L'AFD accompagne la Tunisie depuis 1992. Elle l'appuie dans ses politiques de croissance et d’emploi, de formation professionnelle, de réhabilitation des quartiers populaires, de développement rural et de préservation de l'environnement.

À la une

L’AFD contribue au financement de la petite agriculture familiale en Tunisie

13/04/2016

L’AFD apporte un financement d’un montant équivalent à 10 M€ en dinars tunisiens au bénéfice de l’institution de microfinance EndaTamweel , pour renforcer son activité de crédit dédiée au financement de l’agriculture et de l’élevage.

Répondre aux besoins des petits agriculteurs

Cet accord de prêt signé entre M. Philippe-Cyrille Berton, directeur de l’AFD en Tunisie et Mme Essma Ben Hamida, Directrice Générale d’EndaTamweel vise à soutenir la place de l’agriculture familiale en Tunisie dans les régions du Nord-Ouest et du Centre-Ouest où malgré des potentialités en matière de microfinance agricole, l’offre de financement demeure faible.

Grâce à son réseau de 79 antennes implantées sur l’ensemble du pays, dont près de la moitié en milieu rural et à la création des produits Mawsem et Méchia, destinés spécifiquement à répondre aux besoins des petits agriculteurs, Enda, première institution de microfinance du pays, dispose des moyens et de l’expertise nécessaires pour répondre à cette demande.

Depuis 2007, Enda a commencé à servir les populations des zones rurales en accordant plus de 301 000 prêts pour le financement de l’agriculture et de l’élevage et ce, à hauteur d’un montant total cumulé de 370 millions de dinars tunisiens.

Le renforcement du pouvoir d’action des femmes en milieu rural

Le financement concessionnel (taux d'intérêt bonifié) apporté par l’AFD permettra à Enda de refinancer les micro-entrepreneurs agricoles en cohérence avec sa mission d’inclusion sociale, sur  un secteur caractérisé par une forte dispersion géographique et des conditions d’accès parfois difficiles.

L’offre d’Enda permet d’agir non seulement au niveau du besoin de financement des éleveurs et petits agriculteurs par l’accès aux crédits de campagne, mais propose également un accompagnement spécifique des bénéficiaires, à travers la formation du personnel d’Enda aux techniques d’agriculture et d’élevage. Les fonds alloués visent aussi le renforcement du pouvoir d’action des femmes en milieu rural par le financement d'activités agricoles durables intégrées au contexte socio-économique local.

200 000 bénéficiaires potentiels

La ligne de crédit de l’AFD (le prêt accordé à Enda pour qu'elle puisse à son tour prêter aux exploitants agricoles) pourrait bénéficier à plus de 40 000 bénéficiaires directs, et grâce à l’effet d’entraînement qui permettra d’améliorer le niveau de vie de l’ensemble du ménage, le nombre de bénéficiaires indirects pourrait atteindre 200 000 personnes.

L’AFD soutient le secteur de la microfinance depuis plusieurs années en Tunisie, et appuie en particulier les initiatives visant à développer l’activité économique et créer de l’emploi dans les régions de l’intérieur du pays. En 2013, l’AFD a signé une première convention de financement de 2M€ en dinars tunisiens pour permettre à Enda de servir plus d'agriculteurs en zone rurale.



ONG : lancement du Programme Concerté Pluriacteurs Soyons Actifs/Actives 2016/2018

15/03/2016

Le programme concerté pluri-acteurs Soyons Actifs/Actives (encore appelé PCPA Tunisie) réunit près de 50 organisations de la société civile tunisienne et française et a pour ambition la réduction des inégalités et l’accès aux droits des populations tunisiennes à travers plusieurs secteurs. Il démarre sa phase opérationnelle avec un soutien de l’AFD à hauteur de 2,594 millions d'euros pour trois ans.

Regroupant associations, ONG, syndicats, coopératives, le programme travaille selon une approche concertée du développement, en réunissant acteurs non gouvernementaux, représentants des pouvoirs publics tunisiens et français, mais également des collectivités territoriales des deux pays dans le but de favoriser l’accès l’éducation, l’insertion socio-professionnelle à travers notamment l’économie sociale et solidaire et de la citoyenneté active.
 

 

Coordonné par l’ONG française Solidarité Laïque , ce programme pluri-acteurs a démarré en 2012 par une phase pilote de diagnostics territoriaux. À partir de 2014, il est entré dans une phase de construction et de renforcement des capacités de ses membres. À l’occasion de son assemblée plénière qui aura lieu les 18 et 19 mars prochains à Tunis, le programme sera engagé pendant trois années pour soutenir des projets innovants issus de la société civile dans les territoires les plus marginalisés et en faveur des populations les plus vulnérables. Il pourra accueillir de nouveaux membres tout au long de sa mise en œuvre.
 

Le soutien de l'AFD s'inscrit dans la logique des objectifs du programme mais aussi dans une logique de renforcement de capacités de la société civile à mener des actions de proximité, à se structurer, à dialoguer avec les autorités et à participer aux politiques publiques.

Le programme sera mis en œuvre en synergie et en complémentarité avec d’autres programmes visant le soutien à la société civile tunisienne, notamment le PISCCA (Projets innovants des sociétés civiles et coalitions d’acteurs) de l’Institut français de Tunis et le PASC (Programme d’Appui à la société civile) de la Délégation de l’Union européenne à Tunis.
 



Voyage d’étude « e-santé » en France

09/03/2016

Dans le cadre de son appui à la stratégie tunisienne de développement du digital, l’AFD a organisé du 22 au 26 février 2016 un voyage d’études sur le thème de l’e-santé en France à l’attention de représentants de plusieurs ministères de la République de Tunisie

L’AFD en appui au développement du numérique en Tunisie

L’AFD a été sollicitée en 2015 par la République de Tunisie, pour l’accompagner dans la conception et l’exécution de son Plan national stratégique (PNS) « Tunisie Digitale », dont l’objectif est le développement des infrastructures et des usages du numérique sur l’ensemble du territoire, en favorisant en particulier les régions défavorisées. A ce titre, l’« e-santé » a été retenue comme l’une des priorités sectorielles du PNS, et l’AFD désignée comme chef de file des bailleurs de fonds sur cette thématique. Dans ce cadre, un programme de coopération technique sera mis en place afin d’accompagner la République de Tunisie dans la conception et la mise en œuvre d’une stratégie « e-santé ».

S’enquérir des expériences françaises en matière d’e-santé

L’une des premières étapes de cette coopération a été d’organiser un voyage d’études « e-santé » afin que les partenaires tunisiens (Ministère de la santé, Ministère des affaires sociales, Ministère des technologies de la communication et de l’économie numérique) prennent connaissance du dispositif et des expériences françaises dans ce domaine. La délégation tunisienne a ainsi pu rencontrer les principaux acteurs de l’e-santé en France, qu’ils soient publics (MASSDF, ASIP, ATIH, ANAP, CNAMTS…) comme privés (CATEL, CNOM, CAPDIGITAL, SNITEM, ORANGE HEALTHCARE, CEGEDIM, MEDASYS, H4D, SOFTWAY MEDICAL)

►Télécharger le programme

Au cours de ce voyage d’études, de nombreux points stratégiques ont pu être abordés ; le rôle et les modalités de l’action publique pour le développement de l’e-santé, aux niveaux central et déconcentré, l’état du déploiement du dossier médical partagé et ses nouvelles perspectives, les programmes d’investissements « hôpital numérique » et « territoires de soins numérique », l’importance des approches participatives dans la conception et la mise en œuvre des projets d’e-santé, la privatisation du marché des systèmes d’information et les enjeux sous-jacents de régulation, d’interopérabilité et de sécurité ou encore les nombreuses potentialités de l’e-santé pour renforcer le pilotage du secteur, l’allocation des ressources, la coordination et la qualité des soins.

Ce programme a permis à la délégation tunisienne de cibler les expériences dont ils pourraient s’inspirer et de faire émerger des orientations pour le futur programme « e-santé » de coopération technique, en vue d’un financement à travers le fonds d’expertises techniques et d’échanges d’expériences (FEXTE).



Signature d’une coopération technique « Transport urbain » en appui au Ministère du Transport tunisien

02/02/2016

Le Ministre du Transport tunisien, l’AFD et la Codatu ont signé le 2 février 2016 en présence de l’Ambassadeur de France une convention de partenariat dans le secteur du transport urbain, première étape de la mise en œuvre d’une coopération technique « Transport urbain » en Tunisie. Ce partenariat d’un montant global de 600 000€ sur une durée de deux ans appuiera l’ensemble des acteurs du transport public (Ministère, entreprises publiques et exploitants des réseaux) pour le développement d’un réseau de transport urbain efficace, intelligent et permettant de faciliter la mobilité et l’accès aux opportunités des Tunisiens dans les grandes agglomérations et en particulier dans le Grand Tunis où les problématiques d’engorgement sont fortes.

Ce partenariat permettra notamment des échanges d’expériences entre institutions françaises et tunisiennes, et la mobilisation d’expertise de pointe fournie par des entités reconnues pour leurs compétences sur la thématique du transport urbain. A cet égard, l’expérience française en matière de transports collectifs urbains sera valorisée et permettra de mettre en œuvre des échanges fructueux, tant sur le plan institutionnel sur des sujets tels que la mise en place d’une autorité organisatrice des transports au niveau local, d’un système de tarification intégrée ou les modes de financement des infrastructures, que sur le plan technique et technologique sur lequel l’expérience française est reconnue.

Afin de faciliter la réalisation de ces actions, la convention signée entre le Ministère, l’AFD et la Codatu permettra la mise à disposition, à plein temps auprès du Ministère, d’un expert du secteur des transports qui accompagnera au quotidien les autorités dans l’identification de leurs besoins. Seront mobilisées pour la mise en œuvre de ce projet la Codatu, dont l’expérience en matière de développement des transports urbains et périurbains fait référence, ainsi que des expertises publiques (CEREMA) et privées de bureaux d’études reconnus dans le secteur.

La mise en place de cette coopération confirme la place de l’AFD comme partenaire historique et privilégié du secteur du transport urbain en Tunisie, qui finance des projets emblématiques et structurants pour le Grand Tunis tels que l’extension du métro léger pour un montant de 40M€, ou encore le financement pour 50 M€ de la première tranche du Réseau Ferroviaire Rapide (RFR) du Grand Tunis et étudie actuellement le financement d’un projet d’inversion de la boucle centrale dans le centre-ville de Tunis et son aménagement pour en faire un pôle d’échanges multimodal.



Lancement du programme d'appui à la formation et à l'insertion professionnelle

26/01/2016

Dans le cadre de la réforme du dispositif national de formation professionnelle tunisien, le séminaire de lancement du Programme d’Appui à la Formation et à l’insertion Professionnelle (PAFIP) s'est tenu les 26 et 27 janvier en Tunisie.

 Ce séminaire organisé par le ministère de la Formation Professionnelle et de l’Emploi (MFPE) en partenariat avec l’AFD, l’Union tunisienne du Commerce et de l’Artisanat (UTICA), et l’Union générale tunisienne du Travail (UGTT) marque le démarrage opérationnel du programme PAFIP et participe à assurer l’implication de tous les intervenants dans la réalisation.

1ère déclinaison de la réforme du dispositif national de formation professionnelle

Le PAFIP est la première déclinaison opérationnelle de la réforme du dispositif national de formation professionnelle (DNFP), dont le programme exécutif vient d’être approuvé en novembre 2015. Fort d’un partenariat historique et continu entre l’AFD et le ministère et d’un large processus de consultation des parties prenantes, ce programme vise à favoriser l’employabilité et l’insertion professionnelle des jeunes tunisiens et tunisiennes par :

  • une montée en gamme globale du dispositif de formation,
  • une démarche systémique centrée sur le renforcement de capacité des acteurs aux niveaux central et local
  • une plus grande ouverture des centres sur leur bassin d’emplois.

Les parties prenantes tunisiennes (ministère et structures régionales et sous-tutelle, UGTT et UTICA) et leurs partenaires techniques et financiers (AFD, UE, …) travailleront de concert pour atteindre les objectifs du projet, qui durera 5 ans.

Le financement

L'appui au programme PAFIP, d’un montant total de 27, 7 millions d'euros, se compose d’un prêt de l’AFD 24 millions d'euros assorti d’une subvention de 700 000 €  signés le 16/09/2015, et d’un don de l’Union Européenne de 3 millions d'euors mis en œuvre par l’AFD.

Le séminaire a été inauguré par le ministre de la Formation professionnelle et de l’emploi, de l’ambassadeur de France, François Gouyette, du chef de coopération de la Délégation de l’Union Européenne en Tunisie, Armelle Lidou, du représentant de l’UGTT, Jabrane Bouraoui,  et du représentant de l'UTICA, Abdelaziz Halleb.
 





Énergie : 120 millions de dollars pour soutenir l'ETAP

18/12/2015

Pour accompagner la stratégie énergétique du gouvernement tunisien, l'AFD a signé un accord de crédit de 120 millions de dollards avec l’Entreprise tunisienne d'activités pétrolières (ETAP) le 18 décembre 2015.

Le financement aidera la mise en exploitation de nouveaux champs gaziers et la valorisation de gaz associés de gisements de petite taille. Deux composantes seront particulièrement concernées :

  • la phase Tataouine du Projet Nawara intitulé : Projet Gaz de Tataouine

Cette phase comprend le financement des infrastructures de transport et de traitement de gaz à travers la construction d'un pipeline de 94 km de long et d’une unité de traitement de Gaz à Tataouine suivie d'une unité de mise en Bouteille du GPL produit.

  • l'Unité de Valorisation de Gaz Torchés dans la concession de Bir Ben Tartar 

Le crédit aidera à financer des infrastructures de traitement de gaz  associé à travers la construction d’une petite unité de traitement de gaz à Bir ben Tartar suivie d'une unité de production d'électricité et de la ligne de transport électrique pour se connecter au réseau national principal d'électricité.


Ce partenariat soutient la démarche d'ETAP en vue de maximiser les retombées économiques et sociales des nouveaux champs gaziers dans le gouvernorat de Tataouine. En valorisant les gaz associés torchés, le projet soutenu contribue à la démarche environnementale de l'entreprise et à la rentabilisation additionnelle des petits gisements pétroliers tout en créant une dynamique industrielle locale.  En gérant directement la réalisation des deux composantes,  ETAP se lancera par ailleurs en tant qu'Opérateur à travers ce projet.

 



 
 
1 
2  3  4  5   ... 
 
 
Archives

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l’installation de cookies sur votre poste, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. En savoir plus