L'AFD en Amérique latine et dans les Caraïbes

     

À la une

Pour ses 75 ans, l’AFD réunit le monde du développement à Paris autour d’une ambition renouvelée

29/11/2016

Sous le haut patronage et en présence du Président de la République François Hollande, l’AFD fêtera le 6 décembre 2016 son 75ème anniversaire au musée du quai Branly-Jacques Chirac , point d’orgue d’une semaine de réflexions et d’échanges et en présence de nombreux grands témoins.

Dans un monde en commun, interdépendant, qui s’affirme chaque jour davantage, les pays innovent et partagent les solutions pour soutenir des trajectoires de croissance durables aux bénéfices mutuels. L’AFD, forte de son mandat, de son histoire et de son nouveau partenariat avec la Caisse des Dépôts et Consignations (CDC), met en oeuvre l’ambition de la France en matière de développement, dans un cadre d’action international profondément renouvelé par les Objectifs de développement durable et l’Accord de Paris sur le climat.

À l’occasion de cet événement, qui réunit les principaux partenaires de l’Agence et des personnalités du monde entier, son Directeur Général Rémy Rioux présentera les axes du nouveau projet de l’AFD.

« A l’heure où l’AFD célèbre son anniversaire, le paysage du développement connaît un profond bouleversement. L’AFD veut être le premier bailleur à intégrer cette transformation, dans ses moyens, ses pratiques, ses partenariats avec tous les acteurs. De la Caisse née de la France libre en 1941 au soutien des start-uppers et des pays vulnérables, les missions de l’AFD ont considérablement évolué en trois générations. Et nous allons à nouveau changer d’échelle pour être à la hauteur des défis démographiques, territoriaux, écologiques, numériques et citoyens, avec des fonds propres doublés, des dons en hausse ou encore le rapprochement avec la CDC. L’AFD veut mettre en scène l’engagement et la formidable compétence de tous ses partenaires le 6 décembre au quai Branly », déclare Rémy Rioux.

Cliquez pour découvrir le programme des 75 ans de l'AFD (#75ansAFD)

 

L'agenda des 75 ans de l'AFD

  • Mardi 6 décembre à 16 heures :

Cérémonie anniversaire et clôture par le Président de la République François Hollande .

Signature de l’alliance stratégique avec la Caisse des Dépôts et Consignations.

75 ans d’engagement au service de l’APD avec de nombreuses personnalités.

Sur invitation exclusivement

 

La chanteuse malienne Inna Modja , marraine des 75 ans de l’AFD, très engagée dans le dialogue des cultures et pour les droits des femmes, ouvrira la cérémonie. Avant l’intervention du Président de la République, Rémy Rioux tracera les nouvelles perspectives stratégiques de l’AFD. L’alliance stratégique entre l’AFD et la Caisse des Dépôts et Consignations sera signée à cette occasion.

De grands témoins et personnalités du monde entier décrypteront auparavant les enjeux d’un monde interdépendant et témoigneront sur les solutions possibles.


Se succèderont à la tribune Michaëlle Jean, Secrétaire générale de la Francophonie, Nicolas Hulot, mais aussi, Bill Gates, Luvuyo Mandela, arrière-petit-fils de Nelson Mandela fortement impliqué dans l’entreprenariat social, Hindou Oumarou Ibrahim, tchadienne, combattante pacifique contre le réchauffement climatique et les droits des femmes, Makhtar Diop, vice-président de la Banque Mondiale, Tony Elumelu, le banquier aux 1000 entrepreneurs africains, des entrepreneurs comme Rania Belkahia, DG d’Afrimarket, ou Wala Kasmi, lauréate tunisienne de la France s’engage au Sud, le Dr Kamel Mohanna de l’ONG libanaise Amel, Philippe Jahshan, Président de Coordination SUD, Carlos Moreno, spécialiste franco-colombien des Human smart cities, Eric Scotto, PDG de Akuo Energy, Didier Robert, sénateur et Président de la région de La Réunion et bien d’autres.

 


Pour la presse le 6 décembre 2016, accréditation obligatoire auprès de :
presse75ans@afd.fr
Un point presse de Rémy Rioux, Directeur Général de l’AFD, est prévu à 19h15


 

Rappel du programme complet

Lancement de la semaine des célébrations en présence du Dr Akinwumi Adesina, Président de la Banque africaine de développement, le 30 novembre à l’Agence Française de Développement

 

  • Mercredi 30 novembre de 9h00 à 18h30 2016 à l’Auditorium Mistral (AFD)

Colloque historique sur l’Agence, ses origines, ses partenaires et ses terrains, 75 ans d’engagement

Au moment où l’AFD se voit ouvrir de nouvelles perspectives, l’AFD convie de nombreuses personnalités du monde académique (chercheurs, historiens, universitaires), à présenter les résultats de leurs recherches, témoigner et débattre. Un retour sur l’histoire qui permettra, avec films d’archives et photos à l’appui, d’appréhender dans le temps long les déterminants des politiques publiques que l’AFD sert depuis 75 ans.

 


Pour la presse le 30 novembre 2016, accréditation obligatoire auprès de : presse75ans@afd.fr


 

  •  Jeudi 1er et vendredi 2 décembre 2016

Conférence académique internationale « Communs et développement » : quels apports et limites des communs pour l’aide au développement ? Parc floral à Vincennes.

Ouverte par Thierry Mandon, secrétaire d’Etat chargé de l’enseignement supérieur et de la recherche, présidée par Gaël Giraud, économiste en chef de l’AFD, cette 12ème Conférence Internationale sur le Développement a pour objectif de rassembler et faire dialoguer et chercheurs et praticiens, sur l’articulation entre les « Communs » et les dynamiques de développement, en faisant appel à une pluralité de grilles d’analyse et de disciplines. La conférence verra les témoignages d’acteurs et chercheurs Ravi Kanbur (Université de Cornell), Amy Dahan (CNRS-EHESS), Eduardo S. Brondizio (Université d’Indiana), Chimère Diaw (Réseau Africain des Forêts Modèles) et Christophe Sand (Institut d’Archéologie de la Nouvelle Calédonie et du Pacifique).


Pour la presse les 1er et 2 décembre, accréditation obligatoire auprès de :
presse75ans@afd.fr
Point presse avec Gaël Giraud, économiste en chef de l’AFD,
jeudi 1er décembre à 13h autour d’un buffet (S’inscrire par retour de mail)


 

  • Lundi 5 décembre 2016 de 8h30 à 19h00 au Palais Brongniart

Conférence « Les Outre-mer en transitions : quelles stratégies pour demain ? »

Cette journée, en présence d’Ericka Bareigts, Ministre des Outre-mer*, permettra de faire le point sur les enjeux économiques, sociaux et environnementaux des territoires d’Outre-Mer, dans lesquels l’AFD est très active et à un moment où ils sont particulièrement confrontés aux défis du réchauffement climatique, au coeur des enjeux des ODD. Cette conférence intervient en conclusion d’un cycle de conférences organisées localement en Guadeloupe, Guyane, Martinique, Mayotte, Nouvelle-Calédonie, Polynésie française et à La Réunion par les agences de l’AFD. Elle verra l’intervention de nombreux acteurs clés des Outre-mer (collectivités locales, ministères, socioprofessionnels, chercheurs, associations, etc.) sur les relais de développement durable et les perspectives économiques des Outre-mer, tandis que les 70 ans de la départementalisation, les travaux sur l’égalité réelle et la perspective des élections présidentielles de 2017 constituent un contexte propice au débat public.
*à partir de 18h


Pour la presse, le 5 décembre, accréditation obligatoire auprès de
presse75ans@afd.fr


 



Ouverture des bureaux de l'AFD à Cuba

26/10/2016

L’AFD a ouvert ses bureaux à la Havane, le 25 octobre 2016, à l’occasion d’une cérémonie inaugurale introduite par le Directeur général adjoint de l’AFD, Philippe Bauduin en présence du Secrétaire d’Etat chargé du commerce extérieur, de la promotion du tourisme et des français de l’étranger, Matthias Fekl, de son homologue cubain, le Ministre Rodrigo Malmierca,  et du Conseiller spécial Amérique latine de l’Elysée, Jean-Pierre Bel.

L’ouverture officielle de l’agence dans le pays intervenait à l’issue de la signature d’un accord entre les deux gouvernements daté du 29 juillet 2016 sur les conditions d’exercice des activités du groupe de l’AFD à Cuba. Elle avait été annoncée par le Président François Hollande dès sa visite officielle à Cuba, en mai 2015 et confirmée le 1er février 2016 durant la visite d’Etat du Président Raúl Castro en France.

Le directeur de l’agence de Cuba, Calogero Sciandra, aura pour mission de développer des projets de coopération dans les secteurs identifiés, par les deux pays, comme prioritaires: énergies renouvelables, eau et assainissement, tourisme, développement urbain, agriculture et agro-alimentaire et transports.

L’AFD financera des investissements au moyen de prêts à long terme à conditions préférentielles. Elle accordera également des subventions pour la réalisation d’études, d’actions de formation et de coopération technique. Elle prévoit par ailleurs de travailler en étroite concertation avec la Délégation de l’Union européenne pour développer des projets communs à Cuba.

Plusieurs projets ont déjà été identifiés, dont un dans le secteur agricole qui pourrait faire l‘objet d’une décision de financement dès cette année.

 


Contact AFD à Cuba : Calogero Sciandra ► sciandrac@afd.fr, directeur du bureau de la Havane, Centro de Negocios de Miramar, Edificio Santiago.
 



Un accord intergouvernemental entre la France et Cuba fixe les conditions d’exercice des activités de l'AFD dans ce pays

01/08/2016

Jean-Marie Bruno, ambassadeur de France à Cuba et Rodrigo Malmierca Díaz, ministre cubain du Commerce extérieur et des investissements étrangers, ont signé le 29 juillet 2016, au siège du ministère du Commerce extérieur, un accord intergouvernemental entre la France et Cuba sur les conditions d’exercice par le groupe AFD de ses activités dans le pays et sur le statut de son futur bureau de représentation. Le Groupe AFD comprend l’Agence française de développement, qui soutient principalement des projets d’investissement publics, sa filiale Proparco, qui finance des projets privé, et son université d’entreprise le CEFEB.

Cet accord, fait suite à la Déclaration de coopération entre l’Agence et le Ministère signé à Paris le 1er février 2016 durant la visite d’Etat du Président Raúl Castro en France.

A la suite de la visite du Président Hollande à Cuba en mai 2015, l’AFD avait été mandatée par le ministère des Affaires étrangères et par le ministère des Finances pour commencer à instruire des projets. L’AFD a ainsi commencé à identifier, avec le ministère cubain du Commerce extérieur et de l’investissement étranger, un certain nombre de projets susceptibles d’être étudiés en 2016 et en 2017. Après la signature de l’accord bilatéral relatif au traitement de la dette, également intervenue durant la visite du chef de l’Etat cubain en France, l’AFD a été formellement autorisée à intervenir à Cuba.

La signature de cet accord ouvre ainsi la voie à l’octroi de financements dans les domaines définis d’un commun accord comme prioritaires : énergies renouvelables, eau et assainissement, tourisme durable, développement urbain, agro-alimentaire et transports. L’AFD va en outre pouvoir ouvrir un bureau de représentation à la Havane – ouverture prévue avant la fin de l’année 2016.

L’AFD financera des projets concourant au développement de Cuba dans les secteurs mentionnés, au moyen de prêts à long terme à conditions financières préférentielles. Elle mobilisera d’autres sources de financement sur subvention pour la réalisation d’études ou la mise en place d’actions de renforcement de capacités en lien avec ces mêmes projets.
 



L’AFD et l’Agence universitaire de la Francophonie renouvellent leur collaboration au service de la francophonie universitaire

20/07/2016

L’AFD et l’ Agence universitaire de la Francophonie (AUF) ont signé ce jour un accord de partenariat engageant les deux institutions à mener, pour la durée d’une année, des opérations communes en vue de valoriser le réseau des établissements d’enseignement supérieur de l’espace francophone.


L’AFD était représentée par M. Philippe Orliange, Directeur exécutif, en charge de la Stratégie, des Partenariats et de la Communication et l’Agence universitaire de la Francophonie (AUF), représentée par son Recteur, le Professeur Jean-Paul de Gaudemar, en présence de M. Gaël Giraud, Chef économiste de l'AFD 

 

L’AFD et l’AUF possèdent des valeurs communes de solidarité, d’ouverture et d’appui au développement

La réflexion partagée de l’AFD et de l’AUF se concrétisera par des actions menées en commun et  portera sur la veille stratégique et scientifique, le numérique éducatif et le transfert de technologies, la gouvernance universitaire, la cartographie de l’expertise universitaire francophone ainsi que l’insertion professionnelle des jeunes diplômés et l’entreprenariat.

Les zones géographiques prioritaires dans lesquelles s’inscrit le partenariat de l’AFD et de l’AUF sont l’Afrique subsaharienne et l’Amérique latine – Caraïbes.

AFD-AUF : Six années de collaboration au service de l’éducation

L’AUF et l’AFD sont, depuis 2010, partenaires sur des appuis régionaux en faveur de la qualité de l’éducation, autour de la formation continue des enseignants du primaire et du secondaire, en s’appuyant sur les acquis de la recherche et à travers l’usage des technologies de l’information et de la communication pour l’éducation.

 


A propos de l' Agence universitaire de la Francophonie
L’Agence universitaire de la Francophonie est une association mondiale d’universités francophones. Elle regroupe plus de 800 établissements universitaires sur les cinq continents dans plus de cent pays. Elle est l’opérateur spécialisé de la Francophonie pour l’enseignement supérieur et la recherche. Elle a pour mission de soutenir les stratégies de développement de ses établissements membres, acteurs du développement et de promouvoir la communauté scientifique francophone pour qu’elle devienne une référence internationale et apporte sa contribution aux enjeux mondiaux (changement climatique, pauvreté, agriculture, sécurité alimentaire, santé, droit,...). Pour conduire ses actions, l’AUF développe des partenariats avec différentes organisations (UNESCO, UE, ONG, entreprises du secteur privé...). M. Jean-Paul de Gaudemar est le Recteur de l’AUF.
Pour plus d’informations : www.auf.org



L’AFD soutient le projet de l'ONG AIDES au Suriname et en Guyane pour un montant de 570 117 euros

16/06/2016

 

Le Comité spécialisé du Conseil d’Administration de l’AFD pour l’appui aux initiatives des ONG s’est réuni le 14 juin 2016. Il a approuvé l’attribution de subventions pour 25 nouveaux projets, et a notamment alloué 570 117 euros à l'ONG française AIDES pour un projet visant à améliorer l’accès à la prévention, au dépistage et à la prise en charge des populations frontalières de Guyane et du Suriname en matière de VIH/sida.

L’Agence française de développement a attribué une subvention de 570 117 € (soit 50% du montant total du projet) sur trois ans pour le financement d’un projet porté par AIDES visant l’amélioration de l’accès à la prévention du VIH/sida, au dépistage et à la prise en charge des populations frontalières de Guyane et du Suriname avec le développement de l’approche communautaire en santé.

Ce projet a pour objectif de mettre en place une dynamique transfrontalière entre deux partenaires, AIDES et la Croix Rouge Surinamaise, afin d’améliorer l’offre de prévention et de soins sur les fleuves Maroni et Cottica, et dans les villes d’Albina et Moengo. Près de 10 000 habitants du fleuve seront directement bénéficiaires des actions du projet (dépistage, sensibilisation, accompagnement à la prise en charge thérapeutique). Une soixantaine d’acteurs intermédiaires clés de la vie sociale et culturelle (responsables politiques, tradipraticiens, autorités, religieuses…) seront également informés et formés sur la maladie et ses modes de transmission.

Pour plus d'information, cliquez ici.



Grossesses non désirées : comprendre, agir

06/06/2016

Chaque année, 80 millions de femmes font face à une grossesse non désirée. 22 millions prennent le risque d’un avortement non médicalisé : 47 000 y laissent la vie. Pourtant, tous les moyens pour éviter ces décès sont disponibles.
Depuis 2014, Médecins du Monde répond aux besoins des femmes, des couples et des adolescent.e.s, au  Burkina Faso, en Côte d’Ivoire, en  Haïti, à  Gaza, au Pérou et en RDC, avec le soutien de l’AFD.  Ces projets sont menés en partenariat avec des organisations locales et les autorités sanitaires.

L’avortement non médicalisé, 3ème cause de mortalité maternelle

Si de plus en plus d’Etats intègrent l’accès à la contraception comme une priorité, ces efforts ne se traduisent pas toujours par la disponibilité des services et les systèmes de santé continuent d’exclure certaines catégories de femmes, notamment les femmes non mariées et les adolescentes. L’avortement non médicalisé, 3eme cause de mortalité maternelle, représente un enjeu de santé publique et véritable frein au développement économique et social.

Aujourd’hui, 225 millions de femmes qui souhaiteraient éviter ou différer une grossesse n’ont toujours pas accès à la contraception. Médecins du Monde soutient activement le droit de toute femme à recourir à une méthode contraceptive sûre et efficace pour éviter une grossesse non désirée et avoir accès à une interruption volontaire de grossesse (IVG) sans risque et légale, le cas échéant.

Comment agir efficacement ?

Médecins du Monde opère à 3 niveaux :

1- Renforcer l’offre de soins en matière de contraception et de prise en charge des avortements
Ainsi, au Burkina Faso, les centres de santé du district de Djibo ont été équipés en échographes, et les personnels formés à leur utilisation, afin de permettre, par exemple, la détection des malformations fœtales et permettre l’accès à une interruption de grossesse dans ce cadre.

« L’avortement est interdit au Burkina Faso, à moins que c’est un avortement thérapeutique […]. La vie de la maman est en danger et on essaie de sauver la maman […]. Il y a l’avortement hygiénique aussi souvent quand la femme-là fait une échographie et qu’on voit que l’enfant là il a une malformation qui est à l’intérieur là on peut évacuer la grossesse. »Sage-femme, Burkina Faso

2- Informer sur les droits sexuels et reproductifs : En Haïti, Médecins du Monde collabore avec POZ (Promoteur Objectif Zéro Sida) pour l’animation d’une ligne téléphonique destinée à faciliter l’accès des jeunes à l’information sur la sexualité et les services de santé sexuelle et reproductive*.

3- Mener un plaidoyer pour la promotion et le respect des droits sexuels et reproductifs, centré sur l’accès à la contraception et à l’avortement sûr. A titre d’exemple, en mars dernier, une délégation de parlementaires burkinabés, congolais et ivoiriens a participé au colloque « Droit à l’avortement : l’urgence d’un combat » organisé par MdM à Paris.


« Mon message c’est pour les hôpitaux qui n’accueillent pas les femmes qui veulent avorter, j’aimerais leur dire que toutes les femmes sont des femmes et qu’il faut les accueillir […]. Je conseille à toutes les filles comme moi qui ne veulent pas tomber enceinte de faire planification et d’utiliser un préservatif. »
Madame Y. M, Haïti, Février 2016

Influencer et dialoguer avec les décideurs politiques


La garantie de l’accès à la contraception et à l’avortement médicalisé pour toutes et tous implique l’engagement de tous les acteurs, à commencer par les Etats qui doivent soutenir des politiques favorables aux droits des femmes. Les efforts doivent se porter en priorité sur l’éducation à la sexualité notamment en direction des jeunes, l’accès à une offre de services complète pour la prévention et la prise en charge des grossesses non désirées, ainsi que la réduction du stigma et la prise en compte des déterminants socio-culturels, économiques et géographiques en vue de permettre à chacun et chacune de faire ses propres choix.

Une étude sur les déterminants socioculturels et communautaires des grossesses non désirées et des avortements
En 2015, Médecins du Monde a mené une étude sur les déterminants socioculturels et communautaires des grossesses non désirées et des avortements au Burkina Faso, à Gaza, en République Démocratique du Congo et au Pérou. Une analyse comparée, mettant en évidence les spécificités et  les similitudes entre les obstacles rencontrées par les jeunes femmes sur les différents contextes est également disponible ici .


(c) Luc Valigny

*La santé sexuelle et reproductive « suppose qu’une personne peut mener une vie sexuelle satisfaisante et en toute sécurité, qu'elle est capable de procréer et libre de le faire aussi souvent ou aussi peu souvent qu'elle le désire. (Cela) implique qu'hommes et femmes ont le droit d'être informés et d'utiliser la méthode de planification familiale de leur choix (...), le droit d'accéder à des services de santé qui permettent aux femmes de mener à bien grossesse et accouchement et donne aux couples toutes les chances d'avoir un enfant en bonne santé." 
Conférence Internationale sur la Population et le Développement, Le Caire, Egypte, 1994.



 
 
1 
2  3  4  5   ... 
 
 
Archives

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l’installation de cookies sur votre poste, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. En savoir plus