Glossaire

Glossaire de la santé

Bien public mondial : transposition au niveau international du concept de biens, services et ressources collectifs, c’est-à-dire dont l’existence est bénéfique à la communauté internationale. Dans leur définition la plus pure, ces biens ne s’épuisent pas lorsqu’on les consomme (propriété de non-rivalité) et nul n’est exclu de leur consommation (propriété de non-exclusion). Leur production  pose de ce fait des problèmes importants de financement et d’action, au plan international. Elle nécessite une coopération entre tous les pays, qu’ils soient développés ou en développement. Quelques exemples de biens publics mondiaux : les biens « environnementaux » (changement climatique, couche d’ozone), les biens « humains » (santé, connaissance scientifique, héritage culturel mondial) ou encore les questions de politique mondiale (paix, stabilité financière). (AFD)

Capital humain  : ensemble des connaissances, compétences et données d'expérience que possèdent les individus et qui les rendent économiquement productifs. Investir dans l'éducation, les soins de santé et la formation professionnelle peut accroître le capital humain. (Banque Mondiale)

Charge de morbidité : indicateur de santé de la population développé notamment par la Banque mondiale et l'Organisation Mondiale de la Santé qui quantifie la perte de vie en bonne santé pour cause de décès précoce, de maladie et d'incapacité -  exprimée en Année de Vie Corrigée de l'Incapacité. (BDSP)

Développement durable  : développement qui satisfait les besoins de la génération actuelle sans priver les générations futures de la possibilité de satisfaire leurs propres besoins. (AFD)

Licence obligatoire  : on parle de licence obligatoire lorsque les pouvoirs publics autorisent un tiers à fabriquer le produit breveté ou à utiliser le procédé breveté sans le consentement du titulaire du brevet. C'est l'une des flexibilités que prévoit l'Accord de l'OMC sur les ADPIC (aspects des droits de propriété intellectuelle qui touchent au commerce) en matière de protection par brevet. (OMC)

Maladies chroniques  : maladies présentant une ou plusieurs des caractéristiques suivantes : elles sont permanentes, donnent une incapacité résiduelle, sont provoquées par des altérations pathologiques irréversibles, demandent un entraînement spécial du patient pour sa réadaptation, ou on peut s’attendre à une supervision, une mise en observation ou des soins de longue durée. Elles comprennent les cancers, les affections respiratoires et cardiovasculaires, l’obésité et les maladies mentales et par extension les conséquences des traumatismes et accidents. (OMS et AFD).

Maladies transmissibles : maladie causée par des micro-organismes (bactéries, virus, moisissures) ou des protozoaires, transmis à l'être humain par une personne ou un animal infecté, ou par une source inanimée. (BDSP)

Mortalité infanto-juvénile : la mortalité infanto-juvénile concerne le décès des enfants de moins de cinq ans. (AFD)

Mortalité maternelle : la mortalité maternelle concerne les décès des femmes au cours de la grossesse, de l’accouchement et des 42 jours suivant l’accouchement. (AFD)

Mortalité néonatale : la mortalité néonatale regroupe les décès de nouveau nés dans les 28 jours suivant leur naissance. (AFD)

Taux de mortalité : nombre de décès au cours d’une année, exprimé en pourcentage de la population ou pour 1000 habitants. (Banque mondiale)

Taux de prévalence VIH/Sida : estimation du nombre de personnes d’un groupe d’âge donné vivant avec le VIH/Sida à la fin d’une année donnée, exprimée en pourcentage de la population totale du groupe d’âge correspondant. (UNESCO)

Transition démographique  : la transition démographique est le passage d’un régime de fortes mortalité et fécondité à un régime de faibles mortalité et natalité avec comme conséquences une baisse de la croissance de la population et un accroissement de l’espérance de vie. (AFD)

Transition épidémiologique  : la transition épidémiologique est le passage d’un profil épidémiologique où prédominent les maladies infectieuses et nutritionnelles à un profil où les maladies chroniques, dégénératives et mentales sont majoritaires. (AFD)

Tuberculose : maladie infectieuse, contagieuse et non immunisante, causée par une bactérie (mycobacterium tuberculosis) qui affecte le plus souvent les tissus pulmonaires, mais aussi par propagation ou isolément, d’autres parties du corps (tuberculose urinaire, osseuse, ganglionnaire…). Cette infection fait partie des maladies dites « de la pauvreté » dans la mesure où elle sévit et se propage en particulier auprès des populations vivant dans des mauvaises conditions sanitaires et d’hygiène. Les personnes dont le système immunitaire est affaibli (infection au VIH/Sida, malnutrition, diabète, tabagisme, abus d’alcool ou de drogues…) courent un risque plus élevé de la contracter.

Dans la plupart des cas, la tuberculose est une maladie curable. À l’aide de traitements antibiotiques de première ligne (en particulier l’isoniazide et la rifampicine), près de 90% des personnes présentant une tuberculose sensible aux médicaments peuvent être guéries entre 6 et 8 mois pour un coût estimé à 25 euros. Cependant, l’apparition de bacilles résistants à ces médicaments entraîne une forme de tuberculose dite « multi-résistante » (tuberculose MDR) dont les traitements sont plus coûteux (jusqu’à 3 500 euros), plus lourds (environ deux ans de traitement, avec des effets secondaires importants) et avec des résultats plus incertains (entre 50 et 70% de taux de guérison). La survenue de ces tuberculoses MDR, dont on recense près de 650 000 cas dans le monde, est directement liée à des thérapeutiques mal conduites (traitements inadaptés ou incomplets, faiblesse du suivi et du contrôle…), qui auraient pu être évitées dans le cadre de programmes bien structurés.
 

Mise à jour en octobre 2013

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l’installation de cookies sur votre poste, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. En savoir plus