L’AFD intervient au Suriname dans le cadre d’un mandat de coopération régionale avec les départements français des Caraïbes, notamment celui de la Guyane Française.

À la une

La coopération sanitaire autour du Maroni s'intensifie

29/03/2013

La Guyane et le Suriname connaissent d’importants flux migratoires, qui rendent la coopération bilatérale en matière de santé publique urgente. C’est dans ce contexte que s’inscrit le programme de soutien au secteur de la santé de l’AFD au Suriname.

Le fleuve Maroni, bassin de vie transfrontalier

La Guyane et le Suriname partagent une frontière de près de 500 km matérialisée par le fleuve Maroni. De part et d’autre, à l’intérieur des territoires, vivent les populations noirs-marrons et amérindiennes, selon une logique commune de bassin de vie autour du fleuve. Les flux migratoires importants de ces populations entre la Guyane et le Suriname rendent la coopération bilatérale indispensable pour déployer une réponse adaptée et concertée aux problématiques de santé publique.

L'Hôpital d'Albina, au coeur du programme de soutien au secteur de la santé du Suriname

A travers ses opérations, l’AFD vise à améliorer et équilibrer l’offre de soins pour les populations des deux côtés du fleuve Maroni, en forte croissance démographique. Financé par un prêt concessionnel de l’AFD de 15 millions d’euros, l’hôpital d’Albina, ville frontalière, est le volet central du programme de soutien au secteur de la santé du Suriname. Le Ministre de la Santé du Suriname, Michel Blokland, a officiellement lancé les travaux de l’hôpital lors d’une cérémonie le 11 décembre 2012, pour une ouverture prévue début 2014.


Lancement des travaux de l'hôpital d'Albina

Plus d'un million d'euros pour la coopération hospitalière

L’AFD appuie également la coopération hospitalière entre les acteurs de la santé des deux territoires, à travers une subvention d’1,1 million d’euros au ministère de la santé du Suriname. Les actions ainsi financées soutiennent la coordination et la complémentarité des politiques de soins entre les deux rives, afin d’accroître l’efficacité dans la prévention des maladies transmissibles, l’échange d’informations sur le suivi des patients, la cohérence des traitements médicamenteux, les transferts de connaissances et de technologie et le partage d’expérience sur l’accès aux soins en zones isolées.



Lancement de la Plateforme régionale de développement du mécanisme REDD+ sur le Plateau des Guyanes

01/02/2013

Les pays du Plateau des Guyanes possèdent un territoire recouvert d’une forêt tropicale humide séquestratrice de carbone et d’une biodiversité exceptionnelle. Ils portent de fait en commun une responsabilité environnementale aux yeux de la communauté internationale. Le 29 janvier 2013, le FFEM (Fonds Français pour l’Environnement Mondial dont le secrétariat et la gestion financière sont confiés à l’AFD) et l’ONF ont signé à Cayenne une convention de financement de 1 million d’euros pour contribuer à un développement à faible émission de carbone des pays du Plateau des Guyanes.

Une coopération régionale pour un partage des ressources et de l’expertise des administrations forestières

Il s’agira pour l’ONF Guyane, chef de file du programme, de renforcer les capacités techniques des pays concernés (le Guyana, le Suriname et le Brésil-Etat d’Amapá, la France au travers de la Guyane) tout en privilégiant la coopération régionale des services forestiers et en associant les acteurs de la recherche, les ONG, la représentation des communautés indigènes et les bailleurs.
A travers une plateforme technique régionale de dialogue et d’échanges d’expériences, ce programme constituera un cadre favorable pour une approche du développement des territoires soucieux de la question carbone, au travers des mécanismes REDD+.

Des outils d’aide à la décision politique locale

Le financement du FFEM contribuera à la définition d’un cadre de coopération pour mettre en commun les données et méthodologies d’inventaires carbone et développer une méthode d’estimation des flux et stocks de carbone commune sur le Plateau des Guyanes. Il devra permettre de quantifier et d’analyser les facteurs de déforestation et de dégradation forestière dans chaque pays afin de bien comprendre les facteurs de déforestation transnationaux.

Enfin, une modélisation des scénarios de développement et d’opportunités d’évitement d’émission de carbone issu de forêts sera proposée. Les décideurs politiques seront informés des modalités techniques, juridiques et administratives leur ouvrant la possibilité de bénéficier du mécanisme REDD+. Les résultats du projet seront des outils d’aide à la décision politique locale pour la mise en place éventuelle d’une politique de mobilisation des crédits carbone forestiers et l’initiation d’actions concrètes conformes au processus REDD+.

 
Forêt du Plateau des Guyanes

Un concours à l’environnement mondial et au développement local

Le financement du FFEM s’inscrit dans le cadre des engagements pris par la France, en matière de REDD+ à la suite de la 15e Conférence des Parties à Copenhague en 2009. Ce programme vient améliorer la capacité de stockage du carbone et réduire la déforestation dans une zone d’intérêt majeur en matière de biodiversité. Ce programme associera les populations locales, à travers sa représentation COINCA, pour la mise en œuvre et la collecte des données, ainsi que lors des différents comités de pilotage.
 



Première mission exploratoire d'appui à la société civile sur le Plateau des Guyanes

08/08/2012

La Division du partenariat avec les ONG (DPO) en collaboration avec l'agence AFD de Cayenne et son antenne à Paramaribo, ont conduit une mission exploratoire en Guyane et au Suriname du 21 au 28 juillet. Une mission qui permet à l'AFD de mieux saisir les spécificités du tissu associatif local afin d'ancrer efficacement son action sur le Plateau des Guyanes. 

 

Comprendre les spécificités des associations guyanaises pour déterminer les potentialités d'intervention

Cette démarche de prospection auprès des associations est pionnière, à la fois pour l’AFD en Guyane, où l’Agence intervient pour l’instant essentiellement auprès des collectivités publiques et des entreprises, et pour la DPO, qui entame ainsi une réflexion autour des possibilités d’intervention dans les territoires ultramarins.

À cer effet, la DPO a procédé à un état des lieux des mécanismes de financement déjà existants sur les territoires concernés et a identifié les complémentarités possibles pour une éventuelle intervention de l’AFD. Les opérations menées ont permis, d'une part, à l'AFD d'approfondir sa connaissance du tissu associatif du Plateau des Guyanes et, d'autre part, d’informer les acteurs associatifs rencontrés sur les différentes modalités d’appui offertes par la DPO en matière de financement.

 

Des pistes de partenariat à explorer

La mission de la DPO a notamment permis d’appréhender les spécificités de certaines associations guyanaises dans leurs actions transfrontalières, opérant dans la logique des bassins de vie de part et d’autre des fleuves, et développant ainsi des partenariats avec leurs voisins surinamais et brésiliens sur diverses thématiques (santé communautaire, environnement, lutte contre le VIH etc.)

En définitive, cette mission aura contribué à renforcer la visibilité de l’AFD auprès du secteur associatif du Plateau des Guyanes, et à nourrir la réflexion autour d’un possible appui de l’Agence à la société civile guyanaise, voire ultra-marine. 

 

 

 



L'AFD participe au "carrefour d'affaires" de Paramaribo

06/07/2012

Modestes face aux géants brésilien et vénézuélien, les territoires du Plateau des Guyanes se sont longtemps posé la question de leur stratégie de développement économique. Concept relativement récent, la coopération régionale semble aujourd’hui devenir un axe incontournable de développement pour le Suriname, la Guyane et l’Etat d’Amapa (Brésil). Pour accompagner les entreprises de ces territoires sur le chemin d’une meilleure intégration, la Chambre de Commerce et d’Industrie de la Région Guyane, en partenariat avec ses consœurs du Suriname (KKF) et du Brésil (SEBRAE), a organisé les 4 et 5 Juillet à Paramaribo les rendez-vous Brésil Guyane Suriname (BGS).

Organisés autours d’ateliers de réflexion sur des thèmes très concrets (barrières douanières, normes de transports, outils d’investissement…), les rendez-vous BGS ont surtout permis à une centaine d’entrepreneurs et d’institutionnels des trois territoires de se rencontrer pour lancer des stratégies de partenariats.

Intervenant dans le cadre de l’atelier « des outils pour l’intégration régionale », l’AFD a pu démontrer en quoi elle était créatrice d’opportunités pour les entreprises de la région. Implantée dans les trois pays, l’AFD est en effet au cœur de cette stratégie de coopération régionale, en ouvrant les appels d’offres des projets surinamais ou brésiliens aux entreprises étrangères, en aidant les PME guyanaises à l’export ou encore en facilitant les échanges par le financement d’infrastructures de transports majeures telles que l’axe reliant la capitale du Suriname à la frontière guyanaise.
 



L'AFD soutient le désenclavement de la région Est du Suriname

22/05/2012

Marginalisé depuis la guerre civile des années 1980, l’Est du Suriname, région frontalière de la Guyane, accuse un retard de développement important dont témoignent de nombreux indicateurs : PIB/tête, taux de scolarisation, accès aux soins sont largement inférieurs à ceux de la capitale, Paramaribo, et des zones côtières du pays. A travers deux projets en cours d’exécution, l’AFD s’est engagée en faveur d’un rééquilibrage du développement du pays et des rives du fleuve Maroni.

Lors d’une mission conduite par M. Philippe Orliange, directeur du département Amérique latine et Caraïbes, en avril, la Ministre des finances, Mme Adelien Wijnerman, le Ministre des affaires étrangères, M. Winston Lackin, et le gouverneur de la Banque Centrale, M. Gillmore Hoefdraad, ont fait part de leur volonté d’approfondir la coopération avec l’Agence et avec leur territoire voisin, la Guyane.

La réhabilitation de la route reliant Paramaribo à Albina, située face à la ville française de Saint-Laurent du Maroni, permettra de désenclaver la ville d’Albina et de faciliter les échanges entre le Suriname et la Guyane. Ce projet, cofinancé avec l’Union Européenne et la Banque Inter-américaine de Développement, est soutenu par un prêt concessionnel de l’AFD de 25 M EUR et devrait s’achever fin 2013. 

Grâce à un second prêt de 15 M EUR, assorti d’une subvention de 1,1 M EUR, l’AFD soutient en outre l’amélioration de l’offre de soins à l’intérieur du pays. Ce projet santé comprend la construction d’un hôpital à Albina et de centres de santé à l’intérieur du pays, la fourniture d’équipement médical ainsi qu’un volet de coopération bilatérale impliquant les autorités sanitaires surinamaises et françaises. M. Orliange et M. Robert Satgé, directeur de l’agence de Cayenne, ont visité le site de construction du futur hôpital d’Albina en compagnie du Ministre de la santé surinamais et l’Ambassadeur de France au Suriname. Le chantier devrait prendre fin à l’automne 2013.

L’intervention de l’AFD s’inscrit dans un contexte de renforcement des liens entre la France et le Suriname et participe à une plus grande intégration à l’échelle du Plateau des Guyanes.
 



Livraison des équipements médicaux à Paramaribo

22/05/2012

Les équipements médicaux et para-médicaux financés dans le cadre de l’appui de l’AFD au secteur de la santé du Suriname ont aujourd’hui presque tous été délivrés dans les hôpitaux de Paramaribo. Le montant des investissements correspondants s’élèvent à 5,6 M EUR, soit le tiers du prêt consenti par l’AFD au gouvernement du Suriname.

Certains équipements sont temporairement stockés avant d’être installés dans leurs lieux d’utilisation futurs (tels que l’hôpital d’Albina), d’autres sont utilisés dès à présent, à l’hôpital Académique et à l’hôpital Diakonesse par exemple. Parmi le matériel acheté grâce au prêt de l’AFD, on citera le l’équipement de dialyse, livré au Suriname en décembre 2011, du matériel de radiologie et d’échographie ou encore divers équipements de laboratoire. On notera que trois ambulances ont été également acquises auprès d’un fournisseur local.
 



 
   
1  2 
3 
4  5 
 
 
Archives

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l’installation de cookies sur votre poste, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. En savoir plus