Outils

L'AFD en Méditerranée et Moyen-Orient

L’AFD intervient dans la zone Méditerranée depuis 1962 avec l’ouverture de sa première agence en Algérie. Ses activités s’étendent désormais du Maroc à la Turquie et couvrent 13 pays.

Depuis les Printemps arabes, l’AFD s’est mobilisée afin de soutenir la région dans son processus de transition politique et sociale. Les financements cumulés depuis 2011 représentent ainsi 5,5 milliards d'euros (173 projets).

L’AFD s’est notamment attachée à favoriser l’emploi et l’insertion des jeunes (éducation, formation professionnelle, développement du secteur privé), à encourager la transition énergétique et l’adaptation au changement climatique (énergie renouvelable, gestion de la ressource en eau…) et à développer les territoires ruraux ou enclavés. Elle a par ailleurs fait évoluer ses modes d’action afin d’agir sur les conséquences de la crise des réfugiés au Proche-Orient.

L’AFD travaille en étroite concertation avec les autres bailleurs de fonds de la région, en particulier les bailleurs européens et l' UE, ainsi qu’avec la Banque mondiale. Elle renforce également ses partenariats avec les bailleurs de fonds arabes.

En 2015, l'AFD adopte une nouvelle stratégie pour la période 2015-2018 reposant sur trois grands axes :

  • Promouvoir une croissance durable créatrice d’emplois décents ;
  • Gérer un capital naturel contraint et s’adapter aux dérèglements climatiques ;
  • Renforcer la cohésion sociale (insertion professionnelle des jeunes, accompagnement des collectivités locales dans l’accueil des populations déplacées,…).

Pour en savoir plus

 

 

A la une

Rémy Rioux est nommé Directeur général de l’Agence Française de Développement en Conseil des ministres, ce 25 mai 2016

25/05/2016

Sur proposition de François Hollande au Parlement le 27 avril dernier et après un vote favorable à l’unanimité des députés et à la majorité des sénateurs, M. Rémy Rioux, 46 ans, secrétaire général adjoint du ministère des Affaires étrangères et du développement international, est nommé ce jour, en Conseil des ministres, Directeur général de l’Agence Française de Développement, Etablissement Public Industriel et Commercial, en charge du développement des pays du Sud et de l’Outre-mer. 11ème directeur général de l’AFD, Rémy Rioux prendra la tête de l’AFD, le 2 juin 2016.

Né en juin 1969 à Neuilly-sur-Seine, ancien élève de l’Ecole normale supérieure de la rue d’Ulm, de Sciences Po et de l’Ecole nationale d’administration, Rémy Rioux, historien de formation, ancien élève d’Alain Corbin et de Pierre Nora, conseiller maître à la Cour des comptes, a alterné, au cours de sa carrière, des responsabilités en France et au service du développement et de l'Afrique.


Rémy Rioux est nommé Directeur général de l'AFD © Alain Buu

A l’âge de 26 ans, Rémy Rioux découvre le continent africain à l’occasion d’un stage de l’ENA au Bénin, puis en militant pour la promotion de l’harmonisation du droit des affaires en Afrique. Passionné par ce continent, il le sillonne tout au long de sa carrière, y noue des liens forts, et y acquiert une expertise reconnue des enjeux de développement. Au Trésor de 2004 à 2007 puis de 2010 à 2012, il contribue notamment à moderniser la coopération monétaire avec les pays africains membres de la Zone franc, participe à la résolution de la crise ivoirienne et contribue à placer la question des infrastructures et du développement au cœur de l’agenda international du G20. Il est alors administrateur de l’AFD et de sa filiale PROPARCO.

Rémy Rioux a par ailleurs exercé des missions de contrôle dans les secteurs de l'énergie et de la défense à la Cour des comptes entre 1997 et 2004. Il a travaillé au ministère de l’intérieur de 2000 à 2002, au sein du cabinet du ministre Daniel Vaillant, en charge notamment du budget et du passage à l’euro. Il a également exercé des fonctions à l’Agence des participations de l’Etat, de 2007 à 2010, comme directeur de participations en charge des secteurs des transports et des médias, participant au conseil d’administration de différentes entreprises (SNCF, RATP, ADP, Renault, France Télévisions, France Médias Monde, Arte, le Grand Port Maritime du Havre).

En 2012, directeur de cabinet du ministre de l’Economie, des Finances et du Commerce extérieur, Pierre Moscovici, il participe activement à la redéfinition des relations économiques entre l'Afrique et la France et aux travaux menés par Jacques Attali sur la francophonie économique. Deux ans plus tard, Laurent Fabius, ministre des Affaires étrangères et du Développement international, le nomme secrétaire général adjoint du Quai d’Orsay, en charge notamment des questions économiques. A ses côtés, il pilote le volet financier des négociations pour la COP21.

Après l’annonce par le Président de la République, en septembre 2015, d’une relance de la politique française de développement à travers la hausse des financements de 4 milliards d’euros d’ici 2020, pour atteindre 12,5 milliards d’engagements annuels, (dont 5 milliards d’euros en faveur du climat), il est chargé d'une mission de préfiguration du rapprochement entre l'Agence Française de Développement et la Caisse des Dépôts qui doit doter la France d’un outil à même de relever les défis des Objectifs du développement durable.

Homme de dialogue et de conviction, il est très attaché au Massif central, en particulier à la Corrèze et la Lozère, où il séjourne fréquemment, avec sa femme et ses trois enfants.


Dates clefs

  • 26 juin 1969 : Naissance à Neuilly-sur-Seine, France
  • 1997 : auditeur à la Cour des comptes à sa sortie de l’ENA (promotion Marc Bloch), il y deviendra Conseiller Maître en 2013
  • 2001 et 2002 : conseiller budgétaire au cabinet de Daniel Vaillant au ministère de l’Intérieur
  • 2003 : missions de contrôle dans les secteurs de l’énergie et de la défense à la Cour des Comptes
  • 2004 : direction du Trésor, Chef du bureau de la coopération monétaire et du développement avec les pays d’Afrique, des Caraïbes, du Pacifique et de la zone franc
  • 2007 : sous-directeur des transports et de l’audiovisuel de l’Agence des participations de l’Etat
  • 2010 : sous-directeur des affaires financières internationales et développement à la direction générale du Trésor
  • 2012 à 2014 : directeur du cabinet de M. Pierre Moscovici au ministère de l’Economie et des Finances
  • 2014 : secrétaire général adjoint du ministère des Affaires étrangères et du Développement international, chargé notamment des affaires économiques
  • 2015 : responsable des questions financières au sein de l’équipe française de négociation pour la COP21.
  • Juin 2016 : nommé 11ème Directeur général de l’Agence Française de Développement.


L'AFD participe aux journées de l'Europe du 24 au 26 mai 2016

24/05/2016

A l'occasion du quarantième anniversaire de l'Accord de coopération signé en 1976 entre la Tunisie et la Communauté européenne, l'Union européenne avec les autorités tunisiennes organisent, du 24 au 26 mai, les Journées de l'Europe. Cet évènement vise à mieux faire connaître ce partenariat, son ambition, ses acteurs, son histoire, ses projets, ses réalisations et son impact tout particulièrement depuis 2011, dans cette période historique de transition démocratique.

A travers plusieurs centaines de projets, l'Union européenne et ses Etats membres interviennent dans tous les domaines du développement, en participant au renforcement de l'Etat et à l'émergence d'une société civile active et responsable.

Quarante ans, ça se fête... et l'Union européenne souhaite y associer les principaux concernés, les citoyens tunisiens. Un cycle de panel et de conférences, de présentation et des stands vous attendent (voir programme joint).

L'Union européenne s'est construite sur des valeurs de solidarité, toute sa coopération avec la Tunisie en témoigne. Venez le constater, les Journées de l'Europe vous attendent donc à partir du 24 mai à 14 h 30 au Palais des Congrès !


 



L’AFD contribue au financement de la petite agriculture familiale en Tunisie

13/04/2016

L’AFD apporte un financement d’un montant équivalent à 10 M€ en dinars tunisiens au bénéfice de l’institution de microfinance EndaTamweel , pour renforcer son activité de crédit dédiée au financement de l’agriculture et de l’élevage.

Répondre aux besoins des petits agriculteurs

Cet accord de prêt signé entre M. Philippe-Cyrille Berton, directeur de l’AFD en Tunisie et Mme Essma Ben Hamida, Directrice Générale d’EndaTamweel vise à soutenir la place de l’agriculture familiale en Tunisie dans les régions du Nord-Ouest et du Centre-Ouest où malgré des potentialités en matière de microfinance agricole, l’offre de financement demeure faible.

Grâce à son réseau de 79 antennes implantées sur l’ensemble du pays, dont près de la moitié en milieu rural et à la création des produits Mawsem et Méchia, destinés spécifiquement à répondre aux besoins des petits agriculteurs, Enda, première institution de microfinance du pays, dispose des moyens et de l’expertise nécessaires pour répondre à cette demande.

Depuis 2007, Enda a commencé à servir les populations des zones rurales en accordant plus de 301 000 prêts pour le financement de l’agriculture et de l’élevage et ce, à hauteur d’un montant total cumulé de 370 millions de dinars tunisiens.

Le renforcement du pouvoir d’action des femmes en milieu rural

Le financement concessionnel (taux d'intérêt bonifié) apporté par l’AFD permettra à Enda de refinancer les micro-entrepreneurs agricoles en cohérence avec sa mission d’inclusion sociale, sur  un secteur caractérisé par une forte dispersion géographique et des conditions d’accès parfois difficiles.

L’offre d’Enda permet d’agir non seulement au niveau du besoin de financement des éleveurs et petits agriculteurs par l’accès aux crédits de campagne, mais propose également un accompagnement spécifique des bénéficiaires, à travers la formation du personnel d’Enda aux techniques d’agriculture et d’élevage. Les fonds alloués visent aussi le renforcement du pouvoir d’action des femmes en milieu rural par le financement d'activités agricoles durables intégrées au contexte socio-économique local.

200 000 bénéficiaires potentiels

La ligne de crédit de l’AFD (le prêt accordé à Enda pour qu'elle puisse à son tour prêter aux exploitants agricoles) pourrait bénéficier à plus de 40 000 bénéficiaires directs, et grâce à l’effet d’entraînement qui permettra d’améliorer le niveau de vie de l’ensemble du ménage, le nombre de bénéficiaires indirects pourrait atteindre 200 000 personnes.

L’AFD soutient le secteur de la microfinance depuis plusieurs années en Tunisie, et appuie en particulier les initiatives visant à développer l’activité économique et créer de l’emploi dans les régions de l’intérieur du pays. En 2013, l’AFD a signé une première convention de financement de 2M€ en dinars tunisiens pour permettre à Enda de servir plus d'agriculteurs en zone rurale.



ONG : lancement du Programme Concerté Pluriacteurs Soyons Actifs/Actives 2016/2018

15/03/2016

Le programme concerté pluri-acteurs Soyons Actifs/Actives (encore appelé PCPA Tunisie) réunit près de 50 organisations de la société civile tunisienne et française et a pour ambition la réduction des inégalités et l’accès aux droits des populations tunisiennes à travers plusieurs secteurs. Il démarre sa phase opérationnelle avec un soutien de l’AFD à hauteur de 2,594 millions d'euros pour trois ans.

Regroupant associations, ONG, syndicats, coopératives, le programme travaille selon une approche concertée du développement, en réunissant acteurs non gouvernementaux, représentants des pouvoirs publics tunisiens et français, mais également des collectivités territoriales des deux pays dans le but de favoriser l’accès l’éducation, l’insertion socio-professionnelle à travers notamment l’économie sociale et solidaire et de la citoyenneté active.
 

 

Coordonné par l’ONG française Solidarité Laïque , ce programme pluri-acteurs a démarré en 2012 par une phase pilote de diagnostics territoriaux. À partir de 2014, il est entré dans une phase de construction et de renforcement des capacités de ses membres. À l’occasion de son assemblée plénière qui aura lieu les 18 et 19 mars prochains à Tunis, le programme sera engagé pendant trois années pour soutenir des projets innovants issus de la société civile dans les territoires les plus marginalisés et en faveur des populations les plus vulnérables. Il pourra accueillir de nouveaux membres tout au long de sa mise en œuvre.
 

Le soutien de l'AFD s'inscrit dans la logique des objectifs du programme mais aussi dans une logique de renforcement de capacités de la société civile à mener des actions de proximité, à se structurer, à dialoguer avec les autorités et à participer aux politiques publiques.

Le programme sera mis en œuvre en synergie et en complémentarité avec d’autres programmes visant le soutien à la société civile tunisienne, notamment le PISCCA (Projets innovants des sociétés civiles et coalitions d’acteurs) de l’Institut français de Tunis et le PASC (Programme d’Appui à la société civile) de la Délégation de l’Union européenne à Tunis.
 



Atelier sur l'Emploi et la Formation professionnelle

19/02/2016

La Banque Mondiale, l'AFD et le Center for Mediterranean Integration (CMI) ont organisé un atelier régional sur le suivi-évaluation des programmes d'emploi et de formation professionnelle du 25 au 27 janvier à Rabat.  

La coopération pour réduire le chômage en Méditerranée

Les pays du Sud de la Méditerranée connaissent des taux de chômage importants, surtout parmi les jeunes. Les bailleurs de fonds ont contribué à différents programmes destinés à promouvoir l’emploi et la formation professionnelle, avec des composantes portant notamment sur

  • l’appui à la création de PME,
  • le développement de services d’intermédiation sur le marché du travail et
  • la formation qualifiante en alternance.

Ces programmes innovants requièrent toutefois un suivi-évaluation rapproché pour garantir leur efficacité et leur durabilité.  

Pour un suivi-évaluation performant de l'emploi en Méditerranée


Organisé dans le cadre du programme « Emploi et protection sociale » du CMI  co-piloté par la Banque Mondiale et l’AFD, l'atelier a permis de partager les bonnes pratiques expérimentées et de renforcer les capacités de 80 représentants de 7 pays de la Méditerranée : Egypte, Jordanie, Liban, Maroc, Territoires Palestiniens, Tunisie et Turquie. L'objectif étant que ces représentants mettent en place des systèmes de suivi-évaluation (S&E) performants dans le domaine de l'emploi et de la protection sociale.

Les discussions sur l’utilisation des résultats du S&E ont été suivies par des présentations et des travaux de groupes sur les méthodes et outils de S&E donnant lieu à des échanges nourris entre les délégations. À l’issue de cet événement unanimement apprécié, les participants seront mieux à même de concevoir et mettre en œuvre des systèmes de S&E statistiquement robustes et efficients, contribuant à éclairer les décisions politiques.

L'atelier a été officiellement ouvert par le ministre de l’Emploi et des Affaires Sociales du Royaume du Maroc. Les échanges se poursuivront dans le cadre d’une communauté de pratiques hébergée sur le site internet du CMI.


 

 

 



Signature d’une coopération technique « Transport urbain » en appui au Ministère du Transport tunisien

02/02/2016

Le Ministre du Transport tunisien, l’AFD et la Codatu ont signé le 2 février 2016 en présence de l’Ambassadeur de France une convention de partenariat dans le secteur du transport urbain, première étape de la mise en œuvre d’une coopération technique « Transport urbain » en Tunisie. Ce partenariat d’un montant global de 600 000€ sur une durée de deux ans appuiera l’ensemble des acteurs du transport public (Ministère, entreprises publiques et exploitants des réseaux) pour le développement d’un réseau de transport urbain efficace, intelligent et permettant de faciliter la mobilité et l’accès aux opportunités des Tunisiens dans les grandes agglomérations et en particulier dans le Grand Tunis où les problématiques d’engorgement sont fortes.

Ce partenariat permettra notamment des échanges d’expériences entre institutions françaises et tunisiennes, et la mobilisation d’expertise de pointe fournie par des entités reconnues pour leurs compétences sur la thématique du transport urbain. A cet égard, l’expérience française en matière de transports collectifs urbains sera valorisée et permettra de mettre en œuvre des échanges fructueux, tant sur le plan institutionnel sur des sujets tels que la mise en place d’une autorité organisatrice des transports au niveau local, d’un système de tarification intégrée ou les modes de financement des infrastructures, que sur le plan technique et technologique sur lequel l’expérience française est reconnue.

Afin de faciliter la réalisation de ces actions, la convention signée entre le Ministère, l’AFD et la Codatu permettra la mise à disposition, à plein temps auprès du Ministère, d’un expert du secteur des transports qui accompagnera au quotidien les autorités dans l’identification de leurs besoins. Seront mobilisées pour la mise en œuvre de ce projet la Codatu, dont l’expérience en matière de développement des transports urbains et périurbains fait référence, ainsi que des expertises publiques (CEREMA) et privées de bureaux d’études reconnus dans le secteur.

La mise en place de cette coopération confirme la place de l’AFD comme partenaire historique et privilégié du secteur du transport urbain en Tunisie, qui finance des projets emblématiques et structurants pour le Grand Tunis tels que l’extension du métro léger pour un montant de 40M€, ou encore le financement pour 50 M€ de la première tranche du Réseau Ferroviaire Rapide (RFR) du Grand Tunis et étudie actuellement le financement d’un projet d’inversion de la boucle centrale dans le centre-ville de Tunis et son aménagement pour en faire un pôle d’échanges multimodal.



 
 
1 
2  3  4  5   ... 
 
 
Archives

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l’installation de cookies sur votre poste, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. En savoir plus