L’AFD en Algérie / Une coopération fructueuse / Vers un repositionnement stratégique


La retenue du barrage de Tabsekt

► Repères historiques [+]

L’AFD (ex-Caisse centrale de coopération économique) est active en Algérie depuis 1967, date à laquelle elle a pris la suite de la CEDA, Caisse d’équipement pour le développement de l’Algérie. 

A partir de 1999 et du lancement de la politique algérienne de transition vers l’économie de marché, de nombreux projets de développement ont été financés avec des objectifs de soutien à la croissance et à l’emploi. Plusieurs politiques publiques ont ainsi été accompagnées par l’AFD : dans les domaines urbain (amélioration de l’habitat social et de l’accès à l’eau potable), dans le domaine du du transport (principalement ferroviaire), dans le domaine du du soutien aux PMI et PME et, de manière transversale à tous ces secteurs, en matière de renforcement de capacités des acteurs algériens.

Une lecture fine de ces différentes opérations montre que l’activité de l’AFD revêt deux formes complémentaires : d’une part, la coopération financière, par la mise en œuvre de prêts ; et, d’autre part, la coopération technique, par l’octroi de subvention pour la mobilisation d’expertise. La décision des autorités algériennes de ne plus recourir à l’endettement extérieur, prise en 2005, a conduit à une réduction progressive de la coopération financière, au fur et à mesure où les prêts accordés antérieurement à cette date, se décaissaient. Aujourd’hui, l’activité de l’AFD se recentre sur la coopération technique et la formation.

► Bilan tiré par la partie algérienne [+]

Les appréciations portées par la partie algérienne sur la coopération avec l’AFD, exprimées dans le cadre des documents de bilan du Document cadre de partenariat 2000-2012 sont globalement positives. 

 

  • En matière de développement et de mise à niveau des entreprises privées algériennes, un projet AFD de ligne de crédit d’un montant de 40 millions d’euros accordé au Crédit Populaire d’Algérie pour le financement de projets d’investissements et de mise à niveau des PME-PMI du secteur privé est en cours d’exécution depuis 2003.

 

  • En matière de promotion et de diversification des exportations algériennes, un projet AFD de renforcement des capacités exportatrices des PME algériennes a été mis en œuvre entre 2005 et 2010. Doté d’une enveloppe de 2,5 millions d’euros et inscrit dans le cadre du programme de renforcement des capacités commerciales (PRCC) mis en œuvre conjointement par le Ministère français de l’Economie, des finances et de l’Industrie et l’AFD pour aider les pays à participer aux négociations multilatérales, développer les échanges et tirer avantage de la mondialisation, ce projet a permis l’amélioration du niveau d’information pour l’ensemble du dispositif algérien notamment pour les PME exportatrices, l’amélioration de la qualification et la performance des acteurs (entreprises, banques, intermédiaires) du secteur exportation, l’accompagnement des 30 ou 40 PME partenaires du projet dans leurs activités d’exportation (lien vers le projet Pour en savoir plus, lire la fiche projet ).

 

  • En matière de modernisation des infrastructures publiques, les principales actions de la coopération française sont les suivantes :
    • Financement par l’AFD sous forme de prêts, d’actions telles que  :  
      1. une étude d’impact environnemental de Taksebt ouest (qui a abouti au projet du barrage de Taksebt);
      2. le transfert d’eau potable à partir du barrage de Taksebt vers Alger ;
      3. la réalisation d’une unité de déminéralisation à Brédéah (Oran) ;
      4. le diagnostic de l’alimentation en eau potable et de l’assainissement de la région d’Annaba El Kala ;
      5. une étude de faisabilité de la création de l’Ecole de management des ressources en eau d’Oran.
    • Un projet de développement des services ferroviaires voyageurs de la banlieue d’Alger (Thénia et El Affroun) mis en œuvre depuis 2006 et doté d’une enveloppe de 80 millions d’euros (prêt) contribue à mettre en place un système d’exploitation rationnel et performant et à restructurer le réseau ferroviaire de la région d’Alger pour séparer les trafics de fret et de passagers (Pour en savoir plus, lire la fiche projet );
    • Un projet de restructuration des quartiers dégradés, doté d’une enveloppe de 25 millions d’euros (prêt) et géré par la Caisse Nationale du Logement, est en cours depuis 2005 et concerne la réhabilitation de 43 sites localisés dans 19 wilayas du pays représentant près de 100.000 habitants (Pour en savoir plus, lire la fiche projet );
    • Un projet de participation au programme de reconstruction post-séisme, doté d’une enveloppe de 50 millions d’euros (prêt) et géré par la Caisse Nationale du Logement (CNL), a été mis en œuvre depuis 2004  pour financer la reconstruction d’infrastructures et services de base, la réhabilitation d’immeubles endommagés et la construction de nouveaux logements sécurisés en faveur des populations des zones sinistrées par le séisme de mai 2003 (Pour en savoir plus, lire la  fiche projet ).

 

  • En matière de développement durable et environnement, la coopération française a apporté son concours financier (via l’AFD, gestionnaire du FFEM- Fonds Français pour l’Environnement Mondial)  aux projets d’étude de pré-investissement pour la dépollution du golfe de Ghazaouet dans le cadre du Plan d’action pour la Méditerranée (depuis 2005) (Pour en savoir plus, lire la  fiche projet ) et d’appui au Commissariat National du Littoral (aménagement et gestion de deux sites pilotes littoraux- îles Habibas et ensemble des sites naturels de Tipaza) (Pour en savoir plus, lire la  fiche projet ). Une autre subvention AFD- FFEM a été accordée à une association algérienne pour protéger la réserve forestière en zone steppique de Djelfa (Pour en savoir plus, lire la  fiche projet ).

 

  • En matière d’appui au système éducatif algérien, un projet d’appui à la qualité du secteur éducatif doté d’une enveloppe financière de 1.5 million d’euros a été initié en mai 2006 par l’AFD pour le compte du Ministère de l’Education Nationale avec comme objectifs : la valorisation des ressources humaines par le développement des outils de formation en gestion et en pédagogie des cadres du secteur de l’Education Nationale, la formation des cadres du secteur en gestion administrative et en gestion des ressources humaines, le soutien au projet d’établissement au niveau de l’enseignement secondaire, l’assistance technique pour l’identification des caractéristiques fonctionnelles des lycées pour en améliorer la gestion pédagogique et administrative et identifier les besoins en formation, la formation en vue d’améliorer le rendement intérieur des lycées et la consolidation et le développement des outils d’évaluation des acquis des élèves des cycles d’enseignement en conformité avec les nouveaux programmes. (Pour en savoir plus, lire la fiche projet ).

 

  • En matière de développement de la coopération entre les sociétés civiles algériennes et françaises, la partie française poursuivra ses actions en faveur du renforcement des capacités des organisations de la société civile algérienne en appui aux politiques publiques. Ces actions concernent :
    1. le soutien aux micro-projets portés par les associations des deux pays notamment en direction des populations en difficulté ;
    2. le renforcement des capacités associatives via la mise en œuvre du programme de formation de cadres associatifs algériens en partenariat avec des associations françaises (financement de bourses de stages, formations, missions, invitations) ;
    3. la participation au Comité de pilotage du Programme Concerté pluri-acteurs (PCPA) qui regroupe 120 associations des deux pays et a pour vocation d’appuyer l’action associative dans le domaine de l’enfance et de la jeunesse (Pour en savoir plus, lire la fiche projet ).

 

► Un nouveau mandat : renforcement de capacité, formation, coopération technique [+]

Suite à la décision des autorités algériennes, prise en 2005, de ne plus recourir à l’endettement extérieur, la coopération de l’AFD se recentre sur le renforcement de capacité, qui est appelé à prendre plusieurs formes :  

 

  • un élargissement des activités du CEFEB au bénéfice de partenaires algériens ;

 

  • la poursuite des opérations de coopération technique financée sur don, à partir de Fonds spécifiques, tels le Fonds français pour l’environnement mondial ( FFEM ), le Programme de renforcement des capacités commerciales (PRCC), ou le Fonds dédié au financement des partenariats des ONG françaises de solidarité internationale ;

 

  • des outils spécifiques de renforcement de capacités et d’assistance technique , encore à l’état d’ébauche.

► Élargissement des activités du CEFEB au bénéfice de l'Algérie [+]

La mission du CEFEB qui est l’Université d’entreprise du Groupe de l’AFD, est de former aux enjeux et aux métiers du développement les responsables publics et privés des pays avec lesquels l’AFD est en partenariat. Le CEFEB offre des formations diplômantes et des formations qualifiantes, qui sont bien sûr ouvertes à des étudiants et des auditeurs algériens, selon les procédures d’admission habituelles.

  • Le CEFEB propose un Mastère 2 "maîtrise d’ouvrage publique et privée" et montage et gestion de projet, qui est délivré en partenariat académique avec l’Ecole d’économie de l’Université d’Auvergne ; et dont l’accréditation LMD est renouvelée pour la période 2012-2017. Ce Mastère s’adresse à un public d’étudiants déjà en situation professionnelle, qui ont fait le choix d’une année de césure dans leur carrière pour acquérir des connaissances et savoir-faire nouveaux. Ce ne sont pas moins de douze étudiants algériens, qui ont ainsi pu bénéficier de cette formation diplômante qui existe depuis 2006.

 

  • Le CEFEB propose également des séminaires qualifiants (une cinquantaine par an pour environ 1 millier d’auditeurs). 25% des bénéficiaires de ces séminaires à la carte sont issus de la zone Méditerranée
 
En Algérie, des partenariats académiques ont été identifiés avec des instituions de formation spécialisées et sont en cours de préparation :
 
  • Avec l’IAHEF, Institut algérien des hautes études économiques et financières  qui est un institut de formation sous double tutelle des ministères des finances et de l’énergie, dont les actionnaires sont les banques publiques, les compagnies d’assurance et la SONATRACH  qui a l’ambition de monter un cycle de type Mastère banque et finance, il s’agit pour le CEFEB d’apporter des inputs pédagogiques ciblés sur la stratégie et le positionnement de marché et sur la responsabilité sociétale des banques ; (fiche projet à venir)

 

  • Avec le Ministère des ressources en eau, il s’agit pour le CEFEB d’accompagner la formation d’ingénieurs, sur les compétences de chefferie de projet et sur les fonctions attachées à la mission d’ « autorité concédante » du ministère ; cette formation, qui est le complément du projet d’ « Appui à la création de l’Ecole supérieure de management des ressources en eau » (voir ci-dessous), prendrait la forme de séminaires régionaux à Alger, Oran et Constantine. (fiche projet à venir) .

 

► Portefeuille 2012 des projets de coopération technique [+]

Des opérations de coopération technique financée sur don sont en cours de mise en œuvre, à partir de Fonds spécifiques :

  • Le projet FFEM, Fonds français pour l’environnement mondial, intitulé « Appui au Commissariat national du littoral », d’un montant de 1,2 M€ (dont la convention a été signée en 2006), est mis en œuvre en partenariat, du côté français, avec le Conservatoire français du littoral. Ce projet d’appui à la mise en œuvre de la politique de gestion intégrée des zones côtières vise à expérimenter sur deux sites littoraux terrestres et marins − les Îles Habibas au large d’Oran et l’Anse de Chenoua à Tipaza.
    ► Pour en savoir plus (PDF)
 
  • Un nouveau projet FFEM, en phase de lancement, est intitulé «  Optimiser la production de biens et services par les écosystèmes boisés méditerranéens dans un contexte de changements globaux  », d’un montant total au niveau régional de 2 ,65 M€ (mis en place en novembre 2011), a deux points d’application en Algérie : la forêt de Senalba Djelfa (pin d’Alep) et la forêt de Chréa (écosystème désertique). Ce projet se rattache au « Partenariat collaboratif pour les forêts méditerranéennes », cadre dans lequel l’Algérie héberge à Tlemcen la 3ème Semaine des forêts méditerranéennes, en mars 2013. ► Pour en savoir plus (PDF)
 
  • Le projet "Programme concerté pluri-acteurs en Algérie, Joussour", d’un montant de 2,37 M€ (mis en place en 2009) est financé par le Fonds dédié au financement des partenariats des ONG de solidarité internationale ; il est piloté par le CFSI, Comité français de solidarité internationale. Ce projet vise à renforcer les ONG algériennes et françaises d’appui à l’enfance et à la jeunesse et de favoriser leur mise en réseau, avec une attention particulière donnée au dialogue public-privé.
    ► Pour en savoir plus (PDF)
 
  • Le projet « Appui à la création de l’Ecole supérieure de management des ressources en eau », d’un montant de 0,5 M€ (dont la convention a été signée en décembre 2009) financé sur un FERC (Fonds d’étude et de renforcement de capacité)  ; il vise à renforcer les compétences des agents intervenant dans la gestion du service de l’eau et dans ce but, consiste à apporter des appuis intellectuels nécessaires à la création de cette école, notamment à travers l’ingénierie de formation et la formation de formateurs
    ► Pour en savoir plus (PDF)
 
 
A l’avenir, l es activités de l’AFD vont s’inscrire dans le cadre du DCP, Document Cadre de Partenariat 2013-2017, qui a été signé à l’occasion de la visite en Algérie du Président de la République française, en décembre 2012.
Mise à jour en janvier 2014

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l’installation de cookies sur votre poste, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. En savoir plus