, l’AFD a engagé 600 millions d’euros en Afrique en 2016. Elle prévoit de leur consacrer 3 milliards d’euros d’ici 2020.

L’AFD agit dans de nouveaux pays et de nouveaux secteurs :
  

  • Argentine, Cuba, Balkans : l’AFD va élargir son champ d’intervention géographique, partout où l’accompagnement d’une banque de développement engagée et solidaire est utile.
  • La nouvelle stratégie de l’agence ouvre des chantiers d’avenir, dans des secteurs sur lesquels l’AFD n’intervenait pas ou peu jusqu’ici : la gouvernance, les industries culturelles, l’enseignement supérieur, l’innovation et le numérique, le social business, l’action extérieur des collectivités locales, l’éducation au développement et à la solidarité internationale.

L’AFD et la CDC : une alliance stratégique active sur le terrain
L’alliance stratégique entre les deux institutions, signée le 6 décembre 2016, se concrétise sur le terrain. A l’international, elle se traduit par des outils communs, comme le fonds d’investissement dans les infrastructures de 600 M€ dont la création a été annoncée récemment par les deux Directeurs généraux au Burkina Faso. En France, elle permet une collaboration plus étroite avec les collectivités territoriales et tous les acteurs du développement dans les territoires.

Pour aller plus loin, lire la présentation détaillée des résultats de l'AFD en 2016


L’action de l’AFD en 2016

Une action sur les cinq continents :

  • 50 % des engagements financiers de l’AFD dans les pays étrangers (près de 4 Mds € en 2016 soit +25% en un an) vont à l’Afrique, toute l’Afrique, priorité de l’action de l’Agence, où 84 % des moyens budgétaires accordés par l’Etat sont concentrés. Dans sa nouvelle stratégie, l’Agence considère l’Afrique comme un tout. Du Maroc à l’Afrique du Sud, du Sénégal à Djibouti, avec ses dynamiques régionales, sans séparer le Nord du Sud du Sahara.
  • 20 % en Asie et dans le Pacifique pour financer des projets sobres en carbone (1,3 Mds € en 2016)
  • 20 % en Amérique Latine et Caraïbes, en particulier au service du développement urbain durable (1,1 Mds € en 2016)
  • 10 % au Proche et Moyen-Orient : pour financer une croissance inclusive et résiliente (741 Millions € en 2016)

L’AFD a également consacré 1,6 Md€ en 2016 au financement des Outre-mer français.

Les marqueurs de l’action de l’AFD : 6 x 50%

L’AFD, banque de développement de la France, solidaire et engagée au service des populations des pays du Sud et de l’Outre-mer, agit avec 6 marqueurs forts :

  • 50% de ses engagements à l’étranger sont en Afrique
  • 50% de son activité concerne des pays et territoires francophones
  • 50% de ses projets ont des impacts positifs sur le climat
  • 50% de ses projets contribuent à la réduction des inégalités de genre
  • 50% de ses bénéficiaires sont des acteurs non-étatiques (entreprises publiques et privées des pays du Sud, collectivités locales, établissements publics, ONG, banques)
  • 50% de ses projets sont menés en cofinancement avec d’autres bailleurs

L’AFD finance des trajectoires de croissance durable contribuant aux cinq transitions majeures dans lesquelles les pays en développement, comme les pays développés, sont engagés : transitions démographique et sociale, transition territoriale et écologique, transition énergétique, transition numérique et technologique, transition politique et citoyenne.

Des solutions qui génèrent des impacts positifs pour les populations

En 2016, l’AFD a financé 657 projets de développement, qui ont notamment permis :

  • d’améliorer le transport urbain en Nouvelle-Calédonie ;
  • de gérer les tensions entre populations hôtes et réfugiées au Liban et en Jordanie ;
  • de construire l’autonomie électrique du Burkina Faso ;

Des projets aux impacts concrets mesurables chaque année. En moyenne depuis 5 ans : 

  • 730 000 exploitations agricoles familiales soutenues ;
  • 665 MW d’énergies renouvelables installés ;
  • un accès à l’eau et à l’assainissement amélioré pour 1, 2 million de personnes ;
  • 54 000 PME appuyées ;
  • 832 000 enfants scolarisés.

Accéder à l'infographie   



Santé | Appui à la gestion des ressources humaines

07/04/2017

Gestion des ressources humaines en santé et gestion des médicaments, voilà deux défis majeurs qui entravent le développement du secteur de la santé au Togo. Le Projet d’appui à la gestion des ressources humaines en santé et du médicament (PAGRHSM) est l’un des plus importants programmes de réforme du secteur, mis en place par les autorités du pays. L'enjeu de la réforme : améliorer la qualité, la disponibilité et la gestion des ressources humaines et des médicaments essentiels pour permettre un fonctionnement efficace du système de santé et une amélioration des soins. Sa finalité : mieux répondre aux attentes des populations en matière de soins de santé.

Articulé autour de trois composantes, le PAGRHSM vise essentiellement à développer des capacités de gestion des ressources humaines aux niveaux central et régional du Ministère de la santé, consolider et améliorer la performance du système d’approvisionnement des médicaments essentiels et génériques ainsi que les principales fonctions de régulation du secteur pharmaceutique, améliorer l’enseignement, notamment universitaire en intégrant le dispositif LMD dans les filières de formations des professionnels de santé. Le projet a permis la construction ou réhabilitation et l’équipement sur le territoire de plusieurs infrastructures essentielles : laboratoire et direction de la pharmacie, approvisionnement pharmaceutique, pharmacies régionales d’approvisionnement CAMEG de Dapaong, Sokodé, Tsévié et Kpalimé, écoles de formation (auxiliaires médicaux, auxiliaires en pharmacie, sages-femmes, aides sanitaires).
 
 
Le projet dans sa globalité est estimé à 8 millions d’euros entièrement financé par l’AFD. Une partie des fonds a servi à l’octroi des bourses d’études aux professionnels de santé, au renforcement des compétences des formateurs et à la réhabilitation des infrastructures de l’Ecole nationales des auxiliaires médicaux et de l’Ecole nationale des sages-femmes (de Lomé et Kara).
 
Une mission de terrain dans le nord, composée des équipes de l’AFD et du Service de coopération et d’actions culturelles, conduite par l’ambassadeur de France au Togo, a visité le mercredi 8 mars dernier, les ouvrages réalisés par le PAGRHSM dans les écoles nationales des sages-femmes et des auxiliaires médicaux de la ville de Kara. En effet ces deux structures de formation ont bénéficié dans le cadre de ce programme des appuis sur plusieurs volets : infrastructures et équipements (construction des amphithéâtres, réhabilitation des salles de classes, apport en mobiliers, véhicule de transport et équipement pédagogiques et informatiques) ; renforcement de compétences (octroi des bourses de spécialisations aux étudiants, plusieurs enseignants ont bénéficié d’une formation diplômante).
 
Plusieurs autres actions ont été menées dans la mise en œuvre de ce projet. Sur le plan pédagogique, le ministère de la Santé et de la protection sociale a bénéficié d’un appui technique pour la mise en conformité de licences professionnelles en soins infirmiers et en soins gynéco-obstétriques avec le système LMD, selon l’approche par compétence. Le projet a appuyé l’élaboration et l’édition des référentiels pédagogiques et de carnet de stage adaptés aux compétences.
 


L’enseignement secondaire désormais plus accessible à la communauté d’Agbatitoé !

15/03/2017
Insuffisance d’infrastructures scolaires, de matériels didactiques, d’enseignants… L’école togolaise est confrontée à de nombreux problèmes. L’enseignement est ainsi devenu une priorité pour le Togo, soutenu dans ses efforts par l’AFD. Dans la petite ville d’Agbatitoé, c’est un collège flambant neuf qui permettra aux jeunes de poursuivre leurs études dans de meilleures conditions.
 
L’école pour tous au Togo
 
La communauté d'Agbatitoé, une localité de la préfecture de Haho dans la région des Plateaux, est désormais dotée d’un collège d’enseignement général flambant neuf ! L'établissement scolaire, inauguré dans le cadre d'une visite terrain de l'ambassadeur de France au Togo, est le fruit du projet d’appui à la réforme du collège (PAREC) soutenu par l'AFD.
 
Depuis plus de trois ans, l’AFD accompagne ainsi les autorités togolaises dans la mise en œuvre du Plan sectoriel de l’éducation à travers le financement de ce programme à hauteur de 8 millions d'euros.
 
Le projet entend améliorer les capacités d’accueil des collèges, l’équité, la qualité et la gestion locale participative dans les régions cibles (Maritime et Plateaux). Il poursuivra l’appui au plan de relance de la formation initiale des instituteurs et de renforcement du ministère de l’Éducation.
 
 
La scolarisation des filles au cœur de l’action
 
La deuxième partie du projet mêle un accès élargi à l’éducation et un accent mis sur la scolarisation des filles, autre enjeu fort en région où les disparités entre garçons et filles sont frappantes. Spécifiquement, le projet permettra :
  • d’augmenter les capacités d’accueil de l’enseignement général dans les deux régions prioritaires (Maritime et des Plateaux) par la construction des infrastructures scolaires de proximité en approche communautaire ;
  • et de promouvoir l’équité par la mobilisation sociale dans les collèges de ces régions pour la scolarisation des filles.
 
Au total, 30 collèges seront construits dans les deux régions (15 collèges par région), tous équipés d’un ouvrage d’eau potable. Trois d’entre eux, comme celui d’Agbatitoé, ont été déjà construits dans les Plateaux.
 
La visite de l’ambassadeur a également permis de découvrir d’autres infrastructures financées par la France dans cette région. Elle a surtout permis la mise en place d’un espace de dialogue permanent et d’échanges entre les bénéficiaires et l’ambassade.
 
La cérémonie d'inauguration s'est déroulée en présence du ministre de l'Enseignement primaire, secondaire et de la Formation professionnelle et de représentants des ONG Aide et Action et Plan international Togo , toutes deux partenaires du PAREC.
 
Le ministre et l'ambassadeur de France à la coupure du ruban - © AFD 2017


Santé | Un centre flambant neuf au service de la qualité des diagnostics et de la biologie médicale

22/02/2017
Le Togo peut désormais compter sur un lieu dédié à la biologie clinique : le Centre de la division de la pharmacie, des laboratoires et du médicament, qui a vu le jour le 16 février dernier. Partie intégrante d’un programme régional de la Fondation Mérieux , le centre permettra de renforcer le secteur du laboratoire médical.
 
Un secteur de la biologie médicale structuré pour faire face aux maladies infectieuses
 
Le nouveau Centre de la division de la pharmacie, des laboratoires et du médicament (DPML) comprendra également un centre de formation continue pour les professionnels de la biologie médicale et une unité d’évaluation externe de la qualité des laboratoires.
 
À l’origine de cette construction, une problématique : alors même qu’un système de laboratoires de biologie fournissant services de qualité est une condition essentielle pour améliorer la santé des populations, le diagnostic est un domaine sous-traité par les gouvernements et bailleurs internationaux.
 
 
Un réseau régional pour de meilleurs diagnostics
 
L’importance de la création d’un centre de formation et d’une unité d’évaluation externe de la qualité des laboratoires n’en ressort que mieux. Ces deux entités entrent dans le cadre du projet de Réseau d’Afrique de l’Ouest des laboratoires d’analyses biologiques , plus connu sous le nom de RESALOAB+. 
 
Ce projet, mis en œuvre par la Fondation Mérieux , est le premier programme régional à apporter une réponse à la problématique de la performance des systèmes de laboratoires de biologie.  
L’AFD est le principal soutien financier de ce projet (5 millions d’euros sur un total de 8 millions). 
 
 
Une surveillance accrue des épidémies
 
Le réseau couvre sept pays de l’Afrique de l’Ouest (dont le Togo) et est voué à renforcer le secteur du laboratoire médical dans une perspective sous-régionale. 
 
Ses impacts :
  • Il contribue à l’amélioration de la qualité des diagnostics, permettant une prise en charge plus adaptée des patients et la réduction des coûts aussi bien pour le système de santé que pour le patient ;
  • Il permet la mise en place d’un système de surveillance épidémiologique solide avec une notification des cas précoces, un dispositif essentiel pour tenter de stopper la chaîne de transmission des maladies à potentiel épidémique.  
 
Ressources humaines, médicaments… L’AFD partenaire du Togo pour un système de santé efficace
 
Quant aux bâtiments administratifs de la division de la pharmacie, des laboratoires et du médicament, ils s’inscrivent dans le cadre du projet d’appui à la gestion des ressources humaines et du médicament , financé par l’AFD et clôturé en décembre dernier. Une initiative qui prend sa source dans le déficit de capacités en matière de ressources humaines en santé et la mauvaise gestion des médicaments, deux phénomènes qui entravent le développement sanitaire.
 
L’un des axes du projet : l’optimisation des principales fonctions de régulation du secteur pharmaceutique.  
 
Afin d’atteindre cet objectif, de nombreuses activités de renforcement du secteur ont été menées en parallèle à la construction du nouveau centre, comme :
  • le renforcement des capacités de l’autorité de régulation du médicament et la formation des équipes ;
  • l’aménagement du cadre réglementaire ;
  • ou encore la mise à jour de la politique pharmaceutique nationale
Le projet a également contribué à consolider et améliorer la performance du système d’approvisionnement des médicaments essentiels et génériques gérés par la Centrale d’achat dédiée du Togo. Des actions en faveur de la réforme du secteur de la santé togolais et qui démontrent un engagement constant de l'AFD .
 
La cérémonie d’inauguration s’est déroulée en présence du ministre de la Santé et de la Protection sociale, le Pr Moustafa Mijyawa, de l’ambassadeur de France au Togo Marc Fonbaustier, du directeur de l’AFD Lomé Benoît Lebeurre et du directeur général de la Fondation Mérieux Benoît Miribel.
 
 
 
 
Le ministre de la Santé et de la Protection sociale coupant le ruban
- © AFD 2017
 
En images, les officiels ayant pris part à l'inauguration - © AFD 2017

 



L'AFD et la BOAD : 43 ans de collaboration et une nouvelle ligne de crédit

15/12/2016

Cette nouvelle ligne de crédit vient renforcer le partenariat financier et technique qui lie ces deux institutions depuis près de 43 ans, pour permettre notamment :

  • La consolidation de l’activité concessionnelle de la BOAD en faveur de projets auprès de ses États-membres.
  •  La mise en place d’une fonction de pilotage financier. Avec l’appui de l’AFD, de nombreux chantiers ont été réalisés depuis septembre 2013 par la BOAD pour accompagner sa stratégie de développement et de formation.

A l’occasion de l’anniversaire des 75 ans de l’AFD à Paris, Rémy Rioux, Directeur Général de l’AFD et Christian Adovelande, Président de la BOAD ont signé une convention de crédit de 100 millions d'euros.

Cette convention fait suite à la signature d'un protocole d’accord entre l’AFD et la BOAD courant septembre 2016 en présence de Michel Sapin, Ministre de l’Économie et des Finances.


Le fruit de plus de 40 ans de collaboration

L'AFD et la BOAD entretiennent depuis plus de quarante ans un partenariat historique, multiforme et novateur en termes financier, technique et de renforcement des capacités ;

L'AFD a octroyé à la BOAD plusieurs concours financiers accompagnés pour la plupart de subventions dédiées au financement d'assistance technique. Ces subventions ont permis à la BOAD de réaliser des avancées dans les domaines tels que la mise en place de procédures anti-blanchiment, la politique environnementales et sociale,  le renforcement de son rôle structurant sur la marché financier régional, le renforcement de capacités de ses équipes de l'unité organisationnelle en charge du financement des projets du secteur public et le financement d'études ;

Un accord de partenariat a été signé en mars 2014 entre la BOAD et l'AFD afin de renforcer le partenariat stratégique et opérationnel entre les deux institutions par une concertation autour de sujets d'intérêt commun, un dialogue sectoriel approfondi et des réalisations communes ;

En 2016, les institutions de l' UEMOA   ont entre autres pris des mesures qui permettent de renforcer le guichet Fonds de développement et de Cohésion (FDC) de la BOAD à travers notamment la création d'un fonds de bonification au niveau communautaire par décision du Conseil des Ministres de l'UEMOA le 17 décembre 2015. Cette nouvelle ligne de crédit, de 100 millions d'euros, signée en fin d’année vient à point nommé pour participer à consolider la reprise du FDC.



Demain le film au Togo : un film pour la planète

14/12/2016

Ils étaient plus de 150 personnes à assister le 1er décembre dernier à la projection du film Demain, un documentaire résolument positif qui nous appelle à chercher dès maintenant des solutions aux crises que connaît notre planète.

Le film en bref

Qu’est-ce qui peut être à l’origine des dérèglements climatiques et des troubles socio-économiques que connaît actuellement le monde ? C’est la question à laquelle tente de répondre le film Demain.

 

 

Affiche du film de Cyril Dion et Mélanie Laurent
 
 

À la suite de la publication d’une étude annonçant la possible disparition d’une partie de l’humanité d’ici 2100 , les réalisateurs Cyril Dion et Mélanie Laurent partent enquêter à travers dix pays pour comprendre ce qui pourrait provoquer cette catastrophe, et surtout, comment l’éviter.

Au cours de leur aventure, ils rencontreront les pionniers qui réinventent l’agriculture, l’énergie, l’économie, la démocratie et l’éducation. En mettant bout à bout ces initiatives positives et concrètes qui fonctionnent déjà, ils commencent à voir émerger ce que pourrait être le monde de demain…

 
 
« Dénoncer n’est pas suffisant, il faut raconter une nouvelle histoire »
           
 

 

« Avec ce film, nous voulions montrer qu’un autre monde est possible. Que nous ne sommes pas obligés de subir les catastrophes annoncées. Que nous connaissons déjà la plupart des solutions.

Et que pour nous mettre en action, nous avons non seulement besoin de comprendre, d’être émus mais également d’imaginer l’avenir.

Dénoncer n’est plus suffisant, nous avons désormais besoin de nous raconter une nouvelle histoire, suffisamment inspirante pour nous donner envie de nous retrousser les manches et construire ce monde nouveau dès aujourd’hui ».

Cyril Dion et Mélanie Laurent, réalisateurs du film

 
 
Pour l'AFD, un outil de sensibilisation au développement durable
 
César 2016 du meilleur documentaire, Demain est soutenu financièrement par l’AFD et a été projeté à l’ouverture de la COP21. 
 
Les différentes questions qu’il soulève font directement écho aux enjeux du développement durable qui sont au cœur de la mission de l’AFD.
 
La projection organisée par l’agence de Lomé dans les jardins de l’Institut Français du Togo a rassemblé des représentants de la mairie de Lomé et de nombreux acteurs du développement au Togo.
 
 
 
Les invités à la projection - © AFD Noël Améblé
 
 
L'AFD encourage vivement la diffusion de ce film porteur de solutions. Des DVD de Demain ont ainsi été envoyés aux partenaires techniques et financiers.
 
De son côté, le directeur de l’agence de Lomé, lors d’une récente mission Éducation, a remis un exemplaire aux directeurs des six Écoles nationale des instituteurs du pays, en rappelant le rôle majeur que ces écoles auront à jouer en matière de formation aux futurs enseignants pour le Togo.



 
 
1 
2  3  4  5   ... 
 
 
Archives

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l’installation de cookies sur votre poste, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. En savoir plus