Actualités

Préserver la biodiversité chinoise gravement menacée

15/05/2013

Face à la dégradation rapide de ses écosystèmes, la Chine a commencé récemment à mettre en œuvre des politiques de protection de sa biodiversité. L’AFD accompagne ces initiatives en finançant des projets de préservation d’écosystèmes fragiles, comme les zones humides, tout en faisant bénéficier la Chine de l’expérience et de l’expertise françaises en la matière.

La Chine, un pays « mégadivers » à la biodiversité menacée  

La Chine fait partie des 17 « pays de mégadiversité », qui détiennent à eux seuls les deux tiers de la diversité biologique de la planète. Le pays couvre en effet sept zones climatiques et comporte une grande variété d’habitats  qui abritent de nombreuses plantes et animaux sauvages représentant un huitième de la totalité des espèces de la terre. Mais la situation est aujourd’hui critique avec un taux de disparition de la biodiversité élevé, supérieur au taux moyen mondial. La transformation des espaces naturels, les pollutions, la surexploitation et les impacts du changement climatique en sont les principaux facteurs.
Face à ces enjeux, et à l’heure où le 18ème Congrès du Parti Communiste Chinois a clairement intégré la nécessité pour la société chinoise d’évoluer vers une « civilisation écologique », des politiques de protection de la biodiversité commencent à être mises en œuvre. Après avoir ratifié la Convention Internationale de la Biodiversité, la Chine s’est dotée d’un plan d’action et d’une stratégie de préservation de sa biodiversité qui ont permis la création de réserves naturelles et l’identification des zones prioritaires.

Travaux de préservation dans l'estuaire de Shuangtai - © Przemyslaw Szymon Bankiewicz



Les zones humides chinoises, des écosystèmes essentiels et particulièrement vulnérables 
Les zones humides chinoises représentent 10% de la surface mondiale de zones humides et couvrent 8% du territoire du pays.

La Chine est le premier pays d’Asie et le 4ème pays du monde en termes de surface de zones humides. Espaces de transition entre la terre et l’eau, ces zones remplissent diverses fonctions leur conférant des valeurs biologiques, hydrologiques, économiques et sociologiques essentielles. Elles contiennent 82% des ressources en eau douce du pays et plus de 11 000 espèces de plantes et d’animaux. Elles constituent également l’unique voie de migration pour un grand nombre d’oiseaux aquatiques.

En raison de la pression démographique, de l’expansion urbaine et d’orientations politiques défavorables, les zones humides chinoises ont connu un rythme de dégradation et disparition très préoccupant durant les dernières décennies (réduction de 13% des lacs, 23% des marécages, 51% des zones humides littorales).

La Chine est partie contractante à la convention internationale de Ramsar pour la conservation et l’utilisation durable des zones humides, avec 41 sites répertoriés, dont l’estuaire Shuangtai qui abrite la plus grande roselière du monde.

Travaux de préservation dans l'estuaire de Shuangtai - © Przemyslaw Szymon Bankiewicz


Restaurer la plus grande zone de roseaux du monde 
L’estuaire Shuangtai, situé dans la province chinoise du Liaoning, abrite une zone de roseaux de près de 300 000 hectares qui dispose d’une riche biodiversité et constitue le refuge de la plus grande communauté de mouettes de Saunder. Du fait des activités humaines (développement agricole et forages pétroliers) et de phénomènes d’assèchement à grande échelle, cet espace s’est considérablement dégradé ces dernières années.
Via un prêt de 35M€ octroyé au Ministère des Finances chinois, l’AFD apporte un financement pour aider à la préservation de cet estuaire en réhabilitant les infrastructures hydrauliques et en assurant la dépollution des sites d’extraction pétrolière.

L’objectif est de restaurer les fonctions hydrologiques des roselières.
Le projet prévoit également le développement de l’éco-tourisme et la diversification de la filière roseaux.
 

Estuaire de Shuangtai - © Przemyslaw Szymon Bankiewicz



Séminaire de rencontre entre trois banques chinoises et la filière verte françaises

26/04/2013

Le 26 avril 2013 s’est tenu à Shanghai un séminaire de rencontre entre les entreprises françaises de la filière verte et les trois banques chinoises partenaires de l’AFD dans le cadre de son programme de lignes de crédit vertes : Shanghai Pudong Development Bank, Huaxia Bank et China Merchants Bank.

Des représentants du ministère chinois des Finances, de la NDRC, du ministère chinois de la protection de l’Environnement, de la China Banking Regulatory Commission et de l’Energy Research Institute ont pris part à l’événement. M. Frédéric Cuvillier, Ministre délégué auprès de la ministre de l’Ecologie, du Développement durable et de l’Energie, chargé des Transports, de la Mer et de la Pêche, et le directeur général de l’AFD, M. Dov Zerah, présents en Chine dans le cadre de la visite d’Etat du Président français François Hollande les 25 et 26 avril, ont participé au séminaire.

Huit entreprises françaises ont pu présenter leurs solutions et leur savoir-faire en matière d’efficacité énergétique et de services environnementaux : EDF, Schneider Electric, Veolia Water Solutions and Technologies, TCL Legrand, GDF-Suez COFELY, Suez Environnement, Salmson et Dalkia. Un total de 18 entreprises françaises a participé à cet événement.

L’AFD a octroyé en 2006 et 2009 deux lignes de crédits vertes pour un total de 180 MEUR aux trois banques chinoises partenaires. Ces lignes avaient pour double finalités (i) d’accompagner le financement d’investissements pour leur projets d’économie d’énergie et (ii) de développer des compétences spécifiques afin de démultiplier les financements « verts » et contribuer à la lutte contre le changement climatique en conformité avec les politiques publiques chinoises. Les lignes de crédit vertes de l’AFD ont à ce jour permis de financer 40 projets d’efficacité énergétique et 15 projets d’énergie renouvelable dans 20 provinces, permettant l’économie annuelle de 9 Mt CO2.

 

Plus de 60 % de croissance pour l'activité de l'AFD en Asie en 2012

18/12/2012

L'année 2012 s'achève sur une forte croissance de l'activité de l'AFD sur le continent asiatique (+ 60%). Une croissance marquée par le renforcement des actions de lutte contre le changement climatique. L’identification de projets dans de nouvelles géographies devrait augurer de nouvelles opérations en Asie centrale et dans le Caucase.

 

Priorité aux questions climatiques

  • Une croissance globale des activités qui met en évidence la priorité donnée par l'AFD aux questions climatiques (plus de 70 % de son activité), notamment en Chine et en Inde où ses interventions se font désormais sans coût pour l'État, au service des biens publics mondiaux et de l'influence française.
  • L'enregistrement des premières opérations dans de nouveaux pays d’intervention tels que le Bangladesh et la Birmanie.
  • Une intense activité d’identification de projets en Asie Centrale et dans le Caucase.
  • L'approfondissement des partenariats traditionnels de l'AFD en Asie (Banque asiatique de Développement, JICA) et le démarrage de nouveaux partenariats confortant la présence de l'AFD dans la zone, qu’il s’agisse de premiers échanges avec les coopérations coréenne et australienne, ou des premières mobilisations de financements européens dans le cadre des facilités d’investissement.
     
  • La forte portée sociale, économique et environnementale des programmes de développement mis en oeuvre, notamment en Chine, dans la reconstruction de la province du Sichuan, avec un accent particulier mis sur le développement des infrastructures, l'assainissement et les énergies renouvelables (le biogaz à travers le développement des biodigesteurs en Chine et en Inde).

 

Nouveaux objectifs, nouveaux territoires en 2013

  • Mise en oeuvre de la nouvelle stratégie d’intervention de l’AFD en Asie pour la période 2013-2015, axée sur le soutien du développement durable et de la diplomatie économique, qui sera ensuite déclinée au travers de stratégies pays (Indonésie, Vietnam, Chine, Inde dans un premier temps).
  • Une nouvelle croissance de l’activité attendue, avec notamment de premières opérations en Asie Centrale et dans le Caucase.
  • La célébration du 20è anniversaire de la présence de l’AFD en Asie, qui avait démarré ses interventions au Vietnam, au Cambodge et au Laos en 1993.

 

Que retenir de l'année 2012 pour l'AFD en Amérique latine ?

En Afrique sub-saharienne ?

Dans la zone Méditerranée ?

Dans les Outre-mer français ?



Solidarité verte: prendre en compte des enjeux sociaux et environnementaux en Chine

07/12/2012

L’AFD et l’ambassade de France en Chine ont organisé le 20 novembre 2012 la première rencontre sur le thème de la « solidarité verte ». Les initiatives de solidarité verte sont des actions qui visent à apporter un soutien aux populations vulnérables tout en contribuant à la préservation de l’environnement et au développement durable. 

La rencontre du 20 novembre a réuni une soixantaine de participants incluant les partenaires institutionnels chinois de l’AFD (ministère des finances, ministère du logement et du développement urbain et rural, ministère du commerce, MOST), des personnalités  issues du milieu académique, des représentants de la société civile, des entreprises françaises ainsi que des bailleurs de fonds internationaux.

 

M Hervé Dejean de la Bâtie , ministre conseiller à l’ambassade de France, a ouvert la cérémonie. Il a souligné l’importance du développement durable qui se trouve désormais au cœur du dialogue stratégique entre la France et la Chine et s’illustre tout particulièrement au travers des projets de l’AFD. Le programme de reconstruction financé par l’AFD pour apporter un soutien aux populations du Sichuan touchées par le séisme de mai 2008 a ensuite été présenté au travers de la projection d’ un court métrage . La Banque asiatique de développement, la Banque Européenne d’investissement et le Fonds international pour le développement agricole qui ont également participé au programme de reconstruction étaient présents. 

Les présentations qui ont suivi ont permis de dresser un état des lieux sur la prise en compte des enjeux sociaux et environnementaux en Chine et de présenter diverses initiatives concrètes. Les représentants des sociétés françaises Lafarge, EDF et Veolia Environnement ont décrit plusieurs de leurs actions de solidarité verte qui s’inscrivent dans leur politique en matière de responsabilité sociale et environnementale en Chine. Les ONG chinoises Shanshui Conservation Center, Beijing Global Village et Friends of Nature, qui bénéficient toutes trois du soutien de l’ambassade de France, ont présenté leurs réalisations de terrain touchant des domaines allant de la protection de la biodiversité à la construction de bâtiments écologiques.

Cette première rencontre a constitué un moment privilégié d’échanges entre acteurs institutionnels, représentants de la société civile et d’entreprises françaises et a permis d’illustrer la grande diversité des initiatives engagées en faveur de la protection de l’environnement et en appui des populations les plus vulnérables en Chine.

Une exposition présentant le programme de reconstruction de l’AFD a été inaugurée à cette occasion. Elle restera ouverte jusqu’au 30 novembre 2012 dans le hall et la cafétéria de l’Ambassade de France à Pékin. 



Former et sensibiliser le secteur bancaire à l'efficacité énergétique pour encourager l'investissement responsable

07/12/2012

La Chine est le deuxième consommateur d’énergie et la croissance de sa demande énergétique est l’une des plus fortes au monde, portée par des secteurs industriels énergivores pour lesquels le potentiel de progrès en matière d’efficacité énergétique est considérable. L’AFD et l’Energy Research Institute ont organisé, du 14 au 16 novembre, la 5ème session de formation des banques chinoises à l’efficacité énergétique.

Une croissance énergivore

La Chine s’est engagée à réduire l’intensité énergétique de son économie de 16% durant le 12ème Plan quinquennal (2011-2015). L’industrie est de loin le premier consommateur du pays avec 68 % de la demande énergétique contre 40 % du PIB. 

Après la mise en œuvre avec succès d’une première « ligne de crédit verte » en 2007, l’AFD a reconduit en 2010 cette expérience en partenariat avec le secteur bancaire chinois pour l’aider à mieux accompagner ses projets.

Démultiplier les investissements "verts"

La finalité de ces lignes qui représentent un montant total de 180 M€ est double : d'une part, accompagner le financement d’investissements d’entreprises publiques et privées qui présentent un potentiel intéressant d’économie d’énergie mais qui peinent à trouver des solutions de financement ; et, d'autre part, développer des compétences spécifiques dans les banques et les consolider pour démultiplier les financements « verts » et contribuer à la lutte contre le changement climatique.  

L’AFD Pékin forme 240 banquiers chinois à l’efficacité énergétique 

Dans ce cadre, la 5ème et dernière session de formation a été organisée du 14 au 16 novembre 2012 par l’AFD et l’Energy Research Institute, principal think tank de la National Development and Reform Commission, le Ministère chinois du plan, avec le soutien du Ministère chinois des Finances, du Ministère de la Construction et de la China Banking Regulatory Commission.

Cette formation a réuni des cadres des banques partenaires de la ligne de crédit (Shanghai Pudong Development Bank, China Merchants Bank, Huaxia Bank) ainsi que d’autres banques commerciales chinoises désireuses d’approfondir leur connaissance de ce secteur. La SFI (groupe Banque mondiale) était également représentée.

Des experts français

Au total, 240 personnes ont participé à cette 5ème session et ont pu notamment se familiariser avec les nouvelles solutions technologiques en matière d’efficacité énergétique présentées par un expert de la société française Schneider Electric. Le Bureau Veritas est également intervenu pour informer les participants des modalités de prise en compte des risques environnementaux et sociaux dans les projets.

Le succès de cette dernière édition à été salué par les administrations chinoises qui y voient une plateforme concrète particulièrement utile pour le renforcement des capacités du secteur bancaire en matière d’efficacité énergétique.

Avec les sessions des années précédentes, ce sont au total près de 1000 banquiers chinois qui auront été formés dans ce cadre.

Une assistance technique franco-chinoise a été mise en œuvre par l’AFD avec le FFEM pour accompagner ces lignes. Elle se traduit par la mise à disposition auprès des banques d’un pôle d’experts opérationnel spécialisé dans les énergies vertes composés d’experts français (issus d’EDF et du pôle de compétitivité Capenergies) et chinois, ayant pour mission de les conseiller dans le choix des projets et des technologies retenues.

Cette assistance technique a également permis de développer un guide d’autoformation qui fait aujourd’hui l’objet d’un projet de dissémination vers d’autres géographies d’intervention de l’AFD, ainsi que l’organisation de séminaires annuels de formation à destination du personnel des banques bénéficiaires afin de renforcer leurs capacités dans le domaine de l’efficacité énergétique.

 

 

Cet évènement a été relayé dans la presse chinoise, en particulier, via l’association nationale des ESCOs chinoises (Energy Services Companies).

 

 



 
   
1  2  3  4 
5 
 ... 
 
 
Archives

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l’installation de cookies sur votre poste, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. En savoir plus