Etude d’impact d’un programme de téléphonie mobile : Le cas de Digicel en Haïti

© Photo C. Briand

I - Contexte

Les technologies de communication jouent un rôle important dans le développement économique et social d’un pays. En réduisant les coûts d’interactions entre individus, elles facilitent la circulation des informations et contribuent au meilleur fonctionnement des échanges. Elles permettent en outre d’entretenir les liens sociaux et d’accéder plus facilement à certains services publics. Ainsi, la très forte augmentation récente de la téléphonie dans les pays pauvres a permis, pour des centaines de millions d’individus, un meilleur accès aux informations sur les prix des produits, un accès facilité à certains services (notamment bancaires) et de nouvelles activités génératrices de revenu.

Depuis quelques années, l’AFD et sa filiale Proparco se sont engagées dans la promotion d’un accès large aux services téléphoniques, en particulier pour les ménages pauvres - naturellement moins bien desservis. Près de 300 millions de dollars ont ainsi été engagés sur les cinq dernières années dans l’ensemble des géographies d’intervention de l’agence. Afin de mieux percevoir et comprendre les impacts de ce type de projets, une évaluation d’impact a été envisagée dans le cadre du projet mené par Proparco en Haïti. En effet, bien que les effets attendus de l’accès à la téléphonie mobile soient globalement positifs, les questions relatives à l’accès aux téléphones (quels types de ménage les utilisent, qui en est exclu), à l’utilisation qui en est faite (pour raisons économiques ou sociales) et à l’impact que cela peut avoir sur les revenus disponibles et la croissance en général, restent peu documentées.  

II - Question(s) Evaluative(s)

Le développement des réseaux de téléphonie mobile en Haïti est spectaculaire, passant de 6 % d’utilisateurs en mai 2006 à 30 % un an plus tard. Cette expansion dans l’ensemble du pays est en partie le fait de l’opérateur Digicel, avec le soutien financier de Proparco. Afin de tirer les leçons de cette expansion, l’AFD et Proparco ont sélectionné deux équipes de recherche, le Fafo Institute for International Studies et Bearing Point, pour étudier les impacts de cette expansion au niveau des ménages et au niveau du pays. Digicel participe indirectement à l’étude, par l’apport d’information sur ses activités et sur le développement du secteur. Enfin, l’Institut haïtien de l’enfance est en charge de la collecte des données au niveau des ménages, sous la supervision du Fafo Institute for International Studies.

III - Méthode

Au niveau des ménages, l’objectif final de l’étude est d’identifier l’impact de la téléphonie sur les revenus disponibles et de l’expliquer par les différentes utilisations qu’ils en font. Cependant, au sein d’une même communauté, la comparaison entre des ménages avec et des ménages sans téléphone est nécessairement biaisée (à la hausse) par rapport au véritable impact de la téléphonie mobile.

En milieu rural, l’expansion géographique permet de comparer des ménages avec téléphone dans les zones couvertes, à des ménages similaires dans des zones comparables mais non encore couvertes par les réseaux de téléphonie cellulaire, et de mesurer ainsi l’impact (méthode d’appariement). L’identification de l’impact sur les ménages urbains est plus problématique puisque les zones de comparaison (sans accès aux réseaux sans fil) n’existent plus. L’identification nécessite de trouver des déterminants de l’utilisation des téléphones qui ne soient pas liés au revenu des ménages (variables instrumentales).

Au niveau du pays dans son ensemble, l’étude menée par Bearing point reposera essentiellement sur des données produites par Digicel et Fafo (lors de la présence de ces derniers en Haïti), ainsi que sur des données secondaires.

Documents liés à l’étude et liens utiles

Mise à jour en mai 2011

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l’installation de cookies sur votre poste, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. En savoir plus