L'AFD: un acteur majeur et innovant du financement climat

L'AFD au Brésil

Brasil 
                                                      Photo © Guillaume Chiron 

Avec un peu plus de 200 millions d'habitants et une superficie de 8,5 millions de km², le Brésil compte parmi les puissances émergentes et est devenu un acteur incontournable dans les négociations internationales.  Le pays est cependant confronté à de nombreux défis économiques, sociaux et environnementaux pour parvenir à un développement soutenable et inclusif.

Pour accroître sa compétitivité, le Brésil doit former une main d'œuvre qualifiée, améliorer sa productivité et développer ses infrastructures. Malgré des politiques sociales ambitieuses, plus d'un quart des habitants des agglomérations de Rio de Janeiro et São Paulo vivent dans des favelas et le Brésil fait encore partie des pays les plus inégaux au monde. Enfin, la préservation des ressources naturelles, exceptionnellement riches, demeure un enjeu majeur.

 

À la une

2016, une année record pour l'AFD

11/05/2017

Avec un record 2016 de 9,4 milliards d’euros d’engagements, l’AFD investit de nouveaux chantiers, notamment en Afrique continentale.

Rémy Rioux, Directeur Général de l’AFD, a présenté ce jour les résultats de l’AFD pour l’année 2016, dans la perspective de sa stratégie pour 2020.

A la demande du Président de la République en 2015, l’AFD a nettement augmenté le volume de ses financements conformément aux objectifs de la communauté internationale (ODD, Accord de Paris sur le climat), scellé son alliance stratégique avec la Caisse des Dépôts et Consignations et étendu son champ d’intervention.
 

 

Rémy Rioux, son Directeur général, décrypte la stratégie de l’AFD : « 2016, l’année de ses 75 ans, a été marquée par l’accroissement des engagements de l’AFD, son alliance stratégique avec la Caisse des Dépôts et Consignations et le renforcement de ses partenariats avec la société civile, les collectivités territoriales, le secteur privé, les banques de développement bilatérales et multilatérales, les institutions européennes et les grandes fondations. Avec 9,4 Md€ d’engagements, l’AFD a repris une trajectoire de croissance ambitieuse pour accompagner les grandes transitions dans les pays en développement et dans les Outre-mer français. Avec sa nouvelle stratégie, l’AFD jouera un rôle moteur pour soutenir l’émergence d’un monde en commun. »

En 2015, l’AFD a reçu du Président de la République l’objectif d’accroître son activité de + 60 % d’ici 2020 pour atteindre près de 13 Mds € d’engagements annuels. En 2016, cette trajectoire de croissance est engagée.

9,4 milliards d’euros de projets ont été financés par l’AFD : c’est +13 % en 1 an.

L’Afrique, toute l’Afrique, est la priorité de l’Agence, avec près de 4 Mds € d’engagements en 2016 en hausse de +25%.

  • De 2010 à 2016, 22 milliards d’euros ont été engagés en Afrique
  • En janvier 2017, au Sommet de Bamako, le Président de la République a pris un engagement encore plus ambitieux pour l’AFD : sur les cinq prochaines années, 23 milliards d’euros seront engagés pour l’Afrique
  • Pour soutenir le développement des énergies renouvelables, l’AFD a engagé 600 millions d’euros en Afrique en 2016. Elle prévoit de leur consacrer 3 milliards d’euros d’ici 2020.

L’AFD agit dans de nouveaux pays et de nouveaux secteurs :
  

  • Argentine, Cuba, Balkans : l’AFD va élargir son champ d’intervention géographique, partout où l’accompagnement d’une banque de développement engagée et solidaire est utile.
  • La nouvelle stratégie de l’agence ouvre des chantiers d’avenir, dans des secteurs sur lesquels l’AFD n’intervenait pas ou peu jusqu’ici : la gouvernance, les industries culturelles, l’enseignement supérieur, l’innovation et le numérique, le social business, l’action extérieur des collectivités locales, l’éducation au développement et à la solidarité internationale.

L’AFD et la CDC : une alliance stratégique active sur le terrain
L’alliance stratégique entre les deux institutions, signée le 6 décembre 2016, se concrétise sur le terrain. A l’international, elle se traduit par des outils communs, comme le fonds d’investissement dans les infrastructures de 600 M€ dont la création a été annoncée récemment par les deux Directeurs généraux au Burkina Faso. En France, elle permet une collaboration plus étroite avec les collectivités territoriales et tous les acteurs du développement dans les territoires.

Pour aller plus loin, lire la présentation détaillée des résultats de l'AFD en 2016


L’action de l’AFD en 2016

Une action sur les cinq continents :

  • 50 % des engagements financiers de l’AFD dans les pays étrangers (près de 4 Mds € en 2016 soit +25% en un an) vont à l’Afrique, toute l’Afrique, priorité de l’action de l’Agence, où 84 % des moyens budgétaires accordés par l’Etat sont concentrés. Dans sa nouvelle stratégie, l’Agence considère l’Afrique comme un tout. Du Maroc à l’Afrique du Sud, du Sénégal à Djibouti, avec ses dynamiques régionales, sans séparer le Nord du Sud du Sahara.
  • 20 % en Asie et dans le Pacifique pour financer des projets sobres en carbone (1,3 Mds € en 2016)
  • 20 % en Amérique Latine et Caraïbes, en particulier au service du développement urbain durable (1,1 Mds € en 2016)
  • 10 % au Proche et Moyen-Orient : pour financer une croissance inclusive et résiliente (741 Millions € en 2016)

L’AFD a également consacré 1,6 Md€ en 2016 au financement des Outre-mer français.

Les marqueurs de l’action de l’AFD : 6 x 50%

L’AFD, banque de développement de la France, solidaire et engagée au service des populations des pays du Sud et de l’Outre-mer, agit avec 6 marqueurs forts :

  • 50% de ses engagements à l’étranger sont en Afrique
  • 50% de son activité concerne des pays et territoires francophones
  • 50% de ses projets ont des impacts positifs sur le climat
  • 50% de ses projets contribuent à la réduction des inégalités de genre
  • 50% de ses bénéficiaires sont des acteurs non-étatiques (entreprises publiques et privées des pays du Sud, collectivités locales, établissements publics, ONG, banques)
  • 50% de ses projets sont menés en cofinancement avec d’autres bailleurs

L’AFD finance des trajectoires de croissance durable contribuant aux cinq transitions majeures dans lesquelles les pays en développement, comme les pays développés, sont engagés : transitions démographique et sociale, transition territoriale et écologique, transition énergétique, transition numérique et technologique, transition politique et citoyenne.

Des solutions qui génèrent des impacts positifs pour les populations

En 2016, l’AFD a financé 657 projets de développement, qui ont notamment permis :

  • d’améliorer le transport urbain en Nouvelle-Calédonie ;
  • de gérer les tensions entre populations hôtes et réfugiées au Liban et en Jordanie ;
  • de construire l’autonomie électrique du Burkina Faso ;

Des projets aux impacts concrets mesurables chaque année. En moyenne depuis 5 ans : 

  • 730 000 exploitations agricoles familiales soutenues ;
  • 665 MW d’énergies renouvelables installés ;
  • un accès à l’eau et à l’assainissement amélioré pour 1, 2 million de personnes ;
  • 54 000 PME appuyées ;
  • 832 000 enfants scolarisés.

Accéder à l'infographie   



Villes et développement durable : l’AFD partage sa vision de la ville de demain

24/04/2017

L’AFD participe à la quatrième édition de la Rencontre des villes avec le développement durable du 24 au 28 avril à Brasilia. L’Agence y présentera son exposition « Espoir sur la ville », créée à l’occasion de la conférence urbaine Habitat 3 en 2016 : en images, six villes dans lesquelles sont menés des projets AFD au service de la ville durable. Parmi elles, les villes brésiliennes de Curitiba et Fortaleza.

 

« Smart cities » : des entreprises françaises qui cartonnent

Parce que de plus en plus de villes se responsabilisent dans le monde et mettent en place de nouvelles technologies de pointe au service de l'environnement, les « villes intelligentes » seront à l’honneur durant ce rendez-vous événement rassemblant les municipalités brésiliennes (Encontro dos Municípios com o Desenvolvimento Sustentável).

La présence française sera forte, notamment le 27 avril : des entreprises françaises présenteront leurs technologies durables issues d’initiatives concrètes déjà mises en place dans certaines villes françaises.

Pour l’occasion, des initiatives publiques et privées françaises de gestion de ces villes intelligentes seront partagées : des initiatives qui améliorent les outils de communication et d’administration au service d’une ville plus responsable et offrant plus de bien-être à ses habitants.

L’événement permettra également à l’ambassadeur de France au Brésil, Laurent Bili, de présenter un bilan de la coopération franco-brésilienne.

 

Vers une ville en commun ?

Au cours de cette semaine, l’AFD proposera également son exposition « Espoir sur la Ville » (espace « Expo Cidades »).

Réalisée dans le cadre de la conférence sur le développement urbain Habitat 3 organisée par les Nations Unies , cette exposition urbaine s’interroge sur la ville de demain et présente des photographies de deux villes brésiliennes, Curitiba et Fortaleza, ainsi que de quatre autres villes : Saint-Domingue (République Dominicaine), Johannesburg (Afrique du Sud), Kochi (Inde) et Medellín (Colombie).

 

Medellín - Photo © Benjamin Petit / AFD

 

L’exposition montre en images les défis et solutions pour le développement urbain proposées par l’AFD dans ces villes, des solutions pour penser une ville de demain plus ouverte, plus juste et plus durable.
 

Plus d’informations avec la vidéo de la conseillère Développement durable de l’ambassade de France au Brésil, Françoise Meteyer

Site officiel de l’EMDS pour le programme détaillé



Coopération scientifique autour du projet de recherche Gemmes

13/04/2017

L’AFD engage une collaboration scientifique avec l’Institut de recherche économique appliquée (IPEA). Au centre de cette coopération : Gemmes, l’outil de modélisation macroéconomique de l’AFD qui intègre la sphère financière et le changement climatique.

L’AFD et l’Institut de recherche économique appliquée (IPEA) ont signé le 11 avril 2017 un accord de coopération pour la recherche sur la modélisation macroéconomique orienté vers la transition énergétique.
 

Un regard sur la transition énergétique

Le Brésil fait partie des pays pilotes pour le développement de l’outil de modélisation macroéconomique Gemmes (pour Generalized Monetary Mutlisectoral Macrodynamics for the Ecological Shift) porté par l’AFD.

Un outil qui a pour ambition d’apporter un éclairage sur les enjeux contemporains des pays émergents et en développement : emploi et chômage, inégalités, transition énergétique, endettement public et privé et impact sur la croissance. Également au programme, un module climat afin d’élaborer des scénarios prospectifs d’évaluation de l’impact.
 

Engagement avec l’IPEA

Cette collaboration scientifique, engagée avec l’IPEA, mobilisera un chercheur brésilien pendant 3 ans, qui sera associé aux travaux de l’équipe de recherche Gemmes basée à Paris. Un séminaire de haut niveau sur ce thème de la modélisation sera organisé au Brésil au second semestre 2017.

 

Le modèle GEMMES, on vous en parlait en 2016 : lire l'article



Quand le Brésil s’interroge sur le monde de demain

30/03/2017

Un débat autour du film Demain , César du meilleur documentaire en 2016, a eu lieu à Brasilia le 20 mars. Rassemblant des représentants de plusieurs ministères brésiliens, l’évènement a été organisé par le ministère des Mines et de l’Énergie en collaboration avec l’agence AFD de Brasilia.

 

Débat interministériel sur les enjeux soulevés par le film

Demain , un film résolument positif qui imagine le monde de demain et propose un tour du monde de solutions et d’innovation dans des secteurs variés : agriculture, économie, éducation etc.

Ce sont des extraits adaptés au contexte brésilien qui ont été projetés lors de l’événement organisé par le ministère des Mines et de l’Énergie et l’AFD le 20 mars 2017. Au programme, des solutions durables dans les domaines de l’énergie, du transport et de la gestion des déchets. L’événement a rassemblé un public varié : fonctionnaires des ministères et d’institutions brésiliennes, représentants de l’ambassade de France et de l’AFD.

 

Des solutions applicables au Brésil ?

La projection a permis d’introduire le débat animé par Carlos Alexandre Principe Pires, directeur du département de développement énergétique du ministère des Mines et de l’Énergie. Un débat principalement consacré aux enjeux brésiliens, aux actions menées par le gouvernement et à la pertinence des solutions proposées par le film pour un pays comme le Brésil.

Parmi les intervenants, Sergio Cotrim, représentant du ministère des Villes, André Nunes, représentant investissement du ministère des Transports et Raquel Breda, représentante du ministère de l’Environnement.
 



Mobilité urbaine : une étude pilote pour la métropole de Rio

17/02/2017

Transformer une vieille ligne de trains de marchandises, barrière au développement urbain,  en un axe de transport collectif aménagé pour favoriser le dynamisme du territoire : tel est le défi relevé par une équipe de consultants franco-brésilienne ( Systra-Tectran ), en partenariat avec l’Atelier parisien d’urbanisme .


Les agences d’urbanisme s’engagent à l’international

 
La croissance démographique s’opère principalement dans les villes, particulièrement dans les villes du Sud. Face à ce constat, la coopération française mobilise nombre d’acteurs pour accompagner la croissance urbaine, notamment les agences d’urbanisme.
 
Véritable gisement d’expertise et de savoir-faire, les agences d’urbanisme s’engagent de plus en  plus à l’international pour partager leurs compétences : planification urbaine, développement à long terme, mobilité etc.
 
L’Atelier parisien d’urbanisme (APUR) , l’une des agences françaises les plus présentes à l’étranger, est ainsi mobilisée à Rio aux côtés d’une équipe franco-brésilienne pour réaliser une étude pilote soutenue par l’AFD.
 
Le défi ? Transformer une vieille ligne de trains de marchandises en un axe de transport collectif aménagé pour favoriser le dynamisme du territoire.


 
Réhabiliter une ligne fret pour le transport de passagers
 
Cette ligne de trains de marchandises, c’est le « corridor Pavuna - Arco Metropolitano », un axe ferroviaire fret qui traverse les 4 municipalités de la périphérie de Rio sur 18 kilomètres. Cet axe va être transformé en un système de transport de passagers afin d’améliorer la mobilité urbaine.
 
L’aire d’étude s’inscrit dans un corridor de 750 mètres de part et d’autre de cet axe.  Elle se caractérise par de nombreuses carences en termes d’emploi et de services et équipements publics, induisant une forte dépendance à Rio de Janeiro
 
 
 
 
L’objectif de l’étude : donner des orientations pour l’aménagement urbain de cette bande de 750 mètres le long du corridor, pour une occupation urbaine qui favorise le dynamisme du territoire.
 
Les premiers résultats du travail sur le corridor ont été présentés le 15 février aux acteurs de la mégapole de Rio (mairies, chambre métropolitaine), en présence du Consul général, du Service économique régional et de l’AFD. 
 
L’étude, qui s’achèvera fin avril, est financée via un Fonds d’expertise technique et d’échanges d’expériences (FEXTE) dans le cadre de la convention de coopération entre l’AFD et l’État de Rio de Janeiro.
 
Cet outil AFD permet de financer des programmes de coopération technique dans les pays à revenu intermédiaire afin de nourrir le dialogue sur les politiques publiques tout en valorisant les savoir-faire français
 
 
 
Une approche intégrée novatrice pour Rio
 
Cette approche intégrée, associant transport et aménagement urbain le long d’un grand axe, est nouvelle pour la Chambre métropolitaine de Rio et complète sa stratégie de planification du développement de la ville, qui est aussi soutenue par la Banque mondiale. 
 
Elle a vocation à servir de modèle pour d’autres projets avec la même méthodologie de travail, impliquant à la fois les décideurs aux différents échelons de l’administration publique et les opérateurs privés.


 
 
1 
2  3  4  5   ... 
 
 
Archives

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l’installation de cookies sur votre poste, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. En savoir plus