L’implication de l’AFD en Egypte s’est concrétisée, dès février 2007, par l’ouverture de l’agence du Caire, qui a permis d’accélérer l’identification et l’instruction des projets et d’établir un dialogue suivi avec l’administration égyptienne et les partenaires potentiels de l’AFD dans les secteurs public et privé. Photo © Ed Yourdon

À la une

Repenser le financement des transports urbains en Égypte

20/11/2016

Les enjeux de financement des transports urbains étaient au cœur du Forum sur la mobilité urbaine (FMU) organisé au Caire les 19 et 20 novembre 2016. L’occasion de réfléchir à de nouvelles pistes de solutions adaptées aux villes égyptiennes.

Comment financer les métros et trains urbains ?

C’est dans le cadre du programme « Transport urbain durable » du Centre pour l’intégration en Méditerranée (CMI) de Marseille que s’est tenu le Forum sur la mobilité urbaine au Caire.

L’événement, qui a regroupé une centaine d’experts égyptiens et français, a été co-organisé par l’AFD, la CODATU et le CEREMA, en étroit partenariat avec le ministère des Transports égyptien et le projet Euromed RRU (Road, Rail and Urban Transport).

Objectif : apporter des réponses aux enjeux de financement dans le domaine du transport urbain en recourant à une approche participative. 

Compte tenu de la situation déficitaire des entités publiques égyptiennes du secteur et de leur grande dépendance vis-à-vis des subventions de l’État, l’événement s’est concentré sur les sources de revenus complémentaires pouvant s’additionner aux recettes tarifaires pour financer l’opération et la maintenance du métro et des trains urbains.   

Les principaux acteurs de la mobilité urbaine aux niveaux local et national ont été invités à partager leurs expériences avec des experts, y compris des représentants d’entreprises françaises. 

Ils ont exploré ensemble de nouvelles pistes de solution adaptées au contexte des villes égyptiennes en matière de gestion, d’exploitation et de financement des réseaux de transport en commun. 

Les discussions du forum se sont focalisées sur le métro du Caire mais les contributions et les conclusions sont également riches d’enseignements pour les autres villes du pays (y compris Alexandrie).



L’histoire du plus vieux tramway d’Afrique retracée dans une exposition à Alexandrie

26/10/2016

Afin de revenir sur l’histoire du Tram Raml d’Alexandrie, l’un des plus vieux au monde et au cœur d’un projet de réhabilitation financé par l’AFD, une exposition destinée à tous les publics est organisée à Alexandrie.

À la découverte du plus ancien tramway d’Afrique

L’exposition consacrée au Tram Raml d’Alexandrie est organisée et financée par l’AFD et son partenaire égyptien, l’Autorité pour le transport des passagers à Alexandrie (APTA).

Au cœur de l’exposition : l’histoire du tramway Tram Raml, le plus ancien d’Afrique et l’un des plus vieux au monde et une plongée unique dans l’histoire du développement du transport urbain à Alexandrie à partir de photos, de cartes et de films.

 

 

 

Un travail considérable de recherche et de numérisation a été réalisé par le Centre d’études alexandrines (CEAlex) tandis que des photos et des cartes, pour la plupart inédites, ont été fournies par l’APTA.

 

 

L’exposition comprend aussi des vidéos (film des frères Lumières de 1897, film du Tram de 1969 et deux films préparés spécialement pour l’événement par le Groupe des jeunes francophones alexandrins – y compris des interviews des employés et des passagers du Tram) et d’objets anciens (vieux klaxons, bancs, uniformes, tickets) prêtés par l’APTA, rendant ainsi cette exposition très vivante et accessible à tous.

 

Une expo pour communiquer autour de la réhabilitation du tramway

L’Agence a profité de cette exposition pour faire valoir et connaître par le public alexandrin le projet de rénovation et de réhabilitation du Tram Raml d’Alexandrie, qui sera co-financé par l’AFD et la Banque européenne d’investissement (BEI).

L’exposition est hébergée dans les locaux de la Bibliotheca Alexandrina pour encore deux semaines, avant d’être ensuite transférée à l’Institut Français d’Égypte à Alexandrie avant d’être présentée au Caire, début 2017.

L’inauguration a eu lieu le 17 octobre dans le cadre d’un colloque valorisant les relations franco-égyptiennes intitulé « Deux siècles de relations franco-égyptiennes : une communauté de destin et des horizons partagés ».

Un événement qui a réuni l’ambassadeur de France en Égypte, le président de l’APTA, le directeur de la Bibliotheca Alexandrina et la directrice de l’agence AFD du Caire.
 



Des solutions de financement pour les énergies vertes

01/06/2016

L’AFD a profité du 3ème Forum égyptien sur les infrastructures électriques et les investissements dans les énergies nouvelles organisé fin mai pour présenter ses solutions de financements innovants pour développer les énergies renouvelables.

 

Un marché au potentiel immense 

Le Forum, qui a réuni les différents acteurs du marché de l’énergie en Égypte, a permis de présenter l’état actuel du marché égyptien des énergies renouvelables ainsi que les différents efforts fournis par le secteur public et privé pour développer ce marché au potentiel immense. 

Différents acteurs se sont exprimés sur les opportunités et les challenges du développement des énergies renouvelables dans la région. L’AFD a ainsi pu réaffirmer son implication dans le secteur ainsi que son soutien aux acteurs - publics et privés - à travers les divers projets en cours et les différents outils disponibles.
 
 
L’AFD, omniprésente dans les énergies renouvelables en Égypte
 
Aujourd’hui en Égypte, le groupe AFD se positionne sur l’ensemble du secteur des énergies renouvelables :
  • l’AFD finance directement, en collaboration avec l’UE et les autres bailleurs européens, les premiers projets majeurs de construction d’infrastructures de production d’énergie photovoltaïque et éolienne portés par le gouvernement ;
  • elle assure également les financements en devises nécessaire à la première banque privée égyptienne pour l’accompagnement de ses clients sur ce nouveau marché ;
  • elle contribue à la modernisation et au renforcement du réseau électrique égyptien, afin d’assurer le déploiement de la production et de la distribution des énergies nouvelles.
Proparco participe aussi activement au développement du secteur en finançant les premiers projets de construction de centrales photovoltaïques par des développeurs privés.
 


L’AFD s’attaque aux enjeux de mobilité urbaine à Alexandrie

29/05/2016

Comment développer des transports urbains efficaces et moins polluants à Alexandrie ? La 4ème édition du cycle d’ateliers « Egypt Urban Futures » a permis à l’AFD de s'exprimer sur ce sujet et de présenter le projet de tramway Raml.

Elaborer une stratégie « transports urbains » 

Lors de ce cycle d’ateliers consacré aux évolutions urbaines en Egypte, Ahmad Badr de l’AFD au Caire s’est exprimé sur les enjeux de mobilité urbaine à Alexandrie. Ces enjeux avaient été identifiés par l’étude de diagnostic réalisée par Egis Rail entre 2013 et 2016  grâce à un don de l’Union européenne délégué à l’AFD.

Il a également présenté le projet de réhabilitation du tramway de Raml (dit « tramway bleu ») dont l’AFD envisage le financement. Ce projet, désigné comme prioritaire par les autorités égyptiennes, a pour objectif de doubler la capacité d’accueil du tramway tout en réduisant de moitié le temps de parcours de la ligne. 

Des problèmes de mobilité grandissants

Toutefois, ce projet ne permettrait pas à lui seul de résorber les problèmes de mobilité grandissants à Alexandrie. Dans une ville qui s’étend sur près de soixante kilomètres le long de la côte, avec de forts enjeux économiques à l’ouest (aéroport, zone industrielle), des projets de transport complémentaires devraient être réalisés, notamment une ligne de métro reliant Alexandrie à Aboukir.

 

Cet atelier a été organisé le 29 mai dernier à l’Institut français d’Égypte (IFE) en partenariat avec le Centre d'études et de documentation économiques, juridiques et sociales (CEDEJ), ONU-Habitat ainsi que l’Agence allemande de coopération internationale (GIZ).

 


La pyramide d’Ounas à Saqqara ouverte au public grâce à l’AFD

26/05/2016

Plusieurs monuments de la nécropole de Saqqara ont été inaugurés le jeudi 26 mai lors d’une cérémonie ouverte à tous. L’occasion de revenir sur le projet de valorisation de ce site archéologique soutenu par l'AFD.

Mise en valeur du patrimoine archéologique
La cérémonie d’inauguration organisée par le ministère des Antiquités égyptien a permis au public de découvrir les riches inscriptions hiéroglyphiques se trouvant à l’intérieur de cette pyramide.
L’AFD a financé l’éclairage de l’intérieur de la pyramide d’Ounas dans le cadre du projet de mise en valeur du site archéologique de Saqqara. 
Le projet d’aménagement de ce site archéologique, financé en partie par l’AFD, a pour but de consolider son statut de pôle d’attraction générant des revenus touristiques réguliers sur le long terme, en harmonie avec un environnement urbain et humain bénéficiant largement de cette activité économique.
Objectif : redynamiser le tourisme égyptien
Les monuments ouverts au public lors de cette cérémonie incluaient la pyramide du pharaon Ounas (24ème siècle avant Jésus-Christ) ainsi que trois tombes (Ankh-Mahor, Nefer-Seshem-Ptah et Nemty-mes) datant de l’Ancien et du Nouvel Empires égyptiens. 
Cette inauguration s’inscrit dans la stratégie du ministère des Antiquités d’ouvrir davantage de sites archéologiques au public afin de redynamiser le tourisme égyptien. 
La cérémonie a eu lieu en présence du ministre des Antiquités égyptien, du gouverneur de Guizeh et de représentants de l’AFD. Elle s’est terminée par une veillée aux chandelles en hommage aux victimes du vol EgyptAir 804. 
 


Rémy Rioux est nommé Directeur général de l’Agence Française de Développement en Conseil des ministres, ce 25 mai 2016

25/05/2016

Sur proposition de François Hollande au Parlement le 27 avril dernier et après un vote favorable à l’unanimité des députés et à la majorité des sénateurs, M. Rémy Rioux, 46 ans, secrétaire général adjoint du ministère des Affaires étrangères et du développement international, est nommé ce jour, en Conseil des ministres, Directeur général de l’Agence Française de Développement, Etablissement Public Industriel et Commercial, en charge du développement des pays du Sud et de l’Outre-mer. 11ème directeur général de l’AFD, Rémy Rioux prendra la tête de l’AFD, le 2 juin 2016.

Né en juin 1969 à Neuilly-sur-Seine, ancien élève de l’Ecole normale supérieure de la rue d’Ulm, de Sciences Po et de l’Ecole nationale d’administration, Rémy Rioux, historien de formation, ancien élève d’Alain Corbin et de Pierre Nora, conseiller maître à la Cour des comptes, a alterné, au cours de sa carrière, des responsabilités en France et au service du développement et de l'Afrique.


Rémy Rioux est nommé Directeur général de l'AFD © Alain Buu

A l’âge de 26 ans, Rémy Rioux découvre le continent africain à l’occasion d’un stage de l’ENA au Bénin, puis en militant pour la promotion de l’harmonisation du droit des affaires en Afrique. Passionné par ce continent, il le sillonne tout au long de sa carrière, y noue des liens forts, et y acquiert une expertise reconnue des enjeux de développement. Au Trésor de 2004 à 2007 puis de 2010 à 2012, il contribue notamment à moderniser la coopération monétaire avec les pays africains membres de la Zone franc, participe à la résolution de la crise ivoirienne et contribue à placer la question des infrastructures et du développement au cœur de l’agenda international du G20. Il est alors administrateur de l’AFD et de sa filiale PROPARCO.

Rémy Rioux a par ailleurs exercé des missions de contrôle dans les secteurs de l'énergie et de la défense à la Cour des comptes entre 1997 et 2004. Il a travaillé au ministère de l’intérieur de 2000 à 2002, au sein du cabinet du ministre Daniel Vaillant, en charge notamment du budget et du passage à l’euro. Il a également exercé des fonctions à l’Agence des participations de l’Etat, de 2007 à 2010, comme directeur de participations en charge des secteurs des transports et des médias, participant au conseil d’administration de différentes entreprises (SNCF, RATP, ADP, Renault, France Télévisions, France Médias Monde, Arte, le Grand Port Maritime du Havre).

En 2012, directeur de cabinet du ministre de l’Economie, des Finances et du Commerce extérieur, Pierre Moscovici, il participe activement à la redéfinition des relations économiques entre l'Afrique et la France et aux travaux menés par Jacques Attali sur la francophonie économique. Deux ans plus tard, Laurent Fabius, ministre des Affaires étrangères et du Développement international, le nomme secrétaire général adjoint du Quai d’Orsay, en charge notamment des questions économiques. A ses côtés, il pilote le volet financier des négociations pour la COP21.

Après l’annonce par le Président de la République, en septembre 2015, d’une relance de la politique française de développement à travers la hausse des financements de 4 milliards d’euros d’ici 2020, pour atteindre 12,5 milliards d’engagements annuels, (dont 5 milliards d’euros en faveur du climat), il est chargé d'une mission de préfiguration du rapprochement entre l'Agence Française de Développement et la Caisse des Dépôts qui doit doter la France d’un outil à même de relever les défis des Objectifs du développement durable.

Homme de dialogue et de conviction, il est très attaché au Massif central, en particulier à la Corrèze et la Lozère, où il séjourne fréquemment, avec sa femme et ses trois enfants.


Dates clefs

  • 26 juin 1969 : Naissance à Neuilly-sur-Seine, France
  • 1997 : auditeur à la Cour des comptes à sa sortie de l’ENA (promotion Marc Bloch), il y deviendra Conseiller Maître en 2013
  • 2001 et 2002 : conseiller budgétaire au cabinet de Daniel Vaillant au ministère de l’Intérieur
  • 2003 : missions de contrôle dans les secteurs de l’énergie et de la défense à la Cour des Comptes
  • 2004 : direction du Trésor, Chef du bureau de la coopération monétaire et du développement avec les pays d’Afrique, des Caraïbes, du Pacifique et de la zone franc
  • 2007 : sous-directeur des transports et de l’audiovisuel de l’Agence des participations de l’Etat
  • 2010 : sous-directeur des affaires financières internationales et développement à la direction générale du Trésor
  • 2012 à 2014 : directeur du cabinet de M. Pierre Moscovici au ministère de l’Economie et des Finances
  • 2014 : secrétaire général adjoint du ministère des Affaires étrangères et du Développement international, chargé notamment des affaires économiques
  • 2015 : responsable des questions financières au sein de l’équipe française de négociation pour la COP21.
  • Juin 2016 : nommé 11ème Directeur général de l’Agence Française de Développement.


 
   
1 
2 
3  4  5   ... 
 
 
Archives

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l’installation de cookies sur votre poste, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. En savoir plus