Enfants sur le chemin de l'école
L'AFD s'engage pour le développement en Haïti

 Active en Haïti depuis près de 40 ans, l'AFD finance sous forme de dons des projets mis en oeuvre par l'Etat et les institutions publiques du pays.

► En savoir plus

L'AFD en Haïti
Travailleurs sur le chantier de l'Hopital
Reconstruire en mieux

 Depuis le séisme qui a frappé Haïti le 12 janvier 2010, l’AFD a mis en oeuvre plus de 160M€ pour la reconstruction du pays.

A ce jour 90M€ ont été utilisé par les autorités haïtiennes.

  ► En savoir plus

5 ans après le séisme

À la une

Après l’ouragan Matthew : l’AFD cofinance l’initiative des ONG dans le Grand Sud

20/04/2017

Le 4 octobre 2016, l’ouragan Matthew a frappé Haïti : une catastrophe qui a touché 2,1 millions de personnes, soit environ 20 % de la population, dans le sud-ouest et le nord-ouest du pays. Pour répondre aux besoins des populations locales, l’AFD va cofinancer les initiatives de deux consortiums d’ONG, axées sur l’éducation et l’agriculture dans le Grand Sud.

 

À la suite de l’ouragan Matthew qui a frappé Haïti le 4 octobre 2016, notamment les départements de la Grande Anse, du Sud, des Nippes et du Nord-Ouest, l’AFD a mobilisé la réserve post-crise pour l’initiative des ONG et lancé un appel à projets favorisant le regroupement en consortiums pour une meilleure coordination

À l’issue du processus de sélection, deux projets ont été retenus.

 

Bord de mer dévasté de la commune des Abricots, départements de la Grande Anse
 
 
Éducation : réhabiliter les écoles dans le Grand Sud
 
La catastrophe n’a pas épargné les écoles du pays : nombreuses ont été entièrement détruites ou endommagées, un bilan qui affecte la scolarité de nombreux enfants dans un contexte où les familles manquent de moyens pour envoyer leurs enfants à l’école.
 
Afin de favoriser le retour et le maintien des enfants à l’école,  l’association Solidarité Laïque mène un consortium comprenant le Secours Islamique France (SIF) , SOS Enfants sans frontières (SOS ESF) , Électriciens sans frontières (ESF) , la Cohalition haïtienne des volontaires (COHAIV) et l’Association des techniciens professionnels en construction moderne (ATPROCOM).
 
Pour mener à bien cette mission, le projet prévoit de :
  • Réhabiliter les bâtiments ;
  • Remplacer le mobilier scolaire endommagé ;
  • Distribuer des kits scolaires et pédagogiques ;
  • Rééquiper les cantines scolaires ;
  • Électrifier les écoles ;
  • Re-végétaliser les alentours des écoles ;
  • Subventionner le retour à l’école des enfants issus des familles les plus vulnérables.
 
 

Une école à proximité de Jérémie : les élèves étudient à l’extérieur de la salle de classe dont le toit a été emporté par les vents

 

Clé de voûte du projet, la mise en réseau des acteurs de l’éducation : société civile, autorités locales, institutions nationales et internationales, tous sont impliqués.

Au total, ce sont près de 21 000 enfants répartis dans 60 écoles des départements de la Grande Anse, du Sud et des Nippes qui seront concernés par cette initiative. 

Le projet d’une durée de 30 mois est cofinancé par l’AFD à hauteur de 1,8 million d’euros (50 % du montant total). 

 

Sécurité alimentaire : vers une meilleure résilience du Grand Sud
 
L'insécurité alimentaire, déjà élevée juste après le passage de l’ouragan Matthew, s'est encore aggravée ces derniers mois, affectant particulièrement la population rurale. 
 
Améliorer la sécurité alimentaire, la sécurité nutritionnelle et l’accès à l’eau : ce sont les objectifs poursuivis par le GRET et AVSF , regroupés en consortium, afin de contribuer à la résilience des populations dans le Sud et la Grande Anse.
 
Les actions au programme :
  • Relancer la production agricole ;
  • Réhabiliter un système d’irrigation (Canal de Fidel à Saint-Louis du Sud) ;
  • Appuyer le développement de productions agricoles ;
  • Développer l’agroforesterie ;
  • Sensibiliser aux bonnes pratiques d’hygiène et d’alimentation.
 

Prise du canal d’irrigation Fidel à Saint-Louis du Sud
 
 
Le projet d’une durée de 35 mois est cofinancé par l’AFD à hauteur de 1,6 million d’euros (49,7 % du montant total). Il bénéficiera à 5500 producteurs, 1200 femmes enceintes et 12000 usagers de l’eau.
 
 
 
Contact : Matthieu Génin geninm@afd.fr

 



Comment intervenir dans les zones vulnérables et en crise ?

30/03/2017

La mission de la cellule crises et conflits de l’AFD en Haïti a donné lieu à l’organisation d’une conférence consacrée aux interventions en zones vulnérables. Une thématique qui prend tout son sens dans l’un des pays les plus vulnérables aux catastrophes naturelles. L’occasion pour nous de faire le point sur la stratégie de l’AFD en la matière.

 

Agir sur les vulnérabilités pour mieux surmonter les chocs

L’expansion des zones de vulnérabilité en raison de catastrophes naturelles ou de conflits ainsi que le nombre de personnes directement affectées ne cesse de s’accroître. 

Aujourd’hui, environ 1,5 milliard de personnes vivent dans des pays touchés par des conflits ou sont exposées à des risques de catastrophes naturelles (crues exceptionnelles, tremblements de terre, ouragans, éruptions volcaniques etc). Des crises de tout type qui provoquent des drames humains inacceptables et ont des répercussions fortes sur les territoires, l’économie et la stabilité.

Afin de mieux répondre aux besoins d’appui aux opérations de développement qu’elle finance, l’AFD a développé une stratégie d’intervention dans les contextes de vulnérabilité et de crise

Car l’aide au développement peut, et doit, agir sur les vulnérabilités afin d'augmenter les capacités de résilience d’un pays face à des catastrophes d’origine naturelle, des conflits armés ou des pandémies.

 

4 principes pour une aide plus efficace et adaptée à chaque contexte

Cette stratégie est basée sur quatre principes :   

  1. « Ne pas nuire », à travers une analyse très approfondie des contextes locaux, afin d’atténuer les effets non désirés des actions d’aide au développement. Il s’agit ici d’appréhender le contexte d’intervention dans toutes ses dimensions (économique, sociale, politique et environnementale) afin de permettre à l’AFD d’être mieux préparée pour repérer et tenir compte des obstacles potentiels à la mise en œuvre des projets. 
  2. Privilégier des opérations duales, combinant actions de développement et de prévention. Ces opérations privilégient la démarche de lutte contre les vulnérabilités d’ordre économique, environnemental et social à travers l’amélioration des services sociaux, des infrastructures publiques, de la productivité économique et la préservation de l’environnement. 
  3. Une meilleure articulation des interventions humanitaires d’urgence et de développement. Les opérations d’urgence ont des impacts sur les interventions de développement financées par les bailleurs de fonds et impactent inévitablement les opérations de relèvement des communautés et les processus de développement à long terme. 
  4. Une meilleure coordination avec les partenaires nationaux et internationaux afin de construire des synergies, optimiser les ressources mobilisées et mutualiser les efforts en tenant compte des avantages comparatifs de chacun.  

Étant donné l’unicité et la volatilité des contextes de crise ainsi que la spécificité des opérations de réponse, l’AFD, sur la base de ces quatre principes, a mis en place des instruments financiers et outils opérationnels ad hoc, flexibles et permettant d’ajuster les opérations de réponse en fonction de l’évolution de chaque situation. 

 

Haïti, un pays parmi les plus touchés par les catastrophes naturelles

En Haïti, pays situé sur une île sur la trajectoire des cyclones et à l’intersection de plaques tectoniques, les risques de catastrophes naturelles sont multiples et fréquents. Le pays est vulnérable et marqué par la pauvreté de sa population : chaque catastrophe engendre des dégâts humains et matériels dramatiques qui viennent mettre à mal le développement du pays. En outre, les populations sont peu protégées et mal préparées à ces catastrophes.

La conférence organisée à l’université Quisqueya le 14 mars 2017 à l’occasion de la mission de la cellule crises et conflits de l’AFD a permis de présenter la stratégie de l’Agence : Olivier Ray, responsable de la cellule, a ainsi abordé les principes et instruments en illustrant ses propos par des exemples concrets. Il s’est appuyé sur un panel d’experts haïtiens et internationaux pour faire le lien avec le contexte de crise qui caractérise Haïti.

Outre Olivier Ray, la conférence a rassemblé des intervenants de différentes organisations:

  • Michèle Oriol, secrétaire exécutive du Comité interministériel pour l’aménagement du territoire (CIA) ;
  • Massimo Scalorbi, chef de coopération de la délégation de l’Union européenne en Haïti ;
  • Elisabeth Béton-Delègue, ambassadeur de France en Haïti ;
  • Bénédicte Gazon, directrice de l’AFD en Haïti ;
  • Charles Castel, ancien gouverneur de la BRH ;
  • Carline Jean-Paul, cheffe adjointe du programme humanitaire de l’Union européenne pour la préparation aux urgences (DIPECHO) en Haïti.

 

 
Panel © Pierre Bonnet
 
 
 
 
Présentation d'Olivier Ray © Pierre Bonnet
 
 
 
 
Participants à la conférence © Pierre Bonnet
 
 
► Interview d'Olivier Ray, responsable de la crises et conflits à l'AFD 

 

 
 
 
 

 

Contact : Cheikh Dia diac@afd.fr



Six mois après l'ouragan... vers une relance durable de l'agriculture dans le Sud

23/03/2017

L'ouragan Matthew, qui a dévasté le sud d'Haïti en octobre dernier, a également anéanti les récoltes dans les endroits les plus touchés. L’une des conséquences ? Une population menacée par la malnutrition. Après l'urgence, l’aide s'oriente désormais vers une relance durable de l'agriculture à laquelle vont contribuer l’AFD et l'Union européenne grâce à un programme de sécurité alimentaire.

 
Destructions, inondations et énormes pertes dans le secteur agricole 
 
Le 4 octobre 2016, l’ouragan Matthew, de force 4 sur une échelle de 5, a frappé la côte sud d’Haïti un mois avant le début de la campagne agricole d’hiver.
   
Au total, ce sont plus de 2 millions de personnes qui ont été affectées par le cyclone, en particulier les agriculteurs qui ont vu les fortes pluies et les vents violents arracher les récoltes, emporter les animaux ou les toits de leurs maison. Dans certaines zones où les rafales ont été les plus fortes, tous les arbres sont à terre. 
 
 
La campagne agricole hivernale : une priorité
 
Dans les zones rurales, près de 70 % de la population est chroniquement pauvre (PDNA, 2017).Or, les récoltes génèrent des revenus et nourrissent l’ensemble d’une famille agricole. L’une des priorités post-cyclone est donc de contribuer au succès de la campagne agricole d’hiver afin d’améliorer les conditions des populations affectées par la catastrophe.
 
Le programme SECAL (16,2 millions d’euros) appuyait déjà les producteurs du Sud en soutenant les filières maïs, haricot et la réhabilitation des systèmes d’irrigation. Le ministère de l’Agriculture haïtien a rapidement su, en collaboration avec l’AFD et l’Union européenne, réorienter les actions de ce programme afin de répondre aux besoins urgents des agriculteurs.
 
 
 
Canal d'Avezac avant l'ouragan Matthew © Tania DESIR
 
 
Canal d'Avezac dix jours après l'ouragan Matthew © Tania DESIR
 
 
 
Canal d'Avezac un mois après l'ouragan Matthew © Tania DESIR

 
 
2000 producteurs soutenus jusqu’en mai 2019
 
Dès novembre, les semences locales de haricot, le labour et les intrants ont été subventionnés et le curage des canaux assuré par l’emploi des associations d’irrigants. Ces actions ont à la fois contribué à soutenir le relèvement des populations et permis d’assurer le bon fonctionnement des canaux d’irrigation pour la campagne d’hiver.

Après la première phase « d’urgence », l’année 2017 marque le début d’une relance du secteur agricole dans le sud.  Le programme SECAL, grâce à des appuis complémentaires de l’AFD (1 million d’euros) et de la délégation de l’Union européenne (4 millions d’euros), prévoit d’intervenir sur différents secteurs clés dans le département du Sud jusqu’en mai 2019.

Ces fonds permettront non seulement de poursuivre l’appui sur deux campagnes agricoles auprès de 2000 producteurs mais également d’investir dans la transformation locale du maïs et de distribuer des petits ruminants (ovins, caprins, porcins) auprès des ménages les plus touchés.

En parallèle, des aménagements seront réalisés pour assurer la protection des canaux face à l’érosion des berges, qui permettront par le même temps d’employer de la main d’œuvre locale. Enfin, les associations d’irrigants continueront d’être renforcées, prérequis à la gestion autonome paysanne des systèmes d’irrigation.
 
 
Photos prises en mars 2017, au commencement de la campagne agricole de printemps :

Maison dans la plaine des Cayes © Tania DESIR

Jeunes plants de haricots © Tania DESIR

Agriculteurs préparant la campagne agricole © Tania DESIR

Contact : Tania DESIR desirt@afd.fr



Mieux inclure la société civile, acteur du développement en Haïti

07/03/2017

Comment contribuer à renforcer durablement la société civile haïtienne ? Comment davantage impliquer les acteurs locaux au développement du pays ? Ces questions étaient abordées lors d’un débat organisé le 7 mars à l’Institut Français d’Haïti en présence de représentants de l’AFD.

 

Une société civile haïtienne fragilisée ?

Dans l’un des pays les plus vulnérables aux catastrophe naturelles, les situations d’urgence sont fréquentes (séisme de 2010, ouragan Matthew) et engendrent une mobilisation internationale pour permettre la reconstruction en profondeur du pays. 

Si certaines actions ont été mises en œuvre avec succès impliquant les Haïtiens dans des dynamiques durables, l’aide internationale fait souvent l’objet de nombreuses critiques. Or, les organisations de la société civile sont un des piliers du développement en Haïti, un pays qui connaît une instabilité politique chronique.

 

Comment favoriser la participation et le renforcement de la société civile haïtienne ?

Le débat organisé par l’Institut Français d’Haïti a rassemblé des représentants d’organisations haïtiennes et internationales ainsi que de l’AFD sur le thème : « Renforcer la société civile ? »

Ce débat était animé par Marie-Odile Waty, responsable de la division du partenariat avec les ONG au siège de l’AFD. Pour l’occasion, un panel avait été constitué, comprenant :

  • Gabrielle Cathala, chargée de mission renforcement de la société civile et gouvernance local pour ACTED , financée par l’Union européenne ;
  • Monsieur Mausert François, directeur exécutif d’ ADEMA ;
  • Monsieur Chenet Jean-Baptiste, directeur exécutif d’ ITECA ;
  • Monsieur Prospéry Raymond, directeur Haïti et République Dominicaine pour Christian Aid .

Les comités de liaison inter-ONG (CLIO) et de coordination ONG (CCO) étaient représentés à travers Mme Cathala et M. Raymond. 

 

 
 

 

Au cœur des échanges, deux questions majeures : 

  • Quelles sont les évolutions récentes et quelles seraient les évolutions à l’avenir pour garantir une meilleure participation de la société civile et l’implication des acteurs locaux ? 
  • Quelles sont les meilleures façons de renforcer la société civile haïtienne ? Comment mesurer et évaluer l’impact du renforcement à travers les projets ?   

 

 

Que retenir ?

Les interventions ont ainsi permis de souligner, entre autres :

  • le rôle primordial des acteurs locaux dans le développemen t du pays ;
  • l’importance de traduire par des actions concrètes ce qui est écrit dans les propositions de projet ;
  • les enjeux du « ne pas nuire » notamment dans la définition des niveaux de rémunérations afin d’éviter une distorsion sur le marché du travail et un drainage des meilleurs compétences vers les organisations internationales ;
  • l’importance de la notion de solidarité dans le développement contre la technicisation des processus qui divisent entre ceux « qui savent » et ceux « qui ne savent pas », contribuant ainsi à mettre en place des partenariats inégalitaires ;
  • les enjeux de collaboration entre les sociétés civiles haïtiennes et dominicaines ;
  • le besoin d’inscrire les partenariats dans la durée, les projets ne devant pas être les déclencheurs des partenariats mais des moments forts d’accélération des transformations.   

 

Michèle Pierre-Louis, Présidente de la Fondation connaissance et liberté (FOKAL) est intervenue pour la clôture de ce débat en tant que grand témoin.

 

L’AFD et la société civile : une tradition d’appui

En Haïti, l’AFD finance l’initiative des ONG grâce à un instrument destiné aux ONG françaises dont l’une des conditions essentielles est l’accompagnement et le renforcement de la société civile haïtienne.

Actuellement, l’Agence cofinance ainsi 22 projets pour un montant total de 9 millions d’euros.

Ce débat d’idées est intervenu dans le cadre d’une mission de supervision annuelle du portefeuille de projets liés à des secteurs variés (éducation, agriculture, climat, santé, eau et assainissement, microfinance, énergie, développement local, droits de l’homme, etc.). 

 
L'interview de Marie-Odile Waty, responsable de la division du partenariat avec les organisations de la société civile à l'AFD
 
 
 

 

Contact : Matthieu Génin geninm@afd.fr

 

► Télécharger L’AFD et les organisations de la société civile (2012-2016) : un partenariat renforcé

► Télécharger Répondre aux crises: l'AFD, la Fondation de France et le financement des ONG en Haïti à la suite du séisme



Haïti à l’honneur de l’objectif de Corentin Fohlen

03/02/2017

Avec son reportage « Les Possibilités d’une île », Corentin Folhen s’éloigne des clichés d’Haïti. C’est une autre facette du pays, peu souvent explorée et dévoilée, qu’expose le lauréat du prix spécial AFD / Libération du meilleur reportage photo . Corentin Fohlen sera à l’Institut Français d’Haïti pour une rencontre le mercredi 8 février à 19h.

 

Dépasser les clichés : une autre vision d'Haïti

Trop souvent résumé à un pays maudit, pauvre et violent, Haïti est bien plus que cela.

Loin de ces clichés, une autre facette du pays, peu souvent explorée et dévoilée, existe. Les temps changent et des opérations sont mises en place afin d’attirer touristes et investisseurs.

C’est cette belle image, d’espoir, que Corentin Fohlen expose dans son reportage réalisé entre janvier 2015 et octobre 2016 qui lui a valu le prix AFD / Libération du meilleur reportage photo

 

 

© Corentin Fohlen

 

Corentin Fohlen a découvert la photographie pendant ses études de dessin.

Pendant plus de huit ans, il couvre l’actualité française et internationale : conflit au Nord-Kivu, Afghanistan, révolution en Ukraine et à Bangkok, émeutes en banlieue parisienne et à Athènes, séisme en Haïti, révolutions arabes en Égypte et Libye, premières élections libres en Tunisie, famine dans la Corne de l’Afrique…

Il décide ensuite de se lancer dans un travail au long cours en Haïti et depuis 2012 mène une réflexion sur les conséquences de la mainmise internationale sur le pays.

 

© Valérie Baeriswyl

 

Le site officiel de Corentin Fohlen



Faire du vétiver une plante favorable à un développement durable !

31/01/2017

Améliorer les revenus des producteurs locaux tout en préservant les ressources naturelles, telle est l’ambition du projet de développement des filières cacao et vétiver dans le département du Sud. Un projet soutenu par l'AFD et trois autres acteurs majeurs !

 

Le vétiver, porteur de développement économique 

Haïti est le premier pays exportateur mondial de vétiver. Le vétiver, une plante aromatique qui vous est peut-être inconnue mais dont l’huile est un ingrédient commun à de nombreux parfums.

En Haïti, c'est le département du Sud qui est particulièrement réputé pour sa culture de la plante qui pousse pratiquement partout.

De nombreux agriculteurs locaux comptent ainsi sur cette culture pour en tirer une source de revenus : le vétiver revêt une importance économique capitale pour le pays.

 

Développer la culture du vétiver... de manière durable !

La production haïtienne de vétiver cristallise des enjeux forts : en plus de satisfaire 40 % de la demande mondiale, elle est l’une des seules cultures du département du Sud ayant résisté à l’ouragan Matthew en octobre 2016 .

À la suite du passage de l’ouragan, les récoltes réalisées dans le but de compenser les pertes de revenus ont malheureusement participé à une dégradation accélérée des sols, engendrée par le déracinement précipité de la plante.

 

Et le cacao, une filière d’avenir pour Haïti ?

Le cacao haïtien n'est pas en reste et constitue un enjeu socio-économique et environnemental de taille en Haïti.

Il souffre cependant d’un certain paradoxe : bien que reconnu comme l’un des meilleurs au monde, sa  filière est quant à elle méconnue par les chocolatiers internationaux et largement sous-exploitée en Haïti.

Alors même que dans les pays voisins la production de cacao peut monter jusqu’à 3000 kilos par hectare, elle ne dépasse pas les 250 kilos à l’hectare en Haïti. La production annuelle atteint quant à elle péniblement les cinq tonnes.

Le potentiel non-exploité est considérable mais la filière ne bénéficie pas d’un accompagnement suffisant des autorités nationales pour améliorer la productivité.

Outre son potentiel économique, le cacao peut également jouer un rôle relativement important dans la sécurité alimentaire, la réduction de l’érosion, la fertilité, la biodiversité et la séquestration de carbone.

 

Une approche intégrée qui vient compléter les projets en cours

Afin de dynamiser les filières cacao et vétiver dans le département du Sud, l’AFD soutient un projet de protection des bassins versants.

Un programme complémentaire d’un projet financé par l’AFD et l’Union européenne dédié aux filières vivrières de la plaine des Cayes, dans le même bassin versant.

En combinant appuis en agroforesterie, aménagements hydrauliques et renforcement organisationnel, ce nouveau programme vise à améliorer le revenu des producteurs tout en contribuant à la préservation des ressources (sols, couvert forestier, eau…) jusque dans les plaines.  

Le projet poursuit trois objectifs :

  • le lancement et la structuration de la filière cacaoyère ;
  • l’amélioration des pratiques agricoles dans la filière vétiver ;
  • le renforcement des acteurs dans l’aménagement des bassins versants et la mise en place de pratiques agro-écologiques.

 

Quatre partenaires financiers pour un programme commun...

Le programme sera mis en œuvre sur 4 ans pour un total de 7,5 millions d’euros et réunit quatre partenaires :

 

...qui associe également la société civile

Quant à la mise en œuvre du projet, elle sera assurée par les ONG Agronomes et vétérinaires sans frontières (AVSF)  et SOS Enfants sans frontières , les coopératives de production locale et le Programmes des Nations Unies pour l’environnement (PNUE) .

Ensemble, ces acteurs contribueront à faire émerger des modes de gestion plus durables de la culture du vétiver.


Contact : Tania Désir desirt@afd.fr 

 


 
 
1 
2  3  4  5   ... 
 
 
Archives

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l’installation de cookies sur votre poste, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. En savoir plus