L'AFD en Amérique latine et dans les Caraïbes

     

À la une

Rémy Rioux est nommé Directeur général de l’Agence Française de Développement en Conseil des ministres, ce 25 mai 2016

25/05/2016

Sur proposition de François Hollande au Parlement le 27 avril dernier et après un vote favorable à l’unanimité des députés et à la majorité des sénateurs, M. Rémy Rioux, 46 ans, secrétaire général adjoint du ministère des Affaires étrangères et du développement international, est nommé ce jour, en Conseil des ministres, Directeur général de l’Agence Française de Développement, Etablissement Public Industriel et Commercial, en charge du développement des pays du Sud et de l’Outre-mer. 11ème directeur général de l’AFD, Rémy Rioux prendra la tête de l’AFD, le 2 juin 2016.

Né en juin 1969 à Neuilly-sur-Seine, ancien élève de l’Ecole normale supérieure de la rue d’Ulm, de Sciences Po et de l’Ecole nationale d’administration, Rémy Rioux, historien de formation, ancien élève d’Alain Corbin et de Pierre Nora, conseiller maître à la Cour des comptes, a alterné, au cours de sa carrière, des responsabilités en France et au service du développement et de l'Afrique.


Rémy Rioux est nommé Directeur général de l'AFD © Alain Buu

A l’âge de 26 ans, Rémy Rioux découvre le continent africain à l’occasion d’un stage de l’ENA au Bénin, puis en militant pour la promotion de l’harmonisation du droit des affaires en Afrique. Passionné par ce continent, il le sillonne tout au long de sa carrière, y noue des liens forts, et y acquiert une expertise reconnue des enjeux de développement. Au Trésor de 2004 à 2007 puis de 2010 à 2012, il contribue notamment à moderniser la coopération monétaire avec les pays africains membres de la Zone franc, participe à la résolution de la crise ivoirienne et contribue à placer la question des infrastructures et du développement au cœur de l’agenda international du G20. Il est alors administrateur de l’AFD et de sa filiale PROPARCO.

Rémy Rioux a par ailleurs exercé des missions de contrôle dans les secteurs de l'énergie et de la défense à la Cour des comptes entre 1997 et 2004. Il a travaillé au ministère de l’intérieur de 2000 à 2002, au sein du cabinet du ministre Daniel Vaillant, en charge notamment du budget et du passage à l’euro. Il a également exercé des fonctions à l’Agence des participations de l’Etat, de 2007 à 2010, comme directeur de participations en charge des secteurs des transports et des médias, participant au conseil d’administration de différentes entreprises (SNCF, RATP, ADP, Renault, France Télévisions, France Médias Monde, Arte, le Grand Port Maritime du Havre).

En 2012, directeur de cabinet du ministre de l’Economie, des Finances et du Commerce extérieur, Pierre Moscovici, il participe activement à la redéfinition des relations économiques entre l'Afrique et la France et aux travaux menés par Jacques Attali sur la francophonie économique. Deux ans plus tard, Laurent Fabius, ministre des Affaires étrangères et du Développement international, le nomme secrétaire général adjoint du Quai d’Orsay, en charge notamment des questions économiques. A ses côtés, il pilote le volet financier des négociations pour la COP21.

Après l’annonce par le Président de la République, en septembre 2015, d’une relance de la politique française de développement à travers la hausse des financements de 4 milliards d’euros d’ici 2020, pour atteindre 12,5 milliards d’engagements annuels, (dont 5 milliards d’euros en faveur du climat), il est chargé d'une mission de préfiguration du rapprochement entre l'Agence Française de Développement et la Caisse des Dépôts qui doit doter la France d’un outil à même de relever les défis des Objectifs du développement durable.

Homme de dialogue et de conviction, il est très attaché au Massif central, en particulier à la Corrèze et la Lozère, où il séjourne fréquemment, avec sa femme et ses trois enfants.


Dates clefs

  • 26 juin 1969 : Naissance à Neuilly-sur-Seine, France
  • 1997 : auditeur à la Cour des comptes à sa sortie de l’ENA (promotion Marc Bloch), il y deviendra Conseiller Maître en 2013
  • 2001 et 2002 : conseiller budgétaire au cabinet de Daniel Vaillant au ministère de l’Intérieur
  • 2003 : missions de contrôle dans les secteurs de l’énergie et de la défense à la Cour des Comptes
  • 2004 : direction du Trésor, Chef du bureau de la coopération monétaire et du développement avec les pays d’Afrique, des Caraïbes, du Pacifique et de la zone franc
  • 2007 : sous-directeur des transports et de l’audiovisuel de l’Agence des participations de l’Etat
  • 2010 : sous-directeur des affaires financières internationales et développement à la direction générale du Trésor
  • 2012 à 2014 : directeur du cabinet de M. Pierre Moscovici au ministère de l’Economie et des Finances
  • 2014 : secrétaire général adjoint du ministère des Affaires étrangères et du Développement international, chargé notamment des affaires économiques
  • 2015 : responsable des questions financières au sein de l’équipe française de négociation pour la COP21.
  • Juin 2016 : nommé 11ème Directeur général de l’Agence Française de Développement.


Projection et débat autour du film "La Nueva Medellín" de Catalina Villar

10/05/2016

A l'occasion de la Semaine de l'Amérique Latine et des Caraïbes, l'AFD organise le 2 juin à 17h30 une projection et un débat autour du film " La Nueva Medellín " de Catalina Villar.

La transformation de Medellín
 
Medellín : connue comme la ville "la plus dangereuse du monde" et qui est devenue en quelques années, la ville "la plus innovante de la planète".
 

Medellin metrocable AFD @ Diego Zamuner


Un film (documentaire de fiction) très récent (2016) présentant la vision de la réalisatrice franco-colombienne Catalina Villar sur l’évolution de Medellín, une ville clé pour la compréhension des enjeux de la Colombie. Un pays marqué par la violence, à l’aube d’une paix en construction depuis des décennies et attendue par les nombreux citoyens.
 
La rénovation urbaine et sociale réalisée et qui a transformé Medellín n’efface pas le besoin impérieux de la réhabilitation des individus disparus, dans un travail collectif de mémoire confronté aux aléas des institutions et de la justice.
 
L’idée est d’ouvrir un débat après le film autour des transformations de Medellín comme réponse politique aux différents enjeux urbains d’une (grande) ville colombienne, confrontée à une violence historique, à l’accueil des populations déplacées, à la ségrégation entre centre et périphérie… et qui a fait le pari de la construction d’un vivre ensemble sans renier un passé douloureux.
 
Medellín : symbole des différents défis et des avancées de la Colombie, symbole de l’équilibre difficile entre le progrès et la justice.

Cette rencontre sera animée par  Pascal Brouillet,  conseiller au département Amérique latine et Caraïbes à L'AFD.

Ils interviendront :

  • M. l’Ambassadeur de Colombie ou son représentant.
  • Catalina Villar, réalisatrice du film "La Nueva Medellín".
  • Céline Loiseau, productrice du film "La Nueva Medellin".

Cliquez ici pour vous inscrire

En savoir plus sur l'action de l'AFD à Medellín



Signature d’un accord en vue de lancer les activités de l'AFD à Cuba

01/02/2016

L’AFD, représentée par Anne Paugam, directrice générale ; la République de Cuba, représentée par Rodrigo Malmerca Díaz, Ministre du Commerce extérieur et de l’Investissement étranger, ont signé ce jour un mémorandum d’entente afin d’engager des négociations pour l’établissement et les activités de l’AFD à Cuba. Cette signature a eu lieu à l’Elysée en présence du Président François Hollande et du Président Raúl Castro, à l’occasion de sa visite d’Etat.

"Cet accord, qui déterminera les termes et conditions du statut du Groupe AFD et de ses activités à Cuba,  nous permettra  de démarrer nos activités de financement et prévoit pour l’AFD la possibilité de créer un bureau à La Havane. Sur la base du mémorandum d’entente que nous venons de signer, nos équipes vont très rapidement se rendre sur place pour, d’une part, négocier l’accord d’établissement et, d’autre part, commencer à identifier et à étudier des projets", indique Anne Paugam, directrice générale de l’AFD.

Parallèlement à la négociation de l’accord, l’AFD propose d’identifier avec le ministère cubain du Commerce extérieur et de l’Investissement étranger des projets dans les secteurs prioritaires à savoir les énergies renouvelables, l’eau et l’assainissement, le tourisme durable, l’agriculture et l’industrie agro-alimentaire, le transport et l’aménagement urbain. L’AFD espère pouvoir aboutir à une première décision de financement, si possible, avant la fin de l’année 2016.
 

Enfin, l’AFD va mobiliser le Centre d’études financières et bancaires ( CEFEB ), son université d’entreprise, pour concevoir un programme de formation dans ces mêmes secteurs, en vue son démarrage avant la fin de l’année 2016, sous réserve de la mobilisation du financement nécessaire à sa mise en œuvre.
Le ministère cubain du Commerce extérieur et de l’Investissement étranger s’engage, quant à lui, à faciliter la réalisation du programme d’activités de l’AFD, notamment en lui fournissant les informations de nature économique, financière ou d’autre nature qui lui seraient nécessaires pour étudier les projets et leur contexte économique, juridique, social, environnemental et financier.
 



L’UE, l’AFD et la CAF, partenaires pour le développement des villes durables en Amérique latine

09/12/2015

A l’occasion de la COP21, Jolita Butkeviciene, Directrice pour l’Amérique latine et les Caraïbes à la Commission européenne (CE), et Régis Marodon, Directeur du Département Amérique latine et Caraïbes de l'AFD, ont signé ce jour à Paris, en présence du Vice-président exécutif de la CAF Luis Enrique Berrizbeitia, un nouveau partenariat financier en faveur de la ville durable en Amérique latine.

Ce programme de coopération technique, financé via une subvention d’un montant de 4,2 millions d’euros, permettra à la CAF et à ses partenaires de définir et de mettre en œuvre des stratégies climat à l’échelle locale. Cet appui de l'Union européenne se réalise à travers un instrument de mixage combinant des subventions et des prêts dont l'objectif est de promouvoir les investissements publics qui contribuent à réduire la pauvreté. Grâce au programme LAIF (Latin America Investment Facility), ce soutien vient compléter un prêt de 100 millions d’euros alloué début 2015 par l’AFD qui permettra le financement des projets d’investissements urbains durables : construction d’un réseau de transport en commun, travaux d’amélioration de l’efficacité énergétique des bâtiments ou de l’éclairage public, projets d’adaptation de villes exposées au stress hydrique et aux risques de phénomènes climatiques extrêmes.

Cette nouvelle étape s’inscrit dans la stratégie « villes et climat » en Amérique latine des trois institutions, continent où 80% de la population est urbaine et les enjeux de l’urbanisation sont majeurs.
 

Pour en savoir plus sur le mixage de prêts et de dons mis en place par l'Union européenne pour sa politique de développement

Pour en savoir plus sur le LAIF en particulier



Signature d'un MoU de 90 M€ avec le Suriname

27/11/2015

 

Régis Marodon, Directeur du département Amérique latine-Caraïbes de l’Agence française de développement (AFD), a effectué une visite au Suriname du 25 au 27 novembre 2015. À cette occasion, l’intervention de l’AFD dans le domaine de la santé a été valorisée à travers une visite de l’hôpital d’Albina situé à la frontière avec la Guyane. Cette visite s’est achevée par la signature d’un Memorandum of Understanding (MoU) avec le Gouvernement qui fixe à l’AFD un programme d’activités, sur les quatre prochaines années, de 5 projets pour 90 M€.

 

Les enjeux de la coopération avec la Guyane
Initié en 2009, un projet d’amélioration des infrastructures de santé dans le pays est financé par l’AFD pour un montant de 15M€. La construction de l’hôpital d’Albina constitue le dernier volet de ce vaste programme d’investissements qui s’accompagne, en outre, d’une subvention de 1,1 M€ consacrée à la coopération bilatérale.
 
Une réunion sur l’extension à Albina de la réflexion stratégique menée par la Ville de Saint-Laurent du Maroni dans le cadre des Ateliers de Cergy a réuni, dans la ville frontalière surinamaise, le Maire de Saint-Laurent du Maroni, le Directeur général de l’Établissement Public d’Aménagement de la Guyane et la Responsable du service d’aménagement du territoire du Suriname. La prise en compte des deux rives du Maroni dans cet exercice de prospection permettra de partager des réflexions sur les défis caractéristiques de l’espace transfrontalier.
 
 

 

Signature d’un MoU 2016-2019
Le 27 novembre, M. Marodon a signé avec le Ministre des Finances, M. Gillmore Hoefdraad, un MoU définissant un programme de travail pour les quatre prochaines années selon deux axes stratégiques : i) l’évolution vers un modèle de croissance plus durable et résilient et ii) la concentration d’une partie des interventions de l’AFD dans l’Est du pays, notamment à la frontière avec la Guyane.
 
Ces concours souverains permettront le financement d’investissements souhaités par le Gouvernement surinamais dans des secteurs d’intérêt général essentiels au développement du pays. Les activités de l’AFD seront ainsi structurées autour de 4 objectifs :
-           l’optimisation énergétique,
-           l’accès durable à l’eau potable et à l’assainissement,
-           le développement territorial intégré,
-           la réduction des inégalités au travers du renforcement de l’accès aux soins.
 
Opérateur pivot de l’aide publique au développement de la France, l’AFD a ouvert un bureau au Suriname en 2009. Depuis le début de ses activités dans le pays, l’AFD a financé quatre projets pour un montant total de 55 millions d’euros. Le bureau de Paramaribo est supervisé par l’agence AFD de la République dominicaine depuis le 1er janvier 2016.


Une assistance technique pour accompagner la formation professionnelle et l'insertion des jeunes en Haiti

16/06/2015

Dans le cadre du projet « Compétences pour l’emploi des jeunes », signé lors de la visite présidentielle du 12 mai 2015, un contrat d’assistance technique à maîtrise d’ouvrage a été signé le 28 mai 2015 pour un montant total de 1,7 millions d’euros, dont 0,3 mobilisés pour accélérer le démarrage du projet. Le marché a été remporté par le groupement Forhom–I&D–CCIH.

  • L’institut Forhom réalise de nombreuses missions de conseil en management et gestion des ressources humaines, d’ingénierie de la formation ainsi que d’appui aux systèmes éducatifs et de formation professionnelle ; il fait partie du groupe français Egis International, spécialisé dans l’ingénierie des transports et du développement urbain, le conseil économique et institutionnel et la formation.
  • Institutions et Développement (I&D) est un bureau d’études français spécialisé notamment dans l’analyse et le développement institutionnel combiné à une expertise sectorielle dans les domaines de l’éducation et de la formation professionnelle.
  • La Chambre de Commerce et d’Industrie d’Haïti (CCIH) représente les intérêts des entreprises et des individus se livrant à des activités commerciales, industrielles ou de services en Haïti ; elle assure le lien avec les milieux économiques.
L’assistance technique à maîtrise d’ouvrage va accompagner l’INFP sur une durée de quatre ans, dont six mois pour le démarrage du projet. Constituée d’une équipe d’experts dans différents domaines (gestion de projet, gestion de centres de formation, comptabilité, passation de marché, articulation avec le secteur privé, eau et assainissement, égalité femmes hommes), cette composante d’assistance technique vise à appuyer l’INFP : de façon perlée, pour éviter l’effet de substitution, et dans la durée, pour pérenniser les résultats. Les experts vont accompagner le processus de changement que suppose le besoin de moderniser le système de formation professionnelle en Haïti.
 
Le projet est financé par l’AFD à hauteur de 5 millions d’euros. Il vise à assurer une offre de compétences de qualité dans le secteur de l’eau et de l’assainissement, à réhabiliter et moderniser le Centre Pilote de l’INFP, situé à proximité de Cité Soleil, notamment les liens entre offre de formation et milieux économiques, et enfin, à renforcer les capacités de l’Institut National de Formation Professionnelle pour veiller à la bonne marche du projet comme à la pérennité de ses effets par un réel transfert de compétences.


 
 
1 
2  3  4  5   ... 
 
 
Archives

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l’installation de cookies sur votre poste, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. En savoir plus