Amélioration de la sécurité transfusionnelle

Le sang sécurisé et mis en poches pour utilisation - © CNTS
 
Au Togo, l’épidémie de VIH/SIDA gagne du terrain. La prévalence du VIH dans la population togolaise a dépassé les 3 % et l'on estime que plus de 150 000 personnes de 15 à 49 ans seraient infectées par le VIH.
Dans ce contexte, l’accès à du sang de qualité évitant les risques d’infections (paludisme, VIH/SIDA, hépatites) constitue un enjeu primordial de santé publique. L’extension et la modernisation du système transfusionnel existant devient une des priorités du secteur de la santé.
 
 
Objectifs

Le projet vise à améliorer l’accès des populations à des produits sanguins de qualité. Le projet participe également au renforcement des capacités nationales de lutte contre le VIH/SIDA.
 

Contenu – Exécution

Le projet est structuré autour de 2 composantes :

  • Composante 1 : amélioration de l’accès des populations à des produits sanguins de qualité - Le projet finance la réalisation d’investissements physiques : réhabilitation et équipement du Centre national de transfusion sanguine de Lomé, construction et équipement d’un centre régional de transfusion sanguine (à Sokodé) et de plusieurs postes de collecte et de distribution de sang à l’intérieur du pays. Le projet a financé la mise en place d’expertises techniques et la réalisation de nombreuses actions de formation des personnels et de promotion du don de sang. 

  • Composante 2 : renforcement des capacités nationales dans la lutte contre le VIH/SIDA - Le renforcement des capacités nationales de lutte contre le VIH/SIDA a pris la forme d’une assistance technique en appui au Programme national de lutte contre le SIDA (PNLS). Au sein de cette structure, l’expert en poste de septembre 2007 à juillet 2009 a contribué à la préparation et à la mise en œuvre des projets financés au Togo par le Fonds mondial et à la préparation d’un concours exceptionnel de 750 000 € octroyés par l'AFD en 2009 pour assurer la fourniture de médicaments antirétroviraux à plus de 6 000 personnes vivant avec le VIH et dont le traitement risquait d’être interrompu faute de réapprovisionnement de médicaments disponibles.
     
 
Le nouveau bâtiment du centre de tranfusion sanguine de Lomé - © CNTS
 
Plan de financement
 
Le coût total du projet est de 3,85 M€ entièrement financé par l'AFD.

Les fonds apportés par l’Agence permettent ainsi de soutenir le Centre national de transfusion sanguine (CNTS) et les autres établissements du système national de transfusion à hauteur de 3,45 M€ et d’appuyer le PNLS à hauteur de 0,4 M€.

Des compléments sont apportés par le Gouvernement du Togo sous forme de budgets de fonctionnement alloués aux structures soutenues par le projet et de salaires des fonctionnaires et agents affectés au sein du PNLS et des établissements du système national transfusionnel.
 
 
Impacts 
 
Composante 1 :

- Renforcement et amélioration de la disponibilité et de la qualité des prestations de transfusion, grâce notamment à une meilleure couverture du système national de transfusion sanguine soutenu par le projet (construction/ réhabilitation et équipements de 6 nouvelles structures de collecte et de distribution de produits sanguins), et à un abaissement du prix de cession des produits sanguins.

- Formation de nombreux cadres et personnels de santé du système de transfusion sanguine togolais.
 
Composante II : participation active de l’expertise financée par le projet à la préparation de la requête du Togo auprès du 8ème appel à projets du Fonds mondial de lutte contre le Sida (requête approuvée en octobre 2009).
 
 
Fiche technique

Financement : AFD 

Bénéficiaires : Ministère de la Santé / CNTS et PNLS

Montant total financé par l’AFD : 3,85 M€, soit 2,52 Milliards de FCFA 

Forme de concours : subvention 

Statut du projet : en exécution, convention signée le 05 avril 2007

Numéro de projet : CTG 3004

Mise à jour en août 2012

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l’installation de cookies sur votre poste, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. En savoir plus