Le développement face au changement climatique

Acteurs de l’eau et du climat : concilions nos agendas ! Séminaire 1 – Le dessous des cadres de négociation

29/10/2015

L'AFD orgnise un cycle de trois séminaires labellisés Paris-Climat 2015.

Le premier séminaire "Les processus – Le dessous des cadres de négociation" se tiendra le 10 novembre 2015.

 

Arctique, Photo : Alexandre Taithe

Les acteurs du secteur de l’eau se félicitent de l’adoption le 25 septembre d’un objectif dédié à l’eau  parmi les 17 Objectifs de développement durable (ODD). Où trouver à présent la question de l’eau dans les négociations internationales climat ?

Aucun programme de travail thématique ne lui est spécifiquement dédié et les négociations portent principalement sur les émissions de gaz à effet de serre (GES). Pourtant, les acteurs de l’eau affirment que l’eau doit être un des moteurs des négociations internationales et des politiques sur le climat, à toutes les échelles.

La COP de Paris est décisive. Elle définira de nouvelles solidarités planétaires dans les stratégies de réduction des rejets de GES. Elle doit répondre aussi aux inquiétudes de pays pauvres encore peu émetteurs de GES, mais soucieux de leur capacité à faire face aux conséquences du dérèglement climatique.
 
Comment le dossier adaptation prendra-t-il de l’importance  à la prochaine COP ? Comment se compose une position eau dans les processus internationaux de négociations ? Comment interagissent scientifiques et politiques ? Comment enfin les processus même de négociations pèsent-ils sur ces positions, les survalorisant ou les atténuant ?

► Cliquez ici pour vous inscrire



Cet évènement s’inscrit dans un cycle de trois séminaires labellisés Paris-Climat 2015 :

  • Séminaire 1 : Les processus – Le dessous des cadres de négociation
  • Séminaire 2 : La dimension politique – L’échelle transfrontalière
  • Séminaire 3 : Les concepts et les instruments – Le pouvoir des cadres de pensée et d’action

Le second séminaire est prévu le 20 novembre 2015 à l’AFD.


Rencontre animée par Philippe Orliange, directeur exécutif en charge de la Stratégie, des Partenariats et de la Communication à l’AFD, avec :
 

  • Nicolas Beriot, secrétaire général de l’Observatoire national sur les effets du réchauffement climatique (ONERC)
  • Amy Dahan, directrice de recherche au CNRS et directrice adjointe du Centre Alexandre Koyré
  • Gaël Giraud, chef économiste de l'AFD 
  • Gérard Payen, conseiller spécial eau et assainissement auprès du secrétaire général des Nations-Unies

Responsabilité scientifique : Raya Marina Stephan, Alexandre Taithe (FRS), Stéphanie Leyronas (AFD)


Partenaires :

minaedi   cop21  


                         

 



L’AFD accorde un prêt à l’Egypte pour la construction de la première centrale photovoltaïque publique de 20 MW raccordée au réseau électrique à Kom Ombo (Haute-Egypte)

12/10/2015

Lors de sa visite en Égypte le 10 octobre 2015, le Premier Ministre français, Manuel Valls, a assisté avec son homologue égyptien, Chérif Ismaïl, à la cérémonie de signature d’une convention de prêt de quarante millions d’euros entre l’AFD et le Ministère égyptien de l’électricité et des énergies renouvelables. Cette signature fait suite à la feuille de route signée au Sommet économique de Charm el Cheikh entre l’AFD et le Ministère de la Coopération Internationale.

 A quelques semaines de la COP21 qui se tiendra à Paris en novembre prochain, le groupe AFD fidèle à son mandat de développement durable, et associé à l’Union Européenne, soutient les autorités égyptiennes dans l’atteinte de l’objectif ambitieux de 20% d’énergies renouvelables dans le mix énergétique en 2022, en finançant le projet de construction de la première centrale photovoltaïque connectée au réseau électrique national. D’une puissance de 20 MW, la centrale sera construite à Kom Ombo dans le gouvernorat d’Assouan en Haute Egypte et devrait être opérationnelle en 2017. Ce projet comprend au-delà des infrastructures, la mise en place d’un contrat d’exploitation et de maintenance de la centrale pour une durée de 3 ans par un opérateur privé et un programme de formation auprès du personnel de la New and Renewable Energy Authority (NREA), maitrise d’ouvrage du projet. Le financement AFD est aussi complété par un don de l’Union Européenne de 800 000 euros délégué à l’AFD, alloué à la conception du projet (étude de faisabilité du projet, appui technique à NREA).

Cette centrale électrique apportera au réseau électrique national près de 40 gigawattheures par an et réduira l’impact carbone de la production d’électricité de 15 000 tonnes équivalentes de dioxyde de carbone par an. 

L’AFD a pour objectif de dédier 50% de ses financements annuels à des projets ayant un co-bénéfice climat. La convention de prêt signée ce jour s’inscrit pleinement dans cette stratégie globale et vient augmenter un  portefeuille égyptien déjà important de EUR 500 M consacrés au financement de projets exemplaires qui contribuent à réduire l’impact carbone de l’économie égyptienne, tels que le métro du Caire, le programme EGAS de raccordement des ménages au réseau de gaz naturel et l’installation d’une nouvelle ferme éolienne dans le Golfe de Suez.
 


This project has been funded with support from the European Commission. This publication [communication] reflects the views only of the author, and the Commission cannot be held responsible for any use which may be made of the information contained therein.


                       


#60solutions : Escale à l'Elysée pour l'exposition climat qui fait le tour du monde

10/09/2015

Le Président de la République, Monsieur François Hollande, a visité ce matin l’exposition photographique mondiale « 60Solutions face au changement climatique » lors de l’événement « La France s’engage pour le climat. En avant la COP 21 ! », au Palais de l’Elysée.

Alors que la France s’apprête à accueillir en décembre 2015, la 21è Conférence des parties de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (COP21), il est plus que jamais nécessaire de convaincre, dans tous les pays du monde, que concilier développement et lutte contre le dérèglement climatique est possible. Ainsi, l’Agence Française de Développement et la Fondation GoodPlanet le prouvent en mettant en lumière des solutions innovantes et efficaces associant lutte contre le dérèglement climatique et développement économique, en France et dans les 90 pays où l’AFD intervient.


L’exposition, composée de photographies de Yann Arthus-Bertrand, présente des initiatives concrètes dans quatre secteurs : la ville, l’agriculture, la transition énergétique et l’adaptation au changement climatique.
Parmi les solutions positives et réalistes présentées dans cette exposition par des acteurs du Nord comme du Sud, quelques-unes sont soutenues directement par l’AFD, comme par exemple : la construction d’un métro pour promouvoir une mobilité sobre en carbone à Istanbul, l’aménagement durable et la préservation des forêts du Bassin du Congo, 2ème puits de carbone mondial, la construction de la première ferme éolienne en Ethiopie qui alimente 1 million de personnes en électricité renouvelable,…


Ambassades, Alliances françaises, Instituts français, universités, écoles, centres culturels et aussi festivals et forums internationaux…, tous les publics s’intéressent à l’exposition !  Engagée dans un véritable marathon autour  du monde, #60Solutions a donné lieu à plus d’une centaine d’événements depuis le début de l’année. Elle a déjà été vue par plus de 200 000 personnes en France, au Bénin, en Chine, en Polynésie, au Brésil, en Turquie, à la Réunion, en République dominicaine, au Sénégal, en Inde…

L’AFD, un acteur majeur et innovant du financement climat
En 2014, 53 % des financements de l’AFD en faveur du développement dans les pays en développement ont aussi eu des impacts positifs dans la lutte contre le dérèglement climatique en application d’une stratégie climat parmi les plus ambitieuses des institutions financières internationales de développement, mise en place à la demande du gouvernement français. Cela a représenté en 2014 plus de 2,8 Md€ d’engagements financiers. Depuis 2005, 18 Md€ ont été consacrés par l’AFD à des projets qui concilient développement et climat.

Pour en savoir plus sur l'exposition «#60solutions face au dérèglement climatique» ici

A propos de l’AFD
L’Agence Française de Développement (AFD), institution financière publique qui met en œuvre la politique définie par le gouvernement français, agit pour combattre la pauvreté et favoriser le développement durable. Présente sur quatre continents à travers un réseau de 71 bureaux, l’AFD finance et accompagne des projets qui améliorent les conditions de vie des populations, soutiennent la croissance économique et protègent la planète.
En 2014, l’AFD a consacré 8,1 milliards d’euros au financement de projets dans les pays en développement et en faveur des Outre-mer.

www.afd.fr
www.climat.afd.fr


A propos de GoodPlanet
La Fondation GoodPlanet, présidée par Yann Arthus-Bertrand, a pour objectifs de mettre l’écologie au cœur des consciences et de promouvoir le vivre ensemble. Elle souhaite susciter l’envie d’agir concrètement en ce sens.
www.goodplanet.org

 



Face au dérèglement climatique, #60Solutions s’expose autour du monde

04/09/2015

Alors que la France s’apprête à accueillir en décembre 2015, la 21è Conférence des parties de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques ( COP21 ), il est plus que jamais nécessaire de rappeler que la lutte contre le dérèglement climatique et la lutte contre la pauvreté vont de pair. Le Ministère des Affaires étrangères et du Développement international, l’AFD et la Fondation GoodPlanet ont tenu à mettre en lumière des solutions innovantes et efficaces associant lutte contre le dérèglement climatique et développement économique, en France et dans les 90 pays où l’AFD intervient.

En cette semaine de rentrée scolaire, Annick GIRARDIN, secrétaire d’État chargée du Développement et de la Francophonie, inaugure ce vendredi 4 septembre 2015 avec deux classes du lycée Turgot (Paris) l’exposition photographique mondiale « 60 SOLUTIONS face au changement climatique » illustrée de 16 clichés grand format de Yann Arthus-Bertrand, président de la Fondation GoodPlanet, sur les grilles du Quai d’Orsay.

 

Le photographe présentera 16 de ses oeuvres qui illustrent autant d’initiatives concrètes liées à quatre secteurs : la ville, l’agriculture, la transition énergétique et l’adaptation au changement climatique.

Parmi les solutions positives et réalistes présentées dans cette exposition par des acteurs du Nord comme du Sud, 15 sont soutenues directement par l’AFD, par exemple : la construction d’un métro pour promouvoir une mobilité sobre en carbone à Istanbul, l’aménagement durable et la préservation des forêts du Bassin du Congo, 2ème puits de carbone mondial, la construction de la première ferme éolienne en Ethiopie qui alimente 1 million de personnes en électricité renouvelable ou la mise en place d’une stratégie globale de résilience dans des villes côtières au Vietnam menacées par la montée des eaux et particulièrement vulnérables au dérèglement climatique.

Ambassades, Alliances françaises, Instituts français, universités, écoles, centres culturels et aussi festivals ou forums internationaux… tous les publics s’intéressent à l’exposition ! Engagée dans un véritable marathon autour du monde, #60Solutions a donné lieu à plus d’une centaine d’événements depuis le début de l’année. Elle a déjà été vue par plus de 200 000 personnes en France, au Bénin, en Chine, en Polynésie, au Brésil, en Turquie, en République dominicaine, au Sénégal, en Inde…

L’AFD, un acteur majeur et innovant du financement climat
En 2014, 53 % des financements de l’AFD en faveur du développement dans les pays en développement ont aussi eu des impacts positifs dans la lutte contre le dérèglement climatique en application d’une stratégie climat parmi les plus ambitieuses des institutions financières internationales de développement, mise en place à la demande du gouvernement français. Cela a représenté en 2014 plus de 2,8 Md€ d’engagements financiers. Depuis 2005, 18 Md€ ont été consacrés par l’AFD à des projets qui allient développement et climat.

La Fondation GoodPlanet mobilisée pour la COP21
Depuis 2005, la Fondation GoodPlanet est engagé dans la lutte contre le réchauffement climatique en menant des projets d’aide au développement, d’efficacité énergétique et de lutte contre la déforestation dans les Pays du Sud. Elle poursuit cet engagement en produisant l’exposition #60 Solutions en partenariat avec l’AFD, inspirée du livre « 60 Solutions face au changement climatique » conçu à la demande des Nations Unies pour la COP21. La Fondation lancera prochainement un vaste programme de sensibilisation sur le thème de l’alimentation et du climat : « La solution est dans l’assiette ».

A propos de GoodPlanet
La Fondation GoodPlanet, reconnue d’utilité publique et présidée par Yann Arthus-Bertrand, a pour objectifs de mettre l’écologie au coeur des consciences et susciter l’envie d’agir concrètement. Elle sensibilise le public à la protection de l’environnement et l’invite à un mode de vie plus respectueux de la terre et de ses habitants. Pour ce faire, elle propose des solutions réalistes et optimistes à travers des programmes fédérateurs qui s’adressent à tous : grand public, jeunes, entreprises et collectivités. ► www.goodplanet.org
 



Le rôle de la modélisation pour mesurer l’impact des politiques climatiques urbaines

03/09/2015

L'AFD organise un colloque le 6 octobre en partenariat avec  CDC Climat Recherche

L’objectif de ce colloque est de présenter les outils développés par la recherche pour évaluer l’impact des politiques publiques locales sur la réduction des émissions de gaz à effet de serre et voir dans quelle mesure les décideurs locaux se les approprient en appui à leurs prises de décisions.

 

À l’approche de la COP21 et dans un contexte où les collectivités locales souhaitent s’engager à atténuer leurs effets sur le changement climatique, il est devenu essentiel pour elles d’évaluer l’impact de leur politique locale pour leur permettre d’imputer l’évolution des émissions de GES sur leur territoire à leurs actions.

Colombie © Carlos Tobon
 


Lors de ce colloque, des chercheurs, des institutionnels et des techniciens locaux interviendront pour répondre aux questions suivantes :
•    Quels outils de modélisation permettent d’évaluer les impacts des politiques climatiques locales ? Quelles interactions existent entre différentes politiques mises en place au niveau local (transport, logement, planification, etc.) ? Comment les évaluer ?
•    Ces outils sont-ils aisément appropriables par les collectivités locales ? Quel dialogue instaurer entre les modélisateurs et les acteurs des collectivités pour une meilleure appropriation des outils d’aide à la décision ?

Les présentations seront suivies d’un débat avec la salle et d’un cocktail déjeunatoire.

 
Programme

Introduction : Benoît LEGUET, Directeur CDC Climat Recherche

Table ronde n°1 : La modélisation des politiques locales de transport et de leurs interactions avec les autres politiques climatiques

Animation : Damien VERRY, chargé d’études, CEREMA
Nicole MADARIAGA, économiste, division collectivités locales et développement urbain de l’AFD
Vincent VIGUIE, chercheur au CIRED
Stéphane GUSMEROLI, directeur Etudes Mobilité Transport à Grenoble Alpes Métropole
Mathieu SAUJOT, chercheur au sein du programme Fabrique urbaine de l'Iddri

Table ronde n°2 : L’appropriation des outils de modélisation par les collectivités locales

Animation : Hadrien HAINAUT, chargé de recherche, CDC Climat Recherche
Emmanuel RIVIERE, directeur-adjoint, responsable pôle études de l’ASPA
Nicolas VEROT, ‎responsable service Energie Environnement Développement Durable - ‎SIEL
Jean-Philippe ANTONI, professeur de géographie, THEMA
Sarah MARQUET, chargée de projet à l’ADEME

Clôture : Clément LARRUE, référent thématique Ville et Climat, division Collectivités locales et développement urbain de l’AFD



Cliquez ici pour vous inscrire


 



Les banques de développement s'accordent sur une approche commune de suivi des financements pour le climat

10/07/2015

Les principales institutions mondiales de financement pour le développement ont franchi un pas important vers un suivi plus systématique des flux financiers visant à aider les pays et les populations à faire face aux effets du changement climatique.

Les six grandes banques multilatérales de développement (BMD) et l’International Development Finance Club (IDFC), réseau de banques de développement nationales, régionales et internationales, se sont accordés sur des principes communs pour le suivi des engagements financiers pris pour aider les pays à se préparer aux effets du changement climatique et à développer leurs capacités de résilience.

La capacité d'assurer un suivi systématique des flux financiers devant soutenir l'adaptation est une avancée majeure pour aider les sociétés à mieux gérer les effets négatifs du changement climatique.

Baptisée "Common Principles for Climate Change Adaptation Finance Tracking" (Principes communs de suivi des financements pour l'adaptation au changement climatique), cette initiative s'inspire d'un accord similaire conclu plus tôt dans l'année sur la définition et le suivi du financement de la lutte contre le changement climatique.

En visant une meilleure transparence des flux financiers pour le climat, l'accord sur les deux principes communs de suivi apportera davantage d'assurance que ces financements contribuent réellement à relever ce défi majeur pour la planète.

Il s'agit d'un signal d'importance dans la perspective de la 21ème Conférence des Parties (COP21) organisée cette année à Paris dans le but de parvenir à un accord mondial sur le climat.

Les banques multilatérales sont: la Banque africaine de développement  (AfDB), la Banque asiatique de développement (ADB), la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD), la Banque européenne d'investissement (BEI), la Banque Interaméricaine de développement (BID) et le Groupe Banque Mondiale.

”Cette coopération mondiale entre institutions financières nationales et internationales est un atout unique pour faire face aux besoins de développement des pays vulnérables”– déclare l’International Development Finance Club.

Le document vise à générer un consensus quant à la définition du financement pour l'adaptation au changement climatique. Ce qui se mesure peut se gérer, et une bonne maîtrise des flux est indispensable pour qu'ils atteignent les besoins et les opportunités visés. 

Le mois dernier, les BMD ont déclaré avoir versé 5 milliards USD en 2014 pour aider les pays en développement et les économies émergentes à s'adapter aux défis du changement climatique. De même, les membres de l'IDFC , dans leur dernier rapport sur la finance verte, ont fait état de 15.8 milliards USD versés à des projets d'adaptation dans les pays en développement en 2013.

Néanmoins, l'IDFC et les BMD conviennent de l'urgence de renforcer leur soutien aux infrastructures résilientes, aux écosystèmes naturels et à d'autres mesures d'adaptation. 

Aux termes de l'accord sur les principes qui vient d'être adopté, “les BMD et l'IDFC s'engagent pleinement à promouvoir et à soutenir un mode de développement résilient comme élément clé de la viabilité de leurs investissements". Cet engagement se traduira, selon le document, par "l'intégration de la résilience et l'adaptation au climat dans leurs investissements, leurs opérations et leurs initiatives".

Les principes ont été établis pour asseoir une approche commune de suivi du financement pour l'adaptation. Les principes sont volontaires et établissent des définitions et des orientations communes. Leur mise en œuvre, la production de rapports et le contrôle qualité relèvent de la responsabilité de chacune des institutions. L'IDFC et les BMD se sont en outre engagés à renforcer leur coopération à l'avenir et à poursuivre leurs échanges de pratiques et de connaissances en matière de financement pour le climat.

A propos du International Development Finance Club
:
Les 22 membres du International Development Finance Club (IDFC) partagent des antécédents similaires et une vision commune en faveur de la promotion de trajectoires de développement sobres en carbone qui contribuent à la lutte contre le changement climatique. L' IDFC associe expertise internationale et innovation à une connaissance approfondie des contextes locaux pour mobiliser des actifs totalisant plus de 2.1 mille milliards USD. Pour plus d'informations : www.idfc.org


 



 
   
1  2 
3 
4  5   ... 
 
 

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l’installation de cookies sur votre poste, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. En savoir plus