Soutien à la municipalité de Diyarbakır dans une opération de rénovation urbaine du quartier Ben U Sen

Les quartiers illégaux « gecekondu » (posé la nuit) sont apparus dans les villes turques, exposées à des forts changements dans un contexte de croissance démographique et économique.

La création de TOKI (l'agence nationale pour le logement social) en 1984 est destinée à répondre au déficit en logement. Ses opérations de renouvellement urbain consistent souvent à détruire ces quartiers informels, à construire des immeubles collectifs de 5 à 10 étages et à reloger les anciens habitants en périphérie. L’un des plus anciens quartiers illégaux consolidés (40 ans) à Diyarbakır, ville principale dans l’Anatolie du Sud-est (900.000 habitants), Ben U Sen (20.000 habitants) présente la particularité d’être situé au pied des anciennes fortifications (4e siècle) au Sud-est de la ville et de donner sur les jardins maraichers de la vallée de Tigre.

 

Objectifs

Le quartier de Ben U Sen fera l’objet d’une réflexion collective en associant la population locale et des professionnels de divers secteurs sous la direction des Ateliers de Cergy . Ces ateliers doivent essentiellement apporter une réflexion sur les différentes options d’aménagement urbain durable de ce quartier auto-construit en tenant compte des enjeux économiques, environnementaux et sociaux.

Descriptif du projet


Afin de mettre en place une solution alternative pour le renouvellement urbain de Ben U Sen le maire de la ville de Diyarbakır a sollicité les Ateliers pour mener une réflexion collective sur l’évolution du quartier Ben U Sen avec la ville de Rennes dans le cadre de leur vieille coopération de près de 30 ans. Un des objectifs de l’atelier consistera d’une part à identifier la qualité du bâti et de conserver les constructions pour maintenir les plus d’habitants sur place possible; et d’autre part de rester fidèle au tissu urbain économique et social existant. Les travaux permettront également de chercher des solutions sur la valorisation du patrimoine des remparts historiques.
L’atelier réunira 21 professionnels de pays et métiers différents qui seront répartis en trois équipes de sept participants pendant deux semaines. Dans chacune travaillera deux professionnels locaux, dont l’un responsable dans les services techniques de la Ville de Diyarbakır. Les trois équipes doivent présenter à la fin du calendrier leurs travaux à un jury international qui doit rebondir sur certains points de tous les travaux présentés.

Impacts

L’organisation de cet atelier permettra de donner lieu à une réflexion collective pour une solution de renouvellement urbain du quartier de Ben U Sen en traitant la question du renouvellement urbain directement sous un angle économique et social. Mais ce projet invite aussi à faire indirectement évoluer les pratiques de renouvellement urbain national à l’échelle d’un quartier en associant un acteur central, le TOKI.

Dates et financement

Dates de l’atelier : durée de l’atelier 9 au 22 octobre 2011
Montant du projet : 200.000 € (Projet cofinancé par les Mairies de Diyarbakır et de Rennes; le Ministère des Affaires étrangères et l’AFD)

Mise à jour en mai 2012

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l’installation de cookies sur votre poste, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. En savoir plus