Gestion intégrée des déchets dans les villes des Gonaïves et du Cap-Haïtien

Métropole du nord d’Haïti, la ville du Cap Haïtien dispose d’un réel potentiel de développement touristique et économique. Néanmoins la pression démographique accentuée par l’exode rural et les déplacements de populations réfugiées du séisme met les autorités municipales au défi de trouver des solutions pour les services publics de base.

La situation actuelle en matière de gestion des déchets solides représente un handicap pour les projets touristiques de la ville et une menace pour la santé publique, notamment des populations les plus vulnérables. La ville des Gonaïves fait face aux mêmes défis d’accès aux services publics de base, exacerbés par les risques cycloniques et d’inondations de la zone.

 

 

Dans le cadre des projets de développement urbain et d’amélioration des infrastructures urbaines l’AFD intervient auprès des mairies de la Ville du Cap Haïtien et des Gonaïves sur un projet de gestion intégrée des déchets urbains de 6 millions d'euros (3 millions d'euros par municipalité) décliné en plusieurs objectifs spécifiques :

  1. amélioration du service de la collecte et de traitement des déchets solides ;
  2. renforcement des capacités institutionnelles et financières de la collectivité ;
  3. contribution à la mise en valeur du patrimoine historique pour la ville du Cap Haïtien et viabilisation de la zone d’extension urbaine du Morne Blanc situé en zone non inondable

Objectifs et contenu du projet

Au Cap Haïtien le projet doit permettre à terme une refonte complète de la filière de la collecte et du traitement des déchets.

L’AFD s’est associée en 2012 à la BID pour financer la construction d’un Centre d’Enfouissement Technique (CET) situé à une dizaine de kilomètres de la ville du Cap Haïtien et dont bénéficieront également la commune de Limonade et le Parc industriel de Caracol (PIC).

En 2015 et 2016 ce partenariat s’est progressivement transformé en un projet global de financement de la gestion de déchets de la région Cap Haitien-Caracol pour lequel un financement conséquent doit être validé par la BID. Ce financement permettra d’augmenter le montant de l’investissement pour la construction d’une décharge gérée sur le site de Mouchinette à Limonade afin qu’elle puisse accueillir les déchets de toute la région. Ce site a obtenu la « Non Objection » du ministère de l’Environnement en février 2016.

Sur la problématique de la collecte des déchets, le projet permis la mise en place d’un schéma directeur municipal et d’un plan d’action opérationnel au niveau de la commune du Cap Haïtien. Ce plan d’action doit permettre à terme une mise en route de la collecte des déchets sur tout le territoire concomitante à la mise en service du CET et prévoit le financement de la filière sur la base des impôts locaux. Cet aspect du projet est articulé avec le programme d’amélioration des finances locales Lokal + de USAID. Dans le cadre de la mise en œuvre du schéma directeur de gestion des déchets. La Mairie du Cap Haïtien a pu réserver 11 terrains communaux, dont 5 sont clôturés, à la mise en place de points de regroupement des déchets.
 
L’AFD prévoit dans un premier temps de tester les modalités du schéma directeur dans le quartier de Petite Anse et sur quelques marchés dont aussi à Limonade et à Quartier Morin dans le cadre d’une phase dite de prédémarrage.
 
Enfin, sur le volet de préservation du patrimoine un travail de recensement du patrimoine a permis d’identifier deux bâtiments représentatifs de l’héritage architectural colonial du cap Haïtien prioritaires: la Maison Anténor Firmin et l’Alliance franco-haïtienne. Dans le cadre de la réhabilitation de ces deux bâtiments les études de conception seront financées par l’AFD et les travaux par la Banque mondiale (Projet de développement économique et touristique au Nord).
 
En dehors de la construction du CET pour lequel la maîtrise d’ouvrage est déléguée à l’UTE (Unité d’Exécution Technique, entité de gestion de projet affiliée au ministère de l’Économie et des Finances), le projet est porté par la mairie du Cap Haïtien. La municipalité reçoit à ce titre un appui institutionnel en plus de l’accompagnement de la coopération décentralisée de la ville de Suresnes.

Coût et financement

L’AFD a approuvé l’octroi d’une subvention de 6 millions d’euros pour ce projet.

01/04/2014
Mise à jour en novembre 2016

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l’installation de cookies sur votre poste, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. En savoir plus