L'AFD accompagne la Tunisie depuis 1992. Elle l'appuie dans ses politiques de croissance et d’emploi, de formation professionnelle, de réhabilitation des quartiers populaires, de développement rural et de préservation de l'environnement.

À la une

La planification urbaine et développement durable : Sfax à l’horizon 2030

10/04/2015

Le Gouvernorat de Sfax, la Ville de Sfax, la société Taparura et l’association BEIT EL KHIBRA organisent en partenariat avec l’AFD, un séminaire sur la planification urbaine à Sfax les 14 et 15 avril 2015 à l’hôtel Syphax.

L’objet du séminaire  est de contribuer à la réflexion sur une meilleure planification urbaine et, par la même, à un développement urbain sain et durable du Grand Sfax.

Veuillez cliquer ici pour lire la suite.



Résultats 2014 de l’Agence Française de Développement : Plus de 8 milliards en faveur d’un monde plus juste et plus durable

17/03/2015

Anne Paugam, Directrice générale de l’AFD, a présenté ce jour les chiffres clés de l’activité 2014 de l’acteur pivot de l’aide publique française au développement. Avec 8,1 milliards d’euros d’engagements, en hausse de +4%,  l’AFD réalise une nouvelle année historique en faveur d’un monde plus juste et plus durable.

"La mission de l’AFD est au cœur de l’enjeu des années à venir, qui est de faire émerger de nouveaux modèles de développement qui permettent à la fois d’assurer la prospérité de l’ensemble de la population mondiale et de préserver la planète. Nous y contribuons en adaptant nos actions aux besoins des pays partenaires", a précisé Anne Paugam, Directrice générale de l’AFD.

Institution publique qui met en œuvre la politique de la France en matière de financement du développement, l’AFD, présente sur quatre continents, dans plus de 90 pays et dans les Outre-mer français, agit au quotidien pour répondre aux demandes de ses partenaires. A la clef, des investissements dans le capital humain, le soutien au secteur privé, le financement de projets de transports collectifs, l’accompagnement de politiques publiques des Etats mais aussi des collectivités territoriales, afin de favoriser des trajectoires de développement plus justes et plus durables.

Face aux défis du dérèglement climatique, dont les impacts concernent l’ensemble de la planète, l’AFD apporte au quotidien la démonstration qu’il existe des solutions concrètes qui concilient climat et développement. En 2014, 53 % des financements de l’AFD en faveur du développement dans les pays en développement ont généré des impacts positifs dans la lutte contre le dérèglement climatique et 30% pour sa filiale Proparco en faveur du secteur privé.
 

Des impacts concrets

Les actions de l’AFD sont porteuses d’impacts concrets. Entre 2012 et 2014, les projets en cours ont permis :

  • la scolarisation de 2 millions d’enfants au primaire et au collège ;
  • l’amélioration de l’habitat pour 2,3 millions de personnes ;
  • l’accès de 2,75 millions de personnes à une source pérenne d’eau potable ;
  • l’appui au développement de 246 000 petites entreprises ;
  • le soutien à 771 000 exploitations agricoles familiales ;
  • la conservation et la gestion durable de 32 millions d’hectares d’espaces naturels permettant la préservation de la biodiversité.

 

infographie secteurs
 

 

Une année historique en faveur du climat : 53 % des financements

En 2014, 53 % des financements de l’AFD en faveur du développement dans les pays en développement et près de 30% de ceux de sa filiale Proparco en faveur du secteur privé ont aussi eu des impacts positifs dans la lutte contre le dérèglement climatique en application d’une stratégie climat parmi les plus ambitieuses des institutions financières internationales de développement, mise en place à la demande du gouvernement français. Cela a représenté en 2014 plus de 2,8 Md€ d’engagements financiers dont 2,53 Md€ pour l’AFD. Depuis 2005, 18 milliards d’euros ont été consacrés par l’AFD à des projets qui concilient développement et climat.
 

infographie climat

 

 

 

 

Premières obligations climat de l’AFD

L’AFD a émis pour la première fois des « obligations climat » ("climate bonds") d’une maturité de 10 ans, qui financeront des projets contribuant au développement, mais aussi à la lutte contre le dérèglement climatique.
Cette émission obligataire « climat », d’un montant d’un milliard d’euros, est la première du genre réalisée par une agence publique française. Elle marque un tournant dans la conception des instruments financiers en faveur de la transition vers une économie sobre en carbone. Par sa méthodologie rigoureuse et innovante, reposant sur une évaluation systématique de l’empreinte carbone des projets financés, l’AFD cherche à démontrer  aux financeurs qu’il est possible d’orienter une partie de la finance internationale vers des actifs « climat ».


 


Afrique Subsaharienne : des engagements records

En 2014, les financements en Afrique subsaharienne atteignent le volume record de 2,95 milliards d’euros, soit 36,5% des financements totaux du groupe AFD (45 % des financements dans les Etats étrangers). A travers ce fort engagement, qui s’inscrit dans l’objectif fixé par le Président de la République d’apporter 20 milliards d’euros de financements au continent d’ici à 2018, l’AFD vise à accompagner l’émergence de l’Afrique dans ses trajectoires de croissance. Les projets soutenus par l’AFD ouvrent l’accès aux services essentiels, permettent l’essor de villes durables, de l‘agriculture familiale, la préservation des ressources naturelles, le développement des infrastructures et d’entreprises créatrices d’emplois.


 

inforgraphie

 

 

 

 

Crises : des modes d’intervention et des outils spécifiques

Au Mali, en République Centrafricaine, en Guinée… dans des pays en conflit armé ou récemment sortis de conflits, l'AFD a adapté ses modes d’intervention et ses outils à la spécificité de ces contextes, afin de gagner en réactivité et de mieux collaborer avec les différents partenaires et acteurs de l’urgence et du développement. Parmi les projets marquant de 2014 on peut citer :

  • Ebola : un nouveau centre de traitement en Guinée forestière a pu être mis en place grâce à  une subvention de 5 M€ via un contrat de développement et de désendettement
  • Fonds Bêkou : crée à l’initiative de l’AFD, ce fonds doté fin 2014 de 64M€ permet aux bailleurs européens de mutualiser leurs financements pour accompagner le processus de gestion puis de sortie de crise en RCA. Il a pour objectif de recréer les services essentiels, de contribuer au développement économique et de favoriser la stabilité du pays et de la sous-région.
     

 

 

 

► Synthèse du bilan de l’activité 2014

 

► En savoir plus sur l'AFD en 2014



Rencontre sur la réhabilitation des quartiers populaires à Sfax

05/02/2015

L’AFD a réalisé une exposition photographique à la Maison de France de Sfax, sur la réhabilitation des quartiers populaires en Tunisie sous le thème « Rendre la ville accessible à tous ». En parallèle, un atelier sur les programmes de réhabilitation urbaine et la politique de la ville en Tunisie a eu lieu le 5 février.

 

Après une première exposition à Tunis au printemps dernier, le centre culturel français de Sfax accueille actuellement l'exposition photographique d' Augustin Le Gall , jusqu’à la fin du mois de mars. Ces photos sont le fruit du travail qu'il a réalisé en parcourant plusieurs quartiers populaires dans six villes tunisiennes : Gafsa, Kairouan, Kef, Médenine, Sfax et le Grand Tunis, en janvier 2014. Il a pris sur le vif le quotidien de la population dans ces quartiers, où certains sont en attente de réhabilitation et d’autres en chantier ou récemment réhabilités.
 

 

En marge de cette exposition a été organisé le 5 février, un atelier de travail réunissant autour de l’AFD et du photographe, l’Agence de réhabilitation et de rénovation urbaine , des experts du secteur, l’agence tunisienne des urbanistes ou encore des représentants de la société civile.

 


 

Cet atelier a été l’occasion de débattre sur l’impact des programmes de réhabilitation urbaine et sur les enjeux de structuration d’une politique de la ville en Tunisie. Il a permis de mettre en avant les interventions effectuées en Tunisie par l’AFD dans ce secteur depuis près de 20 ans, tout en ouvrant un espace de dialogue avec toutes les parties prenantes concernées par ce sujet, conformément à la vocation initiale de cette exposition.



Ateliers sur l’accès et le maintien des femmes à des emplois de qualité en Tunisie

30/01/2015

L’emploi des femmes représente un enjeu essentiel pour un pays comme la Tunisie.
Quels sont les grands chantiers pour y parvenir ? Des réponses concrètes sont proposées dans le cadre d’une étude commanditée par le département recherche de l’AFD à l’institut de Recherche pour le Développement (IRD).

Le travail des femmes est un facteur d’autonomisation

Cette étude comparative entre la Tunisie, le Maroc et la Turquie démontre que l’emploi des femmes ne signifie pas automatiquement leur autonomisation. Il apparaît ainsi qu’une grande partie du travail des femmes est « invisible » dans le sens qu’il est informel, faiblement valorisé, peu ou pas rémunéré. L’étude démontre que le travail des femmes est un facteur d’autonomisation seulement s’il est reconnu par la société, que ce soit sous la forme d’un travail reproductif visible ou sous celle d’un emploi de qualité.

Il ressort de cette étude que le soutien de l’accès et le maintien des femmes à des emplois de qualité nécessite de :

  • Cibler les interventions et soutenir la production de données sexo-spécifiques
  • Alléger le travail domestique des femmes via des programmes de garde d’enfants
  • Promouvoir la mixité dans l’orientation et la formation professionnelle
  • Soutenir l’entrepreneuriat des femmes et le passage à la moyenne entreprise
  • Favoriser l’accès aux transports en milieu rural et la scolarisation des filles
  • Soutenir la formalisation du travail et l’accès à la protection sociale.

 

Ce travail a pu être discuté pendant l’atelier « Droits des femmes et égalité hommes-femmes » organisé par le réseau euro-méditerranéen des droits de l’homme, à Hammamet en Tunisie, les 17 et 18 janvier 2015. Les discussions sur l’étude ont été introduites par Pauline Chabbert, experte genre et co-auteur de l’étude, Rohen d’Aiglepierre, RED et Basma Fahroud, agence de Tunis. Cet atelier rassemblant un grand nombre d’organisations actives de la société civile sur le genre en Tunisie (AFTD, AFTURD, Beity…) a également permis de discuter un certain nombre de questions associées comme l’exploitation et la traite des jeunes filles (en tant que « petites bonnes ») ou encore les conditions de travail et l’accès aux services publics des femmes en zones rurale.

Un atelier organisé le 19 janvier à l’agence de Tunis a également permis d’approfondir les recommandations de l’étude avec d’autres partenaires de l’AFD (Ministère de la formation professionnelle et de l’Emploi, IFT, GIZ, IRD, IRMC, CRES, Mercycorp …).

A travers ces évènements, l’AFD espère que les recommandations de cette étude soit portées par ses différents partenaires pour un meilleur plaidoyer en la matière.



Participer à l'amélioration de l’environnement sanitaire de 211 000 habitants

25/11/2014

En partenariat avec l’Office National de l’Assainissement (ONAS), l'AFD participe au financement d’un cinquième projet d’assainissement qui inclut 200 quartiers populaires en Tunisie.

Ce projet permettra la connexion au réseau de 35 600 logements, et améliorera l’environnement sanitaire de 211.000 habitants. Le programme d’investissement intègre la création de 560 km de réseaux, la mise en place de 38 stations de pompage et la construction de 3 stations d’épuration. Il contribuera également au rééquilibrage territorial des investissements publics, dans la mesure où les quartiers concernés sont situés pour 60 % d’entre eux dans 13 gouvernorats de l’intérieur. Il comporte en outre un programme  d’accompagnement dédié à la gestion environnementale et sociale à l’ONAS.

L’AFD est l’un des principaux partenaires de l’ONAS, avec 248 millions d'euros d’engagements cumulés depuis 1998.
Les financements de l’AFD en faveur de l’Office sont principalement consacrés à 

  • l’assainissement des quartiers populaires : l'AFD a financé quatre projets d’assainissement de quartiers populaires, étendus aux localités rurales, dont trois sont aujourd’hui achevés, pour un montant total de 119,8 millions d'euros
  • la réhabilitation et l’extension d’infrastructures : l’AFD finance actuellement deux programmes qui permettent de répondre à la saturation des stations d’épuration et aux besoins de réhabilitation des réseaux.

Ce financement a été signé le 25 novembre 2014 avec le secrétaire d’État chargé du Développement et de la Coopération internationale, Noureddine Zekri, en présence de François Gouyette, ambassadeur de France en Tunisie.

► Cliquer ici pour en savoir plus sur les projets AFD en Tunisie



1.8 million d’euros pour les jeunes créateurs d’entreprise en Tunisie

06/11/2014

Pour renforcer les dispositifs existants d’aide à la création d’entreprise , l'AFD a fait un don d'1.8 million d’euros (environs 4 millions de dinars). Signé ce 6 novembre 2014 , ce financement va aussi permettre de développer des dispositifs complémentaires d’appui à des initiatives relevant du Partenariat Public / Privé.

De nouveaux outils pour rapprocher l'offre à la demande

Les nouveaux enjeux de la Tunisie en termes de lutte contre le chômage des jeunes, de revendication accrue du secteur privé et de la société civile pour participer à l’élaboration et la mise en œuvre des politiques publiques, amènent à privilégier le développement de nouveaux outils, en particulier la garantie et l’assistance technique. Il faut rapprocher l’offre à la demande : aider les apporteurs de capitaux à mieux cerner les risques PME et aider les PME à crédibiliser leur demande.

Le projet s’appuie ainsi sur une double approche : abondement du Fonds de Garantie Jeunes Créateurs (FGJC) de la Société Tunisienne de Garantie (SOTUGAR) et mise en place d’une facilité d’appui aux initiatives privées / associatives innovantes ( Carthage Business Angels , Réseau Entreprendre Tunisie et Initiative Tunisie) en matière d’accompagnement des jeunes créateurs d’entreprise.

Signature de la convention au Secrétariat du Développement et de la Coopération Internationale

 
Pour atteindre ces finalités, le projet visera plus spécifiquement à :

  • consolider les mécanismes de garantie bancaire en Tunisie à travers le soutien à la SOTUGAR,
  • faciliter l’accès aux ressources financières (capital investissement/ prêt d’honneur à taux 0%) pour les primo créateurs et les jeunes repreneurs d’entreprises,
  • renforcer les moyens financiers et techniques des opérateurs privés/ associatifs susceptibles d’accompagner les TPE / PME dans leur développement, tant en matière de services financiers que non-financier

 
Impacts

  • renforcement des entreprises créées par les jeunes et garanties par la SOTUGAR seront viables et participent à la création de richesses (investissement et distribution des revenus).
  • la création d’entreprises sera favorisée en tant qu'option envisageable d’insertion professionnelle pour les jeunes en Tunisie.
  • augmentation des possibilités d’auto-emploi pour les jeunes diplômés et de création d’emplois pérennes à travers les PME créées
  • démonstration de la pertinence du recours à des structures privées/ associatives dans le cadre des politiques publiques en faveur de l’insertion des jeunes et notamment pour la création d’entreprises.


Ce projet s’inscrit plus largement dans le cadre des projets financés par l’AFD en matière d’appui à l’insertion des jeunes et à la création d’entreprises, notamment dans les régions défavorisées. La signature s'est déroulée en présence de François Gouyette, ambassadeur de France en Tunisie, et de Noureddine Zekri, Secrétaire d’Etat chargé du développement et de la coopération internationale.



 
   
1  2  3  4 
5 
 ... 
 
 
Archives

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l’installation de cookies sur votre poste, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. En savoir plus