L'AFD face à Ebola

Aujourd’hui l’épidémie Ebola est déclarée éteinte par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) dans les trois pays les plus touchés (Guinée, Sierra Leone, Libéria).

Après une baisse régulière du nombre de malades Ebola en 2015 et compte tenu de la décélération épidémique, le centre de traitement des malades de Macenta a été démantelé progressivement au cours du premier semestre de l’année 2016. L’ouverture du centre de Macenta a en effet contribué à accélérer ce reflux de la maladie avec succès.

Aujourd’hui, le matériel du petit laboratoire de haute technologie de l’Institut Pasteur, installé provisoirement sous tente à Macenta, est partiellement rapatrié à Conakry. Il sera transféré au nouvel Institut Pasteur de Guinée dont la construction s’apprête à démarrer. Les véhicules achetés sur les fonds du projet ont été remis pour moitié à la Croix-Rouge guinéenne et seconde moitié à la Coordination.

Les dossiers des patients élaborés par la Croix-Rouge au cours de l’activité de soins ont été transmis officiellement à la Coordination guinéenne et serviront à améliorer la connaissance du virus et la meilleure manière de le combattre.

Au total, le centre de traitement Ebola a admis 169 patients dont 80 cas Ebola confirmés. 24 patients ont été guéris.

Interview Nicolas Le Guen, chef de projet Santé à l'AFD

  • Catastrophe en matière de santé publique, l'épidémie Ebola aurait pu constituer une entrave au développement et un facteur d'instabilité dans une région déjà fragile et pauvre. Nicolas Le Guen, chef de projet Santé à l'AFD, nous explique les enjeux et dessine les axes prioritaires d'action fixés par l'AFD pour contenir l'épidémie et mettre en place des moyens de prévenir les prochaines.

      

     

► En quoi Ebola est-elle une crise sans précédent ? [+]

Cette crise Ebola qui touche pour la première fois l’Afrique de l’ouest est sans précédent parce qu'elle touche plusieurs pays, qu’elle s’étend depuis maintenant huit mois, que le nombre de cas est en perpétuelle augmentation, qu’on a des phénomènes de rebond, des cas d’apparition de foyers dans des zones qui ne sont pas des zones limitrophes les unes des autres… Et c’est ce qui rend cette crise extrêmement complexe et difficile à traiter.

De plus, il existe une peur, une psychose d'où un impact général sur la circulation des personnes, des biens et donc un impact sur l’économie d’une façon générale. Qui dit économie dit problèmes sociaux, et donc instabilité dans une région où les pays sont déjà très fragiles.

On voit bien qu’au-delà des questions de santé publique, on est face à d’autres enjeux…

C’est d'ailleurs pour cela que cette crise mobilise l’ensemble de la communauté internationale, l’ensemble des ressources régionales et celles de la planète. Au-delà des 20 000 cas de personnes atteintes par le virus annoncés par l’Organisation mondiale de la santé (OMS), il en va de la stabilité d’une région extrêmement fragile.

Nicolas Le Guen, chef de projet Santé à l'AFD
01/10/ 2014

► Un manque de personnel de personnel qualifié [+]

Un des facteurs aggravants c’est le manque de personnel de personnel qualifié. Dans les autres épidémies, de faible ampleur, sur des zones circonscrites donc, on avait une sorte de réservoir de personnel disponible. Là, l'épidémie s'étend sur des territoires immenses, avec des foyers multiples. Le peu de personnel qualifié, qui a travaillé depuis des mois, est extrêmement fatigué, a été "usé jusqu’à la corde" pour répondre, et maintenant l’OMS se tourne vers les spécialistes mondiaux sur ces questions-là mais il n’y en a plus beaucoup sur la planète.

Donc l’enjeu c’est de reformer du personnel rapidement, être capable de le redéployer pour appuyer les personnels sur place qui ne connaissent pas les règles de base sur les questions de traitement d’une épidémie.

Nicolas Le Guen, chef de projet Santé à l'AFD
01/10/ 2014

► De quoi manquent le plus les populations ? [+]

Concrètement ce qu’il manque aux populations, c’est un appui en personnel de santé qualifié.

Comme je le disais, à l’heure actuelle, dans le monde, il y a très peu de gens qui sont capables d’apporter une solution. Il y a quelques organisations internationales mais qui ne sont pas forcément appréciées à leur juste valeur par les populations. En effet,  ces dernières ne comprennent pas ce qui leur arrive. Il y a une certaine défiance, une méfiance à l’égard de ces personnels de santé qui viennent de l’extérieur. Il y a d'ailleurs aussi une certaine méfiance à l’égard du personnel de santé guinéen.

Et pourtant, il manque de monde motivé pour venir au contact des populations et leur expliquer ce qu’est la maladie, amener les personnes malades, suspectes, vers les centres de santé, essayer de leur expliquer ce qui va leur arriver, pourquoi est-ce qu’elles sont mises à l’écart et quel type de traitement elles vont recevoir. Cette prise de conscience, cette sensibilisation, c’est un enjeu fondamental.

Donc là il y a tout un travail pédagogique à faire avec les populations. Sans les populations, on ne peut pas traiter l’épidémie, on ne pourra pas vaincre la maladie. Donc là il y a un enjeu fondamental, c’est la relation avec les communautés, avec les populations.

D'ailleurs, à cause de cette méfiance, de cette peur vis-à-vis d’Ebola, les gens ne viennent plus se soigner pour d’autres pathologies. Nous avons donc là une mortalité indirecte induite par la méfiance à l’égard des systèmes de santé.

Nicolas Le Guen, chef de projet Santé à l'AFD
01/10/ 2014

► Que faire ? [+]

On est bien évidemment devant des besoins immenses, financiers et humains, donc par où commencer ? C’est la grande question, comment peut-on être efficace tout de suite, comment apporter une solution immédiatement ? Donc la réflexion avec les organisations internationales et notamment l’OMS qui coordonne cette réponse, c’est de mettre des moyens efficaces à des endroits-clés.

Les endroits-clés, pour nous, c’est le diagnostic et le contrôle de l’épidémie. Donc très rapidement l'enjeu était pour nous de financer un laboratoire extérieur qui vienne appuyer le diagnostic, le contrôle afin de renforcer la surveillance épidémiologique.

L'autre axe central : les Etats. Ils ont ont la responsabilité sur l’organisation générale de la riposte. A nous de les aider, avec une aide budgétaire globale : on leur alloue une somme et on regarde avec elles où mettre l’argent pour que tout de suite il y ait une réponse la plus efficace.

Cette aide va aller sur les moyens humains : le personnel de santé certes, mais aussi tout le personnel qui va au contact des populations, fait de la prévention et du suivi des cas.

Cette aide va bien sûr aussi vers les moyens financiers pour payer le matériel médical, équiper les laboratoires, les centres de traitement, donner des moyens logistiques aux personnels de santé et ceux qui font de la sensibilisation auprès des communautés et enfin pour assurer la coordination de l’ensemble des opérations.

Nicolas Le Guen, chef de projet Santé à l'AFD
01/10/ 2014

► Pourquoi travailler avec l’Institut Pasteur ? [+]

L’institut Pasteur a été l'un des premiers à réagir et est intervenu à Conakry dès le mois de mars. Ils ont détachés du personnel de leur institut de Dakar. Ils ont mis en place des procédures pour confirmer des cas, ce qui est fondamental pour pouvoir déclarer une épidémie et pour pouvoir mobiliser les ressources.

Donc cet institut a souhaité monter en puissance et développer un centre d’expertise plus large sur les fièvres hémorragiques, c’est une idée qui correspond tout à fait aux priorités définies par l’AFD et par les ministères de la santé.

Nous allons donc les appuyer rapidement pour mettre en place ce centre d’expertise, qui permettra d'améliorer le contrôle et le diagnostic et surtout de donner de l’information, des solutions, apporter un peu plus d’expertise et de compréhension dans cette crise où il manque fondamentalement des connaissances et des compétences sur ces questions.

L’autre fonction de ce centre d’expertise sera de former le personnel, les techniciens de laboratoire sur Conakry mais aussi sur les autres régions, d’être en mesure d’avoir des équipes mobiles capables de se déployer pour faire des diagnostics rapides et éventuellement d’avoir une vocation régionale pour former les personnels des autres pays… L’institut Pasteur est reconnu internationalement depuis le 19ème siècle, il sera tout à fait en mesure d’apporter des solutions rapides et efficaces à cette crise.

Nicolas Le Guen, chef de projet Santé à l'AFD
01/10/ 2014

Mise à jour en août 2016

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l’installation de cookies sur votre poste, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. En savoir plus