L'AFD au Liban


Vallée de la Qadisha © Daoud Bouledroua

 

L’AFD est une institution financière publique qui agit depuis 70 ans pour lutter contre la pauvreté et favoriser le développement économique dans les pays du Sud et dans les Outre-mer. Présente sur quatre continents, l’AFD dispose d’un réseau de 71 agences et bureaux de représentation. Elle finance et accompagne des projets dans plus de 90 pays afin d’améliorer les conditions de vie des populations, soutenir la croissance économique, protéger la planète et aider les pays fragiles ou en sortie de crise.

Les actions de développement qu’elle soutient sont portées par des Etats, des collectivités locales, des entreprises publiques ou privées et des ONG. Sa filiale PROPARCO, dédiée au secteur privé, soutient la création d’emplois, la compétitivité des entreprises et l’émergence de l’entreprenariat.

Selon les zones géographiques et les défis auxquels les pays sont confrontés, l’AFD a défini des priorités d’action différentes. Les secteurs d’intervention prioritaires sont : la santé, l’éducation et la formation professionnelle, l’agriculture et la sécurité alimentaire, le développement durable et le climat, le soutien à la croissance. En Méditerranée et au Moyen-Orient, l’AFD cherche à agir pour l’emploi et pour réduire les inégalités sociales et territoriales.

15 ans d'intervention au Liban

L'AFD a été autorisé à intervenir au Liban en 1999, à la suite de l’intégration du pays dans la Zone de Solidarité Prioritaire de la France (zone géographique dans laquelle la France a mis en place une coopération étroite). L’action de l’AFD a eu notamment pour objectif d’appuyer la stabilisation du pays et de rechercher une meilleure exploitation de son potentiel de croissance.

Depuis 1999, l’AFD a signé 27 accords de financements pour un montant cumulé de 1.033 M€, dont deux prêts d’aide budgétaire, l’un de 500 M€ au titre de l’accord de « Paris II » et l’autre de 250 M€ au titre de l’accord de « Paris III ». Le financement de projets s’élève quant à lui à 283 M€. Par ailleurs, sa filiale PROPARCO est intervenue pour un montant global de l’ordre de 60 M€ sur la même période. Le Fonds français pour l’environnement mondial (FFEM), dont l’AFD assure le secrétariat, a également consenti près de 2,5 M€ de subventions dont 1,4 M€ pour le projet d’appui aux réserves naturelles du Liban.

 

 

 

 

 

Sur la période 1999 – 2012, l’AFD a concentré ses activités sur trois domaines : l’eau et l’assainissement, le soutien au secteur productif et le développement urbain.
 

L'eau et l'assainissement est un secteur historique d’intervention de l'AFD. L’agence finance depuis 1999 des programmes d'adduction et de réhabilitation de réseaux d'eau potable (Casa de Jezzine, Liban Sud, agglomération du Tripoli) et un projet de collecte et de traitement des eaux usées en Liban Nord. Un nouveau projet d’assainissement doit être mis en œuvre au bénéfice du Casa de Jounieh – Kesrouan. Les enjeux de ce secteur au Liban portent sur la gestion durable de la ressource, la clarification du rôle des acteurs et le recouvrement des coûts. Ces principes sont contenus dans le code de l’eau, cadre sectoriel dont l’élaboration a été soutenue depuis près de 10 ans par la coopération française et qui doit encore être adopté par le gouvernement libanais.

 

L'appui au secteur productif est la deuxième priorité d'intervention de l'agence. L’AFD agit dans le domaine de l’aide à la création d’entreprises et à l’innovation à travers ses interventions en faveur de l’incubateur d’entreprises Berytech et du centre universitaire de recherche « Pôle technologie santé » de l’Université Saint-Joseph. Au lendemain du conflit de 2006, pendant lequel de nombreuses entreprises ont été particulièrement affectées, l’agence a appuyé des opérateurs privés libanais dans leur démarche de reconstruction et de développement d’une offre compétitive. Par le financement de lignes de crédit à 5 banques libanaises, l'AFD a favorisé la relance de l’activité des petites et moyennes entreprises privées libanaises. Les interventions par intermédiation bancaire ont par la suite été poursuivies en faveur de la micro-finance, de l’éducation (prêts aux étudiants) et de la santé (hôpitaux privés).

 

Les projets de développement urbain soutenus au Liban répondent aux priorités de cohésion sociale et territoriale du pays. L’AFD a financé le programme « patrimoine culturel et développement urbain » qui porte sur la protection et la valorisation des centres historiques, dont ceux de Tyr et de Tripoli, afin de créer les conditions d’un développement économique de ces villes et d’une amélioration des conditions de vie de leurs habitants. Un volet de renforcement institutionnel au profit des municipalités et des Directions Générales de l’Urbanisme (DGU) et des Antiquités (DGA) a également été mis en place. Dans le cadre de ses appuis aux coopérations décentralisées françaises, l’AFD cofinance avec le Département de l’Oise un projet de réhabilitation du souk de la municipalité de Zahlé, et avec la Région î le de France les études pré-opérationnelles pour un projet d’aménagement des espaces publics de Beyrouth.

Perspectives d'intervention

L’AFD poursuivra ses actions dans les domaines où ses compétences et son savoir-faire sont déjà reconnus.

Dans le but de contribuer à la réduction de la fragmentation sociale et territoriale, et à l’accroissement du potentiel de croissance du pays, les interventions de l’AFD visent plus particulièrement depuis 2012 à :

  • soutenir les populations vulnérables,

  • favoriser un accès équitable aux services de base,

  • renforcer le secteur privé,

  • promouvoir le patrimoine urbain et l’aménagement du territoire.

 

Ainsi, l’AFD a progressivement élargi son champ d’intervention à de nouveaux secteurs : éducation, efficacité énergétique, formation professionnelle, agriculture et développement local.

Dans le contexte actuel de la crise syrienne et de ses répercussions dans les pays voisins, l’AFD a lancé une Facilité régionale Liban-Jordanie pour la réalisation de projets d’amélioration des conditions de vie des populations réfugiées de Syrie et de leurs communautés d’accueil par des ONG.

Dans une perspective de convergence avec l’Europe en Méditerranée, l’AFD poursuivra et renforcera sa collaboration avec l’Union européenne et la Banque européenne d’investissement (BEI).

Mise à jour en août 2015

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l’installation de cookies sur votre poste, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. En savoir plus