Financement du secteur privé

Un secteur privé moteur de la croissance

Le secteur privé joue un rôle central pour réduire la pauvreté et soutenir la croissance économique grâce à la création d’emplois durables et à l’augmentation des revenus. Dans les pays en développement, le tissu économique des très petites entreprises et des PME concentre l’essentiel des emplois.

Secteur privé : quel rôle dans le développement de Madagascar ?

25/11/2016

L’AFD et sa filiale Proparco ont organisé une table-ronde sur le thème de l’entreprenariat comme vecteur de développement le 25 novembre dernier. Un événement combiné à l’exposition « Les Grands Moyens » qui nous invite à explorer l’Afrique à travers ses PME !

L’entreprenariat au cœur des débats

La conférence, proposée par l’AFD et Proparco avec le soutien de la coopération monégasque et d'Investisseurs & Partenaires, a réuni des start-ups, des entrepreneurs et des opérateurs économiques et financiers.

Organisée autour de l’exposition « Les Grands Moyens », qui met en avant cinq initiatives d’entrepreneurs en Afrique, dont l’entreprise IOT à Madagascar, elle a rassemblé plus de 100 personnes venues pour débattre du rôle du secteur privé dans le développement de la Grande Île.

 

« Les Grands Moyens » : une vision inédite du continent africain 

Le projet « Les Grands Moyens » propose, via une enquête visuelle et analytique, une vision inédite du continent africain en l’explorant au travers de ses petites et moyennes entreprises. 

Le projet explore en particulier cinq PME, opérant dans cinq pays et secteurs différents, et cherche à démontrer comment les PME africaines favorisent le développement du continent. L’entreprise IOT, spécialisée dans l’aquaculture industrielle de concombre de mer, a été choisie pour illustrer ce qui se fait à Madagascar.

 

 

Plus de 100 personnes ont assisté à l'exposition et à la conférence Les Grands Moyens à l'Alliance Française d'Antananarivo - Crédit photo : RIJAGERARD

 

Le directeur de l’AFD à Madagascar, qui a rappelé l’importance des PME dans la création d’emploi, était entouré du représentant de Proparco dans l’Océan indien, de la présidente du Groupement des entreprises de Madagascar et de la Chambre de commerce et d’industrie d’Antananarivo, du fondateur d’IOT, de la directrice de Nutri’zaza, et de Jean-Michel Severino, président d’Investisseurs & Partenaires et ancien directeur général de l’AFD. C’est le ministre des Affaires étrangères monégasque qui a conclu les échanges.



L’AFD et la compagnie Air Austral partenaires pour un transport aérien plus durable

07/11/2016

Premier soutien de l’AFD à la compagnie Air Austral pour l’achat d’un aéronef exclusivement dédié à la desserte régionale de La Réunion avec Mayotte et Bangkok. À la clé : une meilleure insertion régionale de l’île et une baisse de l’empreinte carbone de la compagnie.

Favoriser l’insertion régionale de La Réunion

Au mois d'octobre 2016, Air Austral a finalisé l’acquisition de son second Boeing 787-800. D’un montant total de 98 millions d’euros, cet achat est une opération majeure pour la compagnie réunionnaise.

Le prêt de 30 millions d’euros de l’AFD à la compagnie permet de soutenir un transporteur aérien français local, dont la stratégie de croissance bénéficiera au développement économique de La Réunion et contribuera à sa stratégie d'insertion régionale dans sa géographie de proximité.

 

Objectif développement durable en Outre-mer

Plus économique en carburant, ce nouvel avion vient remplacer un appareil ancien inadapté aux objectifs de croissance durable au cœur de la stratégie de développement d’Air Austral. 

Le financement de ce nouvel appareil reflète ainsi l’ambition que s’est fixée l’AFD de soutenir avec volontarisme l’émergence de modèles de développement durable dans les Outre-mer.

 


Une nouvelle centrale innovante au bioéthanol à Saint-Pierre

28/10/2016

L’AFD soutient la construction d’une centrale de production de bioéthanol à Saint-Pierre, une étape de plus dans la transition énergétique du territoire. La Réunion entend en effet porter à 50 % la part d’énergies renouvelables dans son mix énergétique d’ici à 2020.  

Objectif 50 % d’énergies renouvelables en 2020

L’AFD soutient le groupe Albioma à travers un prêt de 20 millions d’euros pour financer la construction d’une centrale de production de bioéthanol à Saint-Pierre. 

Ce projet marque un pas vers la transition énergétique du territoire et appuiera La Réunion dans son objectif de porter de 35 % à 50 % la part d’énergies renouvelables dans son mix énergétique d’ici à 2020.  

 

La première centrale à fonctionner essentiellement à partir de bioéthanol

Grâce à une turbine de 40 MW, la centrale de Saint-Pierre sera la première installation française de pointe à fonctionner essentiellement à partir d’éthanol issu de la distillation de mélasses de canne à sucre.  

Les moyens de pointe comme ceux de Saint-Pierre permettent de fournir de l’énergie lors des pics de consommation et lors des chutes de production du photovoltaïque et de l’éolien. 

Cette centrale va de plus permettre la valorisation des mélasses excédentaires de la Réunion et de Maurice. 

 

Un partenariat durable entre le groupe Albioma et l’AFD dans les Outre-Mer 

Fort d’une expérience de 25 ans dans le secteur des centrales de cogénération à combustion mixte bagasse-charbon, le groupe Albioma a initié plusieurs projets d’envergure depuis les années 1990, notamment à La Réunion, en Guadeloupe et à Maurice. 

En Martinique, l’AFD soutient l’implantation de la centrale de bioéthanol « Galion 2 » sur un contrat de prêt à long terme, permettant de couvrir une partie des investissements initiaux. Galion 2 portera la part des énergies renouvelables dans le mix énergétique martiniquais de 7 à 22 %.

 



Sitti Chihabiddine parmi les « Leaders pour l'Afrique de demain » !

10/09/2016

Une chef d’entreprise comorienne à l’honneur de la première promotion du programme LeAD Campus ! À la tête d’une société spécialisée dans la vanille, Sitti Chihabiddine a suivi cette formation inédite et fait partie des vingt-trois cadres africains diplômés en septembre.

Une formation pour développer son projet…

Parmi ces profils de haut niveau reflétant la diversité socio-professionnelle et géographique du continent, une représentante comorienne a eu l’opportunité de faire partie de la première promotion du programme LeAD Campus. 

Directrice générale de l’entreprise Vaniacom , Sitti Chihabiddine fait la promotion de la vanille et des autres produits de rente de son pays sur le marché international depuis plus d’une décennie. 

Son savoir-faire a permis à la vanille comorienne biologique et équitable de pénétrer les marchés européens mais également l’Australie, le Japon et les États-Unis.

Pourquoi avoir souhaité participer au programme LeAD Campus ? Pour Sitti, la formation était l’opportunité d’affiner son approche entrepreneuriale, d’étoffer son réseau professionnel avec des homologues et des décideurs africains et de se munir d’outils managériaux et de pilotage dans un contexte de développement d’activité. 

La réussite entrepreneuriale de Sitti est à la clé, puisque les projets de sa société Vaniacom avancent à grand pas. C’est ainsi que le Comptoir des Épices, structure de commercialisation des épices et produits de rente « made in Comoros », a ouvert à Moroni le mois dernier.

 

… et pour valoriser le potentiel du continent africain

Initié par la fondation AfricaFrance avec le soutien de l’AFD, le programme de formation supérieure LeAD Campus est proposé par un consortium composé de Sciences Po, l’Institut Supérieur de Management (ISM) de Dakar au Sénégal et l’Université du Cap (UCT) en Afrique du Sud. 

Ce programme permet à des cadres dirigeants africains du secteur privé ou public - entrepreneurs, responsables de programmes économiques, cadres de multinationales, dirigeants d’institutions de microfinance ou d’entreprises sociales - de suivre pendant cinq mois une formation certifiante permettant d'acquérir des compétences entrepreneuriales et managériales. 

Objectif : devenir les « leaders économiques de l'Afrique de demain » et assurer la croissance durable du continent. 

La prochaine promotion débutera en avril 2017.

 


Un entrepreneur malgache récompensé à SciencesPo Paris

10/09/2016

Le programme Lead Campus a récompensé Hagasata Rakotoson, directeur général de Solidis, qui a obtenu le prix Proparco du meilleur entrepreneur. Retour sur ce programme initié par la Fondation AfricaFrance avec le soutien de l’AFD. 

Renforcer la capacité d’action et stimuler l’envie d’agir des leaders

Le programme Lead Campus a été conçu pour identifier, développer les compétences et faire se rencontrer l’élite économique de l’Afrique. 

Bilingue français-anglais, il s’adresse aux cadres et entrepreneurs africains avec un programme de formation et des thèmes de recherche adaptés au continent afin d’intégrer les enjeux de croissance et de développement durable.

« Tous les contenus proposés lors de la formation doivent viser à renforcer la capacité d'action, l'impact des actions futures et stimuler l'envie d'agir. In fine, c’est cette volonté qui sera le facteur clé pour la mise en œuvre d’un changement à grande échelle », explique Gaël Giraud, chef économiste de l’AFD.

Former les cadres dirigeants aux réalités du développement du continent africain 

Les 23 membres de la première promotion de ce programme ont obtenu le 10 septembre à Paris leur certification. Trois d’entre eux ont même reçu une distinction spéciale : un prix d’excellence d’une valeur de 5000 euros.

Les prix d’excellence en détails :

  • Le prix AFD pour le projet RSE à Djiby Diagne ;
  • Le prix Fondation AfricaFrance pour l’entreprenariat féminin à Khadidiatou Diop Nakoulima ;
  • Le prix Proparco du meilleur entrepreneur à Hagasata Rakotoson.

Hagasata Rakotoson est le directeur général de l'entreprise Solidis Garantie qui intervient auprès des institutions financières pour qu'elles débloquent du crédit en faveur des entrepreneurs.

Une formation co-construite par 4 institutions africaines et françaises 

Pour Lionel Zinsou, président d’AfricaFrance, « former les cadres dirigeants africains aux réalités complexes du développement du continent est une nécessité et une priorité. Cela implique de concevoir une formation spécifique qui ne pouvait l’être qu’avec des partenaires académiques africains ».

Le contenu de la formation a ainsi été mis en place par un consortium composé de deux institutions françaises, SciencesPo et l'AFD, et deux institutions africaines, l’Institut supérieur de management (Sénégal) et l’Université du Cap (Afrique du Sud).

La prochaine promotion du programme Lead Campus débutera en avril 2017.



L'AFD participe au développement de l'aéroport Aimé Césaire

11/08/2016

Grâce à un accord signé le 28 juin avec la Société aéroport Martinique Aimé Césaire (SAMAC), l’AFD soutient le projet de modernisation et d’extension de l’aéroport Aimé Césaire. Une solution pour répondre à la croissance du trafic et contribuer au développement économique de l’île.

Un aéroport modernisé pour mieux s’intégrer dans l’environnement régional

La convention signée le 28 juin en faveur de la Société aéroport Martinique Aimé Césaire (SAMAC) permettra de financer le projet de modernisation et d’extension des infrastructures aéroportuaires, pour un montant de 30 millions d'euros.

Ce financement s’inscrit dans le cadre du programme d’investissement 2014-2020 de la SAMAC.

 

2 millions de passagers par an en 2020

Le projet de développement de l’aéroport permettra :

  • la modernisation des installations et des infrastructures : installation de sept passerelles permettant des embarquements et débarquements plus rapides, rénovation de la centrale électrique ;
  • l’extension de l’aérogare à l’est et à l’ouest pour améliorer les conditions d’accueil des passagers du trafic régional et la gestion des flux passagers ;
  • des travaux d’extension et de mise aux normes des salles de tri bagages ;
  • la création de surfaces commerciales de 2800 m² exploitables à partir de 2019 ;
  • la création d’une gare passagers pour le TCSP -transport en commun en site propre).

De manière plus concrète, il s’agit d’apporter des solutions adaptées à la croissance du trafic dont la capacité sera portée à 2 millions de passagers par an en 2020 (contre 1,7 million aujourd’hui).

 

 

Accompagner le développement touristique et économique de la Martinique

À travers ce financement, qui s’inscrit pleinement dans les priorités d’intervention de l’agence, l’AFD appuie un acteur majeur de l’aménagement du territoire de la Martinique pour faire face aux enjeux économiques et règlementaires à l’horizon 2020. 

De plus, l’agence accompagne le développement touristique et économique de l’ile en contribuant au développement des flux, concourant ainsi au développement d’une infrastructure potentiellement contributrice à la croissance et l’emploi.

 

 


 
 
1 
2  3  4  5   ... 
 
 

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l’installation de cookies sur votre poste, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. En savoir plus