Liste de vos résultats

Un deuxième C2D pour améliorer l'offre de santé et réduire la mortalité maternelle et infantile en Côte d'Ivoire

15/06/2016

L'AFD et l'État de Côte d'Ivoire ont signé aujourd'hui une convention d'affectation du Programme de Renforcement du Système de Santé dans le cadre du Contrat de Désendettement et de Développement (C2D). Ce programme permettra d'améliorer la santé des populations et de réduire la mortalité maternelle, néonatale et infantile.

Le programme vise à :

  • améliorer l’accessibilité de la population ivoirienne à des services de santé de qualité,
  • atteindre l’objectif commun de réduction de la mortalité maternelle et infantile et de la malnutrition,
  • améliorer la chaîne d’approvisionnement en produits pharmaceutiques et intrants stratégiques ainsi que les performances du système pharmaceutique.

Il est financé sur les ressources du Contrat de Désendettement et de Développement et porte sur un montant total de 44,6 milliards de FCFA, soit environ 68 millions d'euros.

La convention a été signée par Daniel Kablan Duncan, Chef du Gouvernement ivoirien et Rémy Rioux, Directeur général de l'AFD, à l'occasion de sa première visite officielle en Côte d'Ivoire depuis sa prise de fonction le 2 juin 2016.
 

► En savoir plus sur le programme

► En savoir plus sur le C2D

► Découvrir les projets emblématiques de l'AFD en Côte d'Ivoire

Cinquième édition du Prix Photo de l’AFD : appel à candidatures ouvert du 14 juin au 2 novembre 2016

14/06/2016

À partir d’aujourd’hui et jusqu’au 2 novembre prochain, les candidatures sont ouvertes pour la 5ème édition du Prix Photo de l’AFD. Ce prix est l’occasion de soutenir le travail de photographes professionnels engagés et de mettre en vue les enjeux du développement des pays du Sud. 

Lire le communiqué
En savoir plus sur le Prix


 

L'AFD financera l'investissement agricole au Sénégal à hauteur de 10 milliards de FCFA (15 millions d’euros)

13/06/2016

L'AFD et l'État du Sénégal signent ce lundi 13 juin une convention de financement relative à une ligne de crédit dédiée au financement de l'investissement agricole au Sénégal. Le projet ainsi financé a pour finalité de contribuer à lever deux des principaux freins au développement de l’agriculture sénégalaise : l’accès au financement long-terme et l’insuffisance des équipements.

Ce prêt concessionnel* d’un montant global de 15 millions d’euros - soit environ 10 milliards de FCFA -, accordé par l’AFD à l’État du Sénégal, sera intégralement rétrocédé à la Caisse Nationale du Crédit Agricole (CNCAS) et affecté au financement de l’investissement agricole, en particulier dans les exploitations familiales. Il est complété par une subvention de 300 000 € pour appuyer la CNCAS notamment sur les aspects environnementaux et sociaux du projet.

Le projet appuiera la réalisation d’investissements permettant la modernisation, la diversification et l’extension des activités des exploitations agricoles et des organisations professionnelles, dans des filières agricoles à fort potentiel. Plus spécifiquement, il visera à :

  • Augmenter les superficies aménagées et la production, notamment céréalière.
  • Améliorer la compétitivité des filières agricoles.
  • Faciliter l’insertion des jeunes et des femmes dans l’agriculture, notamment dans la commercialisation et la transformation des produits agricoles.

La convention de financement a été signée par Monsieur Amadou Ba, Ministre de l’Economie, des Finances et du Plan du Sénégal et Monsieur Rémy Rioux, Directeur général de l’AFD, en présence de Monsieur Papa Abdoulaye Seck, Ministre de l’Agriculture et de l’Equipement rural et de Monsieur Malick Ndiaye, Directeur Général de la Caisse Nationale du Crédit Agricole du Sénégal.

Au cours de sa première visite au Sénégal depuis sa prise de fonction le 2 juin dernier, Rémy Rioux a pu mesurer sur le terrain, certaines des réalisations emblématiques financées par l’AFD au Sénégal. Il a parcouru l’autoroute à péage Dakar-Diamniadio, mise en service en août 2013, à laquelle l’AFD a contribué à hauteur de 40 milliards FCFA (60 millions d’euros). Il s'est également rendu dans le quartier de Pikine Irrégulier Sud, bénéficiaire d’un projet de restructuration urbaine et d’appui à la lutte contre les inondations financé par l’AFD à hauteur de 32 milliards de FCFA (50 millions d’euros), corollaire au programme autoroutier.

La contribution de l’AFD au Plan Sénégal Émergent PSE devrait dépasser 400 milliards de FCFA - soit 600 millions d'euros - sur la période 2014-2017.


* Un prêt est dit concessionnel lorsqu l'AFD en bonifie les conditions financières. La bonification d'un prêt est possible lorsque le projet sous-jacent présente un caractère additionnel (« l’opération permet-elle d’aller plus loin que les pratiques courantes ou que la réglementation nationale dans le domaine concerné ? »).  La bonification, qui correspond alors au différentiel de taux entre un prêt au taux du marché et un prêt concessionnel, est alors apportée par le gouvernement français.

Coup d'envoi pour la première centrale solaire du Salvador : un partenariat entre le groupe AFD et la Banque Interaméricaine de Développement

02/06/2016

Répondant à des enjeux d'accès à l'électricité, de développement local et d'indépendance énergétique, ce projet marque une étape majeure dans la transition énergétique du pays. Il associe les savoir-faire de constructeurs français et espagnol. L’accord de prêt a été conclu en présence de Rémy Rioux, directeur général de l’AFD, et de Luis Alberto Morenodu, directeur général de la BID.

   

Rémy Rioux, directeur général de l’AFD et Luis Alberto Moreno, directeur général de la BID.
 

Proparco, représenté par Grégory Clemente, directeur général et l’Inter-American Investment Corporation ( ICC ), représentée par James Scriven, son directeur général, ont signé ce jour une convention en faveur de la construction et l’exploitation d’une centrale solaire photovoltaïque au Salvador.

L’accord de prêt d’un montant de 30 M$ en faveur de la joint-venture Providencia Solar a été conclu en présence de Rémy Rioux, directeur général de l’AFD, et de Luis Alberto Morenodu, directeur général de la BID . Ce projet associe le savoir-faire du français Neoen et du constructeur espagnol TSK . Il permettra de développer l'offre locale d'électricité à coût compétitif tout en réduisant les émissions de gaz à effet de serre.

Un projet solaire d’envergure

Avec une capacité totale de 100 MWp, la nouvelle centrale Providencia Solar fournira en électricité l’équivalent de la consommation annuelle de 176 000 habitants . Elle sera composée de deux sous-centrales : Antares, une centrale de 75 MWp et Spica, une centrale de 25 MWp. Sa mise en service est prévue pour mai 2017. 
Le coût total de ce projet est évalué à 150 M$ – financé à hauteur de 30 M$ par Proparco, dont 12 M$ de sous-participation de l’AFD, de 57,7 M$ par la Banque Interaméricaine de Développement (BID) et de 30 MUSD par le Canadian Climate Fund syndiqués par la BID.

 

 

Développement de l’expertise française à l’international

Neoen est une jeune société française, créée en 2008, avec une expertise technologique reconnue dans les solutions énergétiques renouvelables. Elle est principalement présente en France dans le solaire et l’éolien. La société a récemment développé le plus grand parc photovoltaïque d’Europe situé à Cestas en Gironde (300 MW).
Le financement de Proparco permettra de soutenir l’entreprise dans son développement à l’international.

 

Structuration d’une nouvelle filière au Salvador

Il s’agit de la première centrale solaire du Salvador. Elle permettra de diversifier le mix énergétique du pays, encore très dépendant des énergies fossiles (49 %). On estime que l'énergie solaire produite viendra remplacer l’équivalent de 163 800 MWh d’énergie thermique par an tout en évitant les émissions de gaz à effet de serre à hauteur de 39 800 tonnes de CO2 par an.
Ce projet marque une étape majeure dans la transition énergétique du pays. Il permettra de faire rentrer une nouvelle technologie sur le territoire et de structurer la filière solaire en vue du développement de nouveaux projets (+150 MW supplémentaires prévus d'ici à 2017). Il s’inscrit dans la volonté du gouvernement salvadorien de produire une énergie propre et contribuera au transfert de savoir-faire dans un secteur à fort potentiel au Salvador. L’initiative préparera par ailleurs les autorités publiques du secteur des énergies renouvelables à la négociation avec des opérateurs privés.

Un soutien au développement local

La centrale solaire, située dans le département de La Paz à 40 kilomètres de la capitale, participera au développement économique et social du Salvador en améliorant l’accès de la population à l’électricité. Par ailleurs, les communautés environnantes de la centrale bénéficieront d’importantes retombées sociales. En effet, 3% des revenus de la centrale Antares seront investis dans des projets de développement local.

Séisme en Équateur : l’AFD apporte un soutien exceptionnel au gouvernement équatorien

23/05/2016

Un séisme de magnitude 7,8 - le plus violent qu’ait connu le pays depuis 1979 - a touché l’Équateur samedi 16 avril, causant plus de 650 morts,  4 600 blessés et 29 000 personnes déplacées selon les dernières estimations disponibles. Au titre de la solidarité envers ce pays durement éprouvé, l’AFD apportera un soutien exceptionnel de 100 millions de dollars.

L’état d’urgence a été décrété dans les six provinces les plus affectées, localisées sur la côte pacifique du pays dans la région de Guayaquil. La ville de Pedernales, comptant plus de 50 000 habitants, a été particulièrement touchée avec 70% à 80% des bâtiments détruits ou sévèrement endommagés. Les coûts de reconstruction sont évalués par le Gouvernement Équatorien à plus de 3 milliards de dollars.

Ce soutien de l'AFD à l'Équateur reposera sur quatre axes : 

  1. l’instruction selon un cycle accéléré d’une ligne de crédit d’urgence à l’Etat d’un montant de 100 millions de dollars pour le financement de travaux de reconstruction
  2. la réaffectation partielle de financements de l’AFD et des fonds non remboursables de l’Union européenne gérées par l’AFD (10M$) afin d’orienter les activités plus spécialement sur les zones touchées
  3. l'affectation exceptionnelle post-crise Équateur d’un financement à destination d’ONG françaises intervenant en Équateur en lien étroit avec une ONG locale
  4. une opération de coopération technique dédiée et portée par une collectivité locale française

Le Directeur de l’agence de Bogota, compétente sur l’Équateur, s’est rendu à Quito jeudi 28 avril et vendredi 29 avril. Il a rencontré à cette occasion les autorités Equatoriennes et l’ambassadeur de France et conformément aux instructions reçues  de la Direction Générale, a pu présenter et préciser ces différentes mesures et convenir avec ses interlocuteurs des suites à leur donner dans les semaines à venir.

Situé sur la ceinture de feu du Pacifique, région sismiquement la plus active de la planète, l’Équateur est un pays particulièrement exposé aux catastrophes naturelles et notamment aux tremblements de terre. Au cours des dernières années, le Gouvernement équatorien a mis en place, avec l’appui d’organisations internationales spécialisées, des mécanismes de réponse rapides à de tels phénomènes.

Pour mémoire, l’AFD a été autorisée par décision du co-secrétariat du Comité Interministériel de la Coopération Internationale et du Développement (CICID) de juillet 2014 à intervenir en Équateur avec un mandat de « croissance verte et solidaire », pour le financement de projets, programmes ou politiques publiques ayant un impact positif sur les trois dimensions du développement durable (croissance économique, protection de l’environnement et inclusion sociale).

La France mobilisée aux côtés des populations du pourtour du lac Tchad

14/05/2016

Abuja, le 14 mai 2016 – Lors du Sommet régional sur la sécurité et le développement du lac Tchad, le Président de la République française, François Hollande, a annoncé le lancement d’une initiative en faveur des populations victimes de la crise qui sévit autour du lac Tchad suite aux exactions de la secte Boko Haram et qui a provoqué le déplacement de plus de 2,5 millions de personnes au Nord du Nigéria, au Sud-Est du Niger, au Nord du Cameroun et au Tchad sur les bords du lac.

Activités génératrices de revenus et accès aux services essentiels

Portée par l’AFD, cette initiative reposera, d’une part, sur un ensemble de projets destinés à renforcer l’accès aux services publics dans les zones impactées par la crise, où l’AFD mobilise d’ores et déjà plus de 130 M€ de financements, et d’autre part sur un projet régional lancé en lien étroit avec la Commission européenne pour soutenir le développement d’activités génératrices d’emplois et de revenus (notamment dans le domaine agricole afin d’accroitre la sécurité alimentaire) permettant d’autonomiser les populations déplacées et de renforcer la résilience des populations hôtes.

Une première subvention de 5 millions d’euros, apportée par l’AFD, permettra le financement de la phase d’amorçage de ce projet, laquelle sera mise en œuvre par un consortium d’ONG dont le processus de recrutement vient d’être lancé. D’autres ressources, prochainement mobilisées, viendront rapidement financer la phase de déploiement.

En étroite collaboration avec les autorités nationales et locales des zones ciblées

D’une durée initiale de quatre ans, ce projet régional s’inscrit dans les axes stratégiques définis dans le Plan de développement et d’adaptation au changement climatique du lac Tchad 2016-2025, porté par la Commission du bassin du lac Tchad (CBLT) et ses pays membres. Il est également en phase avec le Recovery Peace Building Assessment (RPBA) élaboré pour le Nord du Nigéria avec l’appui de la Banque mondiale, des Nations Unies et de l’Union européenne. Il s’inscrit enfin dans le Plan d’action Sahel de l’AFD.

Conduit en concertation étroite avec les autorités nationales et locales des zones ciblées, ce projet régional cherchera à produire rapidement ses premiers résultats (création d’opportunités économiques et d’emplois, augmentation des revenus des populations bénéficiaires du projet, amélioration de la sécurité alimentaire...). Il ciblera particulièrement les femmes et les jeunes (ces derniers étant particulièrement vulnérables en raison des risques de radicalisation et d’embrigadement dans des mouvements terroristes) et permettra la délivrance aux populations d’appuis psychosociaux en traitement des traumatismes causés par les épisodes de violence et leurs conséquences.


"Agir le plus en amont possible à la racine des vulnérabilités engendrées par les crises"

Olivier Ray, Responsable de la cellule Prévention des crises et sortie de conflits de l’Agence française de développement précise : « Agir le plus en amont possible à la racine des vulnérabilités engendrées par les crises constitue une priorité pour l’AFD. Dans la région du pourtour du lac Tchad, fortement fragilisée par les attaques de Boko Haram, l’AFD va, entre autres, financer des chantiers à haute intensité de main d’œuvre pour donner des opportunités d’emploi et de formation à des jeunes, cible du recrutement terroriste. Les financements de l’aide au développement dans le cadre de coalitions d’acteurs prennent progressivement le relais de l’action humanitaire, au plus près des besoins des populations et des pouvoirs publics locaux. C’est la mise en application concrète des leçons issues de plus d’une décennie d’interventions dans les contextes de crise, qui seront discutées les 24 et 25 mai prochains au Sommet humanitaire mondial d’Istanbul ».


Contacts presse :
Magali Mévellec – mevellecm@afd.fr – 06 37 39 26 07
Isabelle Rivière – isabelle.riviere@consultants.publicis.fr – 06 27 84 98 63
Cédric Bret – cedric.bret@consultants.publicis.fr – 06 82 58 88 49

 
 
1 
2  3  4  5   ... 
 
 

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l’installation de cookies sur votre poste, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. En savoir plus