la Calle 26

 

Comment intervient l'AFD ? Quels sont ses partenaires ?

 

 

En savoir plus

L'AFD
la Sabana de Bogota

L'AFD cible en priorité en Colombie les secteurs de l'aménagement durable de la ville et des territoires, de l'efficacité énergétique et de la gestion responsable des ressources naturelles.

 

En savoir plus

Projets

L'actualité

14/07/2014

 

Les 15 et 16 Juillet 2014 a eu lieu à l’Université des Andes de Bogotá le séminaire  « développement durable et intégral de la mobilité – Regards de l’Europe et de l’Amérique Latine », dans le cadre de la coopération entre la CAF et l’AFD avec l’appui de l’Union Européenne (financement LAIF).

Ce moment de présentations et d’échanges a notamment été l’occasion de rendre compte des différentes études réalisées dans le cadre de la LAIF. Centrées sur la problématique de la mobilité en Amérique Latine en intégrant une dimension comparative, ces études ont été réalisées par des experts régionaux et européens, travaillant pour des entités variées comme de bureaux d’études, des entités publiques ou encore des ONG, permettant d’avoir une vision complète de ces thèmes. Des analyses ont été réalisées dans plusieurs domaines allant des aspects de gouvernance métropolitaine en passant par le développement de la mobilité durable jusqu’aux mécanismes juridiques et financiers d’exécution de projets.

La participation durant ces deux jours a été régulière avec environ 120 personnes présentes chaque jour. Cette assistance nombreuse et très variée (représentants institutionnels, professionnels, universitaires, étudiants, militants,…) témoigne de l’intérêt de la société civile en général pour les questions de mobilité.
De plus, les présentations des experts ont été filmées, et plus de 600 personnes ont suivi le streaming le 1er jour.


2013 : une année record pour l’Agence Française de Développement avec 7,8 milliards d’euros d’engagements (+8%)

26/05/2014

Anne Paugam, Directrice générale de l’Agence Française de Développement (AFD) a présenté ce jour, le bilan 2013 de l’établissement public. Dans cette année de transition marquée par l’organisation des Assises de la Solidarité et confortée par les orientations prises par le Comité Interministériel de la Coopération Internationale et de la Solidarité (CICID), l’AFD réalise une nouvelle croissance de ses activités avec 7,8 milliards d’euros d’engagements, atteignant ainsi un niveau historique.

Une année de croissance qui confirme la priorité sub-saharienne

En 2013, les engagements atteignent 7,8 milliards d’euros (dont l’essentiel sous la forme de prêts), soit une progression de 8% par rapport à 2012. L’Afrique subsaharienne reste la priorité de l’Agence : les financements atteignent le volume record de 2,8 milliards d’euros, soit 37% des financements totaux et 46% des financements dans les Etats étrangers. Sur le continent, les projets de formation, de développement urbain, de préservation des ressources naturelles ou encore de développement rural illustrent quelques-uns des secteurs d’intervention prioritaires.
 

 


Une hausse des engagements en faveur de la lutte contre le dérèglement climatique

La lutte contre le dérèglement climatique participe d’un engagement fort de l’AFD : 50% des financements ont un cobénéfice sur le climat. En 2013, cette mobilisation s’est traduite par le soutien, à hauteur de 2,4 milliards d’euros, de 77 projets de développement ayant des cobénéfices en matière de lutte contre le dérèglement climatique.

Des financements porteurs de résultats concrets sur le terrain

Comme chaque année, les actions de l’AFD sont porteuses d’impacts toujours plus importants. En 2013, les projets en cours ont produit les résultats supplémentaires suivants :

  • l’approvisionnement à une source pérenne d’eau potable de 1,5 million de personnes,
  • l’accès à un système d’assainissement amélioré de 411 000 personnes ;
  • l’amélioration des conditions de logement dans les quartiers précaires de 1 million de personnes,
  • la scolarisation dans le primaire et au collège de 450 000 enfants
  • l’accès à des dispositifs de formation professionnelle de 32 000 jeunes.
  • le soutien à 878 000 exploitations agricoles familiales
  • le soutien à 73 000 petites entreprises ;
  • l’accès à des moyens de transports en commun (nouveaux ou modernisés) à 35 millions de passagers par an.

Dans le domaine de la biodiversité, 30 millions d’hectares bénéficient de programmes de conservation ou de gestion durable de la ressource. Les nouveaux projets financés en 2013, contribuant à la lutte contre le dérèglement climatique, diminueront les émissions de gaz à effet de serre à hauteur de 3,3 millions de tonnes d’équivalent CO2 par an.

Un réseau étendu de partenaires pour répondre aux besoins du Sud

Travailler avec l’ensemble des acteurs du développement est un enjeu majeur pour l’Agence. Collectivités locales, secteur privé, bailleurs de fonds, Union européenne, tous contribuent à structurer les réponses les plus adaptées aux besoins du terrain. En 2013, l’AFD a soutenu 73 projets portés par 56 Organisations de la société civile (OSC) à hauteur de 48,7 millions d’euros de subvention. L’Agence a cofinancé 37 projets avec d’autres bailleurs pour un montant total de 1,7 milliard d’euros.

Anne Paugam, Directrice générale de l’AFD précise : « En 2013, ce sont 7,8Mds€ que l’AFD a engagé au service du développement, c’est-à-dire au service d’une mondialisation plus juste et mieux maîtrisée. Car si la mondialisation a sorti des centaines de millions de personnes de la grande pauvreté, elle a aussi aggravé les déséquilibres et tensions de toutes natures. L'AFD, pour moi, est un instrument privilégié de la France pour agir sur ces déséquilibres : dans les pays les plus pauvres d’Afrique et d’Asie, nous luttons contre la pauvreté ; dans les émergents, nous sommes davantage focalisés sur la lutte contre le changement climatique. Mais le cœur de notre mission reste bien le même : favoriser un développement durable d’un point de vue économique, social et environnemental, ceci dans l’intérêt mutuel des pays du Sud et du Nord. »

                                  
 



Accompagner la gestion intégrée des ressources en eau

07/04/2014

Depuis 2010, l'AFD soutient la politique de gestion intégrée des ressources hydriques développée par le ministère de l'Environnement et du développement durable colombien. Les ressources concernées par ce nouvel engagement permettront d’initier un processus important de récupération pour le Lac de Tota, réserve d’eau fondamentale du département de Boyaca, qui bénéficiera à plus de 7000 familles.

La représentante de l’APC, Carolina Tenorio Garces, a fait savoir que le rôle de l’APC en tant qu’agence de coordination de la coopération internationale en Colombie, est d’accompagner la mise en place de conventions de coopération mais que le soutient de l’APC ne s’arrêterait pas à la signature, et que l’Agence appuiera également le projet dans sa mise en œuvre.

 
« C’est la troisième fois que nous nous rencontrons avec monsieur l’ambassadeur de France afin de signer des conventions de subvention LAIF » a fait remarqué l’Ambassadrice de L’Union Européenne Tanya Van Gool, en ajoutant que c’était un plaisir renouvelé et à chaque fois, grâce à la collaboration de l’AFD.
L’ambassadeur de France Jean Marc Laforet a fait le parallèle avec le Lac d’Annecy qui a souffert des même problématiques il y a une cinquantaine d’année et a rappelé que les efforts collectifs avaient permis d’en faire l’un des lac le moins pollué d’Europe. Il a donc exprimé sa fierté de pouvoir faire écho à l’expérience française pour renouveler cette réussite.
 
La directrice générale de l’AFD a souligné les excellentes relations créées et entretenues par l’Agence de Bogota avec l’état Colombien, malgré l’arrivée tardive de l’AFD en Amérique Latine. D’autre part la Directrice Générale a remercié l’Union européenne pour la mise en place d’outils tels que la LAIF qui sont importants pour l’AFD mais surtout pour ses partenaires, afin de mettre en place des coopérations techniques à plus grande échelle. Elle a rappelé également qu’appuyer l’accès aux services publics tels que l’eau, à d’avantage de personnes, de manière respectueuse de l’environnement, est le cœur de métier de l’AFD en Amérique Latine à travers son mandat « promouvoir une croissance verte et solidaire ».


Financer la ville latino-américaine. Des outils au service d’un développement urbain durable

27/03/2014

Implantée depuis 2007 en Amérique latine, l’AFD a fait du développement urbain durable l’un des axes majeurs de son intervention dans cette région. Entre 2007 et 2013, l’AFD a consacré plus de 2 milliards d’euros au développement urbain en Amérique latine, dont 40 % prêtés directement aux collectivités locales et aux banques qui les financent.

Au-delà de ses financements, l’AFD privilégie les partenariats avec les pouvoirs publics locaux, acteurs majeurs des politiques urbaines, en favorisant des échanges d’expérience et de savoir-faire entre la France et l’Amérique latine pour contribuer à la réflexion sur les moyens du développement urbain durable.

L’AFD, l’IPEA et la Fondation Ciudad Humana ont ainsi réalisé, avec des partenaires institutionnels français et latino-américains, plusieurs événements sur le thème de la ville et du changement climatique depuis 2011. Au travers de ces activités, les défis suscités par l’écart récurrent entre les besoins et les moyens mobilisables ont été identifiés. Ils ont appelé à une réflexion concrète sur l’optimisation et l’augmentation des outils de financement de la ville durable, qui est au cœur de la problématique de cet ouvrage.

Cette démarche menée dans le cadre du FUM s’inscrit aussi pleinement dans la perspective de la conférence "Paris climat 2015", et dans la définition des objectifs de développement durable qui seront établis en 2016. L’émergence de villes durables est en effet l’un des défis majeurs de la planète pour les prochaines décennies.

Cet ouvrage présenté par l'AFD s’appuie sur les travaux d’un cycle de conférences organisé en Amérique latine (au Mexique, en Colombie et au Brésil), en novembre et décembre 2013, rassemblant des experts et praticiens des questions urbaines.



Question de développement n° 05 | Enjeux du développement en Amérique latine

28/02/2014

Mars 2014 | Institut des Amériques ; sous la direction de Carlos QUENAN et Sébastien VELUT (IHEAL)
Coordination: Eric JOURCIN (AFD)
Synthèse de l'A Savoir 24



Si la plupart des pays d’Amérique latine ont accompli des progrès considérables au cours de la dernière décennie, un certain nombre d’obstacles restent à surmonter pour installer durablement la croissance et assurer un développement soutenable. Les défis sont importants : réduire les inégalités sociales et spatiales, dynamiser la gestion des villes et préserver leur environnement, renforcer l’épargne et l’investissement, promouvoir les gains de productivité, améliorer la qualité de l’éducation et de la formation, structurer la protection sociale.

Ces défis sont autant de motifs d’intervention et de collaboration pour une institution de développement comme l’AFD, dont l’activité dans cette partie du monde entend contribuer au mieux à l’épanouissement des relations entre l’Amérique latine et la France. Dans un tel contexte, la seconde édition de l'ouvrage ici synthétisé renouvelle un regard attentif sur les réalités économiques et sociopolitiques d’une région en pleine mutation, avec laquelle beaucoup reste à partager.
 



Réguler les dépenses de santé en Colombie

03/02/2014

Un séminaire sur la régulation des dépenses pharmaceutiques organisé par l’AFD, a réuni à Bogota les 23 et 24 janvier derniers une cinquantaine de techniciens colombiens, autour de 4 experts français du médicament, dans le cadre de la coopération franco-colombienne en matière de sécurité sociale en santé. 

Organisé par l’AFD avec l’appui de l’ADECRI, un séminaire sur la régulation des dépenses pharmaceutiques a réuni à Bogota les 23 et 24 janvier 2014 une cinquantaine de techniciens colombiens, du ministère de la Santé et de la Protection sociale et d’autres institutions (institut d’Evaluation des technologies de santé, ministère du Commerce et de l’Industrie, département de la Planification, etc.), ainsi que des partenaires du secteur de la santé. 3 experts français, de l’Inspection Générale des Affaires Sociales (service interministériel de contrôle, d’audit et d’évaluation des politiques sociales pour éclairer la décision publique), du Centre Nationale de la Recherche Scientifique et de l’OCDE, ainsi qu’un ancien agent de la Caisse Nationale d’Assurance Maladie, ont animé les échanges, autour des problématiques actuelles les plus importantes pour la Colombie sur le sujet : définition des prix des produits (fixation des prix notamment en fonction de leur valeur thérapeutique ou « service médical rendu », modalités de négociations), politique d’achat (procédures et modalités), promotion des génériques, définition des taux de remboursements par l’assurance maladie, régulation des volumes de médicaments consommés (comportements des prescripteurs et des usagers, contrôle des officines), diffusion de l’information sur les médicaments, etc.

 
Un intérêt pour les outils français 
 
Les autorités colombiennes ont été vivement intéressées par les outils français, même si conscientes qu’il n’existe pas de solution miracle. L’un des conseillers du Ministère de la Santé et de la Protection sociale sur les thématiques de régulation des prix des médicaments a résumé l’esprit du séminaire « (…) Nous sommes ici aussi pour échanger sur nos expériences respectives et pour être sûr de ne pas prendre le mauvais chemin ! » 
 
Le vice-ministre et le ministre de la Santé et de la Protection sociale en compagnie de l’ambassadeur de France en Colombie, ont assuré respectivement l’ouverture et la clôture du séminaire, qui adressait l’un des enjeux essentiels de la réforme du système de sécurité sociale en santé colombien, actuellement en cours : la hausse exponentielle des coûts du système (dont les dépenses pharmaceutiques) dans les dix dernières années met en effet en péril sa soutenabilité financière.  
 
Ce séminaire a ouvert le programme de coopération franco-colombien en santé, qui accompagne un prêt budgétaire de l’AFD à l’Etat colombien pour la réforme de son système de sécurité sociale en santé. Ce programme est destiné à partager avec les autorités colombiennes des outils, démarches et expériences du système français et permet de développer un dialogue politique sur quelques-uns des sujets essentiels de la réforme: régulation des produits de santé, dispositif d’inspection et contrôle du système d’assurance maladie, régulation des acteurs du système de l’assurance maladie (contractualisation et gestion basée sur les résultats), système d’information. Le tout pour construire un système plus équitable, soutenable financièrement, et offrant des services de meilleure qualité ; un défi parmi d’autres, au sein des efforts actuels de l’Etat colombien pour refonder une cohésion sociale aujourd’hui fragile !


 
   
1  2  3  4 
5 
 ... 
 
 
Archives

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l’installation de cookies sur votre poste, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. En savoir plus