L'action de l'AFD en matière de santé

Actualités

Un Pôle Mère-Enfant en remplacement de la maternité du Centre hospitalier El-Maarouf

01/04/2016

Les conditions de travail des praticiens et d’hospitalisation des patients sont fortement affectés par la vétusté des équipements et des bâtiments du Centre hospitalier nationale d'El Maarouf. La construction d'un pôle Mère - Enfant, entièrement subventionnée par l’AFD intervient dans ce contexte pour moderniser et augmenter les infrastructures d'accueil des patients.


40 lits supplémentaires

Ce centre de référence pour les Comores en termes de santé productive, permettra de traiter les cas d’accouchement les plus compliqués (faisant couramment objet à des évacuations sanitaires). Il participera ainsi à réduire le taux de mortalité maternelle aujourd’hui estimé à 172 décès/100 000 naissances et le taux de mortalité infantile évalué à 36 pour 1 000 naissances. Le projet prévoit la construction d’un centre moderne d’une capacité d’accueil de 40 lits d’hospitalisation avec une perspective d’extension à 60 lits, comprenant des services de consultation, de gynéco/obstétrique et de maternité, des blocs opératoires, des salles de réanimation et d’échographie.  Le service de néonatalogie sera également réhabilité.

La phase préparatoire du site est déjà entamée par la démolition de l’ancienne maternité afin de permettre le démarrage des travaux de construction des nouveaux bâtiments estimé au 3ème trimestre 2016 pour une durée de 15 mois.La subvention de l'AFD, à hauteur de 2,5 millions d'euros inclura un million d'euros dédié à l’achat d’équipements.

Un projet dans le cadre du Programme d'appui à la santé aux Comores

La construction du Pôle Mère- Enfant est une composante d’un vaste programme d’appui au secteur de la santé  aux Comores (PASCO) dont la 1ère phase a démarré en 2007. Avec la signature en janvier 2016 de la convention de financement d'une troisième phase, le volume d’engagement des programmes PASCO s’élève à 25 millions d'euros confirmant ainsi l’importance accordée par la coopération française au secteur de la santé aux Comores.   

Le vice- président en charge du ministère de la Santé a tenu une conférence de presse au CHN El-Maarouf à Moroni le 1er avril 2016 pour informer et échanger avec les journalistes comoriens autour du déroulement du projet. L’ambassadeur de France et le directeur de l’AFD en Union des Comores étaient présents. 


Construction pôle mère enfant - Démolition et terrassement du site (c Kambi AFD)



L'AFD s'engage pour le Nord du Mali : inauguration d'un centre de santé

30/03/2016

L'Ambassadeur de France, Gilles Huberson, et le directeur de l'AFD au Mali, Bruno Deprince, ont effectué une visite à Tombouctou le 17 mars à l'occasion de l'inauguration du centre de santé communautaire de Bellaferadin. Il s'agit de la première visite de l'AFD depuis la reprise de ses activités dans le pays, marquant la volonté de l'Agence de réaffirmer sa présence dans le nord du pays.

 

Lors de cette visite dans la "cité des 333 Saints", le Centre de santé communautaire (CSCOM) de Bellafarandi a été officiellement inauguré. Cinq tricycles ont été remis à la Direction régionale du développement social pour contribuer à l’insertion sociale des personnes handicapées.

 

L'AFD finance également d'autres projets dans la région de Tombouctou, dans les secteurs de la santé, de l'énergie et de l'éducation :

  • un projet de remise à niveau de 55 centres de santé pour l’amélioration de la santé de la mère et de l’enfant (Projet PARENT). Ce projet, d’un montant de 4 millions d'euros (M€), est mis en œuvre par un groupement de six ONG dont le chef de file est Handicap International. Ces structures de santé ont tous bénéficié des travaux de réhabilitation, des équipements et matériels médicaux, du recrutement et de la formation des personnels de santé.
  • Pour appuyer le redémarrage de l’activité économique à Tombouctou, le projet Urgence Electricité, d’un montant de 0,75 M€, a financé la réhabilitation des installations de production, de distribution et de commercialisation d’électricité de la société Énergie du Mali.
  • Venant appuyer l'enseignement  secondaire général, un lycée d’une capacité de 500 élèves est en construction à Gourma-Rharous dans le cadre du projet PISE3 (8 M€).
  • Enfin, un projet de développement des filières agropastorales d’un montant de 33 M€ est en cours de mise en œuvre dans  les régions de Ségou et de Tombouctou.


Climat et pauvreté : quel rôle pour la protection sociale ?

23/03/2016

L'AFD organise une rencontre, le 6 avril à 14h00, animée par Cyrille Bellier, responsable de la division Recherche et Développement, et Christophe Paquet, responsable de la division Santé et protection sociale à l'AFD.

 

 

En réconciliant les agendas climat et développement autour des Objectifs de Développement Durable, la communauté internationale a reconnu le caractère indissociable des crises écologiques et des urgences sociales ainsi que la nécessité de penser les réponses conjointement. Autrement dit, comme l’affirme Eloi Laurent, "nos sociétés seront plus justes si elles sont plus soutenables, et elles seront plus soutenables si elles sont plus justes."

 
C’est une évidence toujours utile à rappeler : les gens pauvres sont les plus exposés aux chocs climatiques et ils y sont les plus vulnérables, c'est-à-dire qu’ils perdent davantage lorsqu’ils sont touchés. Faute de mesures appropriées, le changement climatique risque de faire tomber plus de 100 millions de personnes dans la pauvreté d’ici 2030 : voici l’un des enseignements marquants du dernier rapport de la Banque mondiale, " Ondes de choc : maîtriser l’impact du changement climatique sur la pauvreté ". L’accélération du changement climatique qui résulte de l’activité humaine est sans doute la plus grande menace qui pèse sur l’être humain, sa survie, et dont il doit aujourd’hui se protéger.
 
Dans le même temps, les inégalités sociales nuisent à l’adoption des politiques et des comportements nécessaires pour réduire et faire face aux impacts du changement climatique. Elles augmentent l’irresponsabilité écologique des plus riches, qu’il s’agisse des pays ou des individus, en leur donnant la capacité (ressources et pouvoir) de transférer les coûts sociaux et environnementaux de la production vers les plus pauvres. Inégalités sociales et environnementales se nourrissent et se renforcent.
 
Quelles sont les politiques qui permettent de répondre conjointement à ces enjeux ? en quoi la protection sociale peut-elle être une réponse pertinente ?  à quelles conditions ?
 
Cette rencontre est animée par Cyrille Bellier, responsable de la division Recherche et Développement, et Christophe Paquet, responsable de la division Santé et protection sociale à l'AFD.
Avec :
  • Gaël Giraud, chef économiste de l’AFD
  • Eloi Laurent(OFCE/Sciences Po, Stanford University)

  • Adrien Vogt-Schlib, expert climat de la Banque mondiale et co-auteur du rapport Ondes de choc

  • Stéphane Hallegatte, économiste senior spécialiste du changement climatique à la Banque Mondiale et auteur du rapport Ondes de choc : maîtriser les impacts du changement climatique sur la pauvreté
  • Nadine Poupart, cheffe de projet à la division santé et protection sociale de l’AFD
  • Valérie Schmitt, cheffe du service de la politique sociale, de la gouvernance et des normes du département de la protection sociale du Bureau international du travail
  • James Canonge, expert protection sociale au Bureau international du travail
  • Pierre Forestier, responsable de la division changement climatique de l’AFD

 

 

Cliquez ici pour vous inscrire

 

 


Programme de la conférence 

14h :             Accueil café
14h15 :         Ouverture et introduction par Gaël Giraud, économiste en chef de l’AFD
14h30 – 16h : Entre urgence climatique et urgence sociale, faut-il choisir ?
Session présidée par Cyrille Bellier, responsable de la division Recherches et Développement de l’AFD

-    Eloi Laurent, OFCE/Sciences Po, Stanford University
Une approche social-écologique du changement climatique
-    Adrien Vogt-Schlib et Stéphane Hallegatte (en visio), experts climat à la Banque mondiale et auteurs du rapport Ondes de choc,  
Les principaux enseignements du rapport « Ondes de choc : maîtriser les impacts du changement climatique sur la pauvreté ».
-    Discussions (30 min)

16h-17h30 :    En quoi la protection sociale peut-elle être une réponse à ce double enjeu ?
Session présidée par  Christophe Paquet, responsable de la division Santé et protection sociale de l’AFD

-    Nadine Poupart, cheffe de projet à la division santé et protection sociale de l’AFD
Une lecture du rôle de la protection sociale dans les politiques d’adaptation et d’atténuation
-    Valérie Schmitt, cheffe du service de la politique sociale, de la gouvernance et des normes du Département de la Protection Sociale du Bureau international du Travail et James Canonge, expert protection sociale BIT
Etudes de cas pays
-    Discussions (30 min)

17h30 : conclusion par Pierre Forestier, responsable de la division Changement climatique à l’AFD


 



Deux subventions pour les secteurs urbain et santé au Togo

14/03/2016

Dans le cadre du partenariat avec les autorités togolaises, l'AFD a signé deux accords pour financer la construction du Centre d’enfouissement des déchets urbains à Lomé d'une part, et l'amélioration de  la qualité des soins liés à la santé maternelle et infantile d'autre part.

Pour une bonne gestion des déchets solides de la ville de Lomé

L’AFD met à la disposition de l’État togolais une subvention de 7 millions d’euros (soit 4,5 milliards de francs CFA) pour construire un Centre d’enfouissement technique (CET) des déchets solides produits par la ville de Lomé et des communes environnantes, pour un investissement total d’environ 18 millions d’euros.
 
Dans la mise en œuvre, le projet prévoit :
  • la construction du Centre d’enfouissement technique : aménagement des voies d’accès au site et d’une zone technique d’accueil ; réalisation de 5 casiers de stockage des déchets sur 5 ans avec étanchéification grâce à des barrières de sécurité passives et actives ; construction d’une station de traitement ; construction d’un réseau d’évacuation du biogaz et pose d’une torchère ;
  • la valorisation des déchets : la composante de valorisation permettra de diminuer le volume des déchets envoyés sur le site avec la construction des plateformes de prétraitement et de transformation des déchets en combustibles solides de récupération. Cette phase complémentaire sera déclenchée en fonction du résultat des discussions entre le futur exploitant du site et un partenaire industriel, qui utilisera les combustibles générés pour alimenter son site de production.

Visite du terrain - Plan du site avec des explications - © Photo archives AFD Nicolas Gury
 


La subvention est issue des ressources du 11ème Fonds européen de développement (FED), délégués par l’Union européenne à l’AFD. Ce financement complète la subvention de l’AFD dans le cadre du Projet environnement urbain de Lomé (PEUL II en cours - 3,1 millions d’euros pour le CET) ainsi qu'une participation financière à venir de la Banque Ouest africaine de développement (BOAD).

Lire le communiqué de presse  

 
Amélioration de la santé maternelle et infantile

La deuxième subvention, 8 millions d’euros (soit près de 5,24 milliards de Francs CFA) participera au projet de réduction de la mortalité maternelle et infantile dans les régions Maritime et des Plateaux. Ces régions cibles abritent ensemble près de la moitié de la population du pays et présentent d’importants besoins en matière d’accessibilité et de disponibilité des services de santé.
 
Un nouveau-né et sa maman - © Photo AFD Sarah Marniesse

Le programme repose sur les orientations suivantes :
  • Une priorité donnée au renforcement des formations sanitaires dans les régions Maritime et des Plateaux à travers notamment des mises à niveau des Soins obstétricaux et néonatals d’urgence (SONU) dans les formations sanitaires prioritaires identifiés par le ministère de la Santé et de la protection sociale et des appuis techniques en matière de gestion et de recouvrement des coûts ;
  • Un objectif de renforcement des capacités du ministère de la Santé et de la protection sociale au niveau central et déconcentré, dans leurs fonctions essentielles de pilotage et de contrôle, à travers des appuis techniques en matière de programmation et de suivi-évaluation.
Le programme s’appuiera sur des consortiums d’ONG dans chacune des régions (consortium Handicap International pour la région Maritime, consortium Plan International Togo pour la région des Plateaux) pour mettre en œuvre les activités de renforcement des formations sanitaires et des équipes déconcentrées du ministère de la Santé et de la protection sociale.
 
 
La cérémonie de signature de ces 15 millions d'euros de subvention s’est déroulée au ministère de l’Économie, des finances et de la planification du développement, en présence du ministre des lieux, de l’ambassadeur de France au Togo, du directeur de l’AFD Lomé, du secrétaire général de la Délégation spéciale de Lomé, de l’ambassadeur de l’Union européenne, et du directeur adjoint de la Direction du développement rural et des infrastructures à la BOAD. Cette cérémonie a également été l’occasion de la signature de la convention de délégation des fonds entre l’Union européenne et l’AFD, formalisant ainsi la mise à disposition des fonds par l’Union européenne à l’AFD pour le financement de ce projet de CET.
 
 
 
Quelques images souvenir de la cérémonie
 
De gauche à droite: M. Edhorh de la BOAD, Adji Otèth Ayassor, ministre de
l'Economie et des finances, Tchalim Tagba, secrétaire général de la Délégation spéciale
de Lomé, Moustafa Midjiyawa, ministre de la Santé, Nicolas Berlanga Martinez, ambassadeur
UE,  Marc Fonbaustier,  ambassadeur de France  et Benoît Lebeurre, directeur AFD Lomé.


Voyage d’étude « e-santé » en France

09/03/2016

Dans le cadre de son appui à la stratégie tunisienne de développement du digital, l’AFD a organisé du 22 au 26 février 2016 un voyage d’études sur le thème de l’e-santé en France à l’attention de représentants de plusieurs ministères de la République de Tunisie

L’AFD en appui au développement du numérique en Tunisie

L’AFD a été sollicitée en 2015 par la République de Tunisie, pour l’accompagner dans la conception et l’exécution de son Plan national stratégique (PNS) « Tunisie Digitale », dont l’objectif est le développement des infrastructures et des usages du numérique sur l’ensemble du territoire, en favorisant en particulier les régions défavorisées. A ce titre, l’« e-santé » a été retenue comme l’une des priorités sectorielles du PNS, et l’AFD désignée comme chef de file des bailleurs de fonds sur cette thématique. Dans ce cadre, un programme de coopération technique sera mis en place afin d’accompagner la République de Tunisie dans la conception et la mise en œuvre d’une stratégie « e-santé ».

S’enquérir des expériences françaises en matière d’e-santé

L’une des premières étapes de cette coopération a été d’organiser un voyage d’études « e-santé » afin que les partenaires tunisiens (Ministère de la santé, Ministère des affaires sociales, Ministère des technologies de la communication et de l’économie numérique) prennent connaissance du dispositif et des expériences françaises dans ce domaine. La délégation tunisienne a ainsi pu rencontrer les principaux acteurs de l’e-santé en France, qu’ils soient publics (MASSDF, ASIP, ATIH, ANAP, CNAMTS…) comme privés (CATEL, CNOM, CAPDIGITAL, SNITEM, ORANGE HEALTHCARE, CEGEDIM, MEDASYS, H4D, SOFTWAY MEDICAL)

►Télécharger le programme

Au cours de ce voyage d’études, de nombreux points stratégiques ont pu être abordés ; le rôle et les modalités de l’action publique pour le développement de l’e-santé, aux niveaux central et déconcentré, l’état du déploiement du dossier médical partagé et ses nouvelles perspectives, les programmes d’investissements « hôpital numérique » et « territoires de soins numérique », l’importance des approches participatives dans la conception et la mise en œuvre des projets d’e-santé, la privatisation du marché des systèmes d’information et les enjeux sous-jacents de régulation, d’interopérabilité et de sécurité ou encore les nombreuses potentialités de l’e-santé pour renforcer le pilotage du secteur, l’allocation des ressources, la coordination et la qualité des soins.

Ce programme a permis à la délégation tunisienne de cibler les expériences dont ils pourraient s’inspirer et de faire émerger des orientations pour le futur programme « e-santé » de coopération technique, en vue d’un financement à travers le fonds d’expertises techniques et d’échanges d’expériences (FEXTE).



Trois nouveaux projets d'amélioration de l'eau, de la santé et de l'énergie au COngo

23/02/2016

Dans le cadre de la coopération France - République du Congo, l'AFD a signé trois accords de financement d'un montant total de 118 millions d'euros au gouvernement congolais pour aider à améliorer l'accès à l'eau potable, la formation de professionnels dans le domaine de l'électricité et favoriser l'accès aux soins.

Une combinaison de subventions et de prêts au service de la santé, de l'eau, de l'hygiène et de l'énergie

  • Eau et hygiène : un prêt à l'ETat (prêt souverain) de 100 millions d'euros au programme d’investissements prioritaires de la Société Nationale de Distribution d’Eau (SNDE) qui financera :
    > l'extension du service d’eau potable à près de 300 000 personnes dans les quartiers périphériques de Brazzaville,
    >  la réhabilitation du réseau de distribution d’eau sur les portions prioritaires soit 150 000   bénéficiaires,
    > le renforcement de capacités en gestion de la SNDE
    > une campagne de sensibilisation des populations à l’hygiène et à l’assainissement. 
    Les travaux devraient démarrer en septembre 2016.
  • Santé : une subvention dans le cadre du contrat de désendettement et de développement (C2D) d’un montant de 10 millions d'euros (6,55 Mds de FCFA) destinée au Centre Hospitalier Universitaire (CHU) de Brazzaville. Ce financement permettra aux 80 000 hospitalisés en moyenne par an d’avoir de meilleures conditions sanitaires et d’hygiène. Le concours permettra d’appuyer le CHU pour :
    > rénover le réseau de distribution d’eau sanitaire et le réseau anti-incendie et la mise en place des systèmes de contrôle et de protection adéquats ;
    > réhabiliter intégralement le système de collecte des eaux usées à l’extérieur des bâtiments
    > renforcer les capacités du personnel en gestion hospitalière non seulement du CHU de Brazzaville mais aussi de l’ensemble du personnel des 12 hôpitaux généraux (ressources humaines, capacités techniques, et capacités logistique). Les travaux démarreront en début second semestre 2016.
  • Formation professionnelle en énergie : une subvention C2D d’un montant de 8 millions d'euros (5,24 Mds de FCFA) destinée au Centre de formation professionnelle de la Société Nationale d’Électricité (SNE). Ce financement complémentaire permettra de restructurer le dispositif de formation interne de la SNE. Il contribuera à
    > améliorer les performances de la société par le renforcement des capacités de pilotage des ressourcse humaines
    > renforcer les capacités et ingénierie de formation auprès du Centre de Formation et de Perfectionnement Professionnels (CFPP)
    > mettre à niveau des infrastructures et plateaux techniques du CFPP avec un début des travaux de réhabilitation prévu pour l’année 2016. À terme 600 agents de la SNE seront formés chaque année aux métiers de l’électricité

Les financements représentant 72,29 milliards de FCFA.


  • De g. à d :  AFD , Ambassade de France au Congo et 
    gouvernement Congolais

 
La signature des conventions s'est déroulée le 18 février 2016 entre le ministre congolais de l’Économie des Finances, du Plan, du Portefeuille public et de l’Intégration, Gilbert Ondongo, l'ambassadeur de France au Congo, Jean–Pierre Vidon, et Stéphane MADaule, directeur de l’agence de Brazzaville ; et en présence du ministre de l’Énergie et de l’Hydraulique, du ministère de la Santé et de la Population, du ministre de l’Aménagement du Territoire et de la délégation générale aux grands travaux, ainsi que de nombreuses autres personnalités.

Ces nouveaux accords présagent des perspectives prometteuses, tant pour le Congo que pour la coopération franco-congolaise, dans le cadre d’un partenariat élargi et renforcé mis en œuvre par l’AFD.

 



 
 
1 
2  3  4  5   ... 
 
 
Archives

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l’installation de cookies sur votre poste, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. En savoir plus