L'AFD au Cambodge

riz

 

 

 

 

L'AFD intervient au Cambodge depuis 1993.

En savoir plus

L'AFD
riz

 

 

Au Cambodge, l'AFD cible en priorité les secteurs de l'agriculture, des infrastructures, le soutien au secteur productif et la formation professionnelle.

En savoir plus

Les projets

À la une

Les solutions concrètes du film Demain arrivent au Cambodge

28/11/2016

La tournée mondiale de Demain, César 2016 du meilleur documentaire, se poursuit en Asie ! C’est désormais au tour du Cambodge de proposer une projection le samedi 3 décembre prochain avec le soutien de l’AFD.

Le cinéma au service du développement durable

L’AFD, en coopération avec l’Institut français du Cambodge, accueillera le réalisateur Cyril Dion pour la projection de son film Demain le samedi 3 décembre.

Présenté à l’ouverture de la COP21 en décembre 2015 à Paris, César du meilleur documentaire en 2016, le documentaire Demain, co-réalisé par Cyril Dion et Mélanie Laurent et partiellement financé par l’AFD, présente des initiatives concrètes de solutions pour répondre aux enjeux environnementaux et sociaux du 21ème siècle, que ce soit sur l’agriculture, l’énergie, l’éducation et la gouvernance.

Les différentes questions soulevées dans ce film font directement écho aux enjeux de développement durable qui sont au cœur de la mission AFD. C’est pourquoi l’AFD a souhaité soutenir cette aventure pleine de fraicheur et de dynamisme, porteuse de valeurs que nous partageons. 
 
Projection publique le samedi 3 décembre à 10h à l’Institut français du Cambodge, en présence du réalisateur Cyril Dion.

Séance gratuite, places limitées (sur la base du premier arrivé, premier servi).

 



Le Cambodge, leader de la microfinance éthique ?

12/07/2016

L’AFD poursuit son soutien à la microfinance au Cambodge et accompagne les principales  institutions de microfinance vers la certification Smart Campaign. À la clé : 4 nouvelles certifications qui attestent de leur respect des principes de protection des clients.

Pour une microfinance éthique et responsable

C’est dans le cadre du projet d’appui à la Cambodian Microfinance Association (association qui rassemble les 61 institutions et ONG de microfinance du pays) que l’AFD finance le processus de certification Smart Campaign de plusieurs institutions de microfinance du pays.
 

L’ONG Smart Campaign a lancé une campagne mondiale qui a pour objectif d’apporter aux institutions de microfinance (IMF) les outils dont elles ont besoin pour fournir des services financiers transparents, respectueux et prudents à tous leurs clients.
 

L’industrie de la microfinance peut ainsi renforcer son caractère social tout en demeurant saine financièrement.
  

 

Au Cambodge, pays à 80% rural, où seule une petite partie de la population a accès à des services financiers (13%), le secteur de la microfinance joue un rôle prépondérant. Le montant global des prêts accordés s’élève à 2 Mds$ pour 1,8 million d’emprunteurs (pour 14 millions d’habitants).

 

Sept principes de protection des clients

Sept grands principes ont été élaborés par les acteurs du secteur (associations de microfinance, institutions de microfinance, réseaux internationaux, ONG et investisseurs internationaux) afin de mettre en place des pratiques respectueuses et protectrices des clients :

  • Développement des produits et distribution appropriées ;
  • Prévention du surendettement ;
  • Transparence ;
  • Tarification responsable ;
  • Traitement respectueux et équitable des clients ;
  • Confidentialité des données des clients ;
  • Mécanismes de résolution des plaintes.

Ce sont ces principes de protection des clients que Smart Campaign souhaite inscrire dans la culture institutionnelle et les opérations de l’industrie de la microfinance. De ces principes découlent des normes de certification qui représentent les standards dont les clients peuvent espérer bénéficier lorsqu’ils traitent avec une institution financière.
 

Le Cambodge leader dans l’initiative Smart Campaign


La microfinance représente au Cambodge plus de 20 000 emplois et sa pérennité est donc cruciale pour le pays. Le secteur présente toutefois un risque systémique élevé, qui a fait prendre conscience à la Cambodian Microfinance Association et aux IMF de la nécessité de renforcer son encadrement et de prévenir les risques de surendettement.

En 2015, LOLC (alors dénommée TPC), a été la première institution de microfinance (IMF) cambodgienne certifiée. Ce 11 juillet 2016, ce sont quatre nouvelles  IMF cambodgiennes qui ont obtenu la certification attribuée par l’ONG Smart Campaign : Amret, HKL, Sathapana et VisionFund.
 

 

C’est une grande réussite pour ces IMF mais aussi pour le secteur de la microfinance au Cambodge, en pleine croissance. Avec désormais six IMF certifiées, le pays peut s’enorgueillir d’être le leader mondial dans cette initiative de principes de protection des clients (62 IMF certifiées à ce jour).
 

Un secteur privilégié pour l’AFD au Cambodge

La cérémonie de remise des certificats s’est tenue lors de la clôture d’un événement majeur au Cambodge : un atelier sur le surendettement lui aussi financé par l’AFD.
 

Ces certifications et la tenue de cet atelier démontrent la volonté du secteur d’éviter au Cambodge l’écueil d’une crise de la microfinance telle que connue par plusieurs pays. Les engagements pour la transparence et les recommandations de l’atelier en sont la preuve.
 

L’AFD est active dans le développement du secteur de la microfinance au Cambodge depuis le début des années 90. Aujourd’hui, l’AFD poursuit son accompagnement afin d’aider la microfinance à faire face à de nouveaux défis (encadrement du risque de surendettement des clients, diversification de ses produits et sources de financement).
 

Pour en savoir plus sur le soutien à la microfinance cambodgienne ► les projets AFD au Cambodge 
Plus d’informations sur Smart Campaign

 



Rémy Rioux est nommé Directeur général de l’Agence Française de Développement en Conseil des ministres, ce 25 mai 2016

25/05/2016

Sur proposition de François Hollande au Parlement le 27 avril dernier et après un vote favorable à l’unanimité des députés et à la majorité des sénateurs, M. Rémy Rioux, 46 ans, secrétaire général adjoint du ministère des Affaires étrangères et du développement international, est nommé ce jour, en Conseil des ministres, Directeur général de l’Agence Française de Développement, Etablissement Public Industriel et Commercial, en charge du développement des pays du Sud et de l’Outre-mer. 11ème directeur général de l’AFD, Rémy Rioux prendra la tête de l’AFD, le 2 juin 2016.

Né en juin 1969 à Neuilly-sur-Seine, ancien élève de l’Ecole normale supérieure de la rue d’Ulm, de Sciences Po et de l’Ecole nationale d’administration, Rémy Rioux, historien de formation, ancien élève d’Alain Corbin et de Pierre Nora, conseiller maître à la Cour des comptes, a alterné, au cours de sa carrière, des responsabilités en France et au service du développement et de l'Afrique.


Rémy Rioux est nommé Directeur général de l'AFD © Alain Buu

A l’âge de 26 ans, Rémy Rioux découvre le continent africain à l’occasion d’un stage de l’ENA au Bénin, puis en militant pour la promotion de l’harmonisation du droit des affaires en Afrique. Passionné par ce continent, il le sillonne tout au long de sa carrière, y noue des liens forts, et y acquiert une expertise reconnue des enjeux de développement. Au Trésor de 2004 à 2007 puis de 2010 à 2012, il contribue notamment à moderniser la coopération monétaire avec les pays africains membres de la Zone franc, participe à la résolution de la crise ivoirienne et contribue à placer la question des infrastructures et du développement au cœur de l’agenda international du G20. Il est alors administrateur de l’AFD et de sa filiale PROPARCO.

Rémy Rioux a par ailleurs exercé des missions de contrôle dans les secteurs de l'énergie et de la défense à la Cour des comptes entre 1997 et 2004. Il a travaillé au ministère de l’intérieur de 2000 à 2002, au sein du cabinet du ministre Daniel Vaillant, en charge notamment du budget et du passage à l’euro. Il a également exercé des fonctions à l’Agence des participations de l’Etat, de 2007 à 2010, comme directeur de participations en charge des secteurs des transports et des médias, participant au conseil d’administration de différentes entreprises (SNCF, RATP, ADP, Renault, France Télévisions, France Médias Monde, Arte, le Grand Port Maritime du Havre).

En 2012, directeur de cabinet du ministre de l’Economie, des Finances et du Commerce extérieur, Pierre Moscovici, il participe activement à la redéfinition des relations économiques entre l'Afrique et la France et aux travaux menés par Jacques Attali sur la francophonie économique. Deux ans plus tard, Laurent Fabius, ministre des Affaires étrangères et du Développement international, le nomme secrétaire général adjoint du Quai d’Orsay, en charge notamment des questions économiques. A ses côtés, il pilote le volet financier des négociations pour la COP21.

Après l’annonce par le Président de la République, en septembre 2015, d’une relance de la politique française de développement à travers la hausse des financements de 4 milliards d’euros d’ici 2020, pour atteindre 12,5 milliards d’engagements annuels, (dont 5 milliards d’euros en faveur du climat), il est chargé d'une mission de préfiguration du rapprochement entre l'Agence Française de Développement et la Caisse des Dépôts qui doit doter la France d’un outil à même de relever les défis des Objectifs du développement durable.

Homme de dialogue et de conviction, il est très attaché au Massif central, en particulier à la Corrèze et la Lozère, où il séjourne fréquemment, avec sa femme et ses trois enfants.


Dates clefs

  • 26 juin 1969 : Naissance à Neuilly-sur-Seine, France
  • 1997 : auditeur à la Cour des comptes à sa sortie de l’ENA (promotion Marc Bloch), il y deviendra Conseiller Maître en 2013
  • 2001 et 2002 : conseiller budgétaire au cabinet de Daniel Vaillant au ministère de l’Intérieur
  • 2003 : missions de contrôle dans les secteurs de l’énergie et de la défense à la Cour des Comptes
  • 2004 : direction du Trésor, Chef du bureau de la coopération monétaire et du développement avec les pays d’Afrique, des Caraïbes, du Pacifique et de la zone franc
  • 2007 : sous-directeur des transports et de l’audiovisuel de l’Agence des participations de l’Etat
  • 2010 : sous-directeur des affaires financières internationales et développement à la direction générale du Trésor
  • 2012 à 2014 : directeur du cabinet de M. Pierre Moscovici au ministère de l’Economie et des Finances
  • 2014 : secrétaire général adjoint du ministère des Affaires étrangères et du Développement international, chargé notamment des affaires économiques
  • 2015 : responsable des questions financières au sein de l’équipe française de négociation pour la COP21.
  • Juin 2016 : nommé 11ème Directeur général de l’Agence Française de Développement.


L’AFD lance son programme social dans le secteur textile au Cambodge

08/12/2015

L’AFD a organisé le 8 décembre à Phnom Penh une conférence intitulée « Comment faire du secteur textile un modèle d’industrie compétitive, sociale et durable ». Bien-être des ouvriers, productivité et compétitivité ont été au cœur des discussions.

 

Une centaine de personnes est venue assister à cet événement. C’est la première fois que l’on voyait autour d’une même table des représentants des ministères, de l’association des usines textile du Cambodge (GMAC), des propriétaires d’usines, Better Factory Cambodia, des syndicats, des donneurs d’ordres, des ONGs, des institutions de développement et même des ouvriers.
 

Tous sont arrivés à la même conclusion : le secteur a besoin de créer ce type de plateforme d’échanges. Le textile étant un pilier majeur de l’économie cambodgienne et à une phase cruciale de son développement, les acteurs du secteur doivent élaborer une stratégie pour assurer la survie et maintenir la croissance de cette industrie et ainsi construire les conditions adéquates de sa durabilité.

 

Retrouver certaines des présentations utilisées par les panélistes :

 

 

  • 3e partie : Que manque-t-il ?

 

 


La presse en a parlé :



Phnom Penh : la construction du centre de formation professionnelle aux métiers du textile est lancée !

11/09/2015

La première pierre de l’institut de formation professionnelle aux métiers du textile-habillement. a été posée le 3 septembre 2015. Ce centre formera notamment les futurs cadres cambodgiens du secteur.

Le textile est un secteur clé du développement économique du Cambodge mais souffre d’un grave déficit de personnels qualifiés, ce qui nuit à la compétitivité et l’attractivité du Cambodge pour les investisseurs.

Cette nouvelle école sera située dans la zone économique spéciale de Phnom Penh où un très grand nombre d’usines textiles sont installées. À terme, elle prévoit d'accueillir 1.600 ouvriers/an en formation initiale et/ou continue ainsi que 240 jeunes en alternance sur 12 mois.

Le projet, financé par un prêt non souverain de 3.260.000 de dollards US de l’AFD, est le résultat de près de 8 ans de conception par le GMAC.

Le lancement s'est fait en grande pompe le 3 septembre 2015, en présence de membres du gouvernement Royal du Cambodge, du GMAC (association patronale de l’industrie du textile), de l’AFD de Phnom Penh et des médias qui avaient fait le déplacement en nombre.

 



 
 
1 
2  3  4  5   ... 
 
 
Archives

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l’installation de cookies sur votre poste, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. En savoir plus